Olivia Corre | Gavroche | 17/01/2011
Retraite / Dossier  

Retraite en Thaïlande : Entre rêve et cauchemar

Décider de passer sa retraite au soleil n’est pas toujours synonyme de sinécure. Des débuts tout beaux tout roses laissent bien souvent place aux désillusions. Partir en vacances dans un pays est une chose, y résider en est une autre. Enquête.
  • Annie Fratoni, retraitée à Koh Samui
  • Cathy et Jean-Michel Lafarge passent trois mois par ans en France, et le reste de l
  • Patrick Desrat, Alain Philippe et Jean-Pierre Pochon ont choisi Udon Thani. Ayant tous une nouvelle compagne originaire des environs, ils se retrouvent souvent entre Français pour faire un brin de causette et déguster de bons petits plats franchouillards.
Lancer le diaporama
 


20 juin 2010.
TF1 diffuse un reportage sur deux couples de Français ayant fait le choix de s’expatrier en Thaïlande pour profiter de leurs vieux jours. Guy et Chantal, originaires de Metz, semblent revivre. Madame va au marché acheter des calamars, Monsieur a perdu cinq kilos en deux mois, et ils s’apprêtent à louer la maison de leur rêve pour seulement 300 euros. Bernard et Emmanuelle, eux, se sont offert une magnifique villa de cinq chambres sur les hauteurs de Koh Samui. Une vie, là encore, idyllique. La croisière s’amuse. Tous sur la pétrolette en direction du monde merveilleux de Oui-Oui. Mais derrière ce décor de carton-pâte pensé pour la télévision, la réalité est souvent tout autre. S’il est vrai que le coût de la vie n’a rien de semblable à celui en vigueur côté français, prendre sa retraite en Thaïlande n’en est pas pour autant gratuit. Et, malheureusement, les débuts si enchanteurs laissent bien souvent place aux désillusions et à l’isolement. Faire croire que l’expatriation est une chose facile n’est pas honnête. Il faut s’accrocher, et j’ai déjà vu beaucoup de gens craquer avant de repartir pour la France », s’insurge Annie. « Il faut aussi arrêter de mentir aux gens en leur disant que l’on vit ici comme des rois avec une retraite équivalente à un Smic : ce n’est pas vrai. Vivre à l’européenne en Thaïlande coûte cher, et 65 000 bahts ne suffisent absolument pas. »


Le faible coût de la vie se place en tête du Top 10 des motivations invoquées par les retraités pour justifier leur départ. Mais, une fois sur place, la réalité est tout autre, et l’on est souvent loin du jackpot visé. « Il faut au moins 2 300 euros par mois pour vivre correctement ici », confirme Jean-Paul Bareaud, installé à Chiang Mai depuis sept ans. Un montant auquel il est loin de pouvoir prétendre. Après avoir passé 35 ans au centre de tri postal d’Angers, de nuit, il avait envie d’un peu plus de confort. Mais, avec ses 1 350 euros de retraite mensuelle, Jean-Paul doit se contenter d’un petit studio situé en banlieue. « Mais le coin est tranquille, et toujours mieux que ce que j’avais en France », précise-t-il. Avant de s’expatrier, Jean-Paul logeait dans un foyer Sonacotra, victime d’un plan de surendettement un peu trop lourd à porter. Mais, ici, l’homme ne mène pas plus grand train. Une fois son loyer et les dépenses courantes réglées, le sexagénaire n’a plus de grande marge de manœuvre pour s’adonner aux joies du pays. Aucune folie au programme. Son boulet de surendettement toujours au pied, il n’a pas non plus les moyens de justifier d’un revenu suffisant pour obtenir un visa retraite (voir notre dossier visas retraites), ce qui lui complique la vie.


Poids des démarches

« J’ai aussi vu beaucoup de gens se rabattre sur les pays voisins, en pensant que les choses seraient financièrement plus faciles ailleurs », constate Thomas Baude, consul honoraire de la ville. « C’est vrai que, nous aussi, nous avons envisagé cette solution », raconte Jean-Michel Lafarge, également installé aux abords de Chiang Mai avec son épouse Cathy. Ils ont déjà songé au Cambodge, le Laos étant encore trop peu développé pour qu’ils envisagent de s’y sentir vraiment bien. « Et puis, c’est vrai qu’avec tous les micmacs que demande l’obtention de visas en Thaïlande, on se sent un peu pris en otage parfois, ajoute Jean-Michel, c’est peut-être l’un des rares défauts du pays », lance-t-il. Un avis partagé par l’ensemble des retraités rencontrés. Tous accordent leurs violons pour dire haut et clair que toutes ces formalités administratives sont franchement casse-pieds. « Il faut toujours des papiers, des papiers, et encore des papiers. C’est sans fin », grogne André, en attendant son tour devant le consulat. « Beaucoup de retraités se sentent un peu perdus face aux exigences du Bureau d’immigration. Et, comme les lois changent régulièrement, ils n’y comprennent plus grand chose au final », explique le consul. « Tout ça est vraiment pesant à la longue », confirme un retraité qui souhaite rester anonyme. « Au début, on s’énerve facilement. Mais bon, après, on se rend aussi vite compte que l’administration thaïlandaise n’est pas aussi rigide qu’il n’y paraît. On peut s’arranger. A condition, bien sûr, de savoir être un peu généreux avec l’agent en charge du coup de tampon», dit Annie, la bloggeuse de Koh Samui.


