Marie Normand | Gavroche | 26/10/2010
Politique  

THAILANDE: Le gouvernement bâillonne les médias

Après avoir remporté la bataille de la rue, le gouvernement semble déterminé à gagner la guerre de l'information. Pour faire taire les opposants, il n'hésite pas à interdire la diffusion les médias qu'il juge trop critiques. Au nom de la réconciliation nationale...
  •  
  •  
  •  
  •  
"Ce site internet a été bloqué en vertu du décret d’urgence », «page inaccessible» ou simplement trois lettres rouges sur fond noir : « BANNED » (interdit). Ces messages sont désormais familiers pour les internautes thaïlandais. Après les graves violences de ces derniers mois - au moins 90 morts et 1 900 blessés - qui ont révélé de profondes divisions dans le royaume, le gouvernement est déterminé à faire taire toute voix critique au nom de la réconciliation nationale. Cette censure silencieuse, qui s’apparente à une chasse aux sorcières dans les médias et sur Internet, s’appuie notamment sur les pouvoirs exceptionnels d’un décret d’urgence appliqué depuis le 7 avril. Selon l’ONG Freedom Against Censorship Thailand (Fact), 210 000 sites ont été bloqués par le « Big Brother » du web, le ministère des Technologies de l’Information et de la Communication (MICT). Qui préfère évoquer 50 000 pages, suspendues car « pornographique » ou « contraires à la morale », selon lui. Pourtant, la censure frappe aussi l’ensemble des sites proches de l’opposition. Au rang des indésirables, on trouve, entre autres, le site d’analyse Asia Sentinel, de nombreux blogs, certaines pages sur Facebook, Youtube, ou encore Pantip, l’un des forums de discussion les plus fréquentés. Des journaux en ligne indépendants sont aussi touchés. Le respecté Prachatai, qui revendique 40 000 visiteurs quotidiens, a dû changer plusieurs fois d’adresse URL pour échapper à la censure.

PROPAGANDE
Même acharnement à l’encontre des médias traditionnels. Plusieurs dizaines de radios communautaires jugées proches des Chemises rouges ont aussi cessé d’émettre à la suite d’opérations musclées des forces de l’ordre. Même punition pour la chaîne People’s TV et l’hebdomadaire Thai Red News. « Ces médias ont été fermés car ils incitaient à la violence. Même une démocratie ne peut laisser des médias véhiculer des messages de haine », se justifie Panitan Wattanayagorn, le porte-parole du gouvernement. De nombreux observateurs confirment pourtant qu’un climat de peur s’est installé dans le monde des médias. Plusieurs ministres ont accusé les journalistes locaux et les correspondants étrangers d’avoir pris parti lors du conflit politique et d’avoir accentué les divisions sociales. Dans ce contexte, l’autocensure, déjà très présente dans la presse et l’audiovisuel thaïlandais, a tendance à se généraliser. Une journaliste de la télévision Channel 3 avoue avoir été fermement encouragée à « coopérer avec la politique gouvernementale ». « Nous devenons des instruments de propagande, mais il n’y a pas d’autre manière de survivre sous ce décret d’urgence », surenchérit un animateur radio du nord du royaume. Ce décret, mis en place le 7 avril (au pire des manifestations antigouvernementales) et récemment reconduit « sans raison apparente » d’après le vice-président du Sénat, a renforcé l’arsenal répressif. Au nom de la « sécurité nationale », il permet de bâillonner n’importe quel média, sans jugement. « Ce décret viole la liberté d’expression, un droit pourtant garanti par la Constitution. On dirait une loi martiale déguisée », réagit l’universitaire Ubonrat Siriyuvasak.

LÈSE-MAJESTÉ
La loi sur la cybercriminalité de 2007 et le crime de lèse-majesté avaient déjà réduit la liberté d’expression. Dans un pays où le roi est quasi sacré, tout propos critique est passible de quinze ans de prison selon le code pénal. « Comme tout le monde, nous faisons maintenant très attention à ce que nous écrivons, confie Sawatree, une blogueuse de 24 ans. Au-delà de la censure, on a surtout peur des arrestations. » Pour avoir publié des images déformées de la famille royale, l’internaute Suwicha Thakor a passé dix-huit mois derrière les barreaux. La directrice du journal en ligne Prachatai est, elle, jugée pour avoir tardé à effacer de son site des commentaires déposés par des internautes, jugés insultants pour la monarchie. Acculé, le journal alternatif vient de supprimer son forum de discussion. « Nous ne pouvons plus assurer notre sécurité ni celles de nos usagers », lâche l’équipe dans un communiqué. Même les profils Facebook sont décortiqués par les autorités à la recherche de contenus subversifs. « Le gouvernement a gagné la bataille de la rue, mais Internet constitue un nouveau front, commente Supinya Klongnarong, qui milite pour la liberté d’expression au sein du Thai Netizen Network. Près de 23% des Thaïlandais y ont accès. On peut y évoquer des sujets tabous, alors que les médias traditionnels s’autocensurent. »

