Céline Ngi | Gavroche | 05/12/2020
Culture / Actu  

THAÏLANDE - CINÉMA : Les clichés de la Thaïlande sur grand écran

Régulièrement vantée comme une destination idéale pour l’expatriation, la Thaïlande est-elle vraiment, aux yeux des étrangers, ce pays où il fait bon travailler et vivre en famille ? Pas au cinéma en tout cas, qui la représente bien plus souvent comme un lieu exotique, fantasmé, où les excès, les plaisirs et les dangers se condensent dans l’atmosphère moite de l’Asie du Sud-Est. Drogue, décadence, meurtre et prostitution figurent parmi les mots-clés récurrents – pas toujours très flatteurs – des scénarios qui ont choisi la Thaïlande pour toile de fond. Démonstration en neuf films.

  •  
  •  
  •  

CONTE DE FÉES - Teddy Bear de Mads Matthiesen (2012)

À côté des productions moites et pessimistes qu’Hollywood a ramené de Thaïlande, le premier film du Danois Mads Matthiesen offre une bulle d’espoir et de fraîcheur, avec une touche à la fois très scandinave et très « cinéma d’auteur » (primé au festival de Sundance).

Dennis, le héros de Teddy Bear, est un bodybuilder professionnel qui, à 38 ans, vit toujours avec sa possessive de mère. Sous l’impulsion de son oncle, fraîchement marié à une Thaïlandaise, il s’envole pour Pattaya, où il espère trouver… l’amour. Passé le moment du choc culturel et de la découverte émerveillée, vient le temps des désillusions : Dennis se fait entraîner dans un bar à hôtesses par un Américain. Il renoncera finalement à avoir une relation tarifée et rencontrera, peu de temps après, le vrai amour.

Mad Matthiesen explique s’être notamment intéressé à la dimension socio-économique qui englobe le phénomène des couples mixtes en Thaïlande : « L’amour y est souvent une question de survie, dit le réalisateur. Une femme doit trouver un mari qui pourra subvenir aux besoins de toute sa famille, des enfants aux grands-parents. » Si Teddy Bear repose, à priori, sur le schéma classique de la quête exotique de l’Homme occidental, il le démonte aussitôt tant le personnage principal (joué par Kim Kold) se trouve, lui, à des lieux de tous les clichés produits par le cinéma.

BITCH BOYS - La Plage de Danny Boyle (2000)

Adapté du roman éponyme d’Alex Garland, La Plage de Danny Boyle est réputé pour être à l’origine du succès touristique de Koh Phi Phi Ley, l’île paradisiaque et inhabitée où le film a été tourné. Le scénario est connu : Richard, un jeune Américain en mal de sensation forte (interprété par un Leonardo Di Caprio au visage encore poupon), essaie de convaincre ses compagnons de route français (Guillaume Canet et Virginie Ledoyen) de rejoindre à la nage une île thaïlandaise sur laquelle une communauté hippie vivrait de drogues, d’eau fraîche et de poissons grillés.

Accusé d’avoir provoqué des dégradations environnementales pendant le tournage, le film a également été critiqué pour les visions assez manichéennes, parfois caricaturales, qu’il donne de la jeunesse occidentale comme de la Thaïlande. Ni l’une ni l’autre ne sont en effet épargnées par les clichés : il y a l’exploration d’un Bangkok un peu sale et carrément perverti, et puis la guesthouse pourrie de Khaosan Road, où Richard se perd au milieu des autres touristes occidentaux. Il y a la folie d’une jeunesse pâle et entêtée, l’utopie mal placée d’une communauté blanche qui se croit reine, des Thaïlandais pas commodes qui gardent des champs de cannabis à la Kalach. Il y a des beaux paysages, mais aussi des requins, des insolations et des écorchures, du sang et la jungle humide à braver.

Il y a beaucoup de choses dans La Plage, mais qui ne laissent finalement pas grand chose de la Thaïlande au spectateur, si ce n’est un goût amer – peut-être la mauvaise bière de Khaosan ?

