Christian Sorand | Gavroche | 27/11/2019
Tourisme / Actu  

BHOUTAN - DECOUVERTE : entre modernisme et tradition

La force de Gavroche est de raconter, depuis vingt-cinq ans, la Thaïlande et l'Asie sous tous les angles. Nous avons donc plongé dans nos archives pour en exhumer un reportages qui vous donnera envie de découvrir le Bhoutan. Au cœur de l'Himalaya, le petit « royaume du Dragon-Tonnerre » s'est progressivement ouvert au reste du monde. Énorme défi qui n'est pas sans risques. Comment est-il possible de préserver les traditions et un héritage culturel unique en intégrant certaines avancées technologiques ?

  • Le Monastère du Tigre. Christian Sorand (Texte et photos)
  • Le dzong de Thimphu.
  • Des pèlerins déambulent autour d
  • Un archer s
Lancer le diaporama
 

Grand comme la Suisse, avec qui il partage un relief et quelques traits culturels, le petit royaume du Bhoutan est longtemps resté fermé au reste du monde. En 1993, le cinéaste italien Bernardo Bertolucci faisait entrevoir les richesses mystiques et culturelles du pays dans Little Buddha. En 1971 déjà, le Bhoutan devenait officiellement membre de l'ONU et faisait une timide entrée sur la scène internationale. A cette époque, Jigme Dorji Wangchuck, troisième roi du Bhoutan et grand-père de l'actuel souverain, faisait figure de progressiste. On le considère comme le père de la nation moderne. Son fils, Jigme Singye Wangchuck, lui succède en 1974. Il impose la culture nationale, continue les réformes, mais son règne est entaché par des troubles avec les immigrants népalais dont certains fuient, alors que la minorité tibétaine est forcée de prendre la nationalité bhoutanaise. Le drukpa, costume national, est imposé à tous. Le fil du rasoir commence alors : garder son identité culturelle tout en s'ouvrant au reste du monde.

En 2005, Jigme Singye Wangchuck abdique en faveur de son fils aîné Jigme Khesar Namgyei Wangchuck. Les premières élections législatives ont lieu en 2008 et le Bhoutan devient une monarchie parlementaire. Les cérémonies de couronnement de Jigme Khesar Namgyei Wangchuck ont lieu le 6 novembre 2008. La presse internationale couvre alors largement cet événement. Le cinquième roi du Bhoutan n'a que 28 ans et devient ipso facto le plus jeune chef d’État du monde. Le pays entre à nouveau sur la scène internationale le 13 octobre 2011 lorsque le jeune roi épouse une roturière, Jetsun Pema, qui devient la reine du pays du Dragon-Tonnerre (Druk Yul, dans la langue locale). Une ère nouvelle commence. Le nouveau souverain, qui bénéficie d'une cote élevée de popularité, doit faire face aux enjeux du modernisme.

Face cachée<

Des enjeux multiples et courageux, certes. L'école de la démocratie n'est pas aussi simple. Il faut gérer une certaine ouverture touristique sans perdre pour autant ce qui fait le charme culturel et religieux de ce petit État situé au cœur de l'Himalaya dont les impétueux voisins, l'Inde et la Chine, font la Une de la presse internationale.

Alors, on adopte des mesures originales. D'abord, le tabac est purement et simplement interdit. Une politique écologique draconienne vise à favoriser l'écotourisme en préservant les richesses naturelles. L'usage d‘Internet et du téléphone portable progressent. Les jeunes découvrent alors le monde extérieur. On cherche à satisfaire leurs aspirations en leur permettant de vivre dans une ère nouvelle. Quelques concerts sont organisés en plein air, mais programmés pour de jeunes artistes bhoutanais. On autorise la vente des jeans et d'autres articles de la mode occidentale, tout en imposant le port obligatoire du costume national. La vente des voitures augmente aussi mais on essaye de promouvoir la bicyclette. Le père du jeune roi donne l'exemple en se rendant à son bureau à vélo, accompagné d'un seul garde malgré les rues en pente de Thimphu, la capitale.

