Louis Gabaude | Gavroche | 27/06/2011
Société  

Fractures sociales et bouddhisme : le regard de Buddhadasa Bhikkhu

En s’appuyant sur un texte écrit en 1988 par le moine bouddhique thaïlandais Buddhadasa Bhikkhu, Louis Gabaude, ancien membre de l’École française d’Extrême- Orient, tente de faire le lien entre sa pensée et les semaines violentes de 2010. Il rend hommage à ce texte qui, sans être manichéen, évoque la nécessaire empathie des hommes pour un monde en paix.

  •  
  •  

En ce joli mois de mai 2011, le Pays du Sourire fête l’anniversaire des semaines particulièrement violentes de 2010 et celui de Buddhadasa Bhikkhu (1906- 1993) (prononcé pout.ta.tâte pik.kou), le 27 mai. L’année dernière, juste après les événements sanglants, j’ai trouvé sur la toile ou dans les courriels des traductions du texte que Buddhadasa Bhikkhu écrivit en 1988 et que j'ai intitulé ici « Les autres... et nous » (1).

J’ignore les liens que les internautes voyaient entre ce texte et la situation demai 2010. Je voudrais exprimer ici ceux que j’y trouve. Le premier, c’est qu'il fut écrit à une époque où la Thaïlande sortait d'une période où elle avait été pareillement partagée en deux, entre ceux qui voyaient dans le communisme un avenir radieux et ceux qui y voyaient une catastrophe. Le second lien, c'est que la polarisation sociale du combat pour la justice – condition sine qua non de lamise en place de la société idéale promise par le communisme – vient d'être récemment réactivée grâce au bricolage idéologique des penseurs des Chemises rouges afin d'étayer bizarrement le retour au pouvoir du grand capitaliste Thaksin Shinawatra.

Ce dernier est devenumagiquement, par la grâce d'un coup d'État, le chevalier démocratiquement blanc de la lutte contre les élites funestes de Bangkok qui lui ont préalablement permis d'accéder au pouvoir politique induit par l'argent. Cette tactique bien connue de l'entrisme a été opérée par d'anciens ou permanentsmarxisants et communisants dont certains, bien avant demiliter politiquement dans le réseau de Thaksin, avaient été aussi, à unmoment de leur itinéraire pré-politique, influencés, justement, par... Buddhadasa Bhikkhu.

De là à affirmer que Buddhadasa a été un inspirateurmarxisant oumarxiste il n'y a qu'un pas qu'un professeur d’université français a récemment un peu trop facilement franchi sur une radio nationale(2) tandis que la plupart des apologètes de Buddhadasa en font un chantre du socialisme, comme si ce terme avait un sens précis et univoque. Je voudrais ici remettre brièvement en perspective la position de Buddhadasa en confrontant son texte aux deux générateurs complémentaires de fractures sociales par rapport auxquels il se situait, le communisme d'une part et le manichéisme de l'autre.



Bouddhisme et communisme


Par rapport au communisme, Buddhadasa Bhikkhu avait eu effectivement une position qui avait indisposé beaucoup de monde : les bouddhistes, les nationalistes, les Américains et les militaires. Les bouddhistes purs et durs voyaient en lui un poison dormant du communisme. En effet, son insistance sur la vie présente aux dépens des vies antérieures et futures, sa critique historiciste des Écritures, son affection pour le terme « socialisme », tout cela suffisait à quelques-uns pour en faire un «matérialiste » qui, sous l'habit jaune, préparait perfidement les esprits à l'éradication du bouddhisme par les communistes. Ces derniers, d'ailleurs, en étaient tellement persuadés qu'ils allèrent le trouver pour conclure un accord (3).


Buddhadasa énervait aussi les bouddhistes ordinaires parce qu'il dédramatisait le matérialisme des communistes en dramatisant le matérialisme implicite d'un bouddhisme qui promettait la renaissance dans des palais célestes en échange de constructions inutiles dans les monastères: « Craignant le matérialisme extrême des communistes, les bouddhistes en ont peur. Et celui des bouddhistes donc ! Pourquoi ne font-ils pas attention à notre enseignement selon lequel ce microbe [du matérialisme] peut naître de lui-même ? (4) »

Buddhadasa éveillait également les soupçons des nationalistes en soutenant que les communistes auraient d'autant moins de mal à détruire la « nation » que celle-ci était déjà pourrie de l'intérieur par l'immoralité politique de ses dirigeants corrompus : « [...] la disparition de la Nation déjà réalisée sur le plan de la pensée et de la culture amènera sous peu et en même temps la disparition de la Nation sur les plans charnel, territorial et matériel » (5).

