Michel Picavet | Gavroche | 04/07/2008
Société  

Thaïlande, le statut de la femme : un long chemin vers l'égalité

De l'époque du roi Naraï à aujourd'hui, les femmes thaïlandaises ont progressivement acquis davantage de droits, même si beaucoup reste à faire. Michel Picavet, professeur à l'Edhec, analyse pour Gavroche cette évolution, dans le premier volet d'une série d'articles consacrés au rôle économique et social de la femme dans la très forte croissance du pays.
A travers l'histoire du royaume de Thaïlande, les femmes ont toujours tenu une position sociale inférieure aux hommes: tâches ménagères, éducation des enfants, satisfaction des besoins du mari à son retour du travail, gestion du budget familial... L'influence des enseignements brahmaniques rend évident l'inégalité des statuts de l'homme et de la femme, inégalité qui repose sur les codes hindouistes auxquels se sont ajoutés l'enseignement bouddhiste. Ceci a entraîné l'adoption progressive du concept patriarcal, basé sur l'autorité du père, et favorisé la polygamie alors que les femmes ne pouvaient avoir plusieurs hommes. Cela a aussi influé sur le statut des enfants qui étaient soumis à l'apprentissage de leur rang. Selon les normes et lois sociales, les femmes étaient considérées comme propriété de leur mari et soumises à leur domination.

Le souverain Rama IV (1851-1868) introduisit un code juridique qui interdisait aux hommes de vendre leur femme sans leur agrément. Par ailleurs, une femme pouvait choisir son propre mari après sa majorité. Rama V abolit l'esclavage et donna plus de pouvoir aux femmes. Rama VI se fit l'avocat de la monogamie, mais ceci influença peu les coutumes. En 1932, la polygamie fut abolie mais beaucoup d'inégalités étaient maintenues dans la pratique, la loi reconnaissant toujours l'homme comme le chef de famille. La participation de la Thaïlande dans le concert des nations et dans les organisations internationales, après 1945, a poussé le pays à ne plus ignorer les droits des femmes.

Un rôle traditionnel

Les femmes rurales, gérant le ménage, travaillant avec les hommes et participant aux décisions familiales, ont joué un rôle important dans le développement du pays. Durant la période Ayutthaya, le système de corvée éloignait pour plusieurs semaines les hommes de leurs villages, et les femmes durant cette absence prenaient en charge la famille et développaient de petits commerces afin d'améliorer leur indépendance financière. Dans le Nord-Est, les femmes sont l'élément fondamental du ménage à travers qui se règle la transmission des biens.

L'influence occidentale a entraîné le développement de la famille «éclatée» et celui de la monogamie, qui est devenue la règle juridique, la polygamie devenant très rare pour des raisons économiques et de succession. Cette influence a eu aussi pour effet la validation des mariages par des certificats et la transmission aux enfants du nom du père, l'identification d'un chef de famille facilitant le contrôle administratif des populations. Ceci a renforcé le concept patriarcal de l'autorité, surtout dans les populations urbaines, alors que le système pratiqué est moins rigide en zone rurale. Les droits et obligations des individus sont définis d'abord à partir du contexte familial, et le rôle des femmes est de transmettre ces valeurs et attitudes à leur famille, en faisant passer à leurs filles la notion de leurs droits égalitaires avec les hommes, même si la perception que le rôle central au domicile familial appartient toujours à la femme. Les filles réalisent des travaux domestiques non demandés aux garçons, mais elles aident aussi leur père. Les femmes ont des activités sociales, économiques et religieuses, les activités au sein d'une communauté villageoise requérant une coopération et des valeurs communautaires.

Vers une égalité homme/femme


Aujourd'hui, les Thaïlandaises participent pleinement à la vie du pays, ont une meilleure éducation et les lois reflètent ces changements. Ainsi, en 1974, l'équivalence des droits hommes/femmes fut établi, non seulement pour le bénéfice des femmes mais aussi pour aider au développement du pays: droit de choisir un domicile, un emploi et, en 1975, droit des femmes à voyager à l'étranger avec ou sans leur mari.

En 1978, une commission du NESDB (National Economic Social Development Board) rédigea un «Plan de développement de la femme» (Women's Development Plan, WDP) stipulant le même statut pour tous dans les administrations, la santé, l'éducation, avec des objectifs quantitatifs. Mais cette commission a davantage un rôle consultatif qu'un rôle de décision et d'exécution doté d'un budget.