Le Bhoutan fait aussi figure de précurseur quant aux droits de la femme. Mais l'initiative la plus originale est celle de créer la voie officielle d'un « bonheur national brut », et ce jusqu'à la tribune des Nations Unies à New York !

L'année 2013 apparaît alors comme celle d'un véritable défi sur la scène internationale. Le Bhoutan est devenu l'initiateur d'un mouvement écologique qui cherche le bonheur plutôt que la productivité. Une voie étroite qui n'est pas facile de gérer dans le monde d'aujourd'hui. Le royaume du Dragon-Tonnerre aura tout de même gagné le pari de faire parler de lui comme un petit État proposant une nouvelle voie aux grands de la planète.

Vivre au Bhoutan aujourd'hui

Dès l'arrivée, on ne peut être qu'étonné de voir déambuler les Bhoutanais dans un bien joli costume national aux couleurs vives. L'orange et le rouge sombre dominent. On a alors la curieuse impression de se trouver déjà en plein dépaysement. Même les écoliers se déplacent dans un costume traditionnel aux couleurs de leurs écoles respectives. On se dit alors que cette originalité – même si elle est imposée – a un bien bel effet pour l'œil étranger.

Dans la vallée de Paro, où l'on se pose forcément par avion, l'air est pur. Pas d'usines, pas de pollution. L'environnement est jalousement préservé. Des parcs nationaux ont été créés, on protège les espèces de la faune et de la flore locale. Ainsi en va-t-il du takin, étrange animal, mi-vache mi-chèvre, devenu l'emblème national du royaume.

L'héritage culturel est un autre domaine qui suscite l'attention particulière des autorités. Qui s'en plaindrait ? Car dès l'arrivée, on est aussi tout de suite frappé par l'architecture environnante et surtout par la richesse et les couleurs de toutes les peintures murales ornant les façades. Certaines ont parfois une teneur fortement érotique dans le but de préserver le foyer du mauvais œil.

Les dzong sont une autre particularité architecturale. Bâtisses aux allures de forteresses, ce sont en fait des centres administratifs et religieux qui parsèment le paysage de ces vallées himalayennes. Les ponts couverts sont également une curiosité locale. Une émission télévisée a montré comment le gouvernement contrôlait avec insistance la rénovation d'un de ces ponts de la capitale qui menaçait de s'effondrer. Tout en appliquant l'ingénierie moderne, il fallait respecter à tout prix l'allure traditionnelle du pont comme si il n'avait jamais été refait.

Le Bhoutan a aussi son sport national, le tir à l'arc. C'est un moyen de rencontres sociales plus qu'un sport de combat. D'ailleurs, sur cette terre profondément bouddhiste, il n'est pas question de tuer des animaux avec des flèches. Le tir à l'arc est surtout destiné à entraîner l'attention et la concentration, les épouses jouant elles le rôle de cheerleaders en dansant gracieusement pour encourager les équipes de leurs maris.

Tout cela, on s'en doute bien, constitue un attrait touristique indéniable. Comment alors peut-on réguler un afflux massif de visiteurs étrangers ? Le royaume du Bhoutan a opté pour quelques mesures assez draconiennes à cet égard.

Le seul aéroport d'entrée internationale est celui de Paro. C'est un pilote français qui aurait établi les plans de la piste. Enserré dans une étroite vallée, il faut beaucoup de maîtrise et de précision pour y atterrir ou y décoller, en frôlant presque les crêtes des cimes himalayennes qui entourent la vallée. On ne s'étonnera pas d'apprendre que c'est l'un des aéroports les plus dangereux de la planète ! Seule la compagnie nationale Drukair dessert Paro. Ce n'est peut-être pas un mal, car seuls certains pilotes ont le droit de desservir cet aéroport. Il s'agit là d'un premier filtre technique.

Le deuxième filtre est celui d'une volonté nationale de donner la priorité à l'écotourisme. Les visiteurs sont donc obligés de passer par des agences de voyage spécialisées, seules susceptibles de permettre la délivrance d'un visa de séjour de courte durée et l'achat ensuite d'un billet d'avion aller-retour. Cette mesure s'applique aux groupes comme au voyageur isolé, immédiatement pris en charge dès l'arrivée par un chauffeur et un guide.

