Philippe Plénacoste | Gavroche | 02/06/2014
Politique / Actu  

Thaïlande, crise politique : Suthep peut-il faire tomber le gouvernement pro-Thaksin ?

Alors que le conflit qui oppose le gouvernement au Comité du Peuple pour la Réforme de la Démocratie (PDRC) entre dans son sixième mois et a déjà fait 20 morts et des centaines de blessés, Suthep Thaugsuban, chef du mouvement d'insurrection, n'a jamais été aussi proche de son objectif : renverser le clan Shinawatra qui contrôle les affaires du pays depuis 2001 et imposer un comité révolutionnaire chargé de mettre en place des réformes dans l’objectif global est d’assainir le système politique gangréné par des hommes d’affaires corrompus, tout en consolidant le pouvoir des conservateurs et de Bangkok sur le reste du royaume, pouvoir dont les intérêts seraient menacés par des courants progressistes et anti-royalistes qui manipuleraient les classes populaires via le système du vote démocratique.
Suthep a, derrière lui, une « machine de guerre militaro-judiciaire » qui a déjà fait ses preuves depuis le coup d’État militaire de 2006.
Ennemi juré des royalistes proches du Palais et du commandement militaire, mais incontournable dans les affaires politiques du pays depuis près de 15 ans, Thaksin Shinawatra et trois Premiers ministres proches du milliardaire en exil, dont son beau-frère en 2008 et sa sœur cette semaine (destituée par un tribunal pour avoir viré « sans raison valable » un haut fonctionnaire à la tête de l'agence de sécurité du pays quelque temps après son arrivée au pouvoir en 2011), ont été écartés du pouvoir par des tribunaux ou des agences indépendantes, gendarmes démocratiques désignés par la Constitution de 2007 (portée par la junte militaire) et chargés de « surveiller » les agissements du gouvernement, des cadres politiques et des parlementaires et, si besoin, de les sanctionner.
Et leur « tableau de chasse » est pour le moins éloquent…
Samak Sundaravej, élu en 2007 et proche de Thaksin, aujourd’hui décédé, a été destitué la même année pour « conflit d’intérêt » après être apparu à deux reprises dans une émission culinaire télévisée pour laquelle il était rémunéré alors qu’il était Premier ministre. Des dizaines de parlementaires et cadres de partis politiques « grillés » pour avoir trichés aux élections ou voté des lois jugées a posteriori « inconstitutionnelles » ont, ou sont sur le point, d’être épinglés dans le cadre de cette opération d’«assainissement ».
Neuf ministres du gouvernement intérimaire actuel ont connu le même sort que Yingluck, laissant au pouvoir un gouvernement amputé et dont le rôle se limite aujourd'hui à sauver de nouvelles élections prévues pour le 20 juillet.
Un objectif qu'entend bien faire dérailler le PDRC qui va tenter dans les trois prochains jours de porter un coup fatal à la résistance du gouvernement. En mobilisant une nouvelle fois ses partisans – principalement issus des classes moyennes de Bangkok, dont une majorité de fonctionnaires proches du parti conservateur Démocrate qui contrôle Bangkok et le sud du pays – et en menaçant « d'utiliser ses propres méthodes » si dans les trois jours le président de la Cour suprême, de la Commission électorale et du Sénat ne répondent pas à son injonction de nommer un Premier ministre "neutre" chargé de mettre en place le comité populaire du PDRC, Suthep cherche à accélérer le facteur « menace d’une confrontation qui mènerait à une guerre civile » qui paralyse tous les autres acteurs du conflit depuis des mois.
Le pouvoir judiciaire et les commissions indépendantes dont il a le contrôle portent sur leurs épaules la responsabilité des suites qui seront données à cette crise. Mais la marge de manœuvre dont les trois présidents disposent pour trouver une sortie de crise est proche de zéro.
Suivre les injonctions de Suthep, qui refuse tout dialogue et tout compromis et ne semble craindre aucune menace, sonnera la fin du quatrième gouvernement pro-Thaksin depuis 2006.
Aucun observateur ne parie aujourd'hui sur la résignation des partisans de l'ex-Premier ministre qui pourraient se mobiliser en force, avec l'aide du Pheu Thai et des Chemises rouges, et marcher, comme en 2010, vers la capitale pour « protéger la démocratie ».
Un scénario que redoutent les militaires qui se retrouveraient – à Bangkok mais aussi dans de nombreuses capitales régionales du Nord et du Nord-Est du pays – face à des foules en colère prêtes à se confronter avec les partisans du PDRC, eux-mêmes déterminés à ne pas laisser la rue à leurs opposants.
Un scénario du pire dont le Conseil du roi ne veut certainement pas entendre parler, tant les retombées seraient désastreuses pour un monarque qui, depuis plus de 60 ans, est le symbole inamovible et irremplaçable de l'unité du royaume.
A l'inverse, si les "trois présidents" décidaient de ne pas répondre favorablement aux menaces de Suthep et de « protéger » le gouvernement intérimaire en place, ou du moins ce qu'il en reste, tout en maintenant les élections fixées (provisoirement) au 20 juillet, les conservateurs pourraient bien voir leurs efforts pour faire tomber la dynastie Thaksin annihilés par le résultat du vote.
Car le Pheu Thai, fort de sa conviction de remporter ces nouvelles élections, n'a aucun intérêt à se laisser dicter le chemin à suivre par Suthep. Après avoir tenté en vain de dialoguer avec ses opposants et de répondre favorablement aux besoins de réformes qui semblent incontournables tellement le système politique thaïlandais semble à bout de souffle, il reste déterminé à ne pas sortir du cadre constitutionnel existant pour engager ces réformes, et qui lui donne en même temps sa légitimité et fait sa force.
Le pouvoir judiciaire, qui s'est positionné en arbitre politique de cette partie d'échec et mat, aura bien des difficultés à trouver un vainqueur, ou à désigner un perdant...
(Philippe Plénacoste www.gavroche-thailande.com)

