Antoine Ora | Gavroche | 14/06/2008
Société  

Thaïlande : Glutamate de sodium : une pandémie silencieuse ?

Exhausteur de goût, le glutamate de sodium est omniprésent en Thaïlande, aussi bien dans les produits vendus en supermarché que dans les plats cuisinés par les marchands de rue et les restaurants. Mais son utilisation intensive provoque chez certaines personnes de graves effets secondaires et suscite régulièrement la méfiance des consommateurs.
Des restaurateurs ont même décidé d'afficher clairement son absence dans leurs plats. Alors, craintes injustifiées ou réel danger ? Enquête sur ce que certains n'hésitent pas à comparer à du poison. Vous êtes-vous déjà aventuré à lire méthodiquement la liste des ingrédients utilisés dans la composition des produits que vous achetez? Sûrement. En revanche, rares sont ceux qui comprennent le jargon industriel et ses nombreux codes : 621, 627, 631, 364ii… Dans les nouilles instantanées, les fameuses Mama, on trouve de la farine de riz, du sucre, du sel, de l'huile, des épices et un exhausteur de goût - le glutamate de sodium (E621). Ce dernier élément relève de la famille des additifs. Il apparaît sur la liste des ingrédients des plats préparés, des chips ou encore des soupes en sachet. Ceux-ci constituent une importante part du marché agroalimentaire local. Il peut aussi être ajouté, à notre insu, aux plats cuisinés dans la rue et dans la plupart des restaurants.

Malgré son usage intensif, le glutamate de sodium ne semble pas totalement inoffensif. Souvent mis en cause, il est accusé d'être à l'origine d'effets secondaires indésirables : nausées, vertiges ou encore éruptions cutanées. Certaines personnes ont même vu leur quotidien basculer dans une guerre sans fin où chaque repas devient une nouvelle bataille. «Mes premières réactions au glutamate de sodium se sont révélées lors de séjours en Thaïlande. Une fois, j'ai vu la personne préparant mon assiette mettre une pleine cuillère à soupe de cette poudre, en plus de celle de sucre. Mais, à ce moment-là, je n'avais encore aucune idée de ce dont il s'agissait. J'ai alors senti une sensation de bouche un peu collante, un goût sucré-salé légèrement acidulé, avec le besoin presque immédiat de boire quelque chose. Plus tard, ma langue est devenue pâteuse et a pris du volume, mon coeur s'est mis à battre plus vite...», raconte un Français résidant en Thaïlande.

Du goût, toujours plus de goût !
Appelé également MSG (monosodium glutamate), Vetsin ou E621, le glutamate de sodium porte autant de noms obscurs qui éclairent rarement notre lanterne. Son origine est à trouver dans l'acide glutamique, l'un des vingt acides aminés naturels qui entrent dans la composition des protéines. Considéré comme non essentiel, l'acide glutamique apparaît dans de nombreux aliments que nous consommons quotidiennement - soja, champignons, viande, poisson... - et que notre organisme synthétise automatiquement. En 1908, le professeur japonais Kikunea Ikeda l'identifie comme une nouvelle saveur, l'umami (de umai, “délicieux”), qui symbolise aujourd'hui pour de nombreux spécialistes la cinquième saveur après le sucré, le salé, l'aigre et l'amer.

Immédiatement après sa découverte, l'acide glutamique est transformé par quelques industriels en un composé chimique, le glutamate de sodium. Sous forme plus concentrée mais aux qualités identiques, le glutamate de sodium fait à présent partie de la longue liste des additifs alimentaires aux côtés des colorants, antioxydants, conservateurs... et sert d'exhausteur de goût en renforçant, sans les modifier, le goût ou l'odeur. Semblable à du sucre en poudre, le MSG n'est pas consommé directement en tant qu'aliment et ne constitue pas non plus un ingrédient. C'est plus précisément une substance ajoutée en petites quantités aux aliments lors de leur préparation avec un but précis: rehausser les saveurs. En théorie donc, cet additif se révèle utile!