Le troisième filtre joue donc en faveur d'un tourisme choisi qui entre dans le cadre d'un double quota. Tout d'abord, celui des règles du séjour obligeant à dépenser un minimum de 250 dollars par jour. Le gouvernement a ensuite établi un quota annuel d'entrées. Évidemment, cela décourage d'emblée les routards et autres voyageurs qui essaiment les autres contrées voisines. Aujourd'hui, les voyageurs les plus nombreux viennent soit des États Unis, soit du Japon.

La politique du royaume à l'ONU

La voix d'un petit Etat tel que le Bhoutan paraît insignifiante à la tribune des Nations Unies. Or, c'est bien pourtant ce qu'a essayé de faire ce tout jeune membre de l'ONU. Aussi étonnant que cela puisse être, le Bhoutan a proposé une voie nouvelle depuis les podiums de New York et de Genève. Les émissaires du royaume offrent l'alternative d'une règle de vie basée sur le rythme d'un bonheur national brut. Il s'agit là d'une approche singulière dont le but est le bien-être économique. Le Bhoutan, qui tente de s'imposer comme modèle, a reçu un soutien de poids en celui du Canada.

Que faut-il entendre par cette formule laconique de « vivre au rythme du bonheur national brut » ? Ce sont en fait des notions déjà évoquées plus haut. La première règle de vie est celle d'être en harmonie avec la nature. A vrai dire, cette règle est déjà inhérente aux religions et aux cultures asiatiques. Il s'agit alors d'en faire une priorité nationale destinée à améliorer le bien-être du citoyen. L'idée est alors d'utiliser les bienfaits de la technologie, mais en gardant jalousement une forte particularité culturelle. Cette idée teintée d'utopie est pourtant celle d'un grand nombre de gens un peu partout aujourd'hui. Qu'en sera-t-il vraiment ? Seul l'avenir le dira. Et si le Bhoutan a réussi à faire germer cette idée, ce sera grâce à son initiative.

Enjeux et risques

Après une prudente entrée sur la scène internationale, le Bhoutan a dû faire face à un lent apprentissage de la démocratie. Bien que peu peuplé, il conserve une relative pauvreté. Le climat et la topographie ne permettent pas une grande diversité agronomique. Malgré les efforts de scolarisation, l'illettrisme campagnard persiste encore. Le pays subit un important exode rural et est confronté à une urbanisation intempestive. Thimphu, la capitale, subit une crise du logement et ce malgré les efforts de construction de nouveaux logements. Le résultat s'affiche dans une hausse des tarifs de location. Des importateurs de marques de voitures étrangères ont ouvert des vitrines luxueuses dans la banlieue de Thimphu. Et puis le pays doit faire face à une immigration népalaise surtout, qui n'a pas toujours été sans problème. Tout ceci montre que le bonheur de tout un peuple n'est pas une tâche facile…

C’est vrai pourtant que les Bhoutanais semblent être un peuple heureux. Ce n'est pas forcément une preuve de bien être général. Certains pays pauvres ne sont-ils pas ceux parfois où la population semble afficher un plus grand bonheur que dans la plupart des nations riches ? Il semble malgré tout – selon certains sondages – que le Bhoutan soit l'une des nations les plus heureuses de la planète. Ce pays bénéficie d'atouts majeurs : une population modeste et un gouvernement progressiste qui fait face aux défis de la différence. C'est en tout cas un fort joli coin de l'Himalaya et il faut souhaiter qu'il réussira à garder ses objectifs et son originalité tout en affichant sa singularité culturelle et politique.