La Thaïlande est devenue membre en 1985 du CEDAW (Convention on Elimination of all forms of Discrimination Against Women) et a accepté progressivement le principe des opportunités équivalentes qui donne les mêmes chances aux femmes d'accéder à des postes au gouvernement et dans l'administration et à l'éducation...

La constitution de 1997 a permis d'évoluer vers une plus réelle égalité homme/femme grâce à l'instauration de certains mécanismes. Ainsi, une commission des droits de l'Homme a été mise en place, entre autres, pour protéger les femmes. Les violences à leur encontre (physique, psychologique, sexuelle) qui peuvent se manifester au domicile, au travail, dans la vie sociale sont en effet souvent regardées comme une affaire privée et non comme un problème social. Par ailleurs, les divers projets de développement sur le statut de la femme ont été entravés par la bureaucratie.

Le WDP pour 2002-2006 identifie les stratégies pour améliorer le statut des femmes: transformation des attitudes sociales par le biais de l'éducation; objectif de 50% de femmes aux «postes décisionnels» dans l'administration; promotion de l'égalité par de nouvelles lois; extension des services sociaux aux femmes; promotion des femmes dans l'activité économique et politique à travers les médias qui donnent encore un portrait trop traditionnel et sexuel de la femme... Même si ce plan est indicatif, il témoigne d'une prise de conscience de plus en plus forte. Un changement d'attitude de la gente masculine, à savoir l'abandon d'idées préconçues dues à des facteurs historico-culturels, serait un progrès considérable. Or l'éradication de la discrimination basée sur le genre ne peut se faire par des prescriptions, mais demande d'étudier les spécificités de la société thaïlandaise à travers son histoire, sa culture et ses valeurs (famille, éducation, religion...).

Education : un rattrapage récent

La position sociale statutairement inférieure des femmes les a conduites à un faible niveau d'éducation. Dans le passé, les femmes avaient des opportunités restreintes car elles n'avaient aucun rôle social en dehors de la famille. Durant la période du roi Narai (1649-1681), la haute société envoyait les filles en formation au palais, leur éducation portant sur la littérature, les arts... les femmes du commun ne recevant pas d'éducation. Ce n'est qu'en 1782, au début de la période Rattanakosin, qu'elles eurent davantage d'opportunités éducatives, bien que cela fusse limité aux familles de la haute société. Cette période fut marquée par une ouverture vers l'Occident, mais l'essentiel de la littérature de ce siècle enseigne aux mères d'accepter la soumission au père et de l'enseigner à leurs filles.

Durant le règne de Rama IV (1851-1868), plusieurs progrès furent enregistrés mais toujours réservés à la haute société. Les femmes missionnaires étrangères et les femmes de missionnaires étrangers furent autorisées à enseigner aux jeunes filles de la Cour, et pour la première fois des femmes partirent à l'étranger pour compléter leur éducation. La première femme professeur du royaume fut la princesse Pichitjirabha, qui fonda l'école de filles Rajini.

Sous le règne de Rama V, la reine accepta la demande croissante des femmes d'avoir l'opportunité d'une éducation équivalente aux hommes, non pour les concurrencer mais pour mieux les préparer à éduquer leurs enfants. Les femmes purent commencer à recevoir une formation supérieure en 1927 avec la création de l'université Chulalongkorn. Cependant, en 1952, un faible pourcentage de filles était éligible pour continuer leur éducation après l'école primaire, comparativement aux garçons.

Selon les sources du National Statistics Office (Bureau des statistiques), le taux d'alphabétisation des femmes était d'environ 60% en 1960, puis de 91% (contre 95% pour les hommes) en 2000. On notera que les taux d'alphabétisation des 15-24 ans restent stables autour de 98% et sont équivalents pour les hommes et les femmes (2000). Concernant le niveau d'éducation, le pourcentage de filles dans les différents niveaux scolaires (primaire, secondaire, supérieur), selon le ministère de l'Education, est similaire à celui des garçons depuis les années 90, ce qui montre l'équivalence des opportunités d'études pour les filles, qui choisissent en priorité les arts et la médecine.

