Lionel Corchia | Gavroche | 17/11/2020
Société / Actu  

THAÏLANDE - SOCIÉTÉ: Portrait Thorn Banjo, le cowboy de Chatuchak

Si vous êtes déjà passé par les artères extérieures brûlantes du marché de Chatuchak, vous aurez sans doute croisé un personnage étonnant armé d’un banjo, ranimant à lui tout seul par les cordes de son instrument autant que par ses tenues chargées de noblesse ces anciennes légendes de la culture western américaine. De Roy Rogers à Clint Eastwood, il aime transmettre avec fierté ce qui pour lui reste un univers de pureté et de liberté.

Nous republions ce portrait issu de notre magazine.

« Pour moi, cette vie de cowboy reste un symbole de simplicité d’existence que nous avons perdue, un appel au voyage et un cheminement initiatique intérieur loin des dogmes de notre société. Ce même confort apaisant que l’on peut retrouver intact dans les milieux sauvages de ma terre natale. La Thaïlande peut être parfois un territoire chamanique très proche de ce continent amérindien qui fut ma source d’inspiration jusqu’à aujourd’hui. » A 52 ans, Thorn Banjo, alias Thanutch Asawanonwiwat, reste une référence incontournable de cette petite partie de Far-West bangkokoise qui revit chaque week-end de l’année depuis 1984. Avec plusieurs amis passionnés, ils s’unirent afin de créer un bazar hors normes rendant hommage au culte du Western, glorifiant ces valeureux pionniers oubliés à travers l’art, la musique et leurs codes vestimentaires.

Cette association de bienfaiteurs propose des œuvres originales, entre autres dans le travail du cuir et la fabrication de bottes. Une entreprise familiale créée en 1975, mais un processus qui vit le jour dix ans auparavant, son grand-père ayant été formé à cette technique par des GI lors de la guerre du Vietnam. D’Udon Thani à Samut Prakan, Accing Bootery a maintenant élu domicile dans un refuge hors du temps de la capitale. Thorn Banjo y vend ses CD et ouvrages artistiques qu’il confectionne dans son atelier de Chonburi d’où il est originaire. « Je créais moi- même les vêtements que j’ai envie de porter en m’inspirant de mes créations picturales. J’aime transmettre cet attachement idéologique à mes contemporains. J’attache aussi énormément d’importance au mysticisme amérindien qui se traduit dans mes objets en céramique. Mais plus que tout, c’est la musique qui guide mon inspiration. Je ne suis hélas qu’un piètre chanteur », esquisse-t-il d’un sourire, se tamponnant le front d’un mouchoir aux couleurs du drapeau confédéré.

L’âme d’un cowboy

Dès ses 14 ans, Thorn Banjo commença à gratter ses premières notes. « J’ai appris le banjo en autodidacte. Mes professeurs étaient des bouquins, des vidéos VHS et surtout des artistes comme Bill Monroe ou Jimmy Martin. » Marginal au sein de sa propre culture, il a su tout de même convertir sa famille à cette passion naissante qui allait habiter toute sa vie. Quatrième né d’une fratrie sino-thaïe de six enfants originaire de la province de Chonburi, il s’orienta très vite vers des études artistiques au sein du départe- ment des Beaux Arts du collège Pohchang. Il s’intéressa d’abord à la peinture, avant d’aller user la corne de ses doigts sur des scènes plus tonitruantes et enfumées où allait se révéler sa passion pour la musique bluegrass. Les Blue Mountain Boys naquirent il y a plus de quinze ans maintenant et sont devenus sa seconde famille. Ces sept mercenaires, dont six hommes, viennent d’horizons professionnels très inattendus comme la police, l’éducation et même la politique avec un ancien gouverneur. Chacun d’entre eux a donné une partie de son âme afin de donner naissance à quatre albums au rythme des mandolines, accordéons et violons, chaussant leurs santiags, arborant avec fierté leurs Stetson toute l’année dans cette vie de substitution. « Nous partageons tous une certaine philosophie d’existence avec un public sans cesse renouvelé à travers toute la Thaïlande », précise Thorn Banjo. Une notoriété qui ne s’arrête pas à la scène puisque l’artiste s’est aussi commis à de multiples shows télévisés et radiophoniques, parfois même réclamé par-delà les frontières du royaume, au Japon ou à Singapour, mais refusant toujours de quitter le sol thaïlandais auquel il demeure très attaché.

D’une génération à l’autre

Ses adeptes sont essentiellement des Thaïlandais de plus de 40 ans, conquis ou amusés de découvrir cet univers musical et dansant. SI Quelques « farangs » américains et canadiens le suivent dans ses concerts, les jeunes générations restent plus intéressées par des sonorités un peu plus à la mode. Les festivals spécialisés sont pourtant nombreux dans le pays et suscitent toujours énormément d’intérêt, comme le montrent les nombreux rassemblements dédiés à la culture cowboy tout au long de l’année (Kao Yai, Pakchong, Muak Lek, Had Yai, Chiang Mai, Rayong, pour ne citer qu’eux).