ZONZON - Bangkok, Aller simple de Jonathan Kaplan (1999)

Darlene (Kate Beckinsale) et Alice (Claire Danes) sont deux amies, l’une extravertie et l’autre plus réservée (une partition presque systématique des teen movies américains), qui pour célébrer la remise de leur diplôme décident de s’offrir quelque chose de « différent ». Ce sera donc la Thaïlande : à elles la fête, les cocktails, les balades en pirogue... Sauf que suite à une mauvaise rencontre, elles vont découvrir à leurs dépens l’envers d’un pays qui leur était apparu au premier abord si accueillant. De l’héroïne est trouvé à la douane dans le bagage de l’une d’entre elles. Le coin de paradis mute aussitôt vers l’enfer : elles sont condamnées pour l’exemple à 33 ans de prison.

Inspiré d’un fait divers, Bangkok, aller simple, peut être vu comme une version féminine, moderne et thaïlandaise du classique Midnight Express (1978) qui revenait sur l’emprisonnement cauchemardesque en Turquie de l’Américain William Hayes. Même tension autour de la barrière du langage, même regard accusateur de l’Occident sur la justice expéditive et le système carcéral des pays du Sud. Pour le reste, la routine : des flics pervers, des juges racistes, des codétenues barbares, une hygiène inexistante… Et forcément, comme la Turquie vingt ans avant elle, la Thaïlande n’a pas apprécié : elle a interdit le film de Jonathan Kaplan, qui a ainsi dû être tourné aux Philippines.

VICE CITY - Only God Forgives de Nicolas Winding Refn (2013)

Bangkok, la nuit. Ses impasses, ses tripots et ses passes – d’armes, de came, de filles. Bangkok, ville sang et noire, terre de polar – hardboiled (1) de préférence – où s’écrivent tant d’histoires de putes et d’assassins, à ne plus dormir sur ses deux oreilles. C’est dans ce Bangkok-là que Nicolas Winding Refn, réalisateur du très sombre Drive, place l’action de son dernier film, Only God Forgives, sorti en mars dernier. Ryan Gosling, le bad boy solitaire, taiseux et violent de Drive, y campe de nouveau le rôle principal.

Cette fois, il est Julian, un Occidental exilé qui dirige à Bangkok un club de boxe thaïe – une couverture (bien sûr) pour son vaste trafic de drogue. Julian est sommé par sa mère (Kristin Scott Thomas) de venger la mort de son frère Billy, tué après avoir révélé des penchants pédophiles puis massacré une prostituée. Sa traque en milieu très hostile le mène à Chang (Vithaya Pansringarm), un flic corrompu à la retraite, à l’origine des interventions les plus marquantes du film, soit : une scène de torture et une scène de… karaoké.

Comparé à David Lynch ou Gaspard Noé, notamment pour son esthétisation de la violence à coups de néons blancs et rouge sexe, Nicolas Winding Refn a d’abord choisi Bangkok pour son aspect « extrêmement cinématographique ». « C'est comme entrer dans L'Enfer de Dante », dira le réalisateur. Voilà qui tombait bien pour un film qui, derrière ses images brutales, entend surtout parler de peine et de rédemption.

NO LIMIT - Very Bad Trip 2 de Todd Phillips (2011)

Voilà plusieurs années que la Thaïlande vend à prix charter ses sourires enjôleurs et ses plages paradisiaques. Il y en a pour tous les goûts : du romantisme pas cher pour les jeunes couples déjà ruinés par Darty, de l’aventure au prix d’un mois de baby-sitting pour les étudiants pauvres, et de l’alcool en seau pour les potes qui se font passer la corde au cou. Une sorte de Las Vegas cheap et exotique, en somme, où Todd Philips, le réalisateur de Very Bad Trip, a décidé d’envoyer ses quatre héros pour le second volet de sa comédie à succès.

Le synopsis reste sensiblement le même : Stu va (essayer) de se marier (encore). Ses amis jurés, Alan, Phil et Doug s’envolent avec lui à Bangkok pour un enterrement de vie de garçon qu’ils souhaitent plus exotique et moins décadent que la dernière fois. Il se passe évidemment tout le contraire : soirée trop arrosée, amnésie au réveil, tatouage non désiré, puis péripéties autour de la disparition du petit frère de la future mariée. Avec toujours, comme fil conducteur, une méchante gueule de bois. On prend les mêmes et on recommence. Oui, mais avec quelques épices asiatiques en plus : un singe, des vieillards édentés, ou ce guide roublard qui les accueille en ces termes : « Bienvenue, dans la ville qui pue du cul ». Voilà qui résume bien l’esprit du film, dans lequel la Thaïlande, et plus particulièrement Bangkok, passe (de nouveau) pour une destination de pure perdition.