INTIMIDATIONS

Sous le gouvernement de Thaksin Shinawatra, la bête noire du pouvoir actuel, les médias avaient déjà subi des pressions. « Il s’agissait plus d’intimidations, de pressions financières. Rien de comparable avec ce que nous observons depuis le coup d’Etat de 2006 », nuance Basil Fernando, président de la Commission asiatique des droits de l’Homme. En 2004, Reporters sans Frontières classait la Thaïlande en 59e position dans son baromètre de la liberté de la presse. Aujourd’hui, le royaume a glissé à la 130e place. Et beaucoup craignent que la situation ne s’aggrave encore d’ici la fin de l’année : le gouvernement prévoit une réforme des médias dans son programme de réconciliation nationale.
A Lire Aussi
L'éditorial du Gavroche : 20 ans ferme !
THAILANDE Deuxième anniversaire du coup d'Etat
ANALYSE Attentats de Bangkok : qui était visé ?
Thaïlande: Parrains, vous avez dit parrains ?
L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) suspend la Thaïlande et réintègre la Guinée-Bissau dans ses instances
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
(5)
DAVID24 2010-12-06 23:15:01
Agree with Gero
100% d'accord avce l'analyse de Gero ! L'ensemble du pays réel meme s'il garde du respect pour la monarchie , un large fossé et une défiance grandissante s'est creusée . Les Thaïs savent bien que Taksin n'est pas un honnête homme mais ils se rapellent qu'il a été le seul a les comprendre et tenté de faire qq chose pour eux . Mais la fin du scénario est encore a écrire , la fin du règne pourrait étre amer pour les putchistes et les "élites" de Bangkok soutenus par les investisseurs .
DAVID24 2010-12-06 23:15:00
Agree with Gero
100% d'accord avec l'analyse de Gero ! L'ensemble du pays réel même s'il garde du respect pour la monarchie , un large fossé et une défiance grandissante s'est creusée . Les Thaïs savent bien que Taksin n'est pas un honnête homme mais ils se rappellent qu'il a été le seul a les comprendre et tenté de faire qq chose pour eux . Mais la fin du scénario est encore a écrire , la fin du règne pourrait être amer pour les putschistes et les "élites" de Bangkok soutenus par les investisseurs .
Foutriquet 2010-11-17 05:08:17
Pays non "émergés"
L'Indonésie et la Malaysie font aussi partis des pays dont le systeme est basé sur la passivité et la religion. Ce sont des pays "émergeants" c'est à dire dont l'économie, la culture et les lois en découlant, sont en retard par rapport aux pays "émergés".Tant que les gens restent passifs ça marche, si certains ne sont pas d'accord, on donne du baton, et ça repart. Le premier ministre est "comme un jockey, que le propriétaire change quand il le désire"(citation). Lorsque toutes les solutions politiques sont épuisées, on fait appel à la censure, comme on appelle les pompiers pour éteindre le feu,puis en dernier ressort on fait appel à l'armée."Self suffisence" et systeme vertical ont fait leurs preuves depuis des decennies, mais sont remis en cause par la mondialisation. Selon son intensité la censure permet de mesurer la vulnérabilité d'un pays, voire sa panique. C'est un indicateur de la capacité (ou incapacité) d'un pays à résoudre ses conflits intérieurs. Bien sur, ces systemes s'enferment progressivement dans une impasse en voulant perdurer, c'est à ce moment de faiblesse que d'autres pays prennent le dessus. Le risque serait qu'un changement brutal, fasse place à un régime totalitaire soutenu par un grand pays.C'est peut etre une des motivations principales de la censure actuelle. A Cuba du temps de Batista, il y avait des gens très pauvres et des gens très riches, mais tout le monde avait sa chance et était libre.Après avoir écouté les promesses de deux escrocs, c'est tout le pays qui est très pauvre et sans liberté depuis plus de 50 ans. En cas de dérapage, ce scénario est malheureusement envisageable ici.
Gero 2010-11-11 06:25:03
Qui peut être surpris - SUITE
Est-ce étonnant ? Le peuple thaïlandais est un peuple qui a l'habitude de plier, d'accepter le pouvoir de l'armée et sa violence, le pouvoir de la royauté intouchable. Comment trouver le temps et l'argent de protester quand il vous faut travailler tous les jours une dizaine d'heures pour seulement payer une misérable chambre sans eau chaude et la nourriture quotidienne ? Taksin s'est enrichi de façon scandaleuse en profitant de son mandat de 1er ministre. Mais il a fait des choses pour le peuple, et ouvert la porte à la notion de démocratie. Il suffit de voir l'extrême violence du gouvernement en place pour se convaincre qu'il a compris que la population exigerait dorénavant d'exister et de compter. Si malgré les assassinats, la corruption, et l'enfermement de la presse, le parti de Taksin ou son successeur gagnait les prochaines élections, le coup d'état militaire de septembre 2006 pourrait bien être, enfin, le dernier d'une longue série.
Gero 2010-11-11 06:21:37
Qui peut être surpris ?
Qui peut être surpris de lire, dans les appréciations de Reporters Sans Frontières et autres organismes indépendants, que la liberté recule en Thaïlande ? Qui a jamais vu un régime militaire se satisfaire de la démocratie ? Alors même qu'il a pris le pouvoir par un coup d'état il y a 4 ans pour évincer un premier ministre réélu ! Ca n'existe nulle part. La Thaïlande s'enfonce dans une dictature militaire petit à petit. Le gouvernement actuel est une marionnette et les mains qui la tiennent et l'animent sont celles de l'armée et de l'aristocratie qui marchent main dans la main pour conserver les uns le pouvoir, les autres l'argent. Rien de bien nouveau sous le soleil, mais terrible recul pour la population de ce pays. On dit et on lit partout que la monarchie est adorée dans ce pays et le roi adulé... Rien n'est plus faux. La monarchie est supportée et le roi un élément du décor que 3 générations ont dans leur paysage. Demandez à un thaïlandais pris au hasard ce qu'il pense. Il vous dira beaucoup de bien du bon roi. Posez la même question à un thaïlandais que vous connaissez bien et il vous dira : tais-toi ! Veux-tu aller en prison ?! Ca se vérifie n'importe où dans ce pays. Est-ce étonnant ?
Que faire ce week-end à Bangkok?

Chaque vendredi, retrouvez les
spectacles, concerts, films, évènements
du week-end à ne pas manquer.

Voir la newsletter du 23/11 au 29/11



Retrouvez-nous sur Facebook
10 Dernières Petites Annonces
bons plans de la semaine

Nous sélectionnons pour vous les meilleures offres et promotions du moment

Tous nos BONS PLANS

Taux de Change
Prévisions aujourd'hui

Click for Bangkok, Thaïlande Forecast

Tourisme
Bangkok : un hôtel propose de dormir en prison - Gavroche
SUAN PHEUNG Au coeur de la nature -
INDONESIE Raja Ampat : l'île Maurice version Asie - Gavroche
THAILANDE Fermeture de sites de plongée -
BANGKOK Le Grand Palais plus visité que la tour Eiffel -
Culture
Musée du Bangkokois : le quotidien à Bangkok dans les années 40
Pichet Klunchun : l’enfant terrible des arts dramatiques thaïlandais
BANGKOK Des entrepôts de la Seconde Guerre mondiale reconvertis en espaces d'art
Thaïlande - Devenir guide bénévole au Musée national
BANGKOK Scala : un cinéma hors du temps
Dernières Offres d'Emploi
21/11/2017
Lieu: Bangkok
 
 
20/11/2017
Lieu: Lat Prao (MRT) Bangkok
 
 
15/11/2017
Lieu: Bangkok - Nonthaburi
 
 
14/11/2017
Lieu: Bangkok
 
 
13/11/2017
Lieu: Khanom
 
 
Dernières Annonces Immo
Villa de luxe à vendre – dan mai, koh chang
Villa de Luxe à Vendre – Dan Mai, Koh Chang

Cett...
- 23/11/2017
 
 
Colocation vide a bangkok
Bel appartement , 70 m2, quartier Sathorn, entierement meubl...
- 20/11/2017
 
 
Ekamai : appartement très lumineux de 82 m2 à louer.

Bel appartement meublé à loue...

- 22/10/2017
 
 
Dernières Annonces Auto / Moto
Vend suzuki caribian sj 413
Occasion exceptionnelle !

Totalement refaite avec p...
- 21/10/2017
 
 
Hilux pre-runner
Vend urgent cause maladie Hilux Pre-Runner - 4 portes - Bon...
- 18/09/2017
 
 
Vend tricycle adulte électrique
Tricycle adulte électrique, grand panier à l'arrière, pet...
- 17/08/2017
 
 
ata-office
crown-relocations
samitivej-sep16
gavroche-mediav3
bangkok-hospital
asita
oif-fev14
dfdl
ftcc
ata-car