Rédaction | Gavroche | 07/11/2019
Village francophone / Actu  

THAÏLANDE - FRANCE: Exclusif: L'ambassadeur Jacques Lapouge décrypte les relations franco-thaïlandaises

«Nous n’aurions sans doute pas pensé spontanément à ce chiffre de 333 ! » C'est avec humour que l'Ambassadeur de France en Thaïlande, Jacques Lapouge nous raconte, en exclusivité, la genèse de l'année de commémorations franco-thaïlandaise autour de la première ambassade de l'envoyé du Roi Naraï, Kosa Pan, auprès de la cour de Versailles en 1686. Son panorama des relations entres les deux pays est large, ambitieux et prometteur. Un excellent point de départ à un large débat et à une réflexion prospective. La France et la Thaïlande peuvent-elles, en s'appuyant sur ce passé lointain, redonner du tonus à leurs relations bilatérales ? Pour l'Ambassadeur de France, cela ne fait aucun doute !

Gavroche: Vous venez de conclure avec le Ministère thaïlandais des Affaires étrangères un partenariat pour la commémoration des 333 ans de la visite en France de l'ambassadeur Kosa Pan. Une cérémonie de lancement de cette année de commémorations vient d'avoir lieu à Paris le 8 octobre. Pourquoi ce choix ?

Jacques Lapouge: En fait, l’idée vient de la partie thaïlandaise. Nous n’aurions sans doute pas pensé spontanément à ce chiffre de 333 ! Mais c’est une idée que nous avons adoptée avec enthousiasme. L’ambassade de Kosa Pan auprès de la cour de Versailles en 1686 est en effet un événement important de l’histoire, longue, de notre relation bilatérale. Elle marque une rencontre entre civilisations, au moment où le Siam s’ouvrait au monde. La France découvrait une culture riche et complexe, peu connue alors, qui s’était développée entre la Chine et l’Inde. La figure de l’ambassadeur Kosa Pan, est devenue en Thaïlande un personnage historique enseigné dans les écoles. C'est un des tout premiers ambassadeurs de la Thaïlande et il est considéré, de par son professionnalisme et son habileté dans l'accomplissement de la mission que lui avait confiée le roi Naraï, comme un modèle d'inspiration pour les jeunes diplomates thaïlandais d'aujourd'hui !

Quels sont les documents dont nous disposons sur cette visite «fondatrice» ?

Une partie de ses notes a été retrouvée par hasard dans les archives des Missions Étrangères de Paris et le fac-similé du manuscrit fut introduit pour la première fois en Thaïlande dans les années 80. Ce fut une révélation ici alors qu'on croyait son journal disparu avec le saccage d'Ayutthaya. Le récit ne couvre que son séjour à Brest, qui a duré 3 semaines mais on peut y voir un luxe de détails, jusqu'à la composition des menus, qui démontre une vive curiosité et un sens de l'observation qui sont des qualités essentielles pour un diplomate. Cette époque de nos premiers contacts a été de plus largement popularisée en Thaïlande par la série télévisée de la chaîne 3 «Love Destiny» en 2018. C'est même devenu ici un phénomène de société.

Les mois à venir vont voir ainsi un certain nombre d'événements labellisés «Kosa Pan», je ne vais pas y revenir puisque, et je vous en remercie, Gavroche en a présenté les grandes lignes à ses lecteurs. Je veux juste souligner qu’au-delà des manifestations culturelles, nos deux pays ont voulu marquer ces commémorations par la signature d’un accord de coopération entre nos agences nationales de développement, l'Agence française de développement et l'agence thaïlandaise TICA. Notre ambition commune avec nos collègues thaïlandais est que cette célébration du 333ème anniversaire de l'ambassade de Kosa Pan en France suscite un regain d'intérêt parmi le grand public, les chercheurs et surtout les jeunes pour l'histoire croisée de nos deux pays et sur cette base, envisager de nouveaux projets pour l'avenir.

En général, les Ambassadeurs mettent l'accent sur la diplomatie économique. Croyez-vous tout autant dans la diplomatie culturelle ?

