Interview: Arnaud Dubus | Gavroche | 01/11/2010
Société  

Thaïlande: Motos-taxis, mafia et politique

Doctorant à l'université de Harvard, Claudio Sopranzetti écrit sa thèse sur la problématique du rôle politique des motos-taxis en Thaïlande. C'est la première étude universitaire approfondie sur cette thématique. Dans un long entretien accordé à Gavroche, le chercheur revient sur leur implication dans les événements qui ont précédé le 19 mai 2010. Il aborde également le système d'organisation des wins (files), pointe l'influence de la mafia, les raisons de la forte popularité de Thaskin parmi eux, et la place particulière qu'ils tiennent dans la société.
Lancer le diaporama
 
Pouvez-vous d’abord nous décrire l’organisation générale des moto-taxis ?

Avant 2005, chaque win (file de moto-taxis), était organisée de manière indépendante par une mafia locale, qu’on appelle en thaï pou mi ittipon(gens influents). Souvent, il s’agissait de policiers. Ces gens disaient : « Je contrôle cette zone, je vais placer une file ici, une autre là, une troisième ici ! » Chaque moto-taxi devait payer une somme quotidienne pour la veste qui lui donnait le droit de travailler. Le problème était que ces sommes étaient collectées que le conducteur de la moto travaille effectivement ou non. En effet, la plupart d’entre eux sont originaires de la campagne. A certaines périodes de l’année, ils retournent dans leur province pour la récolte du riz ou pour d’autres travaux agricoles. Avant 2005, ils devaient continuer à s’acquitter du « droit », même s’ils ne gagnaient pas d’argent.

Qu’est-ce qui a changé après 2005 ?


Il y a eu un changement provoqué par Thaksin, à la fois dans l’organisation interne des groupes et dans l’organisation du système en général. Ces changements expliquent en partie les liens entre les moto-taxis et Thaksin, et par conséquent leur implication en politique. Après sa guerre contre la drogue, Thaksin a commencé une guerre contre « l’influence mafieuse ». Il a désigné cinq ou six différents groupes mafieux qui contrôlaient les salons de massage, la loterie, le trafic de drogue et les moto-taxis. Cette politique avait une valeur symbolique importante. Durant ses années au pouvoir, Thaksin légalisait, formalisait le pays. Il disait : « A partir de maintenant, chaque moto-taxi peut s’enregistrer au bureau du district où il recevra en échange une veste. Gratuitement. » C’est de là que viennent les vestes orange avec les logos de la BMA (Bangkok Metropolitain Administration). Avec cette réforme, Thaksin éliminait, en théorie, le contrôle exercé par la mafia.

Et dans la réalité ?

Beaucoup moins. Comme ces vestes étaient distribuées gratuitement, et que la BMA avait fixé un plafond pour en limiter le nombre, beaucoup de moto-taxis la revendirent. Et beaucoup de ceux qui achetèrent les vestes étaient ces mêmes parrains qui contrôlaient les moto-taxis avant la réforme... Par exemple, certains d’entre eux achetèrent quarante cinquante vestes, puis les mirent en location. Le système repose sur une échelle très complexe de légalité et d’illégalité. Si vous êtes totalement légal, vous possédez un permis de conduire en tant que moto-taxi, une plaque d’immatriculation jaune sur votre moto et une veste avec votre nom inscrit dessus. Or certains ont une veste, mais pas de plaque jaune d’immatriculation, ce qui signifie qu’ils ont acheté leur veste à quelqu’un d’autre, mais leur nom n’est pas enregistré au bureau du district. Dès lors, ils ne peuvent pas enregistrer leur moto. Il y a aussi ceux qui fabriquent de fausses vestes et les vendent. Le nombre officiel de moto-taxis à Bangkok fixé par la BMA pour 2009 était de 108 000. Mais on peut estimer leur nombre réel à 200 000.

Vous voulez dire par là que la réglementation est contournée et que les mafias ont repris le contrôle ?