Buddhadasa déçut aussi les Américains, inspirateurs et bailleurs de fonds de la guerre contre le communisme, lorsqu'ils vinrent lui proposer une assistance financière en échange d'un engagement explicite contre le communisme et qu'il leur répondit qu'il ne faisait déjà que ça – lutter contre le communisme – en prêchant contre les passions ! (6)

Il aggrava son cas en ironisant sur un vice-président des États- Unis qui avait justifié les bombardements du Viêt-Nam du Nord communiste au nom de la morale : « Voilà ce qu'est la morale ! Quant aux milliers et aux dizaines de milliers de morts, on doit les ignorer. La rectitude morale, c'est d'obliger le Viêt-Nam du Nord à se soumettre. [...] Ils créent l'erreur et le droit selon ce qu'ils obtiennent ou perdent. C'est ce dont ils ont besoin qui est le droit, le bien, le méritoire. » (7)

Son argument moral à lui, d'ailleurs, était effectivement à double tranchant : après " Pourquoi deviennentils terroristes ? Parce qu'ils ignorent absolument la morale », il enchaînait: « Et pourquoi n'arrivet- on pas à supprimer les terroristes ? Parce que ceux qui les suppriment n'ont aucune morale ou en ont peu, ou parce qu'ils ne les suppriment pas selon une voie morale. » (8) Implicitement visés dans l’affirmation précédente, les militaires et les policiers n’avaient aucune raison de se rassurer, eux qui risquaient leur vie, en l’entendant affirmer que le communisme ne serait qu’une simple ride de l’Histoire : « On m’a accusé d’avoir dit que, si le communisme s’instaurait [ici], le bouddhisme pourrait continuer. C’est vrai, et je le confirme. Solide et résistant à tous les dangers, le bouddhisme n’est pas quelque chose de fragile ou de cassant comme du verre, du verre mince, ou une coquille d’oeuf, qui se brisent au moindre choc. Le bouddhisme est durable parce qu’il est la loi de la nature ; il lui correspond ; il en a la rectitude permanente. Que dix communismes viennent, et ils s’anéantiront d’eux-mêmes comme des vagues sur la grève. » (9)

Il se distinguait ainsi de son confrère, Kittivuddho Bhikkhu [kit.ti.wou.tô pik.kou], qui avait rassuré les militaires et les Américains en affirmant que « Tuer les communistes n’est pas déméritoire » – position scandaleuse, du reste, uniquement pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire du bouddhisme(10). Cette vague communiste mourante, je ne résiste pas à la rapprocher de la métaphore du marxisme comme « horizon philosophique indépassable de notre temps » imaginée par la fine fleur de la pensée française(11).

Certes, me dira-t-on, « communisme » et «marxisme », ce n’est pas la même chose. N’empêche qu’entre l’image d’une vague qui se brise sur l’Histoire même qu’elle prétend construire à coup d’orgasmes populaires et l’horizon prétendument indépassable du salon d’un petit-bourgeois parisien, il y a matière à penser avant de décider de mourir pour certaines idées, surtout quand on voit aujourd’hui Poutine participer dévotement à des offices orthodoxes ou les successeurs de Mao offrir à la Thaïlande la traduction en thaï du Canon bouddhique Mahâyâna.


Bouddhisme et manichéisme


Le communisme avait besoin de lunettes manichéennes qui font voir le monde en noir et blanc parce qu'il avait besoin de démons pour animer ses dieux et sa lutte des classes.

