Philippe Plénacoste | Gavroche | 25/11/2013
Politique / Actu  

Bangkok, manifestations : le gouvernement sous pression

Entre 150 000 et 200 000 personnes (selon nos estimations) ont répondu hier à l’appel de la mobilisation générale lancé par les mouvements d’opposition à Bangkok. Ce lundi, des dizaines de milliers d’entre eux vont marcher dans la capitale. Les Chemises rouges pro-gouvernementales se mobilisent. Plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées hier à la périphérie de la capitale. Les Bangkokois se préparent à une semaine difficile.

 

Les photos aériennes diffusées sur Internet ne trompent pas : l’avenue Rajadamnoen, au cœur du centre historique de Bangkok, était noire de monde en cette fin de dimanche après-midi. Une affluence record depuis les premiers jours des manifestations supportées par les Démocrates, le principal parti d’opposition, qui demandent la démission du gouvernement de Yingluck Shinawatra.

En début de soirée, des milliers de personnes continuaient à converger vers l’avenue du Monument de la Démocratie, se répondant dans les rues adjacentes, provoquant une pagaille indescriptible autour du site de la manifestation où la circulation était à l’arrêt, bloquée par les manifestants et les véhicules garés au milieu des avenues.

Contrairement à ce qui avait été annoncé par les services d’ordre, aucun barrage de police ne filtrait les accès du côté des avenues Lan Luang et Pitsanulok, qui permettent d'accéder à la Maison du gouvernement. C’est ici que les leaders du mouvement des réseaux étudiants et du « Peuple pour la Réforme » se sont regroupés et y ont dressé une scène afin d’en bloquer l’accès.

Dans la foule, on pouvait observer de nombreuses femmes et personnes âgées arrivées par bus dans la journée du Sud du pays, le fief des Démocrates.

A une centaine de mètres de là, les forces de police anti-émeute étaient toujours retranchées derrière les barricades de béton et de fils barbelés qui bloquent tout accès au quartier, grand comme un arrondissement de Paris, placé sous l’Internal Security Act, où se situent le siège du gouvernement et le Parlement.

Malgré les problèmes de sécurité, de logistique, le peu d’assistance médicale et la présence de nombreuses personnes âgées, aucun incident grave n’était à déplorer sur le lieu de la manifestation. Seules quelques personnes prises de malaise ont dû être évacuées tant bien que mal.

Pendant ce temps à Ramkhamhaeng, de l’autre côté de la ville, le rassemblement des Chemises rouges dans le grand stade de football de Rajamangala réunissait plusieurs dizaines de milliers de supporters du Pheu Thai, le parti au pouvoir. Si cette contre-manifestation n’a pas tourné en une démonstration de force contrairement à celle emmenée par les Démocrates, les leaders ont appelé leurs supporters à se mobiliser et à converger vers la capitale, pour « protéger le gouvernement et la démocratie ».

Alors que la tension monte à Bangkok entre les deux camps, le chef de fil du mouvement d’opposition et tous les dirigeants des autres factions présentes ont annoncé pour ce lundi des marches dans Bangkok, principalement vers les casernes miliaires et les sièges des télévisions d’Etat, ainsi que les ministères de l’Intérieur et du Budget, pour leur « remettre des fleurs et des sifflets » selon Suthep Thaugsuban, chef de fil du mouvement. Ce dernier a annoncé que « le départ du gouvernement n’arrêterait pas les manifestations » qui se prolongeront « tant que le régime Thaksin ne sera pas tombé ».

En clair, les Démocrates rejettent le système politique actuel qui permet de porter au pouvoir la même majorité élue par le peuple, mais « corrompue et incompétente ». Le numéro deux du parti Démocrate, par ailleurs poursuivi pour son rôle lors des manifestations de 2010 qui ont fait 92 morts, n’a pas élaboré sur la façon don il comptait s’y prendre. A moins que l’objectif des manifestations de ce matin ne soit un signe ?

Comment va réagir Yingluck, la cheffe du gouvernement, qui s’oppose pour le moment à tout recours à la force ?

Le risque de voir la situation échapper à tout contrôle n’est pas à négliger, même si l’on ne parle pas aujourd’hui de menaces de violence ni d’affrontements entre les deux camps.

Mais la montée en puissance du mouvement de protestation pourrait précipiter la mobilisation des Chemises rouges dans tout le pays. Une mobilisation que ne rassure pas pour autant le pouvoir si les deux camps venaient à se confronter. Ce dernier pourrait se voir reprocher d’avoir instauré les conditions à un mouvement de « guerre civile ».

Faire appel aux forces de police pour rétablir l’ordre et disperser les manifestations si elles venaient à paralyser les institutions est une option possible. Mais elles entraîneraient sans doute probable et dans le contexte particulier des mouvements de protestation civile en Thaïlande, une escalade de la violence dont le gouvernement ne sortirait pas indemne.

Faire appel à l’armée si la situation devenait incontrôlable est aussi une option. Mais l’expérience du passé a montré que les militaires ne sont pas acquis à la cause des gouvernements pro-Thaksin… Le silence radio des généraux, si enclins d’habitude à interférer et donner des conseils sur la situation politique, vaut bien ses discours.

