Orianne Bosson | Gavroche | 27/10/2017
Société / Actu  

Le culte des aînés

Il est discret et silencieux, se déplace à pas feutrés dans sa vieille échoppe presque vide. Il restera assis presque toute la journée, lira quelques journaux, haranguera les habituelles connaissances qui passeront devant sa porte. Peut être son vieil ami le rejoindra pour une partie de dames. Egrainant ainsi ses journées, il n’attend rien, il est là, puits de savoir et de sagesse. Les enfants rentreront bientôt de leur tumultueuse vie de travail et ses petits-enfants se chamailleront au retour de l’école. Il est âgé, les autres l’écoutent et le respectent.


C’est ainsi que les choses se font en Thaïlande. La famille se doit de prendre en charge les aînés. Dès leur plus jeune âge, les enfants sont éduqués au culte des anciens. Tout dans la société démontre l’importance de la hiérarchisation. Le « waï » s’exprime en fonction du respect que l’on doit aux plus âgés, ainsi que les préfixes nominatifs « nong » et « pi ».


Ici, la vieillesse est valorisée par la sagesse, le chemin de l’existence parcourue, le don de vie fait aux enfants et la transmission du savoir. Quelle différence avec notre civilisation occidentale où vieillesse rime avec obsolescence ! En Thaïlande, il est encore tabou de parler de maison de retraite. 


Elles sont peu nombreuses et les hospices s’adressent aux sans familles, aux abandonnés, aux malchanceux des mauvais karmas. Tant qu’il peut, l’aîné joue un rôle important au sein de la famille. Les femmes âgées s’occupent des jeunes enfants et des tâches ménagères. Les hommes contribuent à maintenir les liens sociaux avec la communauté. 


Mais voilà que l’air va plus vite que la musique. L’OMS, la Banque Mondiale, les observateurs sociaux allument les warning. En peu de temps, la Thaïlande est devenu un pays vieillissant. La baisse de la fécondité et l’augmentation de l’espérance de vie ont modifié la courbe démographique. Près de 14% de la population a plus de 60 ans en 2017, une tranche qui montera à 20% en 2025 et 30% d’ici à 2050. Au milieu des années 60, l’espérance de vie d’un homme était de 52 ans, elle est de 70 ans aujourd’hui et compte tenu des progrès, elle ne cesse de s’allonger.


Alors que le vieillissement de la population est un énorme défi pour la Thaïlande, les enfants restent la principale source de revenus des personnes âgées. La pression sur les familles pourrait devenir insoutenable. Depuis 2011, un fonds de pension a été mis en place, qui contribue au versement de pensions de retraite aux travailleurs affiliés au système de sécurité sociale et aux plans d’épargne.


Du point de vue occidental, nous percevons rapidement les limites du système proposé. Ce plan A ne tiendrait que si le nombre des cotisants augmentait de façon significative. Compte tenu de la forte baisse de fécondité, seul un fort afflux de travailleurs immigrés affiliés au système de cotisation permettrait d’inverser la tendance. Mais le mode de pensée asiatique a un plan B : « vieillir en restant actif ».


Dans les pays occidentaux, on repousse l’âge de la retraite et l’individu se soumet au système social, qui cloisonne ses capacités et sa volonté à travailler encore, peut être différemment, mais encore.


En Thaïlande, l’Eldorado de la retraite, la récompense d’années de travail ne marque pas les esprits habitués au « Ici maintenant ». Mise en place tardivement, la pension de vieillesse n’est pas considérée comme un dû.


Le gouvernement lance des campagnes de remise en forme, de gymnastique, d’hygiène de vie, facilite l’accès aux soins pour les séniors. On les implique plus encore dans la vie économique, sociale, civique. Pour que les gens restent actifs en prenant de l’âge, il faut repenser leur place et leur rôle dans la société. Tant que le système intergénérationnel fonctionne, il est encore temps de mettre en place une nouvelle approche de la vieillesse. On doit avoir l’âge de ses artères et se tenir actif, efficace et rentable. L’éternelle jeunesse est bien entendu un mythe et plus qu’à son corps, il faudra que les nouveaux séniors s’attèlent à ne pas perdre la tête, en s’adaptant à leurs nouvelles places dans une société sans cesse en évolution. Les anciens suppléeront alors au manque de jeunes actifs. Ils resteront le lien entre le présent et le passé, mémoire de l’évolution. Ce sont les invités de marque du défi de l’avenir de ces pays émergents mais vieillissants.