Le regard du Bouddha, lui, voit trois passions à l'oeuvre partout : l'avidité ou la volonté de posséder, l'aversion ou la volonté de détruire, et l'égarement ou la déraison qui empêche de prendre les décisions sensées. Regard spirituel et donc irréel ? Regardons dans le rétroviseur les dix années de la Thaïlande qui ont culminé dans la violence de 2010. L'avidité, l'aversion et l'égarement n'ont-elles pas ponctué la plupart des décisions publiques ? Admirons la magnifique gestion de l'économie et de la finance mondiales des dernières décennies, ou celle des budgets gouvernementaux de la plupart des pays « avancés », sans oublier les conflits armés anciens ou récents.

Est-ce qu'un peu moins d'avidité, d'aversion ou d'égarement par-ci par-là aurait nui à l'Histoire et aux peuples ? Le problème, pour un bouddhiste, c'est non seulement que le Bouddha ne dirige rien, mais qu'en plus il a quitté pour de bon le palais royal d'où il aurait pu justement diriger, commander – bref : agir. En partant, d'ailleurs, il s'écria: « Vous me les cassez ! » (12) Ce n'est donc pas pour rien qu'un certain nombre d'écoles bouddhistes mettent le « non-agir » en tête de leur programme. Et c'est en revanche tout à fait curieux que d'autres fassent de la politique ou de la justice sociale le principal souci du Bouddha grâce à un saut anachronique et fort périlleux de 2 500 ans.

Quoi qu'il en soit, sur le plancher des vaches, il faut bien agir, et agir c'est choisir. Car « Toute action est manichéenne » (13) ,écrivait André Malraux. Elle oblige les partis, les clans et les Chemises à choisir à la va-vite entre des quartiers de vérité non dégrossis dont ils se réservent le gras tout en vendant le maigre aux élections, ces grands marchés nationaux de prostitution plus ou moins démocratiques. Car, en politique, anges et démons s'acoquinent puis se sodomisent à plein écran pour un bout d'aile : la demande d'élections à rejouer qui motivait officiellement les Chemises rouges dans leurs combats de rues en 2009 et en 2010 n'était-elle pas justement due, formellement, à un petit basculement d'aile – non de poulet mais politique, celle de Newin Chidchop – petit basculement pour lequel plus de 90 personnes finirent par mourir en mai 2010, au nom de la démocratie formelle ? Ce n'est pas cette petite péripétie qui va persuader le Bouddha qu'il avait tort de placer l'avidité, l'aversion et l'égarement à la manivelle des tourbillons du monde. Mais ce n'est pas non plus son diagnostic qui va dicter à un Premier ministre ce qu'il doit pratiquement faire quand des milliers de convaincus conquérants et concurrents occupent un aéroport ou un quartier d'affaires.

Va-t-il demander aux bonzes de lui servir d'oracles ? Le résultat serait encore plus coloré que celui des Chemises. L'osmose qui existe ici de fait entre l'état de bonze et l'état de laïc permet d'expliquer sociologiquement que les bonzes prennent parfois les émotions des laïcs jaunes ou rouges pour les leurs propres. En théorie, par profession, les bonzes sont pourtant censés apprendre à garder immobile et serein cet esprit que le Bouddha comparait à un singe toujours agité. C'est même pour chercher un moyen radical de calmer cet esprit-singe que le futur Bouddha quitta le palais d'où il aurait pu changer la société. Aujourd'hui encore, dans la pénombre de chaque pagode, ne sourit-il pas toujours du divertissement insensé dont se motivait officiellement les Chemises rouges dans leurs combats de rues en 2009 et en 2010 n'était-elle pas justement due, formellement, à un petit basculement d'aile – non de poulet mais politique, celle de Newin Chidchop – petit basculement pour lequel plus de 90 personnes finirent par mourir en mai 2010, au nom de la démocratie formelle ?

Ce n'est pas cette petite péripétie qui va persuader le Bouddha qu'il avait tort de placer l'avidité, l'aversion et l'égarement à la manivelle des tourbillons du monde. Mais ce n'est pas non plus son diagnostic qui va dicter à un Premier ministre ce qu'il doit pratiquement faire quand des milliers de convaincus conquérants et concurrents occupent un aéroport ou un quartier d'affaires. Va-t-il demander aux bonzes de lui servir d'oracles ? Le résultat serait encore plus coloré que celui des Chemises. L'osmose qui existe ici de fait entre l'état de bonze et l'état de laïc permet d'expliquer sociologiquement que les bonzes prennent parfois les émotions des laïcs jaunes ou rouges pour les leurs propres.