Oui, en partie. En fonction du lieu géographique, et souvent de l’importance de la file, le groupe dépendra plus ou moins des mafias locales. Par exemple, si un petit groupe travaille dans un quartier où il y a peu de clients, il va s’organiser lui-même. Ils ont un leader, ou houa na win, lui-même moto-taxi. Il supervise les entrées et les sorties dans la file, gère l’intégration des nouveaux, les échanges entre wins, et essaie de résoudre les conflits au sein du groupe. Dans les groupes les plus importants, il y a aussi des leaders, qui très souvent ne sont pas des moto-taxis. Ils travaillent pour le compte de personnes influentes et ne visitent les wins que pour collecter l’argent. Dans ces groupes, les moto-taxis changent très souvent. Les petits groupes, eux, fonctionnent sur un modèle de coopérative et sont plus stables. Ce sont en général des amis qui viennent du même village et dont les familles se connaissent. Dans les groupes les plus nombreux où vous devez louer la veste, il y a un flux continu de conducteurs.

Thaksin est-il devenu si populaire parmi les motos-taxis du fait de ses programmes sociaux et de sa guerre contre la mafia?

Il y a un certain nombre de raisons. D’abord beaucoup de ces moto-taxis sont originaires du Nord-est, et ont vu les effets des programmes de Thaksin dans les campagnes. Vous avez entendu comme moi tous ces commentaires là-dessus : « Oui, ils ont été achetés, ils ont reçu de l’argent pour donner leur confiance à Thaksin. » Mais quand vous parlez aux gens, ce qui revient le plus souvent dans leur propos, ce sont ces décisions très précises et ces politiques que l’ancien gouvernement a mises en place. J’étais l’autre jour avec un ami moto-taxi dans son village natal, en Isan. Une centaine de familles au plus vivent là. Alors que nous nous promenions, il m’a dit : « Il y a deux choses qui sont développées dans ce village : l’école et la route asphaltée. L’école a été construite par les étudiants de Thammasat dans les années 70, et la route asphaltée a été réalisée grâce au fonds d’emprunt villageois que Thaksin avait établi. » Et de résumer : « Ce sont les deux fois dans ma vie où j’ai vu la présence de l’Etat. » Beaucoup de ces moto-taxis sont aussi des agriculteurs. Très souvent, ce sont les piliers économiques de leur famille élargie. Ils sont impliqués à la fois dans la vie urbaine et dans la vie rurale, ce qui rend les programmes mis en place par Thaksin à l’intention des pauvres très pertinents pour eux. C’est l’une des raisons pour lesquelles ils sont si intéressés à discuter de politique. Parce qu’ils constituent l’un des rares groupes qui vivent réellement cette double dimension de la société thaïlandaise. Ils vont et viennent entre ville et campagne dans l’espace d’un seul mois. Ils savent ce qu’est cette inégalité dont on parle souvent.

L’implication des moto-taxis en politique n’est pas complètement nouvelle. Il y a une tradition qui remonte au moins à mai 1992. Quelles sont les différences entre ce qui s’est passé en 1992 et ce qui se passe maintenant ?