Christian Sorand

A Lire Aussi
THAÏLANDE - ESPAGNE: Le parc d'attraction espagnol le plus populaire est....le parc aquatique de Siam !
CHRONIQUES DE SUKHOTHAI: « Wat Pra Sorn Kaew : mosaïques à tous les étages »
THAÏLANDE - TOURISME: Les cinq parcs nationaux thaïlandais à ne pas rater sont....
THAÏLANDE - TOURISME: SUAN PHEUNG Au coeur de la nature
THAÏLANDE - TOURISME: Escapade à une heure de Bangkok : Phi Suea Samout
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
(2)
JPSIAM 2013-09-06 11:30:02
Money or no Money
A 250 dollars par jour, de dépenses obligatoires, le filtre est assuré. Ce pays est donc impossible à visiter pour des Français moyens. Dommage, mais je les comprends.
Josor 2013-09-05 16:28:14
Le Bhoutan
La description de ce pays donne vraiment envie de le visiter
Retrouvez-nous sur Facebook
Notre lettre d'information

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous

Voir la newsletter du 3/08



Coronavirus
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Le royaume à la mode Covid-19, pas terrible pour les résidents étrangers - Gavroche
LAOS - CORONAVIRUS: Le 31 août, nouvelle date butoir pour les restrictions anti Covid-19 - Gavroche
ASIE DU SUD EST - BELGIQUE: Nouvelles exigences belges pour tous les arrivants dans le pays - Gavroche
BIRMANIE - CORONAVIRUS: Tous les vols internationaux suspendus jusqu'au 31 août - Gavroche
THAÏLANDE - VOLS : Thai Airways volera vers Copenhague les 16 et 30 août - Gavroche
VIETNAM - CORONAVIRUS: Un premier malade vietnamien succombe à la Covid-19 - Gavroche
ASIE - CORONAVIRUS: Les pays occidentaux font fausse route face à la Covid-19 - Gavroche
VIETNAM - CORONAVIRUS: Les autorités vietnamiennes relancent l'alerte Covid-19 - Gavroche
CAMBODGE - CORONAVIRUS: Interdiction des vols en provenance de Malaisie et d'Indonésie à partir du 1er août - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Deux vols spéciaux de Thai Airways vers Francfort en août - Gavroche
LAOS - CORONAVIRUS: Un 20ème cas de contamination signalé, en quarantaine à Vientiane - Gavroche
LAOS - CORONAVIRUS: Les frontières laotiennes restent fermées aux visiteurs étrangers - Gavroche
ASIE DU SUD EST - CORONAVIRUS: Pourquoi cette crise sanitaire peut se transformer en rebond pour l'ASEAN - Gavroche
CAMBODGE - ÉCONOMIE: Les travailleurs journaliers, premières victimes sociales du coronavirus - Gavroche
BIRMANIE - ÉDUCATION: L'Union européenne soutient les écoles birmanes - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Plus qu'une crise, le coronavirus est un choc multi-sectoriel - PUBLI-INFO
BIRMANIE - THAÏLANDE: Le passage frontalier de Mae Sod - Myawaddy ouvert aux marchandises, pas aux personnes - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: 2295 personnes placées sous surveillance Covid-19 sur 7 millions d'entrées depuis janvier - Gavroche
THAÏLANDE - VISAS: C'est fait, les étrangers bloqués en Thaïlande pourront rester jusqu'à la fin septembre - Gavroche
THAÏLANDE - FRANCE: Dans quelle catégorie de voyageurs autorisés - ou non - à entrer dans le royaume êtes-vous ? - Gavroche
Dernières Petites Annonces
POLITIQUE THAÏLANDAISE
THAÏLANDE - POLITIQUE: Bien comprendre les enjeux du remaniement ministériel en Thaïlande - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: La BBC énumère les raisons de la «rébellion» des jeunes thaïlandais - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Un anniversaire royal sur fond de contestations - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Et le nouveau ministre des finances thaïlandais sera... - Gavroche
THAÏLANDE - FRANCE: Une manifestation de soutien à la démocratie a eu lieu le 26 juillet à Paris - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Les contestataires de Rayong refusent de se taire - Gavroche
THAÏLANDE - VISITE DU PAPE
JAPON - DIPLOMATIE: Après avoir promu le dialogue à Bangkok, le pape François s'insurge contre le nucléaire à Nagasaki - Gavroche
THAILANDE - RELIGION: Quel bilan pour la visite du pape François ? - Gavroche
THAÏLANDE - RELIGION: Un entretien avec Son Éminence Francis Xavier Cardinal Kriengsak Kovithavanij, évêque de Bangkok - Gavroche Magazine
GAVROCHE HEBDO - EDITORIAL: Face au pape François, une société thaïlandaise en demande de repères - Gavroche
THAÏLANDE - RELIGION: Pourquoi les Thaïlandais n'ont pas été évangélisés - Gavroche
Tourisme
THAÏLANDE - ESPAGNE: Le parc d'attraction espagnol le plus populaire est....le parc aquatique de Siam ! - Gavroche
CHRONIQUES DE SUKHOTHAI: « Wat Pra Sorn Kaew : mosaïques à tous les étages » - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Les cinq parcs nationaux thaïlandais à ne pas rater sont.... - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: SUAN PHEUNG Au coeur de la nature - Gavroche Magazine
THAÏLANDE - TOURISME: Escapade à une heure de Bangkok : Phi Suea Samout - Gavroche
Dernières Offres d'Emploi
02/08/2020
Lieu: Chiang Mai
 