Par ailleurs, l'identification du glutamate de sodium s'avère souvent complexe pour le consommateur car les indications fournies sur les emballages ne sont pas forcément explicites. «Les étiquettes ne mentionnent pas systématiquement la présence de glutamate de sodium dans le produit. De plus, il est parfois difficile de le repérer quand tout est écrit en thaïlandais», souligne Xavier, un autre expatrié français. Et une fois mélangé à un plat, il est quasiment indétectable. «Je me rends compte de sa présence lorsque l'aliment semble se coller à mon palais et à ma langue, laissant un goût légèrement sucré. Bien entendu, comme la majorité des gens y sont habitués, ils n'ont aucun moyen de le sentir et encore moins de l'identifier comme on sait identifier le poivre ou une épice», explique-t-il.

A toutes les sauces !
Omniprésent en Thaïlande, le glutamate de sodium assaisonne pratiquement l'ensemble des produits agroalimentaires et des plats cuisinés thaïlandais, voire «étrangers». La majorité des marchands de rue, pour ne pas dire tous, l'utilisent parfois même à outrance dans leur cuisine, notamment dans les soupes. Il en est de même pour les restaurants qui n'hésitent pas à en verser une cuillère ou deux dans les recettes. «J'en ajoute dans tous les plats pour qu'ils aient plus de saveur. Sans cela, le repas serait fade et mes clients ne reviendraient pas manger ici», raconte Sarawut, le patron du Puay, un petit restaurant de rue dans le quartier de Nang Linchi.

Cette substance semble tellement enracinée dans les habitudes culinaires que certains restaurateurs se sentent obligés de préciser, sur leur vitrine ou dans leur menu, qu'ils n'en ajoutent pas à la cuisine. Au Oki restaurant, dès l'entrée, les clients sont avertis par une grande inscription: «No MSG». Pitak Piyarojchana, propriétaire de l'établissement, ne propose que des plats sans glutamate. Quand il fait les courses au supermarché, il lit minutieusement chacune des étiquettes et demande à son cuisinier de ne jamais en mettre dans ses plats. «Le glutamate de sodium peut entraîner différentes gênes comme des maux de tête, des vomissements et même des douleurs articulaires chez certaines personnes, à commencer par moi. Du coup, j'essaye de persuader les gens de manger sans et de leur prouver que leur plat reste savoureux. Trop de Thaïlandais n'imaginent pas s'en passer et l'ajoutent à tout va dans la préparation de leur repas», s'insurge le restaurateur.

Mais tous ne sont pas aussi attentifs et prudents. Malgré leur volonté de ne pas utiliser de MSG, les restaurateurs achètent, souvent par ignorance, des aliments qui en contiennent. « Pratiquement à chaque fois que j'ai mangé dans un restaurant mentionnant «No MSG», j'ai eu la mauvaise surprise de contracter des effets secondaires comme d'importantes douleurs digestives et une soif inextinguible, accompagnés d'une désagréable sensation d'avoir été abusé», témoigne une victime.

Les marchands et les restaurateurs ne sont pas les seuls responsables de l'invasion du glutamate de sodium dans les assiettes. Régulièrement victimes de leur crédulité, ils subissent la pression d'une puissante multinationale nippone, Ajinomoto (“essence du goût”), dont le fondateur n'est autre que le professeur Kikunea Ikeda, qui a découvert et breveté, en 1909, le glutamate de sodium. Leader sur le marché, l'Empire Ajinomoto est présent dans vingt-trois pays. En 1960, il implante une filiale en Thaïlande, à la tête aujourd'hui de dix-huit usines locales et de plus de cinq mille employés. Ajinomoto a envahi les rayons de tous les supermarchés avec sa pléiade de produits - nouilles instantanées Yum Yum, café Birdy, thé vert Sencha - et sa large gamme de glutamate de sodium, conditionné en bouteille ou en sachet. Par ailleurs, des opérations «coups de poing» sont parfois menées sur les marchés, comme c'est le cas au grand marché de Klong Toey, à Bangkok, où des représentants de la multinationale viennent vanter aux marchands les bienfaits de cette 'poudre blanche'.