Oriane Bosson www.gavroche-thailande.com


A Lire Aussi
On est « jaï dee » ou on ne l’est pas
Rencontre avec les maîtres de l'invisible
Marché de Noël de Bangkok Accueil (Sam 25)
Un journaliste thaïlandais reçoit le Prix International de la Liberté de la Presse
Niveau de vie à Bangkok : plus cher que ce que l'on imagine
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
(1)
Jean Luc Martin 2017-10-29 11:59:24
Un culte des aînés... en perte de vitesse...
L’importance accordée aux aînés est une notion qui va en règle générale de pair avec un fonctionnement communautariste, typique des pays pauvres ou qui l’ont été, en raison de la nécessité de palier des conditions de vie difficiles. Ceci a longtemps été valable pour les sociétés du monde arabo-musulman, pour l’Afrique et pour l’Asie, sachant que dans ce dernier cas les exigences de la riziculture renforçaient encore le besoin de regroupement. De ceci découlent un certain nombre de conséquences comme notamment le fait de privilégier l’harmonie et le consensus général en réglementant fortement le fonctionnement de la société et les comportements, car le conflit est générateur de perte de face, chose inadmissible dans un milieu clos. L’évolution sociale actuelle remet malheureusement en cause un système qui prévalait depuis des générations et à terme ne peut que porter fortement préjudice aux valeurs de loyauté et de confiance réciproque, d’assistance mutuelle et de respect pour les anciens. Ce phénomène qu’on observe davantage en ville qu’à la campagne affecte déjà le travail quotidien et à terme modifiera le fonctionnement de la vie familiale. Il y a ainsi fort à parier que la finalité des festivités de Songkran évolue fortement dans l’avenir…
Que faire ce week-end à Bangkok?

Chaque vendredi, retrouvez les
spectacles, concerts, films, évènements
du week-end à ne pas manquer.

Voir la newsletter du 23/11 au 29/11



Retrouvez-nous sur Facebook
10 Dernières Petites Annonces
Dernières bonnes adresses
Osteopathe
Thailande / Bangkok SantÉ / Bien-Être
 
La Petite Ecole Bangkok
Thaïlande / Bangkok Écoles Internationales
 
Ecole française de Pattaya - BJP Elite Academy
Thaïlande / Pattaya Écoles Internationales
 
ECOLE FRANCOPHONE PATTAYA
THAÏLANDE / PATTAYA Écoles Internationales
 
Paul
Thaïlande / Bangkok Boulangeries Cafes
 
bons plans de la semaine

Nous sélectionnons pour vous les meilleures offres et promotions du moment

Tous nos BONS PLANS

Taux de Change
Prévisions aujourd'hui

Click for Bangkok, Thaïlande Forecast

Tourisme
Bangkok : un hôtel propose de dormir en prison - Gavroche
SUAN PHEUNG Au coeur de la nature -
INDONESIE Raja Ampat : l'île Maurice version Asie - Gavroche
THAILANDE Fermeture de sites de plongée -
BANGKOK Le Grand Palais plus visité que la tour Eiffel -
Culture
Musée du Bangkokois : le quotidien à Bangkok dans les années 40
Pichet Klunchun : l’enfant terrible des arts dramatiques thaïlandais
BANGKOK Des entrepôts de la Seconde Guerre mondiale reconvertis en espaces d'art
Thaïlande - Devenir guide bénévole au Musée national
BANGKOK Scala : un cinéma hors du temps
Dernières Offres d'Emploi
21/11/2017
Lieu: Bangkok
 
 
20/11/2017
Lieu: Lat Prao (MRT) Bangkok
 
 
15/11/2017
Lieu: Bangkok - Nonthaburi
 
 
14/11/2017
Lieu: Bangkok
 
 
13/11/2017
Lieu: Khanom
 
 
crown-relocations
samitivej-sep16
bangkok-hospital
gavroche-mediav3
asita
oif-fev14
dfdl
ftcc