Oui naturellement ! La France est en tête du classement des nations les plus influentes au monde en matière de « soft power » . Cela démontre sa capacité d'influence et de persuasion sur la scène internationale, celle des acteurs politiques, économiques et bien sûr culturels. C’est d’autant plus vrai que la diplomatie est, désormais, une diplomatie globale. Il n’y a pas, séparées par des compartiments étanches, l’action économique, l’action culturelle, l’action scientifique et la grande diplomatie. Tout concourt à la diplomatie qui est la présence de la France à l’extérieur. Mon rôle est d’accompagner, de rendre plus efficace et visible notre action dans tous ces domaines.

Cet accompagnement prend quelles formes ?

Vous le savez, la culture et l’ingénierie culturelle française jouissent en Thaïlande d’une excellente réputation. L’offre est dense, pluridisciplinaire et toujours originale. Elle porte aussi bien sur des projets de diffusion que de coopération avec la scène artistique locale. Nous nous attachons à mêler les expressions et mélanger les publics. C’est pourquoi nous organisons de nombreux ateliers de co-création, nous sommes présents dans les grands festivals comme bientôt « Unfolding Kafka » ou « Wonderfruit », avec une nouvelle opération Galleries night en 2020, tout en veillant à enrichir la programmation de l’Alliance française, qui est le navire amiral de notre diplomatie culturelle.

La Thaïlande est de plus en plus présentée comme un pays confronté à des difficultés économiques. La communauté française se plaint du baht trop fort. Qu'en dites-vous ?

C’est aujourd’hui la situation économique mondiale qui inquiète, en raison des tensions sur le commerce international et du ralentissement de la croissance chinoise. La Thaïlande étant un pays très intégré dans les chaines de valeur mondiales, elle souffre de cette situation, avec notamment un fort ralentissement de la croissance de ses exportations. Cependant il faut relativiser ces difficultés, nous sommes loin de la situation de 1997.

L’appréciation du baht, si elle est problématique pour les résidents français dont les revenus sont en euros, est plutôt un signe de force de l’économie thaïlandaise. Le baht sert de valeur refuge pour des investisseurs internationaux en quête de stabilité. Le baht fort permet également aux groupes thaïlandais de continuer à investir à l’étranger, la France faisant partie de leurs objectifs, avec par exemple PTT GC, Indorama, Thai Union, ou encore Double A.

Un pays solide, donc ?

Les défis économiques auxquels est confrontée la Thaïlande sont davantage à long terme. Elle doit faire face à un vieillissement rapide de sa population et veiller à maintenir sa compétitivité. Le virage voulu par l'actuel gouvernement vers une économie à plus forte valeur ajoutée et des investissements massifs dans les infrastructures intéresse de près les entreprises françaises, qui ont manifesté leur intérêt pour ces projets.

En termes de partenariat économique franco-thaïlandais, où sont les bonnes nouvelles ?

L’expertise française dans les secteurs de pointe est reconnue en Thaïlande. Je tiens particulièrement à signaler l’implication de nos entreprises dans le développement durable, avec l’usine de bioplastiques de Total, en partenariat avec Corbion, que j’ai inaugurée très récemment, les projets de Suez dans le recyclage des plastiques ou la production d’énergie à partir de déchets. Mais également des PME françaises qui réussissent à nouer des partenariats avec des grands groupes thaïlandais, comme Ciel et Terre avec Siam Cement Group sur le solaire flottant.

L’ambassade suit également de près les grands contrats d’infrastructures publics, pour lesquels les entreprises françaises réussissent à se placer, que ce soit dans l’ingénierie ou la fourniture de matériels, dans le ferroviaire et bien sûr l’aéronautique avec les projets d’Airbus. Le développement de l’Eastern Economic Corridor représente de nombreuses opportunités de partenariats entre les entreprises françaises et thaïlandaises, c’est le sens de la visite qu’y avait effectuée une délégation du MEDEF International en janvier 2019. Je dois enfin signaler l’important contrat remporté par Thalès/Gemalto pour la fourniture des passeports thaïlandais dans les sept prochaines années.

La France, vue de Thaïlande, a-t-elle une politique régionale pour l'Asie du sud-est ?

La France a récemment élaboré une stratégie intitulée « vers un espace asiatique indopacifique inclusif », espace où elle est très présente, notamment via les territoires d’outre-mer dans les océans indien et pacifique. L’Asie-Océanie rassemble plus de 1,5 million de citoyens français résidents, environ 150.000 ressortissants expatriés, plus de 7.000 filiales d’entreprises implantées et 8.000 militaires en mission.