Todd Philips dit en effet avoir trouvé la ville encore plus propice aux excentricités que le classique Las Vegas. Il aurait ainsi voulu faire, avec Very Bad Trip 2, une sorte d’« Apocalypse Now comique »…

CATASTROPHE - The Impossible de Juan Antonio Bayona (2012)

En décembre 2004, au lendemain de Noël, le plus grand tsunami jamais enregistré dans l’histoire frappe les côtes de plusieurs pays de l’océan Indien. L’ouest de la Thaïlande, particulièrement prisé par les touristes en cette période de l’année, fait partie des zones les plus touchées. Dans son dernier film, The Impossible, le réalisateur espagnol Juan Antonio Bayona retrace l’histoire d’une famille britannique séparée par cette catastrophe sans précédent.

Comme pour les centaines de milliers d’autres victimes, la vie du couple jeune, beau et aisé formé par Ewan McGregor et Naomi Watts, en vacances en Thaïlande avec leurs trois enfants, va basculer après le passage de la vague meurtrière. Tout n’est plus que morts, pleurs et désolation dans la seconde partie du film que Juan Antonio Bayona a voulu réaliste. « Je voulais suivre ces gens et montrer ce que les informations n’ont pas raconté. »

Outre le parti pris d’un sentimentalisme trop affecté, il a été reproché à The Impossible une forme d’indécence, liée à son point de vue centré uniquement sur une famille occidentale et bourgeoise : les victimes thaïlandaises – plus nombreuses – n’ont pas vraiment leur place dans l’intrigue. Les seuls qui apparaissent à l’écran sont souvent bienveillants, prêts à porter secours aux touristes en détresse, à l’image de cette femme qui offre son épaule à Naomi Watts pour pleurer. Si le propos du film était simplement de suivre l’histoire d’une famille parmi d’autres (et sans doute pas de faire polémique), il n’empêche que ce traitement peut laisser penser qu’au cinéma comme dans la vraie vie, toutes les victimes ne se valent pas.

PAR K.O. - Chok-Dee, de Xavier Durringer (2005)

Outre la plage, l’alcool, les drogues et le sexe, il existe au cinéma une autre raison pour les Occidentaux d’aller se perdre en Thaïlande : la boxe, sport national réputé comme l’un des plus violents au monde. Les films coups de poing tournés dans la région sont légion, qu’il s’agisse de productions locales ou étrangères. En 2005, deux ans après le succès du film thaïlandais Ong-Bak, le Français Xavier Durringer adapte au cinéma le livre autobiographique du boxeur Dida Diafat, qui joue son propre rôle à l’écran, renommé Ryan.

Ryan est un jeune de banlieue au parcours difficile, comme le cinéma français les a beaucoup aimés il y a une ou deux décennies. S’étant pris de passion pour la boxe thaïe lors d’un séjour en prison, il décide à sa sortie d’aller s’entraîner aux sources. Arrivé dans un camp thaïlandais normalement fermé aux étrangers, Ryan devra encaisser pas mal de défaites et d’humiliations avant de se faire accepter. La suite, on la connaît : l’apprentissage de la vie, au fil des droites qu’on balance et qu’on se mange ; la naissance de l’amitié avec des Thaïlandais, ces frères de combat ; des K.O. sur le ring et une belle leçon de tolérance.

Si le film a maintenant dix ans, le phénomène qu’il met en avant – des jeunes Français parfois un peu paumés qui vont tenter le tout pour le tout avec des sessions de boxe hardcore en Thaïlande – est toujours d’actualité. Dans le film, Ryan se fait tatouer « Chok Dee” » sur le bras : « Bonne chance » en thaï. C’est sûrement tout ce qu’il reste à leur souhaiter.

LÈSE-MAJESTÉ - Anna et le roi d’Andy Tennant (1999)

Au moment de la sortie d’Anna et le roi en 1999, ils étaient nombreux à avoir prédit son interdiction. Ceux-là ont eu raison. Comme le livre de Margaret Landon sur lequel il est basé, et comme le long-métrage datant de 1946 dont il se veut le remake, le film d’Andy Tennant n’a pas été approuvé par la Thaïlande. Selon le président de la Commission de censure de l’époque, « ce film s’efforce intentionnellement de miner la monarchie et déforme sérieusement l’histoire thaïlandaise ».

Dans cette version, Jody Foster est Anna Leonowens, gouvernante anglaise des enfants du roi Mongkut, connue pour avoir beaucoup marqué la Cour du XIXe siècle. Si beaucoup de détracteurs minimisent le rôle joué par cette femme dans la véritable histoire du Siam, il a aussi été reproché au film de dépeindre le souverain sous des aspects trop négatifs ou manichéens. Anna tentera par exemple d’empêcher l’exécution de l’une des concubines du roi. Intransigeant, Mongkut ordonne la décapitation...

Au sein d’une cour régulée par des coutumes inhabituelles en Occident, la femme anglaise, cultivée, apparaît souvent comme l’incarnation du bon sens : elle est « la bonne influence », garante de la future modernité du royaume. Mais peut-être cette représentation n’est-elle au fond pas si froissante, au regard de l’offense ultime de la réalisatrice, qui a donné au grand roide Siam les traits du Chinois Chow Yun-Fat.

LES VISITEURS EN ASIE - On ne choisit pas sa famille de Christian Clavier (2011)

Quand l’humour à la française s’exporte dans les rues de Bangkok, cela donne : On ne choisit pas sa famille, une comédie signée Christian Clavier, dans laquelle il tient aussi l’un des rôles principaux. Comme Holy Lola de Bertrand Tavernier, tournée au Cambodge (et qui n’est lui pas une comédie), le film aborde le sujet de l’adoption des enfants du Sud-Est asiatique par des couples européens. En l’occurrence, celui formé par Hélène Noguerra et Muriel Robin, qui souhaitent adopter une enfant en Thaïlande, mais ne peuvent pas constituer un dossier ensemble. Christian Clavier sera donc chargé de jouer le rôle du futur père devant le médecin (Jean Reno) responsable des adoptions de l’orphelinat en Thaïlande.

Pour un ancien bronzé, Christian Clavier ne fait pas dans la finesse vis-à-vis de ses hôtes thaïlandais. Pris d’une indigestion qu’il met sur le compte de la mauvaise qualité de la nourriture, il se retrouve dans la pharmacie d’un quartier chaud de la capitale, et demande : « Ils vendent des vrais médicaments ici ? Non, parce que comme ils copient tout, je pose la question… » Un peu plus tard, il est victime d’un vol dans un bar à hôtesses. Quand il veut récupérer son bien, il se retrouve face à un méchant bridé moustachu, brute et chevelu, qu’on a dû voir déjà dans à peu près 426 films…

Des gags dans le même goût se suivent et se ressemblent dans ce vaudeville transposé en Orient, auquel on ne reprochera finalement pas ses blagues stéréotypées à l’égard des Thaïlandais, puisqu’il égratigne peut-être plus encore, bon gré mal gré, le type du Français en voyage à l’étranger.