Moins de contraintes
Une « flexibilité » toute thaïlandaise qui ne s’arrête pas seulement aux frontières des services de l’Immigration. Cela pourrait en énerver plus d’un. Mais, bizarrement, le fait qu’il soit plus facile de négocier avec la police et les lois ne semble pas déplaire à nos tempes grisonnantes. « Tout est plus simple ici, car il y a moins d’interdits, et ceux qui existent peuvent être transgressés sans grandes conséquences », soutient Jean- Pierre, un ancien croupier qui « regrette la France de Voltaire, et non celle de Sarkozy ». Retrouver la possibilité de pouvoir chevaucher sa mobylette sans casque semble faire l’unanimité. « J’ai eu un contrôle fiscal ici, ça a été une vraie partie de plaisir », raconte Christian, un retraité ayant monté une entreprise près de Chiang Mai. Un engouement libertaire qui n’en est pas moins déstabilisant au départ, comme un paquet d’autres petites choses d’ailleurs. « S’installer ici n’a rien à voir avec une expatriation en Angleterre ou en Espagne. Toutes les bases culturelles sont différentes », souligne Arlette Vouland, proviseur à la retraite d’origine Corse, installée à Bangkok depuis huit ans. « Il faut vraiment être solide », ajoute cette femme à poigne. Comme éléments perturbateurs souvent cités, la conduite à gauche, le poids de la religion et les nombreux tabous. Mais aussi, et surtout, la façon de vivre des Thaïlandais. Notamment en termes du peu d’anticipation financière dont ils font souvent preuve, chose difficile à admettre pour des Européens à qui l’on a appris à compter avant de parler. Mais aussi le manque d’initiative individuelle, qui revient sur bon nombre de lèvres. « Pour moi, c’est une chose logique quand on sait qu’à l’école les enfants ne sont pas du tout encouragés à penser par eux-mêmes. Priorité est faite au bachotage », constate l’ancienne prof de lettres.


Gouffre culturel
« Il faut aussi apprendre à ne pas blesser les gens. On peut tout dire, mais il faut un peu l’édulcorer car, ici, la susceptibilité est à fleur de peau », affirme Arlette. Sûrement l’un des paris les plus difficiles à relever, si l’on se fie à l’avis général. « Il faut aussi savoir accepter que les Thaïlandais aient une philosophie différente de la nôtre », ajoute Louis, qui habite Udon Thani depuis déjà quinze ans. Difficile aussi de s’accorder sur ce qui relève de l’humour. « On se rend vite compte que l’on ne rit pas des mêmes choses, mais aussi que les centres d’intérêt ne sont pas les mêmes », explique Annie Fratoni. Selon elle, s’intégrer serait même une mission impossible. Comme Annie, beaucoup de retraités ont conscience que, aussi débrouillards soient-ils, ils seront toujours considérés comme des étrangers. Sans parler, bien sûr, du dialecte local. « Il est simple de s’en sortir pour baragouiner en thaï ce que l’on veut sur un menu ou au marché, mais dès qu’il s’agit de conversation plus poussée, ça devient très compliqué », note l’habitante de Samui. « C’est une langue particulièrement difficile à apprendre, même pour ceux qui vivent en couple avec une Thaïlandaise », ajoute-t-elle. Si le mariage mixte suffisait à faire des retraités francophones des polyglottes, cela se saurait. Pourtant, bien peu nombreux sont ceux qui, comme Arlette, font l’effort de prendre quelques cours pour tenter d’améliorer un peu leur vocabulaire. « Peu de gens parlent l’anglais dans les coins comme ici, alors je me repose beaucoup sur ma femme thaïlandaise pour parvenir à communiquer. Cela demande beaucoup de modestie et de patience », avoue Jean-Pierre, un suisse installé à Udon Thani. Si lui a la chance de maîtriser la langue de Shakespeare, c’est loin d’être le cas de la majorité des seniors français. Beaucoup se réunissent donc régulièrement pour faire un brin de causette. Intégration zéro.


Refaire sa vie
Sans tomber pour autant dans la caricature, rien ne sert de cacher qu’un grand nombre de messieurs aux tempes grisonnantes arrivent aussi ici avec la ferme intention de refaire leur vie. « Et y arrivent plus que rapidement ! Ce n’est un secret pour personne », souligne Annie. Patrick Desrat, retraité militaire, a quitté l’Alsace pour rejoindre Udon Thani. Des histoires d’amour à vitesse grand V, il en a trop vues. C’est pourquoi il a attendu cinq ans avant de demander Nook en mariage, en janvier dernier. Une fille du « cru », de plusieurs années sa cadette, qui prend soin de lui comme personne. Une perle qui sait, en plus, cuisiner la choucroute, tout en balbutiant quelques mots dans la langue de Molière. « Mais je sais que tout le monde n’a pas cette chance », dit-il. Attablés autour d’un café, lui et ses copains français en sont convaincus : il fait définitivement bon vivre ici. Pas de stress, pas d’hostilité, un pouvoir d’achat sympa, et surtout de magnifiques jeunes femmes auxquelles ils n’auraient sûrement jamais osé adresser la parole en France. Tous « recasés » avec une fille originaire des environs d’Udon Thani, ces messieurs ne pouvaient rêver meilleure fin de vie. Une seconde jeunesse aussi. Alain Philippe, lui, vient d’avoir un bébé avec sa nouvelle compagne. De quoi le maintenir solidement éveillé durant les vingt prochaines années. En se mariant avec Nook, Patrick a lui aussi hérité de deux adolescents, dont il s’occupe comme s’ils étaient les siens. Aide aux devoirs, trajets jusqu’à l’école, week-end découverte en famille : des plaisirs simples qui suffisent à faire son bonheur. Mais les compères se savent chanceux. Trop souvent, le tableau tourne au cauchemar.