Cette stratégie met l’accent sur le rôle central de l’Association des nations de l'Asie du sud est (ASEAN) dont l’attachement à un ordre international fondé sur le droit, à la libre circulation, au libre-échange et à un multilatéralisme juste et équitable répond pleinement à nos préoccupations. La France est d’ailleurs le premier pays de l’UE à avoir signé le traité d’amitié et de coopération (TAC) de l’ASEAN. Le Président de la République a affirmé avec force lors de la conférence des ambassadeurs que la France devait jouer un rôle de « puissance d’équilibre » en Asie. Dans cet esprit, la France ambitionne d’obtenir le statut d’observateur au sein du forum élargi des ministres de la défense de l’ASEAN (ADMM+).

Concrètement, ce partenariat avec l'Asean produit des résultats ?

Sur le plan économique, l’ASEAN demeure une des zones les plus dynamiques du monde en termes de croissance et la France doit donc développer davantage ses parts de marché, qui sont en-deçà de leur potentiel. Sur le plan du développement, enfin, nous avons déposé notre candidature pour devenir, à l’instar de l’Allemagne, un partenaire de développement de l’ASEAN, en apportant notre expertise technique, notamment avec le concours de l’Agence Française de Développement (AFD). Enfin, notre approche de l’Asie du Sud-Est prend en compte la dimension européenne : la France œuvre en faveur d’un agenda eurasiatique qui permette une meilleure convergence entre l’initiative chinoise des nouvelles routes de la soie et la stratégie européenne de connectivité.

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici

A Lire Aussi
THAÏLANDE - IMMIGRATION: Ce que les retraités français doivent savoir, selon la député Anne Genetet
ASIE - FRANCE: L'huile de palme asiatique provoque une crise politique française
KOH SAMUI - NOYADE : un touriste français meurt en prenant un selfie au bord d’une chute d’eau
THAILANDE - IMMIGRATION: Visa, assurance santé, obligations des résidents: l'Ambassade répond point par point
CHINE - FRANCE: Visitez le Centre Pompidou de Shanghai avec Emmanuel Macron !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
(6)
Marcel 2019-11-15 00:00:00
Vehicules
Ohhh... mais pourquoi aucune marque automobile, vélo, bateau...et hors bord, voilier de marque Fr en Thaïlande....sur taxe des produit Européen!! Bon appelons un chat un chat..
Raymond B 2019-11-07 06:47:10
Vive la France
Fiers d'être français
JPSIAM 2019-11-07 02:16:07
Et dans tout cela l'HUMAIN?
Jamais une seule fois, il a été évoqué les relations humaines et les problèmes soulevés entre les Français résidents ici dans le pays et l'administration Thaïlandaise.
Patrice 2019-10-21 00:00:00
France-Thailande.
Je confirme. J'en ai fait moi-même l’expérience à titre personnel. La Société des Missions Étrangères n'est pas suffisamment connue. Pourtant elle existe, à Paris, 7 rue du Bac, et à Bangkok, près de Silom. J'ai un regret: que l'on ai pas songé, en France, en 1949, à réunir la Thaïlande et le Laos; les deux familles régnantes se connaissent et parlent français. Une occasion manquée.
Michel M 2019-10-16 13:55:47
Et le sport
La lecture de cette interview démontre un certain dynamisme des français. Une activité économique que nous oublions de mettre en avant c'est le sport... Nous avons des compétences incroyables en France qui pourrait être exportées ici en Thaïlande.
Jean M 2019-10-16 13:52:44
...
Bravo
Retrouvez-nous sur Facebook
Notre lettre d'information

