Orian Bosson | Gavroche | 18/02/2018
Communauté / Actu  

THAÏLANDE Visite d'un sénateur français en mode « vite, vite, vite ! »

Le sénateur est arrivé dans son bel habit d’observateur et de décideur. Il a écouté, regardé, participé aux débats, posé et répondu aux questions. Pourtant, rapidement, un sentiment singulier a submergé ses premières impressions. Il s’est senti englué, empêché, ralenti par une inertie ambiante. Lui qui n’avait que trois mots à son vocabulaire – « vite, vite, vite… » – a voulu comprendre : comment de telles institutions comme la Chambre de Commerce Franco-Thaïe, l’ambassade de France, les consulats honoraires, les diverses associations pouvaient engendrer un tel engourdissement ? Il a visité presque le monde entier et jamais ailleurs il n’avait eu ce sentiment. Etait-ce la société thaïlandaise qui impactait autant nos dignes institutions françaises ?

Avant tout, n'oublions pas de rappeler que la plupart des expatriés de retour en France sont aussi touchés par cette lourdeur qu’ils attribuent au système français. Parce qu’en Thaïlande, on passe son permis de conduire en une journée, on obtient une carte de crédit en une heure, on boucle un dossier de permis de construire en une semaine, on divorce en une journée, on passe une IRM en deux heures, on voit un médecin spécialiste sans rendez-vous, on pousse la porte d’un coiffeur et on vous coiffe, on rentre dans un salon de massage et on vous masse, les Thaïlandais obtiennent leur carte d’identité en une heure, on vous fait un costume en une nuit et on le livre dans votre chambre... Les exemples « de vite fait, bien fait » ne manquent pas, en supprimant cette connotation de travail bâclé que l’expression pourrait suggérer.

Surtout, n’oublions pas la réactivité des grands systèmes du pays après de grandes catastrophes comme le tsunami de 2004, la grippe aviaire, les inondations de 2011. Tout le pays a travaillé d’arrache-pied pour reconstruire au plus vite, les systèmes de solidarité se sont mis en place instantanément, l’argent est venu de ceux qui en avaient, on a donné et fait dans l’urgence en s’appliquant à retrouver au plus vite la sérénité et une vie normale.

Six mois après la grande vague meurtrière, les trottoirs de Patong à Phuket étaient reconstruits et les petits estancos grouillaient aux abords des plages pour accueillir les touristes.

Une anecdote personnelle pourrait donner un éclairage particulier à nos différentes façons de réagir. Quand je suis arrivée à Paris dans l’un des premiers avions des rapatriés du tsunami, avec entre autres un groupe de touristes français traumatisés, blessés, perdus, dont la moitié manquait à l’appel, on nous a distribué un petit document sur comment se méfier et réagir a une éventuelle contamination à la grippe aviaire.

Les cellules de crise et d’accompagnement des victimes du tsunami n’ont été mises en place que plus tard, trop tard pour les premiers arrivants, plus de 24 heures après la catastrophe, alors que personne ne pouvait l’ignorer car sans cesse relayée par les médias du monde entier. Qu’est devenu le concept d’urgence ?

Concernant la grippe aviaire, rappelons qu’en janvier 2004, la Thaïlande a massivement abattu tous ses élevages et a réglé le problème d’une éventuelle épidémie. En France, depuis au moins quatre ans et encore cette année, on abat les élevages de canards du Sud-Ouest en ruinant les éleveurs.

Voltaire disait déjà : « Les Français parlent vite et agissent lentement »

La Thaïlande est un véritable pays-entrepreneur. Toutes les polémiques sur les principes de précaution n’ont pas presse ici. On a compris depuis longtemps que tous ces parapluies ouverts massivement ralentissaient le grand voilier du progrès. On ne s’encombre pas de manières, on ne va pas plus vite que la musique mais on y va souvent par le chemin le plus court, ce qui est la meilleure manière d’aller «  vite, vite, vite ! » tout en ménageant sa monture. Et surtout on met sans cesse en exergue ce principe d’efficacité. On prend des risques, certes, mais on pense déjà aux solutions.