Eviter les pièges
« Beaucoup de retraités se croient au paradis lors de leurs arrivée. Ils se lancent alors dans des mariages ou des investissements prématurés avant de tout perdre », raconte Patrick, l’ancien militaire. Bon nombre d’entre eux se pensent alors en demi-Dieux parmi les Anges, alors qu’ils ne représentent guère plus qu’un vulgaire portemonnaie pour leur dulcinée. « Je suis l’un des premiers à être tombé dans le panneau », avoue Jean-Paul Bareaud, installé près de Chiang Mai à la suite d’un coup de foudre sur l’île de Phuket. Même en cas de situation de couple plus « saine », comme celles vécues par nos amis d’Udon Thani, les choses ne sont pas toujours aussi simples. « C’est culturel ici : le plus riche paie pour les autres. Alors, forcément, on devient un peu comme une sorte de sponsor », avoue Maurice Braunshausen. Chacun d’entre eux verse donc son tribut à la famille de sa compagne - trois mille bahts à belle-maman pour l’un, 4000 pour l’autre - tous conscients de la chance qu’ils ont de subventionner une famille en Isan (Nord-est) et non à Bangkok, où la vie est beaucoup plus coûteuse. Sorties des grandes villes très urbanisées, bien peu sont les femmes de farangs prêtes à travailler pour s’assumer de façon indépendante. « Appelons un chat un chat. Pour moi, c’est un peu comme se taper sa femme de ménage, cela n’a pas grand chose à voir avec l’amour », va jusqu’à dire Annie de Koh Samui. « Tous les hommes ayant fondé un couple mixte versent entre 15 000 et 20 000 bahts d’argent de poche à leur femme tous les mois », estime Cathy, la Française de Chiang Mai. Quant aux couples franco-français arrivés ensemble ici, il n’est pas rare de voir Madame s’en retourner rapidement pour délit d’adultère du conjoint. Difficile aussi pour les femmes arrivées seules de refaire leur vie ici. « Que celles qui n’ont pas réussi à trouver chaussure à leur pied en France ne se leurrent pas : il n’y pas de marché ici », prévient Annie.


Rester actif
Amour retrouvé ou non, il est important de rester actif, ici plus qu’ailleurs. D’abord pour éviter la solitude. « La communauté française se révèle souvent bien moins solidaire que l’on aurait pu l’espérer, et il ne faut pas compter sur les Thaïlandais pour vous chouchouter comme un vacancier à qui on accorde grande attention », affirme Annie. C’est pourquoi Cathy et Jean-Michel Lafarge ont décidé de s’occuper en confectionnant charcuteries et autres cochonnailles, qui se retrouvent ensuite sur les tables des restaurateurs français de Chiang Mai. « Non seulement cela nous amuse, mais ça nous permet surtout de lutter contre l’ennui, car c’est le vide culturel ici, il n’y a pas grand-chose à faire », dit Jean- Michel. « C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai choisi de m’installer à Bangkok », souligne Arlette. « Dans cette ville, c’est sans fin, il y a toujours quelque chose à découvrir. En plus, se déplacer est si facile que j’ai une liberté que je n’aurais jamais pu avoir si j’étais restée à Marseille », dit-elle. Du coup, elle n’arrête pas une minute. Sorties organisées par l’Accueil Francophone, découverte de l’histoire culturelle du pays, musées, balade au bras de sa copine thaïe : Arlette est sur tous les coups. « C’est très important de rester curieux, de rencontrer des gens, et de s’intéresser aux racines de son pays d’adoption. C’est comme cela que l’on arrive à bien vivre l’éloignement », ajoute Arlette. Même chose pour Patrick Desrat, qui sillonne la province d’Udon Thani de long en large, pour récolter les informations nécessaires à la rédaction de son guide sur l’Isan en français. Quant à Christian Mourocq, pâtissier confiturier, il approvisionne les bonnes tables de Chiang Mai grâce la petite entreprise qu’il a créée. « J’adore ça, dit-il, créer des fruits confits, aller dans la campagne pour découvrir une nouvelle plante locale à incorporer, chercher des nouvelles choses. C’est ça le secret, toujours avoir envie de chercher, que ce soit dans n’importe quel domaine ».

Avoir des projets semble donc être une donnée essentielle pour bien vivre l’expatriation, et non la subir. S’occuper, c’est aussi s’assurer d’être en meilleure forme physique. « La retraite n’est pas sans conséquences au plan physiologique. L’organisme sort du cadre organisé imposé auparavant par les obligations professionnelles. Cela a pour effet de déconnecter les cellules, et donc de favoriser l’apparition de cancers ou de maladies cardio-vasculaires », note Gérard Lalande, médecin. C’est pourquoi ce praticien se rend régulièrement au sein des clubs d’expatriés pour des séances d’information à destination des seniors. « J’insiste bien évidemment sur l’importance de conserver une activité. Lire, écrire, rencontrer, et tout ce qui peut contribuer à stimuler son cerveau et maintenir sa forme physique et psychologique », souligne-t-il. Beaucoup de retraités confirment avoir déjà vu nombre d’entre eux sombrer dans l’alcool par laisser-aller ou ennui. Car, si faire face au chamboulement imposé par la retraite est déjà compliqué en France, ça l’est encore plus en contrée lointaine.


Anticiper les pépins
« Lors des réunions, je fais aussi le point sur les structures sanitaires et la législation en vigueur », précise le médecin. Bénévole pour le Samu social, il a déjà vu trop de retraités oublier de prendre leurs dispositions avant de partir et se retrouver dans l’incapacité de payer les soins, une fois arrivés. Si la France possède la Sécurité sociale, ce n’est pas le cas ici. Les soins de santé ne sont pas couverts et demeurent à la charge du patient. Alors, même si les prix sont sans commune mesure avec les tarifs pratiqués dans l’Hexagone, un accident ou une maladie grave peuvent rapidement mener à la ruine. Conscient de cela, Jean-Paul, l’ancien postier de Chiang Mai, a fait le choix d’un sacrifice financier supplémentaire en souscrivant à une assurance santé. Il y a peu, il a dû se rendre à l’hôpital pour « un abcès mal placé», dont l’ablation lui a coûté 10 000 bahts au sein d’un hôpital public. Il était alors content d’avoir su anticiper ce petit pépin de santé en contractant cette fameuse assurance, sans quoi il aurait complètement explosé son budget. « C’est pour cela qu’il est important de contacter la Caisse des Français de l'Etranger (CFE), mais aussi de prévoir une assurance rapatriement », souligne Annie de Koh Samui.


Aux petits soins ?
« Impeccable », annonce Jean-Paul en parlant de la qualité des soins qui lui ont été prodigués. Pas d’attente pour se faire opérer ou ausculter, un personnel aux petits soins, et des conditions d’hygiène comparables aux exigences européennes. Le tout à des prix défiant toute concurrence. Voilà les mérites régulièrement vantés par les têtes chenues françaises. Certaines retrouvent même ici le plaisir de se rendre à l’hôpital. Le parcours de santé aurait perdu son visage de « contrainte obligatoire ». Place au luxe, au calme et à la volupté. Oui, mais.
Là encore, la langue devient vite problématique. Car, même si la majorité des hôpitaux privés mettent à disposition de leurs patients des traducteurs, « on ne peut pas non plus leur demander de connaître toutes les subtilités de la langue française », constate Arlette. Cette Bangkokoise avoue qu’elle a eu un peu peur le jour où elle a entendu sa traductrice employer le mot « vêler » pour parler d’un accouchement. Elle préfère donc désormais consulter Philippe Balankura, un médecin francophone aguerri, connu comme le loup blanc parmi la communauté d’expatriés de la capitale. Mais, des comme lui, il y en a peu. Et puis, si l’on gratte un peu, la qualité des soins semble tout de suite bien moins évidente. « C’est sûr que, si l’on s’arrête aux dorures, tout est parfait », note Jean- Michel Lafarge, originaire de Sisteron. L’homme souffrait d’une douleur dans le cou, et s’était vu conseiller l’opération par son médecin thaïlandais. Dans le doute, il consulte un second spécialiste lors de son dernier retour en France, qui émet un tout autre diagnostic. « Je l’ai échappé belle », lance-t-il. Jean- Michel évoque aussi le cas d’un de ses amis, cardiaque, à qui trois anesthésies successives « mal dosées » auraient coûté la vie. Même son de cloche du côté de Christian Mourocq, le pâtissier de Chiang Mai. Diabétique, ce retraité prend un traitement assez lourd qui le contraint à un suivi médical régulier à l’hôpital public. « Il y a beaucoup de médecins minute qui n’ont pas envie de se compliquer la vie. Si l’un d’entre eux n’est pas certain de son diagnostic, il ne cherche pas à l’approfondir », dit-il. « Il est vrai qu’ici, les médecins ont moins qu’en France le réflexe de demander un second diagnostic à l’un de leurs collègues, sûrement par peur d’une pseudo perte de face. Mais cette tendance tend à s’estomper », assure Gérard Lalande. « Il n’empêche qu’en cas de gros pépin, et s’il n’y a pas urgence, j’attendrai de retourner en France pour me faire soigner », conclut Jean-Michel Lafarge.


Vers une santé business ?
Selon Christian Mourocq, nombreux seraient aussi les cas de surmédication et de surfacturation des soins. On est loin de l’image idyllique véhiculée par l’ensemble des établissements de santé du pays. « Je crois que c’est comme partout dans le monde, il y a des bons comme de mauvais médecins, modère Gérard Lalande. Mais il est vrai que certains hôpitaux gérés à l’américaine pratiquent une médecine dite préventive, en se disant que derrière chaque patient se trouve un avocat capable de les attaquer. En cas de simples maux de tête, on peut vous envoyer illico passer un scanner ». Qui dit équipements sanitaires de pointe dit aussi besoin de les rentabiliser. « Mais rien d’aussi outrancier qu’à Singapour et Hong Kong, où la hargne commerciale est clairement affichée », précise le médecin. Pourtant, le pays a bel et bien flairé le potentiel économique que représentent les seniors, et ne compte pas s’en priver. La Tourism Authority of Thailand (TAT) mène d’ailleurs actuellement campagne en ce sens, en mettant en place des forfaits « découverte santé ». Son slogan ? « La santé est la base des droits de l’homme ». Emboîtant le pas à l’Inde qui, en 2005, avait organisé à Londres une exposition dédiée au tourisme médical, la Thaïlande compte elle aussi se tailler une part du gâteau. « De 630 000 en 2002, le nombre de touristes pour raison médicale a dépassé les deux millions en 2009, en grande majorité des retraités », précise Prakit Piriyakiet de la TAT. Selon les estimations, ce tourisme d’un genre nouveau devrait générer de deux à trois milliards de dollars, d’ici à 2012. « L’une de nos premières cibles est le marché des seniors résidents longue durée originaires des pays froids. Nous voulons leur démontrer qu’en plus du soleil, la Thaïlande offre aussi des soins de qualité », fait valoir le porte parole. Une tâche à laquelle s’attelle le pays depuis 2001, grâce à la création de la Thai Long-stay Management Company Limited, puis, en 2005, de la Thailand-Japan Long-stay Promotion Association. Récemment, un site internet a également été lancé (thailandmedtourism.com). Plus de 340 cliniques, spas, hôpitaux et professionnels de santé y sont répertoriés.
Mais quand santé commence à rimer avec business, cela ne présage rien de bon. Alors, dans ce contexte, comment éviter les dérives ? « Nous travaillons à la mise au point de normes de qualité et d’une législation spécifique en collaboration avec le ministère, la Thai Airways, l’association des spas et les hôpitaux privés. Le but est de mettre en place un système de contrôle efficace pour assurer la sécurité des patients », assure-t-on à la TAT. Mais il avoue quand même que ce sera aussi aux hôpitaux de faire la police dans leurs propres services pour « conserver leur réputation ».


Trop de seniors tue le senior ?