En Thaïlande, où l'enseignement est basé sur la transmission d'un savoir - ce qui développe peu l'esprit analytique et critique - l'éducation se caractérise davantage par une approche des rôles traditionnels. Selon Suteera Vichitranonda, présidente de l'Institut de Recherches sur le Genre et le Développement, l'éducation doit donner aux femmes trois qualités: la capacité d'agir sur leurs conditions de vie et de se prendre en charge, la connaissance de leurs droits égaux en matière d'éducation, d'emploi, de rôle politique et de statut et la possibilité d'être des agents du changement social grâce aux médias, aux programmes de développement, à l'enseignement et à une meilleure représentation dans les organismes de décision.

La formation continue informelle est très variée et constitue une alternative pour des gens qui ne peuvent pas avoir accès à l'éducation formelle, ce qui est important pour les femmes notamment dans le milieu rural. Le ministère de l'Agriculture développe des programmes de formation, mais le niveau général d'éducation des femmes dans les campagnes reste globalement assez bas.

Politique et administration : un nouvel espoir

La culture et les nécessités d'une vie de famille ont maintenu les femmes loin de la politique. Le rôle des femmes des classes supérieures se résumait à la pratique religieuse et à former des alliances politiques. En 1932, les femmes ont obtenu le droit de vote et l'éligibilité, mais ceci ne s'est pas traduit par un nombre significatif de femmes élues. Il s'agissait pour l'essentiel d'épouses de leaders politiques. Mais la tendance est favorable. En 1949, la première femme fut élue au Parlement, leur nombre passa à 9 (3%) en 1979, puis à 15 (4,2%) en 1992.

Les femmes ne sont pas apolitiques. Ainsi, aux législatives de 1996, elles représentèrent 52,4% des électeurs éligibles et 53,5% des votants et présentèrent 360 candidates d'âges, de régions, de professions, de niveaux d'éducation très différents, une grande partie étant des femmes d'affaires, dont 22 furent élues, soit 5,6% de députés. En 2001, les femmes représentaient 9,4% des députés (47 sièges) et 10,5% des sénateurs (chiffres du ministère de l'Intérieur). Si on considère l'ensemble du personnel politique et de l'administration, on arrive à une moyenne de 21% pour les cadres au niveau national et à moins de 10% au niveau local (1).

Aujourd'hui, les femmes peuvent être considérées comme politiquement actives. Cependant, le pouvoir de décision et le contrôle des leviers politiques restent principalement entre les mains des hommes. Leur rôle dans la vie politique nationale et locale est encore limité et il y a encore peu de femmes à la direction des partis, des gouvernements et à la tête des administrations, même si le personnel féminin est supérieur à 50% dans la plupart des ministères. Dans l'administration centrale, il n'y a pas de discrimination féminine pour les promotions mais la pratique fait que leur avancement est plus lent, même si leur nombre augmente sensiblement. De même dans des administrations du type «National Statistics Office», peu de femmes se retrouvent au niveau décisionnel.

Pour la première fois, les autorités ont fixé comme règlement un quota de 50% pour les femmes dans les comités de gestion des fonds communaux alloués à chaque village. En 2002, le gouvernement a approuvé la création d'un poste «pour le respect de l'égalité des sexes» dans chaque département ministériel et dans chaque agence gouvernementale. Même si des budgets ont été mis en place, un problème se pose quant à l'adéquation de ces budgets et à leur pleine utilisation.

Souvent, l'engagement politique est plus considéré comme un jeu, permettant prestige, statut, avantages. Mais les femmes représentent un nouvel espoir et véhiculent une image beaucoup plus positive sur la scène politique. Les mouvements féminins, qui luttent d'abord pour la condition féminine, sont tombés dans des discours bureaucratiques de gestion de projets et de fait sont souvent éphémères. Les femmes participent souvent aux mouvements sociaux de protestation - concernant l'environnement, la politique, les projets d'infrastructures -, protestations non basées sur l'inégalité des sexes. Souvent elles réussissent mieux dans les négociations avec les autorités gouvernementales; plus flexibles, plus diplomates, plus réalistes que les hommes, elles négocient d'abord au niveau local et résolvent des problèmes locaux, car elles sont garantes de la stabilité des villages, et développent graduellement le niveau de négociation avec les autorités provinciales puis nationales. En Thaïlande aussi, la femme est l'avenir de l'homme!

Michel Picavet

Professeur à l'EDHEC, chef de projet Asie, conférencier à ABAC, auteur de plusieurs articles sur la Thaïlande dans les revues Péninsule et Journal of ABAC.