Division sur l'innocuité du MSG
La banalisation du glutamate de sodium ne fait pourtant pas l'unanimité au sein des consommateurs. Beaucoup l'accusent de provoquer de graves effets secondaires: nausées, maux de tête, vomissements mais aussi déshydratation, augmentation de la sensation de faim… la liste est longue et les effets varient selon les personnes. «Quand je mange un plat contenant du glutamate de sodium, je passe généralement une nuit blanche à boire des litres d'eau sans arriver à étancher ma soif. Cela s'accompagne aussi de l'apparition de boutons sur tout mon corps, autre réaction de mon organisme», confie un Bangkokois.

Suite à cette forte suspicion, des dizaines d'études scientifiques ont été menées jusqu'à aujourd'hui pour établir un lien entre le glutamate de sodium et certains effets secondaires. En 1968, le docteur Ho Man Kwok accuse l'additif de provoquer de soudaines migraines, de violentes nausées ou encore des éruptions cutanées intenses et confère à ces effets le nom de « syndrome du restaurant chinois ». Mais l'année suivante, un test réalisé sur des personnes déclarant souffrir de ce nouveau syndrome ne parvient pas à prouver que le glutamate de sodium est l'agent responsable. D'autres études suivent et le glutamate est tantôt mis hors de cause, tantôt montré du doigt. Selon le neurophysiologiste John Olsey, le MSG détruit les neurones. Pour Jésùs Fernandez-Tresguerres, directeur en physiologie de la faculté de médecine de l'université Complutense de Madrid, il augmente de 40% la sensation de faim.

Les résultats scientifiques se contredisent, sèment le trouble et alimentent d'autant plus la controverse que le glutamate de sodium est considéré comme inoffensif par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Pourtant, en 2003, le ministère de l'Education thaïlandais s'est lui-même invité au débat en interdisant l'utilisation de MSG dans les repas scolaires afin «de promouvoir une nourriture sûre et saine». Paradoxalement, les restaurants, les marchands et les industriels de l'agroalimentaire (IAA) peuvent continuer à l'utiliser. Puis, en 2004, Rewat Wisarutwej, directeur général du département Health Service Support, accuse indirectement le glutamate de sodium de provoquer une prise de surpoids et déclare que les « habitudes culinaires devraient être modifiées » (1). Malgré cette suite d'initiatives, la transparence sur le MSG et ses éventuels risques n'est pas totalement garantie et les informations médicales semblent difficiles à obtenir. Le Bangkok Hospital, par la voix du docteur Nguyen Viet Hung, n'a pas souhaité répondre à nos questions: «La politique de [son] hôpital est le respect de la confidentialité de [ses] patients» a-t-il justifié...

Enfin, si certains accusent l'industrie agro-alimentaire de jouer un important rôle de lobbying dans la législation thaïlandaise, le gouvernement leur répond qu'il a averti les industriels d'éventuelles actions en justice s'ils ne respectaient pas l'interdiction du glutamate dans les repas servis dans les écoles. Une chose semble sûre : certaines personnes sont plus sensibles que d'autre au MSG et peuvent développer différentes allergies qui se traduisent par divers effets indésirables. «Malgré les sévères normes européennes, le glutamate de sodium peut occasionner des intolérances chez les personnes qui sont particulièrement sensibles», confirme un responsable de l'AFSCA belge (Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire). Cette sensibilité peut aussi s'aggraver avec l'utilisation excessive du glutamate de sodium dans la nourriture, sa dose journalière étant globalement très importante en Thaïlande.

Sans accord uni des scientifiques, le principe de précaution semble donc être la meilleure option. La prochaine fois que vous ferez vos courses, prenez le temps de bien lire les étiquettes, même si rien n'oblige légalement les marques à préciser la présence de glutamate. Sachez qu'il existe tout de même des produits sans glutamate de sodium et quelques restaurants « No MSG » en Thaïlande...

