Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Accueil BIRMANIE – JOURNALISTE : Un journaliste birman interpellé  dans une ville frontalière entre la Birmanie et la Thaïlande

BIRMANIE – JOURNALISTE : Un journaliste birman interpellé  dans une ville frontalière entre la Birmanie et la Thaïlande

Journaliste : Rédaction Date de publication : 03/04/2022
0

journaliste Birmanie

 

Un journaliste basé à Myawaddy serait détenu pour avoir diffusé de “fausses informations” après avoir fait état de combats le long de la route asiatique dans l’État Karen.

 

Un journaliste indépendant basé à Myawaddy, dans l’État Karen – de l’autre côté de la frontière avec la Thaïlande – a été accusé d’avoir violé la section 505a du code pénal pour incitation, selon un ami de la famille.

 

Bien que la raison de son arrestation n’ait pas été confirmée, la source a déclaré que Nay Naw, également connu sous le nom de Myo Naung Naung Zaw, a été accusé d’incitation après un reportage publié le 27 mars sur les médias sociaux.

 

Il y écrivait que deux camions avaient été la cible de tirs et d’incendies près de la cascade de Taw Naw, le long du tronçon de l’autoroute asiatique qui relie Myawaddy à Kawkareik, et notait que de “graves combats” avaient lieu dans la région entre l’armée birmane et les forces de résistance.

 

Nay Naw se serait rendu au poste de police de Myawaddy lundi 28 mars, après avoir été convoqué deux fois, et aurait été placé en détention par la junte.

 

On ignore où il était détenu au moment de la rédaction du présent rapport. Sa famille n’a pas été autorisée à le voir.

 

Nan Paw Gay, rédacteur en chef de l’agence de presse KIC, basée dans l’État Karen, a déclaré que Nay Naw travaillait en tant que pigiste mais contribuait à KIC.

 

“Nous avons seulement vu que tous les reportages qu’il nous envoyait étaient basés sur des faits. Il fondait toujours ses reportages sur des preuves. Il n’accusait personne de quoi que ce soit sans preuve”, a-t-elle déclaré.

 

Au total, 115 journalistes ont été arrêtés par le conseil militaire depuis le coup d’État de février 2021, et 39 étaient toujours en détention au moment de la rédaction du présent rapport, selon les données compilées par les journalistes. Trois professionnels des médias sont morts lors d’interrogatoires ou de combats.

 

Selon le Comité pour la protection des journalistes, basé à New York, la Birmanie compte plus de journalistes détenus que tout autre pays au monde, à l’exception de la Chine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus