Xuan Dao Le | Gavroche | 10/10/2011
Ailleurs en Asie  

Médias birmans en exil : les ondes de la liberté

En avril dernier, la junte militaire a intronisé un gouvernement civil chargé d’engager le pays vers une démocratie qu’elle qualifie de « disciplinée ». Impensable il ya encore quelques mois, les autorités viennent de débloquer l’accès à certains sites de médias étrangers. Un signe d’ouverture qui ne fait pas oublier qu’une vingtaine de journalistes sont toujours détenus dans les geôles du pays et qu’oser parler de démocratie reste passible de peine de prison. Leurs collègues clandestins continuent de lutter au quotidien depuis l’étranger ou sur le terrain pour témoigner des risques encourus. L’un d’eux, la Democratic Voice of Burma, nous a ouvert ses portes.

C’est dans une atmosphère sérieuse mais néanmoins chaleureuse que je suis reçue dans les bureaux de la Democratic Voice of Burma (DVB), à Mae Sot, en Thaïlande. Pour y parvenir, un journaliste est venu me chercher dans le centre-ville. L'adresse doit être tenue secrète. C’est ici que le réseau des vidéo-journalistes s’organise. Surnommés « VJ », ils sont chargés de récolter informations et témoignages en Birmanie, en toute clandestinité, caméra au poing et, surtout, sous le manteau. Myo Min Naing me reçoit. Le responsable du réseau des VJs a passé onze ans en prison pour ses activités politiques. Sa meilleure arme aujourd’hui, c’est l’information. « La liberté de la presse n’existe pas en Birmanie, déplore-t-il. Mais nous sommes prêts à prendre tous les risques pour informer le peuple et dénoncer les abus du régime. » Une dizaine de journalistes travaillent dans les locaux de la DVB, équipés d’ordinateurs, de télévisions, de magnétoscopes et d’un studio.


Une couverture périlleuse

Pwagyi est en charge de la coordination des opérations sur le terrain. Il m’explique qu’une centaine de leurs journalistes opèrent depuis la Birmanie. Tous mènent une double vie. Ils sont pour la plupart enseignants, avocats ou policiers et viennent d'un milieu aisé, afin de pouvoir justifier, en cas d’arrestation, le port d'une caméra ou d'un appareil photo. Pour plus de sécurité, ils ne se connaissent pas. « Je n’ai rencontré personne de la DVB en Birmanie, raconte Joseph Allchin, reporter qui a couvert les élections de novembre 2010. Je ne savais ni qui ni où ils étaient. En cas d’arrestation et d’interrogation musclées, voire même de torture, je n’aurais rien pu révéler. » Sam (un pseudonyme) est l’un des journalistes de la DVB qui a couvert la révolution safran en 2007. Un travail qui a donné lieu à un documentaire, Burma VJ, nominé aux Oscars en 2010. Les images que le monde a pu visionner de cet événement proviennent pour la plupart de ces journalistes, ceux de l’étranger ayant été refoulés par le régime. Sam raconte comment il a réussi à passer à travers les mailles du filet : « En cas d’arrestation, Il faut être malin et improviser rapidement une histoire pour justifier sa présence, le port d’une caméra ou d’un appareil photo. Et détruire rapidement les preuves sans se faire voir. Beaucoup d’informateurs du gouvernement sont déguisés en civil. Il s’agit aussi de savoir les repérer, de part leur allure, mais aussi de part leur comportement. »

Les ondes de la liberté


Depuis une vingtaine d’années, plusieurs médias birmans en exil ont vu le jour sous l’impulsion de la génération des révoltés de 1988. Parmi les plus célèbres, la Democratic Voice of Burma, l’Irrawaddy et Mizzima. La DVB a été créée en 1992, en Norvège, par des exilés proches d’Aung Saan Suu Kyi. Depuis 2005, cette chaîne de radio-télévision diffuse par satellite en Birmanie. Suivie chaque jour par près de 10 millions de téléspectateurs et d’auditeurs dans le monde, elle est financée par des ONG et la communauté internationale, notamment la Norvège, le Danemark et les États-Unis. « Les donateurs nous soutiennent pour lutter contre la censure du gouvernement birman. Ils attendent de nous un travail journalistique indépendant et une information de qualité », estime Joseph Allchin. Au cours de l’entretien, je remarque un journal en anglais posé sur le bureau, le New Light of Myanmar. « C’est un quotidien contrôlé par l’État. Tous doivent publier en deuxième page des textes de propagande désignant les médias étrangers et birmans en exil, tels que la BBC ou la DVB, comme des assassins propagateurs de haine », explique Myo Min Naing.

Le gouvernement vient cependant d'instaurer une réforme pour convaincre d’un assouplissement de la censure. Dorénavant, les articles sur l’art, le sport, la santé, les nouvelles technologies, la littérature pour enfants et les romans de gare n’auront plus besoin de recevoir le sceau de publication du Bureau de la censure. Mais si un article critique le régime, le journaliste et le rédacteur en chef seront condamnés pour crime d’État. « C’est un coup d’épée dans l’eau. Cela nous force simplement à nous autocensurer », s’insurge Myo Min Naing. Plus surprenant peut-être, en septembre dernier, le gouvernement a autorisé la diffusion sur internet de sites étrangers jusque là censurés. Parmi eux, Voice of America, la BBC, YouTube, mais aussi Democratic Voice of Burma. Une mesure qui suit les déclarations du président Thein Sein en mars dernier, qui avait souligné que le gouvernement et le peuple devaient « respecter le rôle des médias » et que ceux-ci constituaient un « quatrième pouvoir » dans le pays. Selon David Mathieson, spécialiste de la Birmanie à Human RightsWatch, ces récentes mesures et déclarations ne constituent pas un espoir pour la liberté de la presse en Birmanie. « Beaucoup de journalistes sont toujours en prison et le système drastique de la censure persiste, insiste-t-il. Le gouvernement cherche en réalité à se servir des médias pour améliorer son image et mieux contrôler la diffusion des informations. Il a pour volonté de sophistiquer son système de propagande. »


Ennemis public s


En Birmanie, les journalistes clandestins, considérés comme des ennemis publics, vivent dans les mêmes conditions que les prisonniers politiques. La DVB compte à elle seule 17 journalistes derrière les barreaux. « Nous recevons parfois des mails des nos collègues en prison. On sait tout de suite qu’il s’agit de membres du gouvernement qui tentent d'infiltrer notre réseau », explique Myo Ming Naing. Pour mieux comprendre leurs conditions de détention, rendezvous est pris dans les bureaux de l’AAPP, l’association d’aide aux prisonniers politiques basée à Mae Sot, en Thaïlande. Min Min, le responsable communication de l'AAPP, me reçoit et me montre des maquettes de prisons birmanes et des photos qui reproduisent les conditions de détention des prisonniers. Lui-même a passé cinq ans dans les prisons birmanes pour avoir tenté de créer un syndicat étudiant. Il fut jugé sans avocat pour le défendre et a été torturé à maintes reprises par des officiers militaires. « Une fois, ils m’ont frappé continuellement pendant 14 jours d'affilée, le jour, mais aussi en plein milieu de la nuit, révèle-t-il. Parfois, je devais rester debout dans une position très douloureuse. Si je tombais, ils me frappaient. Après avoir mangé, ils me battaient jusqu'à ce que je vomisse. Comme c'était très douloureux, j’ai appris à me nourrir le moins possible, juste de quoi survivre. Cela faisait moins mal comme ca. »

Pour Min Min, le mouvement démocratique en Birmanie reste en marche. « En prison, j’ai rencontré beaucoup d’enseignants, d’avocats et de politiciens. Nous parlions souvent de démocratie, des systèmes français, anglais ou américain, de la nature de la démocratie, qui change d'un pays à l'autre. Nous nous demandions souvent ce qu’elle devrait être en Birmanie. C’est grâce à ces rencontres que j’ai décidé de travailler pour l’AAPP. » Son président, Bo Kyi, se dit ne pas être dupe face à la démocratie « disciplinée » proposée par le gouvernement. « La torture reste une pratique courante, affirme-t-il. La plupart des prisons ne possèdent pas de cliniques pour soigner les malades et les prisonniers sont sousalimentés. Afin d’effectuer une véritable transition démocratique, le gouvernement doit libérer sans conditions les prisonniers politiques. Il faut une véritable réforme, un décret officiel. » Les reporters clandestins ont sans doute un rôle important à jouer dans les débats internationaux sur les changements politiques en Birmanie. « Je veux dire la vérité à mon peuple. Nous sommes tous fatigués de la propagande d’État. Je veux raconter aux Birmans son présent et son histoire ». conclut Sam.

XUAN DAO LE

A Lire Aussi
MALAISIE - CORONAVIRUS: Les gants en latex anti-Covid, rois controversés des exportations
HONG KONG - JUSTICE: Joshua Wong, «Saint just» anti chinois ou victime de la répression ?
INDONÉSIE - TOURISME: Moins d'aéroports internationaux dans l'archipel après la pandémie
ASIE - CORONAVIRUS: La chaine CNN dévoile des documents sanitaires accablants pour la Chine
INDONÉSIE - ISLAMISME: Le retour inquiétant d'un prédicateur dans l'archipel
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
(4)
Machzaq 2011-10-20 21:56:45
La collecte des faits à leur source
Bel article d'investigation de terrain, qui répond à cette plaisanterie insolente de Zarganar, le célèbre opposant birman... Un Birman chanceux se rend en Inde pour se faire soigner les dents. Le dentiste lui demande bien pourquoi il vient en Inde : “Il n’y a pas de dentistes en Birmanie ?” Et le Birman de répondre : “Bien sûr que si, mais on n’a pas le droit d’ouvrir la bouche ! Les choses sont elles en train de changer en Birmanie?
KB 2011-10-15 08:45:38
Bravo
Excellent article, on sent une émotion palpable dans le récit. Bravo au courage des journalistes d'avoir, parfois au péril de leur propre vie, apporté aux yeux des lecteurs, une autre vérité du "terrain"
Xuan Dao 2011-10-14 07:14:24
Protection des sources
Merci pour ce commentaire. Pour information, les journaliste interviewés pour cet article ont tous eu le choix de révéler leur vrai nom ou d'utiliser un pseudonyme. De même, si les noms de ville sont utilisés, aucune adresse précise n'est révélé, puisque cela doit être tenu secret (précisé en début d'article). Pas d'inquiétude à avoir sur la protection des sources, donc, tout a été fait minutieusement.
Anh-Van 2011-10-13 08:46:18
La Liberté à quel prix ?
Intéressant le reportage mais je m'inquiète que des noms et des villes soient cités, même si les adresses ne sont pas révélées. Pour avoir connu ce régime dans un Vietnam après 1975, je me pose toujours la question sur le rôle des journalistes. Sans eux, le cri de la Liberté des peuples opprimés ne pourrait jamais se faire entendre. Mais avec eux, à travers reportages et photos d'actualité, la lutte clandestine pourrait-elle être menacée? Quel est le prix à payer pour témoigner d'un côté, et être libre et entendu de l'autre ? Je respecte vraiment les risques pris par les journalistes et les militants sur place au nom de la liberté d'expression. De ce côté là en Occident, la prise de conscience de l'enfer vécu par ses semblables à l'autre bout du monde, ne fait que renforcer mon admiration (et mon impuissance). Il n'est pas agréable d'avoir à écarquiller les yeux devant une lumière trop vive, mais au moins, on n'aura pas vécu toute notre vie les yeux baissés, ou même fermés. Noble métier donc que celui de reporter et noble combat que celui pour le droit de vivre dignement.
Notre lettre d'information

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous

Voir la newsletter du 30/11



Rama X, le couronnement
LU AILLEURS: Le roi Rama X en Suisse ... lorsqu'il était enfant - Gavroche
THAÏLANDE: En images, la procession du palanquin royal - Gavroche
THAÏLANDE: Le roi Rama X a été couronné - Gavroche
HISTOIRE: Comprendre la monarchie Thaïlandaise et ses traditions - Gavroche
THAÏLANDE: Le 4 mai 2019, jour du couronnement de S.M le roi Rama X - Gavroche
THAÏLANDE: Le mode d'emploi d'un fastueux couronnement - Gavroche
THAÏLANDE: Le dernier couronnement royal a eu lieu en ... 1950 - Gavroche
THAÏLANDE: Suivez en direct le couronnement du roi Rama X - Gavroche
THAÏLANDE: Les thaïlandais découvrent peu à peu leur nouvelle reine Suthida - gavroche
THAÏLANDE: Bangkok subit un lifting pour le couronnement du roi Rama X - Gavroche
Thaïlande - Crise politique
THAÏLANDE - POLITIQUE: Les «canards jaunes», étendards de la protestation démocratique - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Les coupons des manifestants considérés comme de la fausse monnaie - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Pourquoi les manifestants pro-démocratie n'ont pas perdu la partie - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Le QG de la Siam Commercial Bank, nouvelle cible des manifestants - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Le crime de lèse-majesté, arme fatale anti manifestants - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Le comité de réconciliation est nommé...sans réconciliation en vue - Gavroche
Dernières Petites Annonces
POLITIQUE THAÏLANDAISE
THAÏLANDE - POLITIQUE: La presse asiatique scrute la reine Suthida et la concubine Sineenat - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Dans les rangs de l'armée et de la police, une colère démocratique - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Premier ministre logé par l'armée: la justice donne son feu vert - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Le jour du jugement pour le premier ministre Prayut - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Les «canards jaunes», étendards de la protestation démocratique - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Jusqu'au 15 janvier, le royaume reste en État d'urgence -
Coronavirus
MALAISIE - CORONAVIRUS: Les gants en latex anti-Covid, rois controversés des exportations - Gavroche
ASIE - CORONAVIRUS: La chaine CNN dévoile des documents sanitaires accablants pour la Chine - Gavroche
HONG KONG - CORONAVIRUS: Une quatrième vague de Covid-19 à l'horizon ? - Gavroche
ASIE DU SUD-EST - PANDÉMIE: Le point sur la Covid-19 au 30 novembre - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Jusqu'au 15 janvier, le royaume reste en État d'urgence -
ASIE - CORONAVIRUS: Le déconfinement doit tenir compte des anciens malades guéris - Rédaction
HONG KONG - CORONAVIRUS: Pas de reconfinement dans le territoire, mais.. - Gavroche
LAOS - CORONAVIRUS: 14 nouveaux cas de Covid-19 dans le pays - Gavroche
PHILIPPINES - CORONAVIRUS: Tué par la Covid-19, le plus vieux collège de Manille va fermer ses portes - Gavroche
THAÏLANDE - FRANCE: Les thaïlandais bienvenus dans l'hexagone....s'ils veulent venir - Gavroche
Tourisme
THAÏLANDE - TOURISME: Le Koh Jum Lodge, une perle insulaire à découvrir - PUBLI-INFO
THAÏLANDE - VISAS: Partir en Thaïlande malgré la pandémie, c'est possible ! - Rapide Visa
THAÏLANDE - TOURISME : Escapade à Khao Sok - Gavroche
THAÏLANDE - FRANCE: L'Office du tourisme thaïlandais repart en campagne - Gavroche
BANGKOK - TOURISME: Bientôt des navettes électriques sur tous les canaux de Bangkok ? - Gavroche
Dernières Offres d'Emploi
01/12/2020
Lieu:
 
 
28/11/2020
Lieu: Hanoï
 
 
27/11/2020
Lieu: Bangkok
 
 
24/11/2020
Lieu: Bangkok
 
 
14/11/2020
Lieu: Bangkok
 
 
L'actu en Birmanie
BIRMANIE - POLITIQUE: Le parti de l'armée refuse de reconnaitre les résultats des législatives
BIRMANIE - POLITIQUE: Les militaires, arbitres des élections du 8 novembre ?
BIRMANIE - POLITIQUE: Tout ce qu'il faut savoir sur la victoire annoncée d'Aung San Suu Kyi
BIRMANIE - POLITIQUE: Le parti d'Aung San Suu Kyi revendique une victoire «éclatante»
BIRMANIE - POLITIQUE: Aung San Suu Kyi favorite du scrutin législatif
THAÏLANDE - VISITE DU PAPE
JAPON - DIPLOMATIE: Après avoir promu le dialogue à Bangkok, le pape François s'insurge contre le nucléaire à Nagasaki - Gavroche
THAILANDE - RELIGION: Quel bilan pour la visite du pape François ? - Gavroche
THAÏLANDE - RELIGION: Un entretien avec Son Éminence Francis Xavier Cardinal Kriengsak Kovithavanij, évêque de Bangkok - Gavroche Magazine
GAVROCHE HEBDO - EDITORIAL: Face au pape François, une société thaïlandaise en demande de repères - Gavroche
THAÏLANDE - RELIGION: Pourquoi les Thaïlandais n'ont pas été évangélisés - Gavroche
Dernières bonnes adresses
5 stars transactions immobilieres
Thailande / Bangkok Agences Immobilieres
 
ACACIA
Thailand / Bangkok Écoles
 
MONDASSUR
France / - Assurances
 
P'TIBOUTS
THAILANDE / BANGKOK CrÈches
 
VOVAN & ASSOCIÉS
THAÏLANDE / BANGKOK Avocats
 
booked.net
Programme Tele TV5
Les Nouvelles du Cambodge
CAMBODGE - CULTURE: Le festival de photographie d'Angkor est ouvert...en ligne
CAMBODGE - FRANCE: Au début décembre, un grand prix des affaires franco-cambodgien très attendu
CAMBODGE - PRESSE: L'Alliance des journalistes Cambodgiens saluée par Reporters Sans Frontières
CAMBODGE - OPINION: «Au Cambodge, la démocratie assassinée» par Sam Rainsy
CAMBODGE - FRANCE: Attention, voyager au Cambodge va vous coûter cher
crown-relocations
sds
wrlife
lfib-fev20
pimp-my-dive
yves-joaillier-3
ftcc
oif-fev14