A Lire Aussi
THAÏLANDE - DISSIDENTS: L'opposition thaïlandaise en exil se renforce et crie à la persécution
THAILANDE - CORRUPTION: Suthep Thaugsuban, l'ex leader démocrate accusé de détournements de fonds publics
THAÏLANDE - DROITS HUMAINS: Angkhana Neelapaijit, lauréate du prix Magsaysay 2019
THAILANDE: Nouveau gouvernement, vieilles recettes politiques
FRANCE-ASIE: Les effets du changement climatique sur la région Indo-Pacifique: un enjeu stratégique
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
(5)
Pms 2014-05-12 07:15:02
Pas d'accord Bernard 2
Qu’a fait Mr Suthep depuis le début des manifestations ? Bloqué des routes et occupé des ministères. N’est pas se f***** de la gu*** du monde ? Qu’a fait le pouvoir en place ? Rien afin d’éviter des effusions de sang. Il y a surement beaucoup d’autres choses que vous ne savez pas et que malheureusement je ne peux pas parler publiquement de cela. Bon passons à ce que les rouges subissent : 3 gouvernements destitués(ou 1er ministre), grâce à des enquêtes éclaires (dont un par exemple pour avoir présenté une émission culinaire)! Bref vous l’aurez compris, il y a une justice à deux vitesses et ça c’est le vrai problème (aux yeux du public Thaïlandais)! Certains sont en politique pour protéger leurs intérêts et sauvez leurs privilèges. Dernière petite chose, concernant l’achat de vote, Ayant discuté avec des manifestants anti-gouvernementaux, ceux envoyés du Sud vers la capitale sont rémunérés pour venir manifester. La corruption, l’achat de vote, et même l’achat de « présence » existent des deux côtés et ne peuvent pas être interprétés comme argument. Honnêtement, prenez pas le soin de répondre, restez observateurs au lieu de commentateur. La situation politique en Thaïlande est extrêmement compliquée et ne peux pas être interprétée via la lecture des news Française sur le sujet. Sans offense.
Stelli 2014-05-12 05:33:07
Démocratie
Bernard bien sur qu'il y a toujours des jaunes. Ils se sont drapés du drapeau thaïlandais mais ce sont les mêmes. Pour les votes achetés soyons sérieux pensez vous vraiment que les jaunes n'achètent pas des votes aussi??? Confisquer le pouvoir et la démocratie par des oligarques, mettre en place un gouvernement nommé par des gens "éclairés" quelle bonne blague et vous parlez d'éthique!!! 1 personne 1 vote la démocratie vaut pour tous et même les thaïlandais. Parlez avec des gens du peuple ceux qui vivent en bas des condominiums et vous comprendrez peut être que leur espoir d'un monde meilleur passe par la démocratie même si elle n'est pas parfaite.
Polo 2014-05-11 16:05:55
Affligeant
Étrange commentaire sur mes propos. Je connais fort bien la Thaïlande depuis1979! Je suis historien de profession. La démocratie est imparfaite mais vous réagissez comme les colonisateurs qui considéraient que les indigènes n'étaient pas aptes à la démocratie. Les farangs oseraient-ils tenir de tels propos au sujet des français? J'en doute.
Bernard 2014-05-11 10:54:34
Pas d'accord
Je ne suis pas trop d’accord avec l’intervention précédente. Je trouve navrant l'emploi du mot fasciste... « les urnes ont parlé, et ce à plusieurs reprises » l’intervenant qui a écrit ceci ne connaît rien à la Thaïlande, les urnes ont parlé, oui, mais avec des suffrages achetés… « aux chemises jaunes qui se déconsidèrent en bafouant la démocratie » : premièrement, il n’y a plus à proprement parlé de chemises jaunes, ils sont en noir ou en blanc. L’opposition actuelle se compose d’un spectre beaucoup plus large. En ce qui concerne le mot démocratie, voir ma remarque précédente. A ce propos, je voudrais aussi rappeler qu’en plus d’autres ’boulettes’ la première ministre (l’ex…) a essayé de faire passer une loi d’amnistie taillée sur mesure pour son frère. Et si on parlait un peu d’éthique ?...
Polo 2014-05-10 18:55:57
Fascisme
Bien entendu que la Thaïlande est une démocratie récente et donc fragile. Bien sûr que la corruption est bien présente. Mais enfin, quelles que soient les critiques que l'on peut porter contre le gouvernement en place, les urnes ont parlé, et ce à plusieurs reprises. La prise de pouvoir par la force et la violence à des antécédents historiques dont le plus connu reste le fascisme. La Thaïlande dispose de nombreux atouts. L'insécurité résultant de coups de force, fussent-ils judiciaires, ne peut que nuire à tous y compris aux chemises jaunes qui se déconsidèrent en bafouant la démocratie . Ils feraient bien mieux de mettre en place un shadow cabinet à l'anglaise pour s'inscrire ainsi dans un processus de progrès certes imparfait mais cependant porteur d'espoir .
Notre lettre d'information