(1) Source: Gender and Development Research Institute
A Lire Aussi
Que va faire la Thaïlande de ses vieux ?
Trafic de chiens en Thaïlande : des milliers de chiens enlevés chaque année pour être mangés au Vietnam
Portrait d’une Thaïlande ordinaire : Thorn Banjo, le cowboy de Chatuchak
Pourquoi payer pour être volontaire en Thaïlande ?
Thaïlande, quel pays choisir pour refaire son visa ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
(1)
josé 2010-08-01 19:38:55
la femme l'avenir de l'humanité?
Un bien beau reportage, un petit regret j'aurais aimé qu'il soit écrit en Thai, histoire de le faire lire.En Thailande comme ailleur il existe le paradoxe feminin, Pénélope attendant Ulysse. Merci en tout cas pour traité ce délicat sujet.
Que faire ce week-end à Bangkok?

Chaque vendredi, retrouvez les
spectacles, concerts, films, évènements
du week-end à ne pas manquer.

Voir la newsletter du 17/10 au 23/10


Retrouvez-nous sur Facebook
10 Dernières Petites Annonces
GAVROCHE CLASSIFIEDS

Cliquez et retrouvez notre nouveau site de petites annonces sur le Thaïlande en anglais

ÉVÉNEMENT À NE PAS MANQUER

16ème Festival International de Danse et de Musique de Bangkok (du 13 sep au 26 oct 2014)

Le Deal de la semaine


Dîner-croisière sur le fleuve Chao Praya
Cette semaine, nous avons sélectionné un deal pour les couples ! Embarquez sur le White Orchid durant deux heures et passez une soirée inoubliable sur le fleuve Chao Praya. Dans ce navire confortable, vous choisirez parmi un buffet de mets des cuisines du monde. En outre, vous pourrez profiter sur son toit d’une vue panoramique exceptionnelle sur Bangkok et ses gratte-ciel illuminés.
bons plans de la semaine

Nous sélectionnons pour vous les meilleures offres et promotions du moment

Tous nos BONS PLANS

Taux de Change
Prévisions aujourd'hui

Click for Bangkok, Thaïlande Forecast

Tourisme
Thaïlande : La tête dans les arbres - Gavroche
Thaïlande : Derrière la télé-réalité, la vraie Koh Lanta - Gavroche
Laos : nouveau départ pour Vang Vieng - Gavroche
Thaïlande : Bonzes Farang, les moines de la forêt - Gavroche
Thaïlande : Huai Yang, la petite Suède du Sud - Gavroche
Culture
Thaïlande, le saviez vous ? Numismatique siamoise élémentaire
Rattanakosin Exhibition Hall : musée interactif consacré au cœur historique de Bangkok
Bangkok, le nouvel eldorado de l'art contemporain ?
Le Bangkok des années 40 à portée de main
Thaïlande le saviez vous? Le temple de la fertilité
Dernières Offres d'Emploi
14/10/2014
Lieu: Phnom Penh
 
 
14/10/2014
Lieu: Phnom Penh
 
 
09/10/2014
Lieu: Koh Samui
 
 
01/10/2014
Lieu: Bangkok
 
 
23/09/2014
Lieu: Pattaya
 
 
Dernières Annonces Immo
<></div> <div class="details"><<DETAILS>></div> <div class="date">- <<PUBLISHED_DATE>></div> <div class='clear-both no-height'> </div> </div> <div class='separator height-1px'> </div>
<></div> <div class="details"><<DETAILS>></div> <div class="date">- <<PUBLISHED_DATE>></div> <div class='clear-both no-height'> </div> </div> <div class='separator height-1px'> </div>
<></div> <div class="details"><<DETAILS>></div> <div class="date">- <<PUBLISHED_DATE>></div> <div class='clear-both no-height'> </div> </div> <div class='separator height-1px'> </div>
Dernières Annonces Auto / Moto
<></div> <div class="details"><<DETAILS>></div> <div class="date">- <<PUBLISHED_DATE>></div> <div class='clear-both no-height'> </div> </div> <div class='separator height-1px'> </div>
<></div> <div class="details"><<DETAILS>></div> <div class="date">- <<PUBLISHED_DATE>></div> <div class='clear-both no-height'> </div> </div> <div class='separator height-1px'> </div>
<></div> <div class="details"><<DETAILS>></div> <div class="date">- <<PUBLISHED_DATE>></div> <div class='clear-both no-height'> </div> </div> <div class='separator height-1px'> </div>
quintessence
ibis-ventiane
samitivej-july14
dfdl
guide-ecotourisme
celtidata