« Selon moi, attirer trop de retraités dans le pays pourrait conduire à une crise sanitaire sans précédent », met en garde Gérard Lalande. Sans parler des problèmes que cela pourrait poser, et pose déjà, aux ambassades des seniors étrangers. Car, depuis les années 90 et leur lot de grands projets immobiliers, les Français du troisième âge candidats à l’expatriation se sont multipliés. De seulement 523 en 2004, ils sont passés à 1572 l’an dernier, selon les registres de l’ambassade. Sans parler de tous ceux qui ne s’y sont pas fait identifier, soit « cinq à six fois plus », selon Alain Gavillet, chargé de communication à l’ambassade de France à Bangkok. Avant, seuls les vieux de la vieille osaient tenter l’expérience thaïlandaise, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. « Moi, j’ai connu l’époque où il y avait seulement trois pelés et un tondu, bien souvent des anciens militaires de l’ex-Indochine, dont le nombre était facile à gérer. Aujourd’hui, ils représentent plus de 31% de la population française des provinces de Chiang Mai et Chiang Rai. Leur affluence ne permet malheureusement plus d’assurer une aide aussi personnalisée », raconte Thomas Baude, le consul honoraire de Chiang Mai. Des propos confirmés par Alain Gavillet, qui avoue que l’accroissement du nombre d’arrivées pose des problèmes en matière de gestion des dossiers. S’ajoutent à cela les difficultés spécifiques à cette population qui, par sentiment d’être complètement larguée, s’avère souvent bien plus exigeante que la majorité des ressortissants français. « Ils ont parfois l’impression qu’il est de notre devoir de tout faire pour eux, ce qui, même avec la meilleure volonté du monde, s’avère malheureusement impossible. Nous ne sommes pas des représentant de la Sécu, et encore moins des agents employés par les services sociaux », note Thomas Baude.


Fuir les ghettos
Que dire alors de la situation des très prisées stations balnéaires proches de Pattaya, où les têtes grisonnantes représentent plus de 45% de la population totale ? La même chose. En pire. « C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai décidé de quitter cette ville », dit Bruno, aujourd’hui exilé chez la sœur de sa femme, à 50 km de Bangkok. Il attend de trouver une maison à acheter près de Lampang, pour rejoindre le nord du pays. « Pattaya est devenu un ghetto pour étrangers, ce n’est pas la Thaïlande », explique-t-il. A tel point que plus personne, Thaïlandais ou farang, n’y a un comportement normal. Les conditions de cohabitation y sont aujourd’hui totalement pipées. « Je me sentais en insécurité et ne me retrouvais pas dans cette ville faite de violence et de bars. J’avais envie de stabilité, et surtout de profiter enfin de la tranquillité authentique qui règne ailleurs dans le pays », dit-il. Après quatre ans et demi passés là-bas, il n’en pouvait plus. Cette fuite vers le Nord, il décide aujourd’hui de l’expliquer par la rédaction d’un livre qui mettra en lumière les personnages de la « faune » croisée à Pattaya. Mais cette ville n’est pas la seule à souffrir de l’engouement des retraités étrangers. Samui enregistre environ 16% de retraités parmi sa communauté francophone. Un taux qui grimpe sur l’île de Phuket à plus de 26%.


Intérêts immobiliers
Un emballement des seniors qui ne laisse personne indifférent, et surtout pas les professionnels de l’immobilier. « Nous venons de lancer un package alternant visites immobilières et découverte du pays », annonce Christophe Rime, de l’agence Koh Samui Info. En partenariat avec des tours opérateurs suisses, belges et français, l’agence immobilière propose aux retraités candidats à l’expatriation de passer de trois à cinq semaines sur l’île, afin « d’organiser leur départ, ou tout simplement d’effectuer un premier test pour voir s’ils se sentent bien dans le pays », dit-il. Christophe a déjà vendu une dizaine de ce genre de formule tout compris et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Son agence fait déjà 60% de son chiffre d’affaires sur cette précieuse clientèle française du troisième âge. Pour l’instant, ils ne sont que deux sur l’île à proposer ce genre de forfait, mais Christophe est convaincu du développement du concept.
« Pour vous donner un exemple, j’ai reçu plus de 500 mails à l’issus du reportage diffusé par TF1 : c’est dire si la demande est grande ! », annonce Christophe, avant de convenir, toutefois, que « très peu ont déjà concrétisé leur projet ».


Vers un essoufflement ?
Entre rêve et réalité, arrivent souvent les questions d’éloignement familial, d’attachement à la mère-patrie, et de perte de repères. Des choses bien plus difficiles à gérer à 60 ans sonnés qu’à 20. « Selon moi, le phénomène retraite va s’essouffler dans les années à venir. D’abord à cause de la chute du taux de change. Ensuite à cause de la concurrence d’autres pays, bien plus proches de l’Europe, et surtout bien plus francophones », analyse Fabrice Lore de l’agence Five Stars, basée à Bangkok et spécialisée depuis six ans sur le marché de la clientèle francophone. D’où le succès des DOM TOM, qui représentent 24% des départs des seniors (étude IPSOS), mais aussi du Maroc. « Quand je me rends sur des salons européens, je vois que beaucoup de retraités sont intéressés par un départ, mais l’instabilité politique, la différence de culture et l’éloignement conduisent souvent au renoncement », note Fabrice. Arlette, quant à elle, confirme que le seul défaut du pays, « c’est que c’est un peu loin ». Qu’on le veuille ou non, l’expatriation a forcément une incidence sur les relations avec les proches restés en France, même si internet limite un peu les dégâts. La majorité des retraités s’y sont d’ailleurs mis de façon intensive. « C’est même devenu une drogue », dit Jean- Pierre Pochon, en plaisantant de sa nouvelle passion pour le Net. Malgré ces petites galères de tous les jours, personne ne troquerait pourtant sa place pour un pavillon sur la Côte d’Azur, si luxueux soit-il. « J’ai l’impression que l’on vieillit moins vite ici », précise Maurice Braunshausen. « Je conseillerais l’expérience à tout le monde, mais il faut bien savoir à quoi s’attendre avant de se précipiter dans l’avion », prévient Arlette. En conclusion, un premier test de plusieurs mois s’impose, de l’avis de tous ceux qui ont tenté le coup, avant de finir par rester. « Les gens que j’ai vu partir sont ceux qui arrivaient avec une attitude de colonisateurs en pays conquis, ce qui est totalement voué à l’échec », conclut Christophe Rime. A bon entendeur…


OLIVIA CORRE


POUR EN SAVOIR PLUS
retraite-en-thailande.com
anniesamui.com
retraite-phuket.fr.st
pattayaexpats.com
bct.clubnieuws.be

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à la version PDF du magazine mensuel Gavroche, pour seulement 26 euros par an !