On ne voit pas aujourd’hui comment les deux camps pourraient s’asseoir et négocier une sortie de crise. Au contraire, le sentiment de « haine » envers Yingluck et son clan que l’on peut observer parmi les manifestants est inhabituel. D’habitude silencieuse et plus intéressée par sa soif de consommation que par la politique, cette « Middle Class » thaïlandaise revendique aujourd’hui haut et fort ses convictions et son droit d’ingérence.

Pour l’autre camp, l’histoire semble se répéter. La tentative de renverser le gouvernement de Yingluck « et la démocratie » est perçue comme une nouvelle intervention des classes dominantes qui refusent que les représentants du peuple (entendez les paysans et les classes défavorisées) gouvernent.

Philippe Plénacoste (www.gavroche-thailande.com)

A Lire Aussi
THAÏLANDE - DISSIDENTS: L'opposition thaïlandaise en exil se renforce et crie à la persécution
THAILANDE - CORRUPTION: Suthep Thaugsuban, l'ex leader démocrate accusé de détournements de fonds publics
THAÏLANDE - DROITS HUMAINS: Angkhana Neelapaijit, lauréate du prix Magsaysay 2019
THAILANDE: Nouveau gouvernement, vieilles recettes politiques
FRANCE-ASIE: Les effets du changement climatique sur la région Indo-Pacifique: un enjeu stratégique
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
(2)
Dean 2013-11-26 05:04:11
Estimations erronées
Petite précision, c'est plus proche des 800 000 que des 200 000 selon "vos" estimations. Il suffit d'être sur place pour le voir et ça augmente tous les jours.
Montealban 2013-11-25 07:18:21
A lire aussi
Sur les œillères médiatiques occidentales et la tentation d'une analyse en lutte de classes, cf l'excellent article qui date déjà d'il y a 3 ans, mais toujours aussi pertinent (ça nous change de la vision ethnocentrée, manichéenne, partisane et finalement a cote de la plaque de la plupart de nos médias français) : http://www.lefigaro.fr/international/2010/05/19/01003-20100519ARTFIG00676-thailande-l-illusion-d-une-lutte-des-classes.php
Notre lettre d'information

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous

Voir la newsletter du 12/08



Retrouvez-nous sur Facebook
Dernières Petites Annonces
IMMOBILIER EN THAILANDE

GAVROCHE CLASSIFIEDS

Cliquez et retrouvez notre nouveau site de petites annonces sur le Thaïlande en anglais

bons plans de la semaine

Nous sélectionnons pour vous les meilleures offres et promotions du moment

Tous nos BONS PLANS

Taux de Change
Prévisions aujourd'hui

Click for Bangkok, Thaïlande Forecast

Tourisme
THAILANDE - TOURISME: Bangkok et Sukhothai veulent devenir des «villes créatives» labellisées UNESCO - Gavroche
THAILANDE - TOURISME: Cinq nouveaux parcs nationaux au «Pays du sourire» - Gavroche
THAILANDE - CHINE: Pékin et Bangkok rêvent de transformer Yala en «ville du Durian» - Gavroche
THAILANDE - TOURISME : A Nakhon Pathom, un «pays du sourire» qui n'a pas pris une ride - Gavroche
THAILANDE - TOURISME: Entre touristes européens et asiatiques, TAT favorise les seconds - Gavroche
Culture
ASIE - PERSONNALITES: L'exemple des Prix Magsaysay 2019
THAILANDE: «La culture doit cesser de rimer avec propagande !»
THAÏLANDE: A la Biennale de Venise, un pavillon thaïlandais qui interroge
FRANCE-ASIE: Artistes asiatiques francophones, Paris vous tend les bras !
ASIE DU SUD-EST: L'ASEAN proclame 2019 «Année de la culture»
Dernières Offres d'Emploi
03/08/2019
Lieu: Bangkok
 
 
25/07/2019
Lieu: Bangkok
 
 
25/06/2019
Lieu: Phnom Penh
 
 
10/06/2019
Lieu: Chiang-Mai
 
 
10/06/2019
Lieu:
 
 
Dernières Annonces Immo
Terrain proche plage
Terrain constructible situé à 2 kms de la plage, 7kms de A...
- 17/08/2019
 
 
A louer home town près de l'école française de pattaya

Beau "Home Town" meublé, situé à 5 minutes de l'école...

- 06/08/2019
 
 
Très bel appartement situé à na jomtien
Situé à Baan Somprasong condominium, cet appartement ...
- 03/08/2019
 
 
Dernières Annonces Auto / Moto
A vendre yamaha 400 cc xj r
400cc, 4 cylindres, amortisseurs à gaz, pneus neufs, bat...
- 09/04/2019
 
 
Suzuki ertiga 2019 à louer à bangkok
Voiture Suzuki Ertiga toute neuve à louer à la journ...
- 02/04/2019
 
 
A vendre mazda à bangkok
Mazda 2 1l5 r maxx sport à vendre.
Coule...
- 02/03/2019
 
 
guide-ecotourisme