Une partie de ma recherche tente de retracer l’évolution historique de leur participation politique. D’abord, il faut faire une distinction. Certains sont moto-taxis provisoirement, pour un ou deux ans, et ils tendent à être moins impliqués. D’autres exercent ce métier de manière permanente et durable. Ce second groupe est plus investi en politique et revendique de meilleures conditions de travail. Une phrase que j’ai entendue à maintes reprises est : « Si vous voulez comprendre notre engagement politique, intéressez-vous aux événements de 92. » C’est surprenant car 92 n’a pas été raconté comme un épisode de la classe des travailleurs. Il y a ce stéréotype de 92 comme d’un mouvement de protestation des classes moyennes. En fait, beaucoup des manifestants venaient des bidonvilles de Khlong Toei. Et les plus radicaux étaient des moto-taxis. Certains leaders des moto-taxis actifs dans les derniers événements politiques étaient déjà impliqués en 1992. Mais beaucoup de ceux à qui j’ai parlé estiment qu’il y a une différence. L’un d’entre eux m’a dit : « En 92, nous étions vraiment « motosaï rap jang », des « moto-taxis à louer ». Ils avaient été engagés par Chavalit (Yongchaiyudh) et d’autres politiciens de cet acabit. Mais leur participation dans le mouvement actuel de contestation a été plus indirecte. Et l’une des choses dont ils sont fiers est leur capacité d’auto-mobilisation. Ils ont aussi développé une sorte de mode de pensée syndicale, un discours du type : « Nous devons penser à ce qui est bon pour nous en tant que moto-taxis. » L’un d’entre eux m’a dit : « Nous ne sommes pas des Chemises rouges, nous ne sommes pas des Chemises jaunes, nous sommes des Chemises orange », la couleur de leur veste. Durant les derniers événements, ils ont montré une grande capacité à utiliser habilement leurs relations politiques dans le but d’obtenir l’aide du gouvernement. Je vous donne un exemple. Il y a une win à Samut Prakarn qui existe depuis un bon bout de temps. Avant Thaksin, elle était la propriété d’un policier local très puissant. Quand Thaksin a changé la loi, les moto-taxis se sont enregistrés eux-mêmes au bureau du district. C’était un grand groupe très solidaire, avec de fortes relations entre les conducteurs. Ils ont décidé de ne pas vendre leur veste. Ils ont dit : « Nous ne voulons pas retourner sous ce type de joug ; nous gardons la veste, ou alors, si nous décidons de la vendre à quelqu’un, ce quelqu’un doit être un moto-taxi. » Ils ont effectivement éliminé l’influence de cet officier de police. Mais, il y a deux ans, ce policier est revenu et a organisé deux nouvelles files de moto-taxis illégales à l’entrée du soï et à l’entrée du marché. Il a ainsi isolé les clients de la file rebelle, celle-ci étant située au milieu du soï. Et ils ne pouvaient rien faire, si ce n’est se plaindre et rapporter leur cas. Mais le problème est que les autorités en charge de ce genre de conflit sont celles du district où travaille le policier mafieux...

Comment ont-ils réagi ?


Une partie de l’histoire des relations de ce groupe avec les Chemises rouges est qu’après que certains de ces moto-taxis ont parlé sur l’estrade de Ratchadamnoen ou de Ratchaprasong, ils ont été convoqués par les militaires, sous l’égide du décret d’état d’urgence. Ces derniers leur ont dit : « Vous pouvez protester en tant que citoyen, mais sans votre veste orange. » Les moto-taxis sont alors entrés dans un processus de négociation, de quasi-marchandage. Ils sont allés voir les militaires et leur ont dit : « Nous avons ce problème (avec le policier mafieux de Samut Prakan), vous devez nous aider. » Les militaires sont intervenus, les deux files illégales ont été fermées une semaine plus tard, et tout est rentré dans l’ordre.

Quel est le pourcentage de moto-taxis qui sont du côté des Chemises rouges ? Y-a-t-il aussi des Chemises jaunes parmi eux ?


Un pourcentage très élevé s'est du côté des Rouges. Une minorité infime soutient les Chemises jaunes. Cela dépend un peu du quartier. Lard Prao, par exemple, est généralement une zone rouge parmi les moto-taxis. Sur Sukhumvit Road, vous trouverez plus de Jaunes. Il y a même là un groupe qui s’est scindé à cause de ses divergences politiques.

Existe-t-il une sorte de corporation qui regroupe l’ensemble des moto-taxis ?