A Lire Aussi
Retraités : bientôt un certificat unique ?
La Thaïlande continue de séduire les retraités
Retraites des expatriés : calcul de la durée de carrière
Thaïlande : Rectificatif sur les retraites
Retraite au soleil : Thaïlande, nouvel eldorado ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
(19)
landais 2012-02-26 05:59:57
Mon message censuré?
Il me semble que vous avez refusé mon précédent message. Il est vrai qu'il était rédigé en termes virulents en réponse à "debutantesm". Mais pourquoi accepter un message prônant racisme et discrimination et refuser le mien? Si vous faites paraître ses convictions, pourquoi pas les miennes? Je respecte la liberté d'expression qui exige des droits de réponses. Son message est insultant pour ma femme thaïe ex-fermière et ex-fille de bar. Il est aussi insultant pour moi-même qui l'ai mariée sans aucune honte. Il est encore insultant pour notre fille de nous voir ainsi considérés. Il méprise les Africains et les clochardes qu'il considère comme la lie de l'humanité, si ce mot a encore un sens pour lui. Je tiens à défendre des valeurs fondamentales sans lesquelles république et démocratie seraient à jeter aux oubliettes. Et ces valeurs me semblent quand même bien françaises! Une réponse de votre part me semble plus que souhaitable.
Laurent 2011-02-26 00:00:00
Petit calcul
Laurent 32 ans installé à Koh Samui il y a 2 ans avec une fille de Kanchanaburi. Voilà mon budget mensuel. Belle villa 2 chambres, 2 salons, 2 bains, 2 cuisines à 300m de la plage (bang por) 200 euro Amortissement essence et entretien motorbike occasion (sur 3 ans) 30 euro Électricité en utilisant l'air conditionné et l'éclairage extérieur. 40 euro Internet (9mb) 20 euro Nourriture pour 2 pers (principalement restaurants moyens à bons) 400 euro Vêtements 20 euro Achats pour la maison 100 euro Argent de poche et famille de ma copine 140 euro Mon argent de poche 150 euro Frais de voyages et visas runs 200 euro Total 1300 euro Il y a toujours des choses que l'on ne compte pas comme acheter du mobilier, frais de santé etc... donc il est bien de pouvoir mettre 200 euro de coté chaque mois. Donc grand Total 1500 euro pour deux. Je ne me prive de rien et au contraire je vis beaucoup mieux qu'en suisse où je vivais dans un petit appartement et mangeais des pâtes tout seul. mdr en plus koh samui et phuket sont les endroits les plus chers de la Thaïlande. Voilà c'était pas pour déballer mon style de vie qui plaît ou ne plaît pas mais pour donner une estimation réaliste a ceux qui ne connaissent encore pas.
Jim 2011-01-31 16:54:00
15000 a 20000 bahts d'argent de poche
Cathy la française de Chiang Mai qui pense que "tous les hommes "étrangers mariés a des femmes thaïlandaises versent entre 15000 et 20000 bahts d'argent de poche par mois a leur compagne devrait élargir son réseau relationnel afin de se rendre compte que cela n'est pas vrai pour tout le monde. Je suis français marie depuis 3 ans a une femme thaï que j'ai fréquentée durant 5 ans avant le mariage ,elle est dentiste et travaille beaucoup d'heures,elle n'a pas attendu mon arrivée pour gagner sa vie. Je connais grâce a elle beaucoup d'autres femmes thaïlandaises qui ont de très bonnes situations et qui sont mariées avec des étrangers occidentaux qui n'ont pas besoin de verser 15000 ou 20000 bahts d'argent de poche a leur épouse.
sawatdi 2011-01-30 00:00:00
ca depend
je suis d'accord avec toi tek, je suis en Thaïlande depuis 1987, et il me faut + de 600€ pour vivre j'ai 1 maison à Pattaya + voiture et 2 motos (+assurance ) je me vois mal avec 600€ surtout en vivant à l’européenne du moins pour la nourriture (sans parler de caviar ou de 5 étoiles), bien sur si tu vis dans 1 village et vis comme 1 local alors la !!!! moi je tiens a vivre très a l'aise avec ma femme et mes enfants donc 2300 € ça me va assez bien.
Phil 2011-01-29 12:28:00
Etre un nabab!!!
Je ne vis pas en Thaïlande mais y viens régulièrement et parle thaï. Lorsque je dis à mes amis que plus tard j'aimerais me retirer ici leur réponse est presque toujours "avec ta retraite tu pourras vivre comme un nabab". Est-ce vraiment la finalité que de vivre comme un nabab, ici ou ailleurs du reste! Certains, trop, associent systématiquement à l'expatriation le pouvoir d'achat. Personnellement, le niveau de vie serait le même qu'en France que je voudrais néanmoins m'installer ici. Le niveau de vie c'est un plus. Un des nombreux plus. Mais ce n'est pas le plus le plus déterminant...
bmw75 2011-01-26 00:00:00
Vie en Thaïlande
Bonjour, une personne qui vit en Thaïlande n'a pas besoin de 2300 E par mois pour moi. Ce qui coute cher, c'est les sorties pour ceux qui boivent et fréquentent les filles, pour le reste on trouve de belle location et la vie de tous les jours est moins chère qu'en France. La personne qui dépense ses 2300 E, je voudrai bien savoir ce qu il fait. Il doit vivre dans un hôtel cinq étoile et manger du caviar tous les jours. Amitiés
Rainier 2011-01-24 04:18:00
La localisation
Tout part de la localisation : vivre à Phuket et vivre à Nong Khai (par exemple) ce n’est pas le même budget. Comparez Monceaux les Mines et Saint-Tropez, c’est à peu prêt du kif kif.. A Phuket bon nombre de prix sont devenus exagérés et injustifiés alors il ne faut pas rêver : vivre sous les palmiers devant une mer turquoise pour pas cher c’est une utopie. Le smic thai est je crois aux alentours de 6000 baht… les restaurateurs ont du mal à trouver des gens sérieux à moins de 10000, d’où une augmentation des prix à la consommation. Mais la marge des restaurateurs européens et celle des thaï n’est pas la même non plus. A Phuket : la vie est facile, on trouve tout : rillettes du Mans, du Haut Médoc, du bâton Berger, de la choucroute, des escargots à l’alsacienne, des petits pois carottes… mais tout ça, ça se paye. Par contre, quand je vois un camembert à 500 bahts… je préfère m’en abstenir. Bien sûr, on peut vivre à la thaï à Phuket et s’abstenir de tous ces petits plats français que nous aimons tant, mais même là, ça vous coûte plus cher que dans le nord. Les restaurants européens et les bars sont souvent des gouffres, alors personnellement, j’y vais très peu. Donc, budget nord et budget Phuket, ce n’est pas la même chanson… La vie a augmenté depuis quelques années, c’est clair, mais il ne faut pas oublier non plus que l’euro a chuté de 20%... 2000€ d’il y a un an, ne font plus que 1600€ actuellement… Alors ajoutez cette baisse de l’euro à l’augmentation de la vie… cela fait une belle pilule à avaler et pas facile pour tout le monde.
loic 2011-01-23 15:45:00
expatriation
je trouve ce reportage intéressant mais un peu exagéré,sans doute par excès de prudence.bien sur qu'il ne faut pas "rêver",mais s'il est vrai qu'il est cher de vouloir vivre ici a l’européenne il faut aussi dire qu'il n'est pas si difficile que ça de s'adapter un minimum,surtout pour la nourriture qui est excellente. par contre le "vrai" problème est:pourquoi de plus en plus de français veulent quitter leur pays!!;n'est t'il pas le plus beau pays du monde et cette terre d’accueil qui fait rêver le monde!!??
tango974 2011-01-21 06:11:00
le mot clé ! adaptation
vivre en Thaïlande avec 2300 € et reproduire son environnement métropolitain est une hérésie. Quand on s'expatrie dans un pays étranger, on essaye de s'adapter à la vie locale. Il y a plus à apprendre a vivre avec la population locale qu'à rester dans son coin aménagé à la française. Patrick Desrat fait du bon travail et l'information qu'il nous dispense sur son blog, permet à toute personne intéressée de trouver la bonne info à son problème personnel. Ne pas sombrer dans l'inactivité ! c'est le fin mot. Nous venons tous d'horizon et expériences différentes, nous avons le potentiel pour donner un peu de nous aux autres. L'intégration est facile seulement si on accepte une culture différente. L'adaptation se fait sans heurt et l'acception par la population locale est la récompense à notre désir de vivre dans ce pays aux charmes naturels (je ne parle pas de ces dames). Bien sur, il y a toujours un revers à la médaille. Il faut rester vigilant pour éviter les arnaques en tout genre, que ce soit en amour comme dans les affaires. Le Farang est un porte-monnaie sur jambes, on vous le fera comprendre assez vite. Cela n’empêche pas que vous pouvez rester généreux avec ceux qui vous ont accepté tel que vous êtes et qui ne vous posent pas trop de question. La discrétion reste une vertu chez les Thaïlandais. A tous, bon courage et longue vie aux pays du sourire.
aujman 2011-01-20 06:37:15
la part des choses
Comme certains, je trouve que la somme de 2300E est assez énorme.Sauf problème de santé majeur.Un local avec salaire de base touche 150 euros dans les villes et à peine 100 dans les campagnes.Vivre avec 600 E par mois, c'est vivre avec un excellent salaire Thaïlandais...La difficulté pour d'éventuels retraités est l'adaptation au pays, mais la multiplication du pouvoir d'achat est un atout indéniable.De plus, les retraités parlant de solitude m'étonnent quand on connait la vie des seniors en France!Si l'on est capable de moins voir sa famille proche, on ne peut en aucun cas se sentir plus seul en Thaïlande qu'en France!Soyons honnêtes, tout le monde connait le nerf de la guerre!!1000 E par mois me semble une somme correcte pour quelqu'un de sain et d'adapté au pays...Le surplus doit permettre une sécurité santé et un éventuel retour en France l'été!La vie est belle en Thaïlande,les moroses colonisateurs: restez chez vous!!LOL!
Retrouvez-nous sur Facebook
Notre lettre d'information

