Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Accueil Un tableau de bord réalisé avec l’aide des «Brèves de l’Asean» – Le produit intérieur brut de Singapour s’est contracté de 7,0% au T3 en glissement annuel, après une chute de 13,2% au T2. Grace à la reprise de l’activité économique, le PIB rebondit de 7,9% au T3 par rapport au trimestre précédent d’après les estimations préliminaires du ministère du Commerce et de l’Industrie, qui maintient ses prévisions annuelles de croissance entre -5% et -7%. – Singapour et Hong Kong vont ouvrir une « bulle de voyage ». Alors que la pandémie semble maitrisée dans les deux villes, cette mesure permettra aux voyageurs de se rendre d’une ville à l’autre sans avoir à effectuer de quarantaine ou de suivre d’autres mesures restrictives que de se soumettre à un test COVID-19. – L’Autorité Monétaire de Singapour (MAS) va prolonger sa politique de soutien des entreprises. Ce prolongement de 6 mois, du 1er avril au 30 décembre 2021, permettra de fournir un financement en monnaie locale à un taux d’intérêt de 0,1% par an pendant une durée de deux ans aux institutions éligibles via le programme de prêts relais temporaires. – Singapour lance son premier institut spécialisé sur la finance verte, qui aura pour mission de conduire des recherches et de former des experts en finance verte. Le centre pourra compter sur l’expertise de deux institutions académiques de renom (Imperial College Business School et Lee Kong Chiang School of Business) en science climatique, économie financière et investissement durable. Le centre, soutenu par l’autorité monétaire de Singapour (MAS) et 9 partenaires du secteur privé, permettra aux institutions financières, aux groupes privés et aux décideurs politiques d’améliorer leur gestion des risques environnementaux et de développer des solutions financières protectrice de l’environnement.

Un tableau de bord réalisé avec l’aide des «Brèves de l’Asean» – Le produit intérieur brut de Singapour s’est contracté de 7,0% au T3 en glissement annuel, après une chute de 13,2% au T2. Grace à la reprise de l’activité économique, le PIB rebondit de 7,9% au T3 par rapport au trimestre précédent d’après les estimations préliminaires du ministère du Commerce et de l’Industrie, qui maintient ses prévisions annuelles de croissance entre -5% et -7%. – Singapour et Hong Kong vont ouvrir une « bulle de voyage ». Alors que la pandémie semble maitrisée dans les deux villes, cette mesure permettra aux voyageurs de se rendre d’une ville à l’autre sans avoir à effectuer de quarantaine ou de suivre d’autres mesures restrictives que de se soumettre à un test COVID-19. – L’Autorité Monétaire de Singapour (MAS) va prolonger sa politique de soutien des entreprises. Ce prolongement de 6 mois, du 1er avril au 30 décembre 2021, permettra de fournir un financement en monnaie locale à un taux d’intérêt de 0,1% par an pendant une durée de deux ans aux institutions éligibles via le programme de prêts relais temporaires. – Singapour lance son premier institut spécialisé sur la finance verte, qui aura pour mission de conduire des recherches et de former des experts en finance verte. Le centre pourra compter sur l’expertise de deux institutions académiques de renom (Imperial College Business School et Lee Kong Chiang School of Business) en science climatique, économie financière et investissement durable. Le centre, soutenu par l’autorité monétaire de Singapour (MAS) et 9 partenaires du secteur privé, permettra aux institutions financières, aux groupes privés et aux décideurs politiques d’améliorer leur gestion des risques environnementaux et de développer des solutions financières protectrice de l’environnement.

Journaliste : Redaction
La source : Gavroche
Date de publication : 18/10/2020
0

“Mon père m’a appris que critiquer notre roi était un péché. Un tabou.” Cette remarque est commune, en Thaïlande, à de nombreux manifestants engagés dans le mouvement pro-démocratie qui touche pour l’heure surtout la jeunesse étudiante des grandes villes. Seulement voilà: désormais, ces jeunes défient ouvertement les avertissements de leurs parents. Comment ses familles divisées vivent la tourmente actuelle ? Enquête.

 

Leurs parents sont souvent issus de la classe moyenne supérieure. Ils ont beaucoup voyagé. Leurs enfants ont parfois quitté le domicile familial pour co-louer une chambre proche de l’université où ils étudient. Et chaque fois que la famille se retrouve, ils évitent de parler d’un sujet : la monarchie.

 

“Si nous en parlons, nous nous disputerons et cela gâchera notre journée” dit l’un d’entre eux, dont le père est…colonel de police.

 

Le roi est intouchable

 

“Une fois, nous nous sommes disputés dans notre voiture après avoir critiqué le roi. Pour mon père, le roi est intouchable. J’ai demandé pourquoi. Il m’a dit que je suis trop jeune pour comprendre. Il s’est mis très en colère, puis il s’est tu et n’a pas voulu me parler.”

 

Des désaccords comme celui-ci sur le rôle d’une institution au statut sacro-saint en Thaïlande se jouent dans les foyers – dans les villes et dans les campagnes – dans tout le pays.

 

Lorsqu’une étudiante de la ville de Chiang Mai, dans le nord du pays, a révélé sur Facebook en septembre que son père voulait la poursuivre en justice à cause de ses opinions anti-monarchiques, il a répondu en postant qu’elle n’était plus autorisée à utiliser son nom de famille.

