Propos recueillis par Marie Normand | Gavroche magazine | 14/06/2008
Société  

Thaïlande : « Dans ce gouvernement, tout le monde a une carte à jouer »

Chaiwat Bunnag parle de la France, où il a fait ses études universitaires, comme d’un deuxième pays. Déçu par la politique à son retour en Thaïlande en 1983, cet ancien militant de gauche en France et fan d’Arlette Laguiller a longtemps enseigné l’Histoire à l’université. Retraité, il officie désormais en temps que vice-directeur du «Women and Youth Studies Program» de l’université Thammasat, à Bangkok. Auteur d’une thèse de recherche sur «Les coups d’Etat militaires dans le contexte historique et politique thaïlandais (1932-1981)», Chaiwat Bunnag estime que ce nouveau gouvernement peut durer s'il propose des politiques prudentes.
Quel regard portez-vous sur ce nouveau gouvernement de coalition?

Chaiwat Bunnag: Toutes les têtes de ce “nouveau” gouvernement sont connues des Thaïlandais. C’est un joli tableau! Le Premier ministre est un homme d’extrême droite qui a trempé dans le massacre de l’université Thammasat en 1976. Le ministre de l’Intérieur a aussi un dossier chargé. Une grande partie des 35 membres du gouvernement a été nommée par les hommes de main de Thaksin. Ils ne pouvaient pas être choisis eux-mêmes car sur décision du précédent gouvernement, ils ont été bannis de la politique pour cinq ans. Mais ils ont habilement réussi à placer leur femme, leur fils ou leur frère... Ce qui fait la particularité de ce gouvernement, c’est aussi le fait que l’extrême droite de Samak y cohabite avec d’anciens militants d’extrême gauche, com-me [Surapong] Suebwonglee, le nouveau ministre des Finances.


Est-ce que tout était joué d’avance ?

Non, certains ne s’attendaient sûrement pas à revenir sur le devant de la scène politique. Samak Sundaravej voulait à la base finir sénateur, pas Premier ministre! Quant au ministre de l’Intérieur, Chalerm Yoobumrung, il voyait déjà sa carrière terminée après le scandale qui l’a touché. L’un de ses fils, connu pour traîner dans les boîtes de nuit et aimer la bagarre, a été impliqué dans une fusillade à l’intérieur d’un bar, qui s’est soldée par la mort d’un policier. Il a fait profil bas pendant quelque temps, et le revoilà! Chalerm est aujourd’hui en charge de la sécurité du pays.


Samak est-il simplement un pion aux ordres de Thaksin Shinawatra ?

Je ne crois pas que Thaksin soit un grand manipulateur et cela m’étonnerait que Samak soit sous ses ordres. Il a toujours quelque chose à dire. Il commence déjà à râler, notamment à propos de la manière dont les ministres ont choisi leurs conseillers. C’est à cette occasion qu’il a commencé à prendre de la distance avec Thaksin. Samak a déclaré aux membres de son gouvernement qu’ils «ne pouvaient pas prendre n’importe quel conseiller ministériel», jugeant que ce poste doit être réservé à des gens compétents. Il s’avère qu’à ce jour, les nominations de conseillers relèvent plus de la récompense... comme certains postes ministériels. Et puis on peut remarquer que depuis quelques semaines, Samak investit pour l’avenir: c’est un homme à la personnalité agressive mais il cherche à faire évoluer son style et à se rapprocher de ses anciens ennemis, comme la presse.


Pourquoi Samak s’est-il aussi réservé le poste de ministre de la Défense ?

C’est son âge et son expérience qui l’ont poussé à garder un œil sur l’armée. Samak préfère s'occuper personnellement des relations avec les militaires afin d'éviter tout nouveau putsch. Mais en revanche, il doit se garder d’intervenir. Souvenez-vous: l’intervention dans la nomination des généraux a été une des grandes erreurs de Thaksin. Samak doit juste se placer là en observateur, pour dire: «Attention, je vous regarde». En revanche, il était très gêné quand la presse lui a demandé s’il allait rendre visite au président du Conseil privé du roi, comme le veut la tradition. Il faut dire qu’il existe une fissure profonde entre le nouveau Premier ministre et Prem Tinsulanonda, qu’on dit derrière le coup d’Etat de septembre 2006.


On s’attendait à ce que Surapong Suebwonglee, le co-fondateur du Thai Rak Thai et secrétaire général du PPP, obtienne un poste important. Le voir arriver à la tête du ministère des Finances est en revanche une surprise...