En théorie, par profession, les bonzes sont pourtant censés apprendre à garder immobile et serein cet esprit que le Bouddha comparait à un singe toujours agité. C'est même pour chercher un moyen radical de calmer cet esprit-singe que le futur Bouddha quitta le palais d'où il aurait pu changer la société. Aujourd'hui encore, dans la pénombre de chaque pagode, ne sourit-il pas toujours du divertissement insensé dont se distraient les hommes de l'autre côté des murs ? Loin d'être le message d'un « ange » de droite ou de gauche comme certains l'ont voulu et le veulent encore, le texte de Buddhadasa sort des catégories manichéennes de l'entendement commun et des prêches attendus sur les devoirs politiquement corrects. Il reconnaît à tous le droit d'être ce qu'ils sont et il les prend tels qu'ils sont, mus de fait par les trois passions radicales. Mieux, s'y incluant lui-même, Buddhadasa nous invite à nous reconnaître dans cette bande d'anges qui font la bête et de bêtes qui font l'ange. Il ne nous dit pas comment faire, mais simplement qu'il faut faire avec les autres, car le diable n'est pas seulement chez les autres, il est aussi en nous. Est-ce ainsi qu'on change le monde ? C'est ainsi que les hommes vivent..

Louis Gabaude


(1) Le texte est ainsi daté : « Suan Mokkh, 22 mai 1988 ».
(2) Cf. l’émission de France-Culture sur le bouddhisme engagé :
www.couleurmonde.com/spip.php?article385&date=2008-09.
(3) Louis Gabaude, « Une herméneutique bouddhique
contemporaine de Thaïlande : Buddhadasa Bhikkhu », Paris, École
française d'Extrême-Orient, 1988, p. 437
(4) Ibid., p. 425 ; (5) Ibid., p. 75 ; (6) Ibid p. 439
(7) Ibid., p. 76 ; (8) Ibid., p. 75, n. 65 (9) ; Ibid., p. 427
(10) Bernard Faure, Le Bouddhisme, Paris, 2004, pp. 95-98
(11) Jean-Paul Sartre, Question de méthode, Paris, 1957
(12) Traduction personnelle
(13) André Malraux, L'Espoir (1937)