(1)The Nation, 15 novembre 2004
(2)
A Lire Aussi
Huay Kwang, immersion dans un quartier aux multiples facettes
La Communauté économique de l’ASEAN : aperçu et attentes
Thaïlande : Bang Krachao, le « poumon vert » de Bangkok, menacé par un nouveau plan d’urbanisme
Trois questions à Abdou Diouf, secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie
Gavroche spécial 20 ans : numéro de juin disponible en kiosque !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
(11)
consternant 2011-02-10 23:30:00
a l'attention de "consommatrice"
pour prouver les dangers de ce produit il suffit tout simplement de ..savoir lire ! le glutamate et son copain l'aspartame : 2 POISONS autorisés depuis des années..pour faire de l'argent ! vous avez des actions chez ajinomoto ?? l'empoisonneur en chef...
lilou 2011-01-21 15:44:44
réellement allergique
je suis française et je fais des allergies au glutamate. les symptômes sont bien réels. j'ai fait un urticaire géant sur le visage qui me faisait des sensations de brûlure intense. mon médecin m'a averti que je pouvais me retrouver avec un oedème (= hôpital avec 24H sous cortisone)! j'ai fait des premières réactions en mangeant des batons de surimi. ça a commencé avec les yeux hyper gonflés. Mais bon quand on regarde la composition des bâtons de surimi on ne peut pas vraiment savoir à quoi on est allergique. Un jour j'ai consommé une soupe en sachet asiatique et là j'ai compris! le médecin n'a pas eu de mal à faire le diagnostic. Je pense qu'il faut préférer des substances plus naturelles.
chico 2011-01-04 03:34:25
glutamate MSG
l'industries devrait donner le chois aux consommateur d'utiliser ou pas se produit en insérent un envelope du produit séparément dans la boit a l'achat insie on utillise ou pas
Insolant 2010-10-14 03:16:18
Une preuve ?
Voici un site qui vous expliquera les dangers du GMS mais aussi d'autres additifs tel que l'aspartame et autre... http://www.santeendanger.net/
Susu 2010-09-04 01:03:49
Anti glutamate
Comme beaucoup d'asthmatique je suis un sujet allergique. Le Glutamate provoque chez moi de fortes migraines, des douleurs a la nuque et la pepie (soif terrible). Je vis au Laos et j'evite autant que possible et fait de la prevention sans succes aupres de mes amis Lao. Ils abusent du glutamate et du sucre surtout lors des festins (mariages et autres ceremonies). Il est vraiment preferable d'utiliser du sel naturel iode plus economique que ce produit industriel de labo pas bio-pas bon. La nourriture asiatique est delicieuse et goutee sans glutamate grace a des epices et produits naturels du marche. Il est vrai que nous ne sommes pas tous sensibles aux effets vicieux de ce poison alimentaire.
Iemmanuel 2010-07-06 18:01:28
... Et asthmatique
PS : Je précise que j'ai beaucoup souffert d'asthme dans mon enfance. Or, même si aujourd'hui je n'ai que de rares crises d'asthme (je ne sais même plus de quand date la dernière), je suis en principe toujours asthmatique. Il semblerait qu'il y ait un lien de cause à effet pour certaines personnes. Bonne journée
mickzouc 2010-04-22 23:46:07
migraines
j'ai dû arr^ter d'aller au restaurant asiatique car les plats relevés au GSM provoquait des migraines très intenses, brulures digestives et éruptions cutanées.Maintenant,quand je ais mes achats alimentaires,je proscris tout aliment contenant du GSM.jE N4AI PLUS DE MIGRAINE...
hubert 2010-04-17 14:46:46
glutamate
depuis plusieurs années chaque foi que je mange un produit avec du glutamate mon coeur s'emballe et ma tension monte à 20 .J'ai déjà du aller à l'hopital suite à l absortion de glutamate . Je sais que ce n 'est pas nocif pour toute les personnes , mais il y a des cas ou ont peut faire un crise cardiaque .Je suis parmis ces cas .Mais ce n'est nocif que pour quelques personnes .Donc vous pouvez en manger à volonté ça n'est pas mauvais pour vous et vos amis .Mais si un jour une personne devrait souffrir de palpitations qu'elle fasse attention à ce qu'elle a mangé, ont ne se rend pas compte tout de suie que c'est le glutamate ,mais prudence
jaouen 2009-12-02 16:00:15
où puis-je en trouver ?
je fais des nems et d'autres plats chinois et j'ai besoin de glutamate où puis-je en trouver car je je n'habite plus dans la région où je l'achetais avant.merci de votre réponse.
amazoni 2009-01-28 19:37:36
consommatrice
bonjour je suis française et j'utilise du glutamate régulièrement dans mes plats cuisinés j'en mange donc quasi quotidiennement et j'invite souvent des amis a manger; je n'ai jamais eu aucun symptômes ni allergies que vous citez, et mes amis encore moins .je ne voit pas en quoi il serait mauvais voir nocif pour l'homme.si vous avez des vrais arguments donnez les moi car je suis loin d'être convaincu; et je voulais ajoutés que je fait très attention a mon alimentation je mange bio et devient végétarienne. prouvez moi que le glutamate est mauvais pour notre organisme, et je vous en serait reconnaissante .cordialement sa
Que faire ce week-end ?