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous

Voir la newsletter du 19/10



Coronavirus
PHILIPPINES - FINANCE: Pour cause de Covid-19, la diaspora envoie de moins en moins d'argent - Gavroche
ASIE DU SUD-EST - PANDÉMIE: Le point sur la Covid-19 au 19 octobre - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Depuis le 16 octobre, Singapore Airlines dessert à nouveau Bangkok - Gavroche
LAOS - CORONAVIRUS: Nouvelles procédures d'entrée à Vientiane - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Vous voulez rejoindre Bangkok ? Passez par Londres... - Gavroche
BIRMANIE - CORONAVIRUS: Tout ce qu'il faut savoir sur la «seconde vague» birmane de Covid-19 - Gavroche
ASIE DU SUD-EST - GÉOPOLITIQUE: A l'épreuve du Covid-19, l'ASEAN cherche toujours sa voie - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Pourquoi le premier groupe de «touristes spéciaux» n'est pas arrivé à Phuket - Gavroche
THAÏLANDE - SOCIÉTÉ: Contre la récession et la Covid, le remède des jours fériés supplémentaires - Gavroche
VIETNAM - CORONAVIRUS: La quarantaine vietnamienne est désormais assouplie - Gavroche
ASIE DU SUD-EST - PANDÉMIE: Le point sur la Covid-19 au 12 octobre - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Le visa «spécial touriste» est en panne avant d'avoir été lancé - Gavroche
LAOS - CORONAVIRUS: Des centaines d'étrangers sans visas coincés au pays du million d'éléphants - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Ils reviennent jeudi 8 octobre......les premiers touristes post Covid ! - Gavroche
INDONÉSIE - CORONAVIRUS: Jokowi, le président qui défend son bilan Covid - Gavroche
BIRMANIE - CORONAVIRUS: Une épidémie non maitrisée, des volontaires débordés - Gavroche
LAOS - CORONAVIRUS: Les vols charters vers Vientiane de nouveau autorisés - Gavroche
ASIE - FRANCE: Kenzo Takada, le créateur qui a imposé l'Asie dans les défilés de mode parisiens - Gavroche
ASIE DU SUD-EST - PANDÉMIE: Le point sur la Covid-19 au 5 octobre - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Les rumeurs sur le retour de Thaksin suspendues par sa contamination au Covid-19 - Gavroche
Dernières Petites Annonces
POLITIQUE THAÏLANDAISE
THAÏLANDE - POLITIQUE: Ce que les jeunes thaïlandais ont appris des manifestants de Hong Kong - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Prayut Chan-Ocha, le général qui a le dos au mur - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Ce que le mouvement de protestation de la jeunesse peut vraiment espérer - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: La justice annule la décision de fermer plusieurs médias d'opposition - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Mercredi 21 octobre, nouvelle date de mobilisation pro-démocratie - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Chuan Leekpai aux avants postes pour trouver une issue à la crise - Gavroche
THAÏLANDE - VISITE DU PAPE
JAPON - DIPLOMATIE: Après avoir promu le dialogue à Bangkok, le pape François s'insurge contre le nucléaire à Nagasaki - Gavroche
THAILANDE - RELIGION: Quel bilan pour la visite du pape François ? - Gavroche
THAÏLANDE - RELIGION: Un entretien avec Son Éminence Francis Xavier Cardinal Kriengsak Kovithavanij, évêque de Bangkok - Gavroche Magazine
GAVROCHE HEBDO - EDITORIAL: Face au pape François, une société thaïlandaise en demande de repères - Gavroche
THAÏLANDE - RELIGION: Pourquoi les Thaïlandais n'ont pas été évangélisés - Gavroche
Tourisme
THAÏLANDE - TOURISME: 39 visiteurs chinois à Bangkok inaugurent les nouveaux visas touristiques - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Depuis le 16 octobre, Singapore Airlines dessert à nouveau Bangkok - Gavroche
THAÏLANDE - FESTIVAL : Festival végétarien de Phuket du 16 au 25 octobre. - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Pourquoi le premier groupe de «touristes spéciaux» n'est pas arrivé à Phuket - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Le nouveau visa touristique thaïlandais ne se conjugue pas (encore) en français - Gavroche
Dernières Offres d'Emploi
09/10/2020
Lieu: Phnom Penh
 
 
09/10/2020
Lieu: Bangkok et alentours
 
 
08/10/2020
Lieu: Chiang Mai
 
 
06/10/2020
Lieu: A domicile
 
 
24/09/2020
Lieu: à domicile
 
 
L'actu en Birmanie
BIRMANIE - POLITIQUE: Aung San Suu Kyi empéchée de faire campagne par la Covid 19
BIRMANIE - DÉFENSE: Un sous-marin birman navigue désormais dans l'océan indien
BIRMANIE - POLITIQUE: Voter malgré le virus, l'équation Birmane....comme en France en mars
BIRMANIE - CORONAVIRUS: Tout ce qu'il faut savoir sur la «seconde vague» birmane de Covid-19
BIRMANIE - CORONAVIRUS: Une épidémie non maitrisée, des volontaires débordés
Dernières bonnes adresses
5 stars transactions immobilieres
Thailande / Bangkok Agences Immobilieres
 
ACACIA
Thailand / Bangkok Écoles
 
MONDASSUR
France / - Assurances
 
P'TIBOUTS
THAILANDE / BANGKOK CrÈches
 
VOVAN & ASSOCIÉS
THAÏLANDE / BANGKOK Avocats
 
Rama X, le couronnement
LU AILLEURS: Le roi Rama X en Suisse ... lorsqu'il était enfant - Gavroche
THAÏLANDE: En images, la procession du palanquin royal - Gavroche
THAÏLANDE: Le roi Rama X a été couronné - Gavroche
HISTOIRE: Comprendre la monarchie Thaïlandaise et ses traditions - Gavroche
THAÏLANDE: Le 4 mai 2019, jour du couronnement de S.M le roi Rama X - Gavroche
THAÏLANDE: Le mode d'emploi d'un fastueux couronnement - Gavroche
THAÏLANDE: Le dernier couronnement royal a eu lieu en ... 1950 - Gavroche
THAÏLANDE: Suivez en direct le couronnement du roi Rama X - Gavroche
THAÏLANDE: Les thaïlandais découvrent peu à peu leur nouvelle reine Suthida - gavroche
THAÏLANDE: Bangkok subit un lifting pour le couronnement du roi Rama X - Gavroche
booked.net
Programme Tele TV5
Les Nouvelles du Cambodge
CAMBODGE - FRANCE : Le groupe Vinci achève les travaux de la piste d'atterrissage à Sihanoukville
CAMBODGE - COMMERCE: Modalités de l'accord de libre échange avec la Chine
CAMBODGE - ÉCONOMIE: Le libre-échange avec la Chine, atout ou piège pour le royaume ?
CAMBODGE - INONDATIONS: Plus de 100 000 cambodgiens déplacés par les eaux
CAMBODGE - GÉOPOLITIQUE: Entre Hun Sen, son protecteur chinois et Washington, le torchon brûle
crown-relocations
sds
wrlife
lfib-fev20
yves-joaillier-3
ftcc
oif-fev14