[ Les autres... et nous ]
Voici quelques préceptes enseignés par Buddhasa Bhikku et traduit par Louis Gabaude.
Agissons avec nos compagnons d'humanité en gardant ceci à l'esprit : Ils sont nos compagnons de naissance, de vieillesse, de souffrance et de mort ! Ils sont nos compagnons d'errance dans le même tourbillon des morts et des naissances ! Ils tombent sous le pouvoir des passions, comme nous ! Ils n'ont pas moins d'envies, de colères, de choix stupides que nous ! Ils s'oublient parfois, comme nous ! Ils ne savent pas pourquoi ils sont nés, comme nous ! Ils ne savent pas ce qu'est le nirvana, comme nous ! Ils sont idiots, parfois, comme nous ! Ils se font plaisir, parfois, comme nous ! Ils sont ambitieux, comme nous qui cherchons le succès, la gloire et la célébrité ! Ils s'enrichissent et profitent de leur position à l'occasion, comme nous ! Ils ont aussi le droit d'être fous de réussite, drogués de réussite, trompés par la réussite, noyés dans leur réussite, comme nous! Ce sont des gens ordinaires qui s'attachent à des tas de choses, comme nous ! Ils n'ont pas à souffrir ou à mourir à notre place ! Ils sont nos compatriotes et nos coreligionnaires, Ils prennent des décisions irréfléchies, comme nous ! Ils ont le devoir de prendre soin de leur famille, pas de la nôtre ! Ils ont le droit d'avoir les goûts qui leur plaisent ! Ils ont le droit de choisir ce qui leur plaît, y compris leur religion ! Ils ont le droit de profiter des biens publics, autant que nous ! Ils ont le droit d'être névrosés ou fous, autant que nous ! Ils ont le droit de demander notre aide et notre compréhension ! Ils ont le droit d'obtenir notre pardon à la mesure des circonstances ! Ils ont le droit d'être socialistes ou libéraux, comme il leur plaît ! Ils ont le droit d'être égoïstes avant d'être généreux ! Ils ont le droit, comme êtres humains, de vivre dans le monde, comme nous ! Si nous arrivions à penser ainsi, il n'y aurait plus aucun conflit possible.
A Lire Aussi
THAÏLANDE - SOCIÉTÉ: Les accidents de la route, toujours bien plus meurtriers que le coronavirus
THAÏLANDE - JUSTICE: Les syndicats internationaux se mobilisent pour des cheminots condamnés
THAÏLANDE - FRANCE: Decathlon, ambassadeur de la France sportive dans le royaume
THAÏLANDE - AVIATION: Lufthansa, en tête des compagnies européennes de retour à Bangkok
THAÏLANDE - INONDATIONS: Nakhon Ratchasima et Kanchanaburi en alerte inondations
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
(6)
DAVID24 2011-07-09 17:34:00
L'impossibilité d'une île !
Les généraux putchistes et surtout leurs commanditaires doivent étre poursuivis devant les tribunaux . Le Thaï-Rak-Thaï doit gouverner celon la volonté du peuple . Yingluck ne peut asseoir une pseudo-reconciliation sur les crimes de 2010 ; Abhisit et sa clique doivent répondre de leur forfaiture . En Isaan tout le monde espère le retour de Taksin et la chute de la "nomemklatura Bangkokienne" soutenue par les USA . Il faut que ce pays accède enfin a la démocratie !
Expat 2011-06-30 09:28:33
A voir si possible
Tu fais bien de soulever le probleme historicus,moi aussi je fais des fautes au premier jet,bon celles dues au clavier anglais manque d'accent etc rien a faire.....helas on ne peut pas corriger ensuite.Ce serait bien si techniquement ca devenait possible de le faire par ajout d'une case modifier comme sur certains forums.
historicus 2011-06-29 12:12:10
Oups!
Je demande pardon à tous les lecteurs pour les (trop) nombreuses fautes de frappe apparue dans ma contribution précédente. L'effet de l'émotion? ou de l’énervement?
historicus 2011-06-29 10:48:48
Une superbe érudition au profit de....?
Je suis émerveillé par l'érudition et la connaissance profonde due montre M. Louis Gabaude. Mais je suis également perplexe quant à son analyse de la situation politique et sociale de la Thaïlande! A trop fréquenter les cercles intellectuels qui gravitent autour des élites de Bangkok, il me semble qu'il s'est trop imbibé de leur discours martelant que les "chemises rouges" ne sont qu'une bande de paysans ignorants manipulés (et payés?) par le diabolique Thaksin. Rajoutez-y la dose correcte d'anti-communisme habituel (Pourtant, même les Chinois ne le sont plus - l'ont-ils jamais été par ailleurs?)et vous avez un beau texte complètement déconnecté de la réalité vécue par plus de 60 millions de Thaïlandais. Allez dans les campagnes d'Issaan et du Nord, discutez avec les taximen et petites mains de Bangkok et vous entendrez parler d'injustice, de discrimination, de double standards, dun Abhisit qui parle beaucoup mais laisse le pays s'enfoncer dans l'inflation, les scandale de corruption (la spéculation délirante sur le prix de l'huile alimentaire par exemple). Thaksin? Certains en ont la nostalgie et la majorité n'en ont que faire.Le mouvement des "Chemises rouges" a montré que le petit peuple a pris conscience de ce qu'est la 3Souveraineté du Peuple" si chère au discours politique français.
Expat 2011-06-28 09:06:00
Facteur religieux non
L'auteur dit: En effet, son insistance sur la vie présente aux dépens des vies antérieures et futures Partir d'un postulat farfelu,non scientifique et improuvable comme celui expose par l'auteur ci-dessus permet en fin de compte toutes les disgressions tout autant farfelues.La verite moins enjolivee et non paree de religion qui n'a rien a voir est bien plus simple.Une classe friquee dirigeante est de plus en plus contestee par la masse des exploites et dont tout le systeme est construit pour qu'ils restent des exploites.Mais c'est le lot des peuples sud americains catholiques tout autant que celui des paysans indiens hindouistes ou musulmans,tout comme les thailandais bouddhistes....si ces peuples ont des religions chacunes differentes je vois pas pourquoi ces religions devraient entrer dans le facteur exploiteurs exploites.Pourquoi ne pas exposer la realite,les classes dirigeantes tres minoritaires exploitent outrageusement la masse d'un peuple entier.Ces peuples moutons subissent jusqu'au jour ou parmi les moutons se revele un dirigeant contestataire qui est alors suvi en masse dans l'espoir de creer une societe plus juste.La Thailande est entree dans cette phase et l'avenir dira si elle sera sanglante et matee dans le sang ou renversera l'ordre des choses definitivement.Pas de facteur religieux la-dedans et on a vu des rouges bouddhistes tuer d'autres bouddhistes militaires et vice versa et on a vu les militaires bouddhistes investir un temple et tirer a tout va sur les bouddhistes presents.
webmastereunion 2011-06-27 07:52:49
1001 Tendances
Un article très intéressant & constructif !
Retrouvez-nous sur Facebook
Notre lettre d'information