Il s’agit d’un poste de convenance. C’est bien d’avoir quelqu’un de confiance à ce poste lorsque l’on veut faire une campagne politique ou faire circuler de l’argent. Surapong était un bon candidat pour Thaksin car c’est un homme très sage. Il fait partie des anciens maquisards communistes dont l’ancien Premier ministre s’est servi pour séduire la «Thaïlande des villageois» avec des idées populistes.


Qu’appelez-vous «Thaïlande des villageois» ?

Il existe deux natures politiques en Thaïlande. Je fais une différence entre citoyens et villageois. Les citoyens, plutôt urbains, ont une conscience politique. Les villageois, eux, n’ont pas de vision globale de la politique et votent en fonction de leur intérêt immédiat. Ils sont influencés dans leurs choix par les réseaux, les clans et les notables de leurs villages. Attention, je ne dis pas qu’ils sont plus bêtes que les Thaïlandais de Bangkok, mais ils ont en revanche une culture politique différente. Ce qu’ils recherchent avant tout, c’est une «ombrelle de protection». En cas de problème, ils pourront aller voir le chef du village, qui connaît le député, qui connaît lui-même le ministre... En France, si on n’est pas content, on manifeste. Ici, on doit utiliser son réseau. Thaksin avait réussi à séduire cette «Thaïlande des villageois» mais le problème c’est que, comme le disait un historien, «l’Histoire a donné une chance à Thaksin, mais il n’a pas su s’en servir».


Quelle erreur Thaksin a-t-il commise ?

La corruption institutionnelle, en utilisant la majorité absolue de son parti au Parlement pour faire tourner la loi à son avantage. Il a voulu être le seul détenteur du grand capital. Il voulait tout acheter. En faisant ça, il a marché sur les pieds d’autres capitalistes...


Que penser de l’arrivée de Noppadon Pattama, l’avocat de la famille Thaksin, au ministère des Affaires étrangères, alors que ce dernier défend l'ancien Premier ministre et sa famille dans deux affaires de corruption?

Thaksin voue à cet homme une très grande confiance. Noppadon fait partie de ceux qui l’ont soutenu même après le coup d’Etat. Néanmoins, je ne pense pas que ce dernier l’ait fait par amitié ou loyauté envers Thaksin. Je pense plutôt que Noppadon a une idée derrière la tête et qu’il s’agit d’un investissement sur le long terme. De manière générale, les membres de ce gouvernement sont loin d’être d’accord sur tout mais ont tous intérêt à être là. J’aimerais bien être dans leur tête pour voir ce que chacun mijote.


Croyez-vous que ce gouvernement va durer ?

Oui, je table sur dix-huit mois au moins. Les Thaïlandais aiment bien donner «le temps du pardon». Le défi du gouvernement Samak, c’est de résoudre la crise économique, redonner confiance aux entrepreneurs locaux et internationaux. La durée du gouvernement tiendra aussi à sa capacité à satisfaire les villageois. Mais ils ne doivent pas aller trop vite en besogne. Leurs politiques doivent être prudentes, pour éviter toute révolte du «secteur citoyen». Et il y a toujours le risque que les petits partis membres de la coalition se retournent contre le PPP. Ils étaient prêts à tout pour obtenir un poste dans ce gouvernement, mais ils ne seront pas disposés à tout faire pour Thaksin. Samak a par exemple l’intention de reconstituer tous les biens confisqués à l’ancien Premier ministre, et ça ne plait pas à tout le monde.


Le fait d’avoir placé un homme de main comme Sompong Amornwiwat au ministère de la Justice n’aidera-t-il pas Thaksin à se sortir des affaires dans lesquelles il est impliqué ?

C’est plus compliqué que ça. Bien sûr, ça ne peut lui être défavorable, mais ça ne suffira pas. Le poste de ministre de la Justice est un poste temporaire. Derrière, la grosse machine judiciaire peut toujours se retourner contre Thaksin. La Justice est un monde à part, c’est un pouvoir difficile à contrôler, même quand on a de l’argent. Les opérations de charme des politiques ne suffisent pas. Thaksin ne pourra pas acheter tous les juges. C’est peut-être le secteur le moins corrompu et celui en lequel on peut avoir le plus confiance.


Est-on revenu à la même situation qu’il y a deux ans ?