Ils ont créé il y a six ou sept mois une organisation appelée l’Association des Moto-Taxis de Thaïlande (AMTT). C’est une organisation politisée. Elle n’émane pas des Chemises rouges, mais la plupart des membres de l’association se connaissent bien. En 2008, quand Thaksin est revenu en Thaïlande après le coup d’Etat, environ 5 000 moto-taxis sont allés l’accueillir à l’aéroport. La plupart des membres de l’association se sont rencontrés ce jour-là. Ce n’est donc pas une association politique des Chemises rouges, mais ce réseau est né le jour du retour de Thaksin, en 2008. L’AMTT est une tentative pour formaliser ce qui existe déjà. Le président de l’association est apparu à la télévision, dans les journaux. Il a été l’un des organisateurs du mouvement de protestation après que la loi sur la légalisation des wins a été votée, pour demander à ce qu’elle soit effectivement appliquée. Il a aussi été celui qui a organisé le cortège de milliers de moto-taxis à l’aéroport lors du retour de Thaksin. Les moto-taxis lisent souvent les journaux en attendant les clients. Tout article les concernant attire leur attention. A présent, l’association regroupe environ 1 500 membres. Ce n’est pas énorme, mais ils ont des membres dans tous les districts. Ils les mettent à contribution pour propager leurs informations sur les activités de l’association. Le 4 mai dernier, il y a eu une rencontre importante entre l’AMTT et la BMA. Environ 2 000 à 3 000 moto-taxis, dont beaucoup n’étaient pas membres de l’association, étaient présents. Ils avaient obtenu l’information sur la rencontre au travers du réseau des membres. C’est une organisation avec un objectif de formalisation. De manière surprenante, elle fonctionne de façon très similaire à un syndicat, dans sa façon de négocier avec le gouvernement et l’Etat.

Les chauffeurs de taxi ont joué un rôle important durant les manifestations antigouvernementales, en avril 2009, notamment quand ils ont bloqué avec leurs voitures l’accès au Monument de la Victoire, au moment du Sommet asiatique de Pattaya. Ils ont été très efficaces grâce à leur réseau de radios, car ils ont pu propager l’information très rapidement. Est-ce que les moto-taxis ont un réseau de communication similaire ?

C’est plus informel. Les téléphones portables et les messages SMS remplacent les radios. Mais cette fois-ci, entre mars et mai 2010, les moto-taxis ont joué un rôle très important dans la collecte de renseignements. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils sont dans chaque soï, qu’ils connaissent la ville mieux que personne. Et ils passent inaperçus, en ce sens qu’ils peuvent enfiler leur veste et travailler sur le lieu d’une manifestation, ou demander à un quidam de sauter à l’arrière de la moto et le conduire dans la zone contrôlée par les militaires. Ils collectent différentes sortes d’information, comme par exemple des renseignements sur les mouvements de troupes. Certains groupes étant affiliés au gouvernement, cela marche aussi dans l’autre sens. Au début du mois d’avril, les Rouges pensaient qu’ils allaient être attaqués par les militaires. Le Dr Weng (Tojirakarn) est monté sur la scène pour lancer un appel de rassemblement aux moto-taxis. Il leur a demandé de circuler autour du lieu de la manifestation et d’observer les mouvements des forces de l’ordre dans la ville. Ils sont très utiles pour ce type de besogne. Par ailleurs, de nombreux gardes rouges étaient des moto-taxis et servaient même de gardes du corps pour certains leaders du mouvement. Pourquoi ? Parce que si vous devez vous enfuir, les moto-taxis sont vos meilleurs alliés. Ils connaissent les arrière- rues, il leur est facile de disparaître.

Dans quelles autres activités les moto-taxis ont-ils été impliqués durant les récents événements politiques ? Certains d’entre eux étaient-ils armés ?

Je n’ai vu pratiquement personne porter une arme sur le terrain. à l’exception de deux d’entre eux, avant le 19 mai, courant avec des pistolets en main. C’est un très petit nombre, même s‘ils étaient sûrement plus que deux. Ce que l’on peut dire, c’est que oui, certains moto-taxis ont participé à des actes violents, sans nécessairement que cela soit avec des armes à feu. Je me suis souvent rendu à Bon Kai durant les affrontements. Au fond du soï Sawan Sawat, il y a un parc par lequel vous pouvez accéder à la Lumpini Tower. Certains étaient dans ce parc, transportant et brûlant des pneus. Beaucoup d’entre eux étaient des moto-taxis de Khlong Toei. Étaient-ils organisés, sous les ordres de quelqu’un ? Je ne le pense pas. Ils soutenaient simplement les manifestations et justifiaient leur réputation de jaï ron (impulsif et brutal).

Il s’est dit que certains d’entre eux recevaient une petite somme d’argent pour participer aux manifestations. Confirmez-vous ?