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici

A Lire Aussi
BANGKOK - CULTURE: Après l'assommoir COVID, le bonheur retrouvé des galeries d'art
THAÏLANDE - CULTURE: Apprendre à chanter en ligne avec le sourire thaïlandais en prime.....
THAÏLANDE - CULTURE: Les nagas, un mythe thaïlandais
BANGKOK - CULTURE: 10 lieux culturels à ne pas manquer dans la «cité des anges» 2/2
BANGKOK - CULTURE: 10 lieux culturels à ne pas manquer dans la «cité des anges» 1/2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
(15)
Lothaire de Sainte Collombes 2020-12-06 06:49:23
La Thailande par Katsuya Tomita
Bonjour, Et Bangkok Nites du japonais Katsuya Tomita... A bientôt
Lothaire de Sainte Collombes 2020-12-06 06:40:58
Et les films thailandais ?
Le bonjour, Bizarre cet article ne parle pas des réalisateurs thailandais. Allez par exemple Phuttiphong Aroonpheng et son film Manta Ray (2018). A bientôt
Alex Nun 2020-12-06 05:28:03
...
Je ne sais pas pourquoi aller si loin j’ai commencé avec ong bak , Tom yum Kung avec Toni jaa , uncle Boonmee aussi primé au festival de cannes mais bon c’était pas trop ma tasse de thé 😀, only god forgives ( tres noir mais excellent ) et Bangkok dangerous .....
Thraab Amon-Râ 2020-12-06 05:27:28
Sérieusement c'est quoi cet article ?
À part de la critique - si on peut appeler ça de la critique - approximative, informe et très maladroitement traitée et orientée, y'a pas grand chose... Une véritable incursion dans le cinéma thaïlandais, en collaboration avec la Thai film archive par exemple, serait mille fois plus intéressant ! Entre les sucreries exquises de Panna Rittikrai (70-90), les grands classiques que presque personne connais (King of the white elephant, le documentaire magnifique Luk Isan, et j'en passe...) et quantité d'autres films des années 70 et 80, il y a de quoi faire pourtant !
Fred Bti 2020-12-06 05:26:31
Merci pour la liste.
A prayer before dawn, à voir absolument car c'est une part de Thaïlande que personne n'a envie de voir dans la réalité 😉
Frédéric UL 2020-12-05 10:01:52
Lady Bar
Lionel B, oui voilà, c'est celui-là dont je parlais. J'avais oublié le titre. Étonnant que le Gavroche n'en parle pas. Je ne dis pas relations Farang-thaï car en 2020 ces relations ne sont plus exclusivement celles dont parlent le film.
Lionel B 2020-12-05 10:00:58
Réponse à Frédéric
le film le plus réaliste et représentatif de la misère affective et de la relation Fareng - thaï est pour moi Lady bar
Frédéric UL 2020-12-05 10:00:22
Un film absent ???
Il manque un bon film français très près de la réalité dont j'ai oublié le titre. Deux touristes qui partent en vacances à Pattaya. Une excellente analyse objective sur les relations Farang-prostituées.
Marc-Antoine W 2020-12-05 09:58:15
Chok Dee
Un bon film sans prétention
Jean Jacques M 2020-12-05 09:57:33
Rien de bien réaliste
Rien de bien réaliste dans tous ces films ou en tout cas très éloigné de la réalité de la Thaïlande profonde que l’on est beaucoup à chérir
Notre lettre d'information