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous

Voir la newsletter du 19/10



Coronavirus
PHILIPPINES - FINANCE: Pour cause de Covid-19, la diaspora envoie de moins en moins d'argent - Gavroche
ASIE DU SUD-EST - PANDÉMIE: Le point sur la Covid-19 au 19 octobre - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Depuis le 16 octobre, Singapore Airlines dessert à nouveau Bangkok - Gavroche
LAOS - CORONAVIRUS: Nouvelles procédures d'entrée à Vientiane - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Vous voulez rejoindre Bangkok ? Passez par Londres... - Gavroche
BIRMANIE - CORONAVIRUS: Tout ce qu'il faut savoir sur la «seconde vague» birmane de Covid-19 - Gavroche
ASIE DU SUD-EST - GÉOPOLITIQUE: A l'épreuve du Covid-19, l'ASEAN cherche toujours sa voie - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Pourquoi le premier groupe de «touristes spéciaux» n'est pas arrivé à Phuket - Gavroche
THAÏLANDE - SOCIÉTÉ: Contre la récession et la Covid, le remède des jours fériés supplémentaires - Gavroche
VIETNAM - CORONAVIRUS: La quarantaine vietnamienne est désormais assouplie - Gavroche
ASIE DU SUD-EST - PANDÉMIE: Le point sur la Covid-19 au 12 octobre - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Le visa «spécial touriste» est en panne avant d'avoir été lancé - Gavroche
LAOS - CORONAVIRUS: Des centaines d'étrangers sans visas coincés au pays du million d'éléphants - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Ils reviennent jeudi 8 octobre......les premiers touristes post Covid ! - Gavroche
INDONÉSIE - CORONAVIRUS: Jokowi, le président qui défend son bilan Covid - Gavroche
BIRMANIE - CORONAVIRUS: Une épidémie non maitrisée, des volontaires débordés - Gavroche
LAOS - CORONAVIRUS: Les vols charters vers Vientiane de nouveau autorisés - Gavroche
ASIE - FRANCE: Kenzo Takada, le créateur qui a imposé l'Asie dans les défilés de mode parisiens - Gavroche
ASIE DU SUD-EST - PANDÉMIE: Le point sur la Covid-19 au 5 octobre - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Les rumeurs sur le retour de Thaksin suspendues par sa contamination au Covid-19 - Gavroche
Dernières Petites Annonces
POLITIQUE THAÏLANDAISE
THAÏLANDE- POLITIQUE: L'Allemagne dans le collimateur des protestataires - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Amnesty International demande la libération des manifestants incarcérés - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Les 26 et 27 octobre, les députés auront deux jours pour dénouer l'impasse - Gavroche
THAÏLANDE - MONARCHIE: Un roi aimé par la population, ce que veut montrer le palais - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Ce que les jeunes thaïlandais ont appris des manifestants de Hong Kong - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Prayut Chan-Ocha, le général qui a le dos au mur - Gavroche
THAÏLANDE - VISITE DU PAPE
JAPON - DIPLOMATIE: Après avoir promu le dialogue à Bangkok, le pape François s'insurge contre le nucléaire à Nagasaki - Gavroche
THAILANDE - RELIGION: Quel bilan pour la visite du pape François ? - Gavroche
THAÏLANDE - RELIGION: Un entretien avec Son Éminence Francis Xavier Cardinal Kriengsak Kovithavanij, évêque de Bangkok - Gavroche Magazine
GAVROCHE HEBDO - EDITORIAL: Face au pape François, une société thaïlandaise en demande de repères - Gavroche
THAÏLANDE - RELIGION: Pourquoi les Thaïlandais n'ont pas été évangélisés - Gavroche
Tourisme
THAÏLANDE - TOURISME: 39 visiteurs chinois à Bangkok inaugurent les nouveaux visas touristiques - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Depuis le 16 octobre, Singapore Airlines dessert à nouveau Bangkok - Gavroche
THAÏLANDE - FESTIVAL : Festival végétarien de Phuket du 16 au 25 octobre. - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Pourquoi le premier groupe de «touristes spéciaux» n'est pas arrivé à Phuket - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Le nouveau visa touristique thaïlandais ne se conjugue pas (encore) en français - Gavroche
Dernières Offres d'Emploi
09/10/2020
Lieu: Phnom Penh
 