Ce grand observateur, cet entrepreneur au vocabulaire concis, ce sénateur français aux trois mots perçoit en même temps le  « vite, vite, vite » d’ici en pensant au « vite, vite, vite » de là-bas.

Alors un doute pesant l’a envahi. Il a ressenti l’inertie, la lourdeur de notre propre système, trop vieux, trop raccommodé, trop aménagé, trop légiféré et pas assez léger. Il a ressenti une différence et en a blâmé la coopération des deux pays. Car ici on fait au plus vite tout ce qui l’exige, tout ce qui est utile à toutes sortes de progrès.

On planifie à court terme dans une instabilité dont on ne se soucie plus chez nous. Et pourtant, les leçons récentes  devraient faire légion. D’autant qu’ici le temps est élastique. On vit à toute heure donc pas besoin de vivre à toute vitesse. Voltaire disait déjà : « Les Français parlent vite et agissent lentement ».

Chez nous, on court en regardant ce qui peut se passer dans notre dos. Ici, on court les yeux fixés sur l’horizon.   

Orian Bosson (www.gavroche-thailande.com)

A Lire Aussi
BANGKOK Le club des Vieux Bambous : plus fun tu meurs !
Nos petites annonces de particulier à particulier
A lire ce mois-ci dans Gavroche ! - YELO HOUSE : tout pour faire son trou d’art
THAÏLANDE Une vidéo de la BBC déclenche des critiques sur l’hygiène du « train market » de Maeklong
Quelle imposition pour vos investissements immobiliers en France ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
(1)
JPSIAM 2018-02-21 23:18:06
Paroles ! Paroles !
Il faut remettre les choses dans un juste milieu ! La Thaïlande est un pays de contraste et de démesure! Tout s’achète, tout se vend, tout se transforme ! Ce pays en voie de développement et les services offerts, en particulier de la santé ne sont pas accessibles à la majorité du peuple. Ce sont surtout les étrangers qui contribuent à la rentabilité des hôpitaux privés. La Thaïlande n’est vraiment pas un exemple de référence.
Que faire ce week-end à Bangkok?

Chaque vendredi, retrouvez les
spectacles, concerts, films, évènements
du week-end à ne pas manquer.

Voir la newsletter du 19/04 au 25/04



Retrouvez-nous sur Facebook
10 Dernières Petites Annonces
Dernières bonnes adresses
VOVAN & ASSOCIÉS
THAÏLANDE / BANGKOK Avocats
 
TROCADELYO LS (MYANMAR) CO.,LTD.
Myanmar / Yangon Avocats
 
VOVAN ET ASSOCIÉS
Thailande / HUA HIN Avocats
 
TROCADELYO LEGAL
Thailande / PHUKET Avocats
 
UFE Thaïlande
Thailande / Bangkok Associations
 
bons plans de la semaine

Nous sélectionnons pour vous les meilleures offres et promotions du moment

Tous nos BONS PLANS

Taux de Change
Prévisions aujourd'hui

Click for Bangkok, Thaïlande Forecast

Tourisme
Partez à l’aventure en Thaïlande à moto - PUBLI-INFO
Bangkok : un hôtel propose de dormir en prison - Gavroche
SUAN PHEUNG Au coeur de la nature -
INDONESIE Raja Ampat : l'île Maurice version Asie - Gavroche
THAILANDE Fermeture de sites de plongée -
Culture
PORTRAIT Rasmee Wayrana, la sirène des rizières
« Decoding Thainess » : une nouvelle exposition permanente au Museum Siam
Musée du Bangkokois : le quotidien à Bangkok dans les années 40
Pichet Klunchun : l’enfant terrible des arts dramatiques thaïlandais
BANGKOK Des entrepôts de la Seconde Guerre mondiale reconvertis en espaces d'art
Dernières Offres d'Emploi
16/04/2018
Lieu: Ekamai
 
 
04/04/2018
Lieu: Bangkok
 
 
03/04/2018
Lieu: Pathumthani
 
 
29/03/2018
Lieu: Bangkok
 
 
25/03/2018
Lieu: A domicile
 
 
ags-four-winds-2
samitivej-sep16
crown-relocations
yves-joaillier-3
bangkok-hospital
asita
oif-fev14
dfdl
ftcc