C’est vrai pour ceux qui travaillaient comme gardes rouges. Mais cette question du paiement pour participer aux manifestations est une question complexe. Cet argent est considéré comme utilisé pour rémunérer un service : les gardes sont payés pour leur travail de garde. Mais recevoir de l’argent pour participer aux manifestations me semble étrange. Deux cents bahts est moins que leur revenu quotidien moyen. Un moto-taxi dans une file bien située gagne 400 à 500 bahts par jour, soit 10 000 à 15 000 bahts par mois. C’est une belle somme. Un professeur d’université m’a confié qu’ils gagnaient plus d’argent que lui. Un autre aspect est que leur travail est parfaitement adapté à leurs besoins : ils sont libres d’aller et de venir, d’avoir d’autres occupations.

Revenons à leur place dans la société. Où se situe-t-elle exactement et quel est leur degré d’implication ?


Les moto-taxis ont un réseau de relations personnelles très étendu de par leur métier. Ils sont amenés à fréquenter toutes les classes sociales. Les pauvres, la classe moyenne urbaine, les paysans. Ils fréquentent aussi des policiers, des militaires, des fonctionnaires du gouvernement, des hommes politiques, des gens influents, d’autres vraiment riches. La plupart des moto-taxis ont des relations étonnamment étroites avec des gens qui sont clairement de la classe supérieure, parce que ces gens de la haute société les utilisent. Ils ont besoin d’avoir confiance en eux, de savoir qui ils sont. Les moto-taxis parlent constamment de pou yaï (gens importants, grossiums). Quel pou yaï connais-tu ? Quel pou yaï peut t’aider ? Pour l’anecdote, un moto-taxi m’a raconté qu’il espérait qu’un prêtre français qu’il connaissait à (l’église) Saint-Louis pouvait l’aider à financer dans une certaine mesure les études de sa fille.

Ils n’ont pourtant pas toujours bonne réputation.

D’un côté, vous avez cette vision selon laquelle les moto-taxis sont dangereux, imprudents, souvent ivres. Chacun a son histoire sur les moto-taxis donnant un coup de genou sur une voiture. Beaucoup de ces récits sont faux, bien que cela se produise parfois. N’oublions pas qu’il y a environ 200 000 moto-taxis à Bangkok. Chacun d’entre eux fait en moyenne 20 à 30 trajets par jour. Disons 20. Cela fait quatre millions de trajets par jour ! Le Skytrain et le métro souterrain n’atteignent pas à eux deux un million de trajets par jour. C’est un moyen de transport massif dans la ville.

Quand sont-ils apparus ? Bangkok peut-elle se passer de moto-taxis ?

Je vais peut-être vous étonner mais leur origine remonte à la guerre du Viêt-nam. Une partie de la coopération entre les Etats- Unis et la Thaïlande portait sur des conseils en matière de développement urbain. Une équipe d’experts américains est venue dans les années soixante et a dressé le premier plan cadre. L’objectif était de transformer Bangkok en une cité dédiée à l’automobile, en comblant les canaux et en construisant des autoroutes qui se dirigeaient vers le centre. Grâce à ces autoroutes, le centre a commencé à se développer. Et les propriétaires des terrains ont voulu gagner rapidement de l’argent. Ils ont donc donné les terrains pour développer les rues. Mais aucune méthode n’avait été prévue. Ils ont fini par construire des blocs géants avec des soïs très étroits. Cela a rendu le transport public impossible. Soit chacun utilisait sa voiture et les embouteillages devenaient insoutenables, soit vous recourriez à une forme de transport qui vous amenait de votre domicile à la station de bus, à la station de métro aérien, au bureau… Et ce moyen de transport, ce sont les moto-taxis. Sans eux, la ville ne fonctionne plus. Comme m’a dit un jour le chef d’une file de moto-taxis : « Si tous les moto-taxis décidaient de ne pas travailler pendant un seul jour, toute la capitale serait paralysée. » C’est un pouvoir considérable. Les moto-taxis évoluent dans les fissures de la société. Leur présence est à la fois physique et métaphorique. Regardez leurs mouvements au sein des embouteillages : ils créent de l’espace là où il n’y en a pas. Ils évoluent dans les fissures à l’intérieur de la circulation et à l’intérieur de la société. Ils se faufilent entre les classes sociales, entre les bâtiments et entre les voitures. Ces gens sont des personnages centraux pour la ville, et pourtant ils sont incroyablement marginaux.