 
06/07/2020
Lieu:
 
 
11/04/2020
Lieu: à domicile
 
 
08/03/2020
Lieu:
 
 
28/02/2020
Lieu:
 
 
L'actu en Birmanie
BIRMANIE - POLITIQUE: La région autonome Wa, oubliée des futures élections générales ?
BIRMANIE - ÉDUCATION: L'Union européenne soutient les écoles birmanes
BIRMANIE - THAÏLANDE: Le passage frontalier de Mae Sod - Myawaddy ouvert aux marchandises, pas aux personnes
BIRMANIE - PHOTOGRAPHIE: «Myanmar Photos archives», l'exposition virtuelle à ne pas rater
BIRMANIE - DROITS DE L'HOMME: Le conseil des droits de l'homme de l'ONU de nouveau saisi à propos des rohingyas
Dernières bonnes adresses
5 stars transactions immobilieres
Thailande / Bangkok Agences Immobilieres
 
ACACIA
Thailand / Bangkok Écoles
 
MONDASSUR
France / - Assurances
 
P'TIBOUTS
THAILANDE / BANGKOK CrÈches
 
VOVAN & ASSOCIÉS
THAÏLANDE / BANGKOK Avocats
 
Rama X, le couronnement
LU AILLEURS: Le roi Rama X en Suisse ... lorsqu'il était enfant - Gavroche
THAÏLANDE: En images, la procession du palanquin royal - Gavroche
THAÏLANDE: Le roi Rama X a été couronné - Gavroche
HISTOIRE: Comprendre la monarchie Thaïlandaise et ses traditions - Gavroche
THAÏLANDE: Le 4 mai 2019, jour du couronnement de S.M le roi Rama X - Gavroche
THAÏLANDE: Le mode d'emploi d'un fastueux couronnement - Gavroche
THAÏLANDE: Le dernier couronnement royal a eu lieu en ... 1950 - Gavroche
THAÏLANDE: Suivez en direct le couronnement du roi Rama X - Gavroche
THAÏLANDE: Les thaïlandais découvrent peu à peu leur nouvelle reine Suthida - gavroche
THAÏLANDE: Bangkok subit un lifting pour le couronnement du roi Rama X - Gavroche
booked.net
Programme Tele TV5
Les Nouvelles du Cambodge
CAMBODGE - TOURISME: L'avenir balnéaire de Kampot sera privatisé
CAMBODGE - POLITIQUE : Treize millions de «followers» pour la page Facebook du premier ministre Hun Sen
CAMBODGE - CORONAVIRUS: Interdiction des vols en provenance de Malaisie et d'Indonésie à partir du 1er août
CAMBODGE - POLITIQUE: Hun Maneth, le fils de Hun Sen qui s'installe aux commandes du pouvoir
ASIE - CORONAVIRUS: Les personnes non-infectées par la Covid-19 peuvent nous apprendre beaucoup sur ce virus
la-petite-ecole
crown-relocations
sds
mtgp
wrlife
lfib-fev20
yves-joaillier-3
ftcc
oif-fev14