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous

Voir la newsletter du 18/11



THAÏLANDE - VISITE DU PAPE
THAÏLANDE - RELIGION: A Bangkok, le pape François se déplacera dans cette «papamobile» - Gavroche
THAÏLANDE - VISITE DU PAPE : Gavroche vous raconte les Missions Étrangères de Paris - Gavroche Magazine
THAILANDE - RELIGION: Avant la visite du pape François, celle de l'Abbé de Choisy en 1685... - Gavroche
THAÏLANDE - ÉGLISE: Ces prêtres missionnaires qui accueilleront le pape François - Gavroche
THAÏLANDE - RELIGION: Nos articles exclusifs sur le voyage du pape à Bangkok - Gavroche
GAVROCHE HEBDO - EDITORIAL: Face au pape François, une société thaïlandaise en demande de repères - Gavroche
THAILANDE - RELIGION: En novembre, la paroisse francophone de Bangkok célébrera la visite du pape - Gavroche
THAÏLANDE - DIPLOMATIE: Le pape François visitera le royaume du 20 au 23 novembre - Gavroche
Rama X, le couronnement
LU AILLEURS: Le roi Rama X en Suisse ... lorsqu'il était enfant - Gavroche
THAÏLANDE: En images, la procession du palanquin royal - Gavroche
THAÏLANDE: Le roi Rama X a été couronné - Gavroche
HISTOIRE: Comprendre la monarchie Thaïlandaise et ses traditions - Gavroche
THAÏLANDE: Le 4 mai 2019, jour du couronnement de S.M le roi Rama X - Gavroche
THAÏLANDE: Le mode d'emploi d'un fastueux couronnement - Gavroche
THAÏLANDE: Le dernier couronnement royal a eu lieu en ... 1950 - Gavroche
THAÏLANDE: Suivez en direct le couronnement du roi Rama X - Gavroche
THAÏLANDE: Les thaïlandais découvrent peu à peu leur nouvelle reine Suthida - gavroche
THAÏLANDE: Bangkok subit un lifting pour le couronnement du roi Rama X - Gavroche
Elections thaïlandaises 2019
THAILANDE: La député Pannika Wanich, nouvelle cible des autorités pour «lèse majesté» - Gavroche
COMMENTAIRE: En Thaïlande, l'armée fait désormais face à la jeunesse - Gavroche
THAÏLANDE: Prayuth Chan-Ocha reste aux commandes du nouveau gouvernement - Gavroche
THAÏLANDE: Le premier ministre Prayuth bien parti pour demeurer au pouvoir - Gavroche
THAÏLANDE: Le parti démocrate rejoint la coalition proposée par les militaires - Gavroche
THAÏLANDE: Le roi Rama X insiste sur la stabilité nationale devant le parlement élu en mars - Gavroche
Tourisme
THAILANDE - TOURISME: L'Angkor thaïlandais se nomme Prasat Phanom Rung - Gavroche
PHUKET - TRADITION: Le festival végétarien, une sacrée histoire chinoise - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: A l'UNESCO, Suphanburi et Nan ont perdu la partie - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Bangkok et Sukhothai sont des villes «créatives» selon l'UNESCO - Rédaction
THAILANDE - TOURISME: Envoyez-nous vos photos de «Loy Krathong» ! - Gavroche
La bibliothèque de Gavroche
Dernières Petites Annonces
Dernières Offres d'Emploi
20/10/2019
Lieu: Bangkok/Sukhumvit
 
 
18/10/2019
Lieu:
 
 
15/10/2019
Lieu: Phuket
 
 
19/09/2019
Lieu: Bangkok et Hanoi
 
 
07/09/2019
Lieu: N'importe ou
 
 
Dernières bonnes adresses
5 stars transactions immobilieres
Thailande / Bangkok Agences Immobilieres
 
ACACIA
Thailand / Bangkok Écoles
 
MONDASSUR
France / - Assurances
 
P'TIBOUTS
THAILANDE / BANGKOK CrÈches
 
CENTURY 21 Sweet Home
Thailand / Bangkok Agences Immobilieres
 
booked.net
Programme Tele TV5
Conseils aux Expatriés
Thaïlande : Mieux vaut-il louer ou acheter lorsque l’on est expatrié ?>>
IMPORT / EXPORT : quelle fiscalité pour les sociétés thaïlandaises ?>>
Vivre à l’étranger en tant qu’expatrié peut-il avoir un impact sur votre régime matrimonial ?>>
Publication en ligne : un guide indispensable pour investir en Birmanie>>
Imposition des expatriés en Thaïlande : quelles règles ?>>
crown-relocations
wrlife
yves-joaillier-3
ftcc
oif-fev14