Nina Martin | Gavroche | 13/05/2010
Ailleurs en Asie  

Birmanie : sous l’empire des signes

Porter certaines couleurs, comme le vert, n
Porter certaines couleurs, comme le vert, n
Eviter les vêtements verts lorsqu’on voyage, ne rien commencer un jour d’éclipse, se marier selon son horoscope : ces croyances sont loin d’être anecdotiques en Birmanie. Inculquées depuis la naissance, elles influencent la vie quotidienne de l’immense majorité de la population, les pouvoirs militaires inclus. Immersion au cœur de cette spécificité birmane.
Si quelqu’un tombe malade, il ne peut prendre une douche que le dimanche, le mardi ou le jeudi. Sinon, ça porte malheur », affirme, le visage impassible, Soe Nin, un fermier des environs de Bagan. « Les jours sont très importants. Il y a des jours où il ne vaut mieux pas prêter de l’argent et couper ses cheveux un lundi porte malheur », ajoute-t-il. En Birmanie, ces superstitions ne sont pas du folklore ou des histoires de grand-mère qu’on raconte le soir aux enfants. Transmises à l’école, au monastère et au sein de la famille, elles codifient toujours, surtout dans les campagnes, les gestes quotidiens de la population. Soe Nin désigne un livre jauni, à la couverture orange, posé près de son établi. « On trouve ce livre dans de très nombreuses maisons birmanes », explique-t-il en faisant défiler les pages. Mariage, naissance, maladie, signature d’un contrat : rien n’est laissé au hasard. Classées par genre, toutes les choses de la vie y sont référencées, avec des conseils sur ce qui est à faire ou à ne pas faire pour éviter de s’attirer le mauvais oeil. « Quand j’étais jeune, les anciens m’ont demandé de lire ce livre tous les jours et de l’apprendre par coeur », sourit Soe Nin. L’ouvrage explique surtout comment interpréter les signes, un des grands plaisirs birmans. « Par exemple, savez-vous ce que cela signifie quand vous avez une légère tétanie, quand votre paupière bouge toute seule ?, poursuit le père de famille. Si c’est la paupière gauche, vous allez rencontrer un nouvel ami ou peut-être votre fiancé dans les prochains jours. Si c’est votre front et que vous êtes employé du gouvernement, vous allez obtenir une promotion. Tout est dans le livre. »

Poils d’éléphant dans la poche
Il est difficile de retracer l’origine et la datation exacte de ces croyances. En grande partie importées d’Inde, elles se sont ensuite entremêlées avec les croyances propres des nombreuses ethnies birmanes. Chose plutôt surprenante, ce sont en grande partie les moines bouddhistes qui ont participé à leur transmission, de générations en générations. « A l’époque, nous n’avions pas d’école primaire ni secondaire, le principal vecteur d’information était le monastère, raconte U Law, un vieux professeur d’anglais de Rangoun. Ce sont eux qui m’ont appris, par exemple, qu’il ne fallait rien commencer d’important un jour d’éclipse, ne pas porter certaines couleurs lorsque l’on voyage ou que porter sur soi quelques poils d’une queue d’éléphant portait bonheur. » Interrogé sur l’interaction entre ces croyances et le bouddhisme, un moine de 47 ans estime que ces superstitions reflètent simplement le manque d’éducation des gens du peuple comme des moines qui les transmettent. « Si l’on suit vraiment les enseignements bouddhistes, on ne peut pas croire la moitié de ces superstitions, confie-t-il sous couvert d’anonymat. Mais je pense qu’y croire n’empêche pas d’être un bon bouddhiste ». Il admet lui-même ne pas pouvoir s’empêcher de croire aux rites funéraires de sa région d’origine, l’Etat shan. « A la mort d’un proche, je me surprends à chercher des signes de sa résurrection dans les cendres du four de la maison, comme ma mère me l’a appris », sourit-il.

Des astrologues pour guides
Pour les aider à interpréter ces signes, la plupart des Birmans aiment consulter les astrologues. Ces derniers les accompagnent dans toutes les étapes de leur vie. Ils vont par exemple aider à déterminer le nom d’un nouveau-né selon son jour de naissance. « Les lettres de l’alphabet sont assignées à un jour de la semaine. Le prénom d’un enfant né un lundi devra commencer par K, Kh, G, Gh ou Ng. Son jour de naissance indique aussi des traits de caractère : un homme né un lundi sera jaloux », explique Aung Moe Kye, un astrologue réputé de Rangoun. Plus important, cet homme né un lundi évitera de se marier avec une femme née un vendredi. Comme les enfants l’apprennent toujours aujourd’hui à l’école, les unions sont en effet plus ou moins heureuses selon l’alliance des jours de naissance. « Il n’y a pas de pays en Asie plus superstitieux que la Birmanie, poursuit Aung Moe Kye. Ces traditions sont profondément ancrées dans notre culture. Même les hommes politiques sont très influencés par l’interprétation des signes, l’astrologie et le yadaya, qu’on peut définir comme une forme birmane du vaudou ». Comme dans d’autres pays, des ministres et hauts responsables du gouvernement birman consultent régulièrement un astrologue. Aung Moe Kye dit se rendre tous les mois au domicile d’un membre du gouvernement, sans divulguer son nom.