Pas vraiment. Les acteurs politiques tirent toujours des leçons des grands évènements historiques. Le coup d’Etat du 19 septembre 2006 a remis les pendules à zéro. Aujourd’hui, tout le monde à peur. Les pro-Thaksin doivent convaincre. Les anti-Thaksin doivent éviter de perdre du terrain. L’armée essaye de ne pas retomber dans le piège de la violence. Elle a compris qu’elle ne pouvait plus utiliser les armes pour se faire entendre, comme lors du «mai sanglant» de 1992 [au cours duquel une cinquantaine de civils ont péri sous les balles des militaires, lors de manifestations pro-démocratiques, ndlr]. Le 19 septembre, elle s’est rachetée et ne veut pas revenir en arrière. Elle doit rester en retrait et ne s’autoriser à intervenir que si la faute saute aux yeux de tout le monde.


On peut donc parler d’un nouveau départ ?

Oui, balle au centre! Tout le monde a une carte à jouer, chacun fait un pari sur ce nouveau gouvernement. C’est une période de tâtonnement. On assiste aussi à l’entrée en scène de nouveaux acteurs, comme la presse ou la commission électorale. Samak ne pourra pas faire ce qu’il veut, chacun se surveille. A mon sens, la Thaïlande a passé un cap: nous en sommes à la deuxième phase du processus démocratique, nous sommes devenus plus sages. L’arbitraire ne fonctionne plus aussi bien qu’avant!
A Lire Aussi
Savez-vous tout du mariage en Thaïlande ? Le divorce (2/3)
Sommes-nous encore en sécurité en Thaïlande ?
Thaïlande : comment rendre le trottoir aux piétons à Bangkok ?
Thaïlande : apprendre le thaï, mission impossible ?
SIDA en Thaïlande : les jeunes les plus à risque
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
(0)
Soyez le premier à nous faire part de votre réaction !
Que faire ce week-end à Bangkok?

Chaque vendredi, retrouvez les
spectacles, concerts, films, évènements
du week-end à ne pas manquer.

Voir la newsletter du 21/11 au 27/11


Retrouvez-nous sur Facebook
10 Dernières Petites Annonces
GAVROCHE CLASSIFIEDS

Cliquez et retrouvez notre nouveau site de petites annonces sur le Thaïlande en anglais

bons plans de la semaine

Nous sélectionnons pour vous les meilleures offres et promotions du moment

Tous nos BONS PLANS

Taux de Change
Prévisions aujourd'hui

Click for Bangkok, Thaïlande Forecast

Tourisme
Le saviez vous ? D'où viens-tu, « farang » ? - Gavroche
Thaïlande : île de Koh Yao Yai, beauté brute - Gavroche
Thaïlande : La tête dans les arbres - Gavroche
Thaïlande : Derrière la télé-réalité, la vraie Koh Lanta - Gavroche
Laos : nouveau départ pour Vang Vieng - Gavroche
Culture
Thaïlande : Visite de Phra Khanong, un quartier de Bangkok en mutation permanente
Sathorn Unique : une tour fantôme au cœur de Bangkok
Commémorations du 11 Novembre : l’histoire méconnue de la Thaïlande pendant la Guerre 14-18
Thaïlande, le saviez vous ? Numismatique siamoise élémentaire
Rattanakosin Exhibition Hall : musée interactif consacré au cœur historique de Bangkok
Dernières Offres d'Emploi
20/11/2014
Lieu: Pattaya (Jomtien area)
 
 
15/11/2014
Lieu: Pattaya
 
 
11/11/2014
Lieu: Hua Hin, Samui et Phuket
 
 
11/11/2014
Lieu: Bangkok
 
 
11/11/2014
Lieu:
 
 
Dernières Annonces Immo
Location vacances à phuket
Un havre de paix Phuket, couchers de soleil superbes....
- 25/11/2014
 
 
Patong à louer villa dans un cadre magnifique

Maison de style Thaï en bois sur 2 étages. 1 Chambre av...

- 19/11/2014
 
 
appartements vue mer a phuket 7% net pendant 15 ans
Patong Sea view and Spa: des appartements modernes de 60m2 a...
- 10/11/2014
 
 
Dernières Annonces Auto / Moto
A vendre soi bike honda zoomer 50cc
Cool Honda Zoomer 50cc automatique noir parfait pour les pe...
- 20/11/2014
 
 
Opel corsa for sale 95,000 thb !!!
A vendre Opel Corsa rouge 1.4i 5 portes en très bonne condi...
- 20/11/2014
 
 
Remorque pour scooters
remorque très solide avec attelage scooter (charge 150 à 2...
- 12/11/2014
 
 
quintessence
samitivej-nov14
dfdl
guide-ecotourisme
celtidata