Chaque vendredi, retrouvez les
spectacles, concerts, films, évènements
du week-end à ne pas manquer.

Voir la newsletter du 18/07 au 24/07


Retrouvez-nous sur Facebook
10 Dernières Petites Annonces
GAVROCHE CLASSIFIEDS

Cliquez et retrouvez notre nouveau site de petites annonces sur le Thaïlande en anglais

ÉVÉNEMENT À NE PAS MANQUER

FESTIVAL LA FÊTE (Expo) : Science & Littérature, voyage au cœur du vivant (du Sam 14 au Dim 22 juin)

Le Deal de la semaine


Dîner-croisière sur le fleuve Chao Praya
Cette semaine, nous avons sélectionné un deal pour les couples ! Embarquez sur le White Orchid durant deux heures et passez une soirée inoubliable sur le fleuve Chao Praya. Dans ce navire confortable, vous choisirez parmi un buffet de mets des cuisines du monde. En outre, vous pourrez profiter sur son toit d’une vue panoramique exceptionnelle sur Bangkok et ses gratte-ciel illuminés.
bons plans de la semaine

Nous sélectionnons pour vous les meilleures offres et promotions du moment

Tous nos BONS PLANS

Taux de Change
Prévisions aujourd'hui

Click for Bangkok, Thaïlande Forecast

Tourisme
Thaïlande : Derrière la télé-réalité, la vraie Koh Lanta - Gavroche
Laos : nouveau départ pour Vang Vieng - Gavroche
Thaïlande : Bonzes Farang, les moines de la forêt - Gavroche
Thaïlande : Huai Yang, la petite Suède du Sud - Gavroche
Sud Laos, l’ouverture au tourisme - Gavroche
Culture
Bangkok, le nouvel eldorado de l'art contemporain ?
Le Bangkok des années 40 à portée de main
Thaïlande le saviez vous? Le temple de la fertilité
Thaïlande, le saviez vous ? Saan Phra Phoum ou la maison des esprits
Thailande - Very thai : l'exotisme au quotidien
Dernières Offres d'Emploi
20/07/2014
Lieu: Bangkok
 
 
20/07/2014
Lieu: Bangkok
 
 
20/07/2014
Lieu: Navanakorn Pathumthani
 
 
17/07/2014
Lieu:
 
 
14/07/2014
Lieu: Sukhumvit 39
 
 
Dernières Annonces Immo
<>
< > </div> <div class="date" <<PUBLISHED_DATE>> </div> <div class='clear-both no-height'> </div> </div> <div class='separator height-1px'> </div>
<>
< > </div> <div class="date" <<PUBLISHED_DATE>> </div> <div class='clear-both no-height'> </div> </div> <div class='separator height-1px'> </div>
<>
< > </div> <div class="date" <<PUBLISHED_DATE>> </div> <div class='clear-both no-height'> </div> </div> <div class='separator height-1px'> </div>
Dernières Annonces Auto / Moto
Vends mazda 2
Vends Mazda 2 1,5L. 5 portes. Année 2010. 69000kms. Boit...
- 20/07/2014
 
 
Vend air blade honda
2 Honda Air Blade

Couleur bleue 15000Kms 2010 2600...
- 04/07/2014
 
 
Cbr 150r
Vends CBR 150R en excellente condition

- Première ...
- 17/06/2014
 
 
ibis-ventiane
samitivej-july14
dfdl
guide-ecotourisme
celtidata