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous

Voir la newsletter du 12/08



Retrouvez-nous sur Facebook
Dernières Petites Annonces
Dernières bonnes adresses
ACACIA
Thailand / Bangkok Écoles
 
MONDASSUR
France / - Assurances
 
P'TIBOUTS
THAILANDE / BANGKOK CrÈches
 
CENTURY 21 Sweet Home
Thailand / Bangkok Agences Immobilieres
 
VOVAN ET ASSOCIÉS
Thailande / HUA HIN Avocats
 
GAVROCHE CLASSIFIEDS

Cliquez et retrouvez notre nouveau site de petites annonces sur le Thaïlande en anglais

bons plans de la semaine

Nous sélectionnons pour vous les meilleures offres et promotions du moment

Tous nos BONS PLANS

Taux de Change
Prévisions aujourd'hui

Click for Bangkok, Thaïlande Forecast

Tourisme
THAILANDE - TOURISME: Bangkok et Sukhothai veulent devenir des «villes créatives» labellisées UNESCO - Gavroche
THAILANDE - TOURISME: Cinq nouveaux parcs nationaux au «Pays du sourire» - Gavroche
THAILANDE - CHINE: Pékin et Bangkok rêvent de transformer Yala en «ville du Durian» - Gavroche
THAILANDE - TOURISME : A Nakhon Pathom, un «pays du sourire» qui n'a pas pris une ride - Gavroche
THAILANDE - TOURISME: Entre touristes européens et asiatiques, TAT favorise les seconds - Gavroche
Culture
ASIE - PERSONNALITES: L'exemple des Prix Magsaysay 2019
THAILANDE: «La culture doit cesser de rimer avec propagande !»
THAÏLANDE: A la Biennale de Venise, un pavillon thaïlandais qui interroge
FRANCE-ASIE: Artistes asiatiques francophones, Paris vous tend les bras !
ASIE DU SUD-EST: L'ASEAN proclame 2019 «Année de la culture»
Dernières Offres d'Emploi
03/08/2019
Lieu: Bangkok
 
 
25/07/2019
Lieu: Bangkok
 
 
25/06/2019
Lieu: Phnom Penh
 
 
10/06/2019
Lieu: Chiang-Mai
 
 
10/06/2019
Lieu:
 
 
oif-fev14
guide-ecotourisme