Interview: Arnaud Dubus
A Lire Aussi
On est « jaï dee » ou on ne l’est pas
Rencontre avec les maîtres de l'invisible
Marché de Noël de Bangkok Accueil (Sam 25)
Un journaliste thaïlandais reçoit le Prix International de la Liberté de la Presse
Niveau de vie à Bangkok : plus cher que ce que l'on imagine
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
(3)
Dinello 2010-11-15 21:00:10
Eclairant !
Bel article, bien écrit et très complet ! Merci
Laurent 2010-11-08 03:15:22
Des mafias en Thaïlande ?
Quelqu’un pourrait-il nous dire quel corps de métier en Thaïlande fonctionne sans être dirigé par une mafia ? Parkings de l’aéroport…non, jets skis…non, bars des lieux touristiques…non, les motos taxis…non-plus, etc. :-(
Pierre 2010-11-02 02:26:22
Excellent article !
Cet article m'a en quelque sorte confirmé divers impressions que j'ai ressenties en vivant plusieurs années à Bangkok. Je suis certain de l'importance également de la corporation des sangthaew, qui, en particulier à Pattaya affichaient très clairement au moment des elections leur soutien massif à Thaksin, en recouvrant entièrement leurs véhicules d'affiches et de drapeaux à son effigie. Bravo pour cet éclairant article !
Que faire ce week-end à Bangkok?

Chaque vendredi, retrouvez les
spectacles, concerts, films, évènements
du week-end à ne pas manquer.

Voir la newsletter du 23/11 au 29/11



Retrouvez-nous sur Facebook
10 Dernières Petites Annonces
bons plans de la semaine

Nous sélectionnons pour vous les meilleures offres et promotions du moment

Tous nos BONS PLANS

Taux de Change
Prévisions aujourd'hui

Click for Bangkok, Thaïlande Forecast

Tourisme
Bangkok : un hôtel propose de dormir en prison - Gavroche
SUAN PHEUNG Au coeur de la nature -
INDONESIE Raja Ampat : l'île Maurice version Asie - Gavroche
THAILANDE Fermeture de sites de plongée -
BANGKOK Le Grand Palais plus visité que la tour Eiffel -
Culture
Musée du Bangkokois : le quotidien à Bangkok dans les années 40
Pichet Klunchun : l’enfant terrible des arts dramatiques thaïlandais
BANGKOK Des entrepôts de la Seconde Guerre mondiale reconvertis en espaces d'art
Thaïlande - Devenir guide bénévole au Musée national
BANGKOK Scala : un cinéma hors du temps
Dernières Offres d'Emploi
21/11/2017
Lieu: Bangkok
 
 
20/11/2017
Lieu: Lat Prao (MRT) Bangkok
 
 
15/11/2017
Lieu: Bangkok - Nonthaburi
 
 
14/11/2017
Lieu: Bangkok
 
 
13/11/2017
Lieu: Khanom
 
 
Dernières Annonces Immo
Villa de luxe à vendre – dan mai, koh chang
Villa de Luxe à Vendre – Dan Mai, Koh Chang

Cett...
- 23/11/2017
 
 
Colocation vide a bangkok
Bel appartement , 70 m2, quartier Sathorn, entierement meubl...
- 20/11/2017
 
 
Ekamai : appartement très lumineux de 82 m2 à louer.

Bel appartement meublé à loue...

- 22/10/2017
 
 
Dernières Annonces Auto / Moto
Vend suzuki caribian sj 413
Occasion exceptionnelle !

Totalement refaite avec p...
- 21/10/2017
 
 
Hilux pre-runner
Vend urgent cause maladie Hilux Pre-Runner - 4 portes - Bon...
- 18/09/2017
 
 
Vend tricycle adulte électrique
Tricycle adulte électrique, grand panier à l'arrière, pet...
- 17/08/2017
 
 
ata-office
crown-relocations
samitivej-sep16
gavroche-mediav3
bangkok-hospital
asita
oif-fev14
dfdl
ftcc
ata-car