 
09/10/2020
Lieu: Bangkok et alentours
 
 
08/10/2020
Lieu: Chiang Mai
 
 
06/10/2020
Lieu: A domicile
 
 
24/09/2020
Lieu: à domicile
 
 
L'actu en Birmanie
BIRMANIE - POLITIQUE: Aung San Suu Kyi empéchée de faire campagne par la Covid 19
BIRMANIE - DÉFENSE: Un sous-marin birman navigue désormais dans l'océan indien
BIRMANIE - POLITIQUE: Voter malgré le virus, l'équation Birmane....comme en France en mars
BIRMANIE - CORONAVIRUS: Tout ce qu'il faut savoir sur la «seconde vague» birmane de Covid-19
BIRMANIE - CORONAVIRUS: Une épidémie non maitrisée, des volontaires débordés
Dernières bonnes adresses
5 stars transactions immobilieres
Thailande / Bangkok Agences Immobilieres
 
ACACIA
Thailand / Bangkok Écoles
 
MONDASSUR
France / - Assurances
 
P'TIBOUTS
THAILANDE / BANGKOK CrÈches
 
VOVAN & ASSOCIÉS
THAÏLANDE / BANGKOK Avocats
 
Rama X, le couronnement
LU AILLEURS: Le roi Rama X en Suisse ... lorsqu'il était enfant - Gavroche
THAÏLANDE: En images, la procession du palanquin royal - Gavroche
THAÏLANDE: Le roi Rama X a été couronné - Gavroche
HISTOIRE: Comprendre la monarchie Thaïlandaise et ses traditions - Gavroche
THAÏLANDE: Le 4 mai 2019, jour du couronnement de S.M le roi Rama X - Gavroche
THAÏLANDE: Le mode d'emploi d'un fastueux couronnement - Gavroche
THAÏLANDE: Le dernier couronnement royal a eu lieu en ... 1950 - Gavroche
THAÏLANDE: Suivez en direct le couronnement du roi Rama X - Gavroche
THAÏLANDE: Les thaïlandais découvrent peu à peu leur nouvelle reine Suthida - gavroche
THAÏLANDE: Bangkok subit un lifting pour le couronnement du roi Rama X - Gavroche
booked.net
Programme Tele TV5
Les Nouvelles du Cambodge
CAMBODGE - FRANCE : Le groupe Vinci achève les travaux de la piste d'atterrissage à Sihanoukville
CAMBODGE - COMMERCE: Modalités de l'accord de libre échange avec la Chine
CAMBODGE - ÉCONOMIE: Le libre-échange avec la Chine, atout ou piège pour le royaume ?
CAMBODGE - INONDATIONS: Plus de 100 000 cambodgiens déplacés par les eaux
CAMBODGE - GÉOPOLITIQUE: Entre Hun Sen, son protecteur chinois et Washington, le torchon brûle
crown-relocations
sds
wrlife
lfib-fev20
yves-joaillier-3
ftcc
oif-fev14