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous

Voir la newsletter du 1/03



Évènements Birmanie
BIRMANIE - POLITIQUE: L'horreur est désormais dans les rues du pays
BIRMANIE - POLITIQUE: L'art Birman milite aussi contre la dictature
BIRMANIE - POLITIQUE: Face au peuple, l'armée birmane a besoin d'alliés
BIRMANIE - POLITIQUE: Amnesty International s'alarme de l'usage de la force
BIRMANIE - JUSTICE: Aung San Suu Kyi de nouveau inculpée....en visioconférence
Thaïlande - Crise politique
THAÏLANDE - POLITIQUE: Les réseaux sociaux, l'arme de la contestation massive - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Vers une division du mouvement pro-démocratie entre manifestants et partisans d'un compromis ? - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Nouvelle accusation de lèse majesté contre une députée d'opposition - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Nouveau rapport sur le harcèlement des militantes pro-démocratie - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Astra Zeneca au risque de la polémique «royale» - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Les vaccins anti Covid-19, otages de la crise politique thaïlandaise - Gavroche
Dernières Petites Annonces
POLITIQUE THAÏLANDAISE
THAÏLANDE - POLITIQUE: Les réseaux sociaux, l'arme de la contestation massive - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Vers une division du mouvement pro-démocratie entre manifestants et partisans d'un compromis ? - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Un observateur du royaume nommé....Thaksin Shinawatra - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Suthep, la prison et les règlements de compte - Gavroche
THAÏLANDE - DÉFENSE: En surnombre, les généraux Thaïlandais priés de quitter l'uniforme - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Case prison pour Suthep, le tombeur de Yinluck Shinawatra - Gavroche
Coronavirus
ASIE DU SUD-EST - CORONAVIRUS: En avance sur la quarantaine, en retard pour les vaccins - Gavroche
VIETNAM - CORONAVIRUS: 150 millions de doses de vaccins bientôt commandées - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: La solution sera le passeport vaccinal, mais quand ? - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Anutin Charnvirakul, un ministre de la santé désormais vacciné - Gavroche
LAOS - CORONAVIRUS: Une assurance Covid désormais indispensable pour entrer dans le pays - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Les chauves souris thaïlandaises attirent les scientifiques dans les grottes - Gavroche
CAMBODGE - CORONAVIRUS: Nouveau foyer infectieux détecté à Phnom Penh dans un «centre de divertissement» - Gavroche
ASIE DU SUD-EST - PANDÉMIE: Le point sur la Covid-19 au 20 février - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Réouverture prévue lundi de 54 provinces au lieu de 35 - Gavroche
ASIE DU SUD-EST - PANDÉMIE: Le point sur la Covid-19 au 13 février - Gavroche
Tourisme
THAÏLANDE - TOURISME: En vélo et en français sur les routes thaïlandaises... - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Ouvrir les frontières thaïlandaises au 1er juillet ? La mobilisation est lancée - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: 21 jours, 14 jours, 7 jours...La quarantaine anti-Covid en question - Rapide Visa
CHIANG MAI - TOURISME: En vadrouille, Eric nous fait découvrir les abords de «la rose du nord» - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Les crypto-monnaies, futur moyen de paiement touristique - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Après la Covid 19, ne plus croire aux commentaires en ligne ? - Gavroche
CHIANG MAI - TOURISME: En vadrouille avec Eric...au Wat Pha Lat - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Se rendre en Thaïlande sans «motif impérieux» ? Oui, c'est possible - Rapide Visa
PHILIPPINES - TOURISME: Pampanga, royaume de la mangrove dans l'archipel - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Passeports vaccinaux vs quarantaine obligatoire, la bataille continue - Gavroche
Dernières Offres d'Emploi
03/01/2021
Lieu: Ventiane
 
 
25/12/2020
Lieu: Bangkok
 
 
13/12/2020
Lieu: BANGKOK
 
 
13/12/2020
Lieu: BANGKOK
 
 
08/12/2020
Lieu: télétravail
 
 
Rama X, le couronnement
LU AILLEURS: Le roi Rama X en Suisse ... lorsqu'il était enfant - Gavroche
THAÏLANDE: En images, la procession du palanquin royal - Gavroche
THAÏLANDE: Le roi Rama X a été couronné - Gavroche
HISTOIRE: Comprendre la monarchie Thaïlandaise et ses traditions - Gavroche
THAÏLANDE: Le 4 mai 2019, jour du couronnement de S.M le roi Rama X - Gavroche
THAÏLANDE: Le mode d'emploi d'un fastueux couronnement - Gavroche
THAÏLANDE: Le dernier couronnement royal a eu lieu en ... 1950 - Gavroche
THAÏLANDE: Suivez en direct le couronnement du roi Rama X - Gavroche
THAÏLANDE: Les thaïlandais découvrent peu à peu leur nouvelle reine Suthida - gavroche
THAÏLANDE: Bangkok subit un lifting pour le couronnement du roi Rama X - Gavroche
booked.net
Les Nouvelles du Cambodge
CAMBODGE - ENVIRONNEMENT: La déforestation à Prey Lang dénoncée par Amnesty International
CAMBODGE - POLITIQUE: L'Union européenne dénonce l'acharnement judiciaire contre l'opposition
CAMBODGE - POLITIQUE: L'internet sous haute surveillance dans le royaume
CAMBODGE - POLITIQUE: Hun Sen, un homme fort toujours confronté à la soif de changement
CAMBODGE - ÉCONOMIE: Attirer les investisseurs étrangers devient de plus en plus compliqué
crown-relocations
sds
wrlife
lfib-fev20
pimp-my-dive
yves-joaillier-3
ftcc
oif-fev14