Chaque samedi, à partir de 21 heures, Thorn sévit au Cowboy Way sur Bangkok, un « saloon » sur Vibhavadi Rangsit Road consacré à la musique et à la danse country. D’autres lieux underground comme le Parking Toys sur Kaset Nawamin Road sont des passages obligés pour tous ces aficionados décalés cherchant une vérité d’âme dans ces antres de la culture rockabilly, rythm’n’blues et bien entendu country si chère au cœur de Thorn Banjo.





Inconditionnel de ces établissements, il n’a de cesse de vouloir rallier à cette patrie musicale de nouveaux partisans. Il enseigne d’ailleurs le banjo depuis des années à quelques étudiants de l’université de Chonburi, certains de ses élèves assidus venant jusqu’à sa boutique du marché de Chatuchak pour des leçons privées, dont Richman Toy, chanteur d’un groupe pop adulé par les adolescents thaïlandais. Un flambeau d’ores et déjà transmis à Jeab, sa jeune partenaire et chanteuse qui l’accompagne depuis plus de dix ans au sein des Blue Mountain Boys. « Une fibre artistique que l’on retrouve chez mes deux filles, mais avec plus de rationalité puisqu’après un passage par le piano et le chant moderne, elles choisirent toutes deux une carrière dans la médecine, bien loin d’embrasser ma profession non-conformiste », lâche- t-il empreint d’émotion en mi-teinte entre regret et fierté.

La démocratie au nom du Père


Ce père de famille reste très attaché à l’éducation de ses enfants, prêchant pour un dialogue populaire nécessaire et non pas seulement entre les cowboys et les indiens... Ce doux rêveur n’en reste pas moins un combattant de la liberté dans son pays dont il parle parfois avec inquiétude. « Mon travail a bien entendu été affecté par les manifestations et couvre-feux successifs, et même si j’apprécie ce retour au calme fragile, je ne peux que déplorer le manque de liberté démocratique dans notre politique. Notre nation a beaucoup à apprendre de l’histoire de pays comme la France ou les États-Unis qui demeurent des modèles d’indépendance. Nous avons besoin d’élections et sur- tout que tous les partis puissent unir leurs énergies au lieu de se battre dans des querelles stériles et fratricides. L’armée reste importante pour assurer la sécurité des citoyens, pas pour être l’instrument des gouvernements successifs. »

Bangkok reste pour Thorn qu’un point sur un vaste territoire dont les beautés et richesses culturelles ne sont certainement pas à mesurer en fonction des événements turbulents qui semèrent le trouble dans les communautés. « Les Thaïlandais sont de nature pacifiste et guidés par le bouddhisme. Nous aspirons tous au changement, mais surtout demeurons respectueux de notre roi qui est notre père à tous. Nous devrions user d’amnisties afin de réduire les divisions et certaines peines pour les crimes de lèse-majesté. Je souhaite un mouvement plus démocrate et libéral, sans cependant mettre à mal la légitimité de notre suzerain qui est à lui seul le symbole de notre juste milieu social et idéologique.»

Mais sa plus grande fierté et son plus indomptable combat resteront à jamais son précieux univers musical, et la transmission de sa foi en la culture bluegrass qui coule dans ses veines depuis sa plus tendre enfance. Thorn Banjo reste un cowboy..., un vrai, au sens le plus noble du terme.

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici


Lionel Corchia
A Lire Aussi
BANGKOK - POLLUTION: En janvier, la cité du sourire est la cité de tous les dangers
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Ce qu'il faut savoir sur la Covid-19 dans le royaume au 15 janvier
PATTAYA - CORONAVIRUS: Des poupées fantômes pour incarner le cauchemar sanitaire
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Qui sont les individus contaminés par la Covid-19 ?
THAÏLANDE - CLIMAT : Bangkok a froid et se souvient...de la neige en 1955
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
(3)
alan 2020-11-19 11:36:30
pas d'soucis
Vous inquietez pas Sostene, c'est passager ... votre moral semble bien fragile !
Françoise R 2020-11-19 02:42:15
...
Mouai ça doit être bien vide
Sostene B 2020-11-17 10:52:54
Nostalgie....
qui aurait cru que se balader à Chatuchak deviendrait impossible...😨
Notre lettre d'information

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous

Voir la newsletter du 11/1



Rama X, le couronnement
LU AILLEURS: Le roi Rama X en Suisse ... lorsqu'il était enfant - Gavroche
THAÏLANDE: En images, la procession du palanquin royal - Gavroche
THAÏLANDE: Le roi Rama X a été couronné - Gavroche
HISTOIRE: Comprendre la monarchie Thaïlandaise et ses traditions - Gavroche
THAÏLANDE: Le 4 mai 2019, jour du couronnement de S.M le roi Rama X - Gavroche
THAÏLANDE: Le mode d'emploi d'un fastueux couronnement - Gavroche
THAÏLANDE: Le dernier couronnement royal a eu lieu en ... 1950 - Gavroche
THAÏLANDE: Suivez en direct le couronnement du roi Rama X - Gavroche
THAÏLANDE: Les thaïlandais découvrent peu à peu leur nouvelle reine Suthida - gavroche
THAÏLANDE: Bangkok subit un lifting pour le couronnement du roi Rama X - Gavroche
Thaïlande - Crise politique
THAÏLANDE - POLITIQUE: Explosion et arrestations...Journée d'affrontement à Bangkok le 16 janvier - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Le délit de lèse majesté, un instrument pour verrouiller le royaume en 2021 - Gavroche
THAÏLANDE - FRANCE: A nouveau, le regard d'Arte sur la crise politique Thaïlandaise - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: #FreeYouthThailand, offensive de la jeunesse contre des symboles contestés - Gavroche
THAÏLANDE - JUSTICE: L'ONU s'interroge sur le délit de «lèse majesté» - Gavroche
THAÏLANDE - JUSTICE: Voici les visages des accusés de Lèse majesté - Gavroche
Dernières Petites Annonces
POLITIQUE THAÏLANDAISE
THAÏLANDE - POLITIQUE: Explosion et arrestations...Journée d'affrontement à Bangkok le 16 janvier - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Le délit de lèse majesté, un instrument pour verrouiller le royaume en 2021 - Gavroche
THAÏLANDE - FRANCE: A nouveau, le regard d'Arte sur la crise politique Thaïlandaise - Gavroche
THAÏLANDE - RÉTROSPECTIVE: Une année 2020 en images avec Thai PBS - Gavroche
THAÏLANDE - VŒUX: Que va dire Sa Majesté Rama X pour le nouvel an ? - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Au club des correspondants étrangers, la jeunesse thaïlandaise lève les trois doigts - Gavroche
Coronavirus
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Ce qu'il faut savoir sur la Covid-19 dans le royaume au 15 janvier - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Chiang Mai promet 100 000 bahts aux touristes, puis se rétracte - Gavroche
INDONÉSIE - BALI: Les hôtels exigent davantage d'aide - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Qui sont les individus contaminés par la Covid-19 ? - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Un universitaire dénonce la «mafia» du Covid - Gavroche
CAMBODGE - CORONAVIRUS: L'heure des vaccins a sonné dans le royaume - Gavroche
ASIE DU SUD-EST - PANDÉMIE: Le point sur la Covid-19 au 10 janvier - Gavroche
ASIE - CORONAVIRUS: Le passeport immunitaire peut triompher de la pandémie - Rédaction
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Nouvelles restrictions sanitaires dans les provinces «contaminées» - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Province par province, l'état du verrouillage sanitaire thaïlandais - Gavroche
Tourisme
THAÏLANDE - TOURISME: Au Koh Jum Lodge, oubliez la pandémie à un prix imbattable - PUBLI-INFO
THAÏLANDE - TOURISME: Chiang Mai promet 100 000 bahts aux touristes, puis se rétracte - Gavroche
PHILIPPINES - TOURISME : Un pays aux mille paysages - Gavroche
CAMBODGE - TOURISME: Kampot, sanctuaire cambodgien bientôt défiguré - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Plus question de faire peur aux étrangers avec la Covid-19 - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME : une halte à Prachuap Khiri Khan - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME - Koh Kret, une bouffée d’air ! - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Subventions et corruption dans le royaume, épisode 2 - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Un retour touristique à la «normale» ? Pas avant mars 2021 - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME : France Télévision, pour cette fin 2020, vote pour l'île de Koh Lipe - Gavroche
Dernières Offres d'Emploi
03/01/2021
Lieu: Ventiane
 
 
25/12/2020
Lieu: Bangkok
 
 
13/12/2020
Lieu: BANGKOK
 
 
13/12/2020
Lieu: BANGKOK
 
 
08/12/2020
Lieu: télétravail
 
 
L'actu en Birmanie
BIRMANIE - LIVRE: Rohingyas, de la fable à la réalité
BIRMANIE - ÉCONOMIE: Tableau de bord économique birman au début décembre 2020
BIRMANIE - HISTOIRE: L'université de Rangoon a 100 ans, et célèbre le symbole du paon
BIRMANIE - HISTOIRE: Il y a dix-huit ans, la mort du Maréchal Ne Win
BIRMANIE - POLITIQUE: Le parti de l'armée refuse de reconnaitre les résultats des législatives
booked.net
Les Nouvelles du Cambodge
CAMBODGE - EUROPE: L'aide au développement, malgré les sanctions
CAMBODGE - LIVRE : « Mémoire d'une guerre oubliée », le testament jamais publié de l'ancien chef d'état-major de Lon Nol !
CAMBODGE - ÉCONOMIE: Le pétrole du golfe de Siam, futur eldorado cambodgien
CAMBODGE - TOURISME: La quarantaine cambodgienne, elle aussi impossible à éviter
CAMBODGE - AGRICULTURE: Nouveau projet de loi pour encadrer le secteur agro-alimentaire
crown-relocations
sds
wrlife
lfib-fev20
pimp-my-dive
yves-joaillier-3
ftcc
oif-fev14