Les généraux sont « mordus » eux aussi
Joseph Silverstein, spécialiste de la Birmanie et ancien professeur de l’université américaine Rutgers, indique que le général Ne Win était par exemple totalement dépendant de ces « conseillers ». L’homme qui a dirigé la Birmanie de 1962 à 1988 aurait, du jour au lendemain, décidé de changer le sens de la circulation, sur les conseils d’un astrologue. On se souvient aussi qu’il avait tenté d’annuler tous les billets de banque dont la valeur n’était pas divisible par 9, son chiffre porte-bonheur. Keiko Tosa, de l’université des Etudes étrangères de Tokyo, raconte dans l’ouvrage collectif Burma at the turn of the 21st Century, un épisode plutôt étrange de l’histoire birmane. En 1991, l’année où le parti de l’opposante Aung San Suu Kyi a remporté les élections, plusieurs astrologues avaient prédit qu’une femme prendrait une position importante au sein du pays. Pour tenter de déjouer la prédication, le chef des Renseignements de l’époque, le Général Khin Nyunt, se serait alors déguisé en femme pour accomplir certains rites expiatoires.

Plus récemment, une réunion entre le numéro un de la junte, Than Shwe, et l’émissaire spécial de l’ONU, Ibrahim Gambari, a été maintes fois reportée, « pour que la discussion se déroule sous les meilleurs auspices », selon une source proche du gouvernement. Quant à la localisation de Naypyidaw, la nouvelle capitale birmane, elle a, elle aussi, de très fortes chances d’avoir été déterminée avec l’aide d’un astrologue proche du généralissime Than Shwe. Si ces exemples peuvent paraitre risibles aux yeux du profane, ils démontrent l’importance de ces croyances traditionnelles pour les militaires au pouvoir comme pour le reste de la population. Et parfois, cela se retourne contre la junte. Lorsqu’une pagode ancienne s’est effondrée en juin 2009, quelques jours après sa reconsécration par l’épouse de Than Shwe, beaucoup de Birmans ont cru à un mauvais présage pour le régime. Celui-ci s’est fendu d’un communiqué dans le quotidien officiel pour faire taire les rumeurs. Les superstitions seraient elles une forme de « résistance populaire », comme l’affirme l’universitaire Keiko Tosa ? Pas si simple, estime ce jeune étudiant de Rangoun : « Cela montre aussi que les Birmans fondent la plupart de leurs espoirs sur ces signes et ces prédications. Pour moi, ces superstitions ne font que freiner le développement du pays »
A Lire Aussi
CAMBODGE Entretien exclusif avec Sam Rainsy, l'ennemi juré de Hun Sen
KRABI en fête (jusqu’au Dim 25)
A lire ce mois-ci dans GAVROCHE : Le cirque au Cambodge, une planche de salut
CHIANG MAÏ Festivités du Loy Kratong (3 Nov)
Escapade à une heure de Bangkok : Phi Suea Samout
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
(0)
Soyez le premier à nous faire part de votre réaction !
Que faire ce week-end à Bangkok?

Chaque vendredi, retrouvez les
spectacles, concerts, films, évènements
du week-end à ne pas manquer.

Voir la newsletter du 19/04 au 25/04



Retrouvez-nous sur Facebook
10 Dernières Petites Annonces
bons plans de la semaine

Nous sélectionnons pour vous les meilleures offres et promotions du moment

Tous nos BONS PLANS

Taux de Change
Prévisions aujourd'hui

Click for Bangkok, Thaïlande Forecast

Tourisme
Partez à l’aventure en Thaïlande à moto - PUBLI-INFO
Bangkok : un hôtel propose de dormir en prison - Gavroche
SUAN PHEUNG Au coeur de la nature -
INDONESIE Raja Ampat : l'île Maurice version Asie - Gavroche
THAILANDE Fermeture de sites de plongée -
Culture
PORTRAIT Rasmee Wayrana, la sirène des rizières
« Decoding Thainess » : une nouvelle exposition permanente au Museum Siam
Musée du Bangkokois : le quotidien à Bangkok dans les années 40
Pichet Klunchun : l’enfant terrible des arts dramatiques thaïlandais
BANGKOK Des entrepôts de la Seconde Guerre mondiale reconvertis en espaces d'art
Dernières Offres d'Emploi
16/04/2018
Lieu: Ekamai
 
 
04/04/2018
Lieu: Bangkok
 
 
03/04/2018
Lieu: Pathumthani
 
 
29/03/2018
Lieu: Bangkok
 
 
25/03/2018
Lieu: A domicile
 
 
Dernières Annonces Immo
A louer grande maison à proximité de lampang
A louer grande maison de 110m2 sur un terrain de 440m2, meub...
- 17/04/2018
 
 
Appartement à louer pour étudiants à nice (france)
Appartement de 80 m2 à louer meublé pendant l'année scola...
- 16/04/2018
 
 
Affaire a saisir vente maison à koh phangan a prix sacrifié
Pour des raisons de santé et un retour définitif en France...
- 09/04/2018
 
 
Dernières Annonces Auto / Moto
Yamaha spark à vendre


- 15/03/2018

 
 
Scooter honda wave à vendre


- 15/03/2018
 
 
A vendre pick up mitsubishi
A vendre pour cause de retour en France pour raison de sant...
- 04/01/2018
 
 
ags-four-winds-2
samitivej-sep16
crown-relocations
yves-joaillier-3
bangkok-hospital
asita
oif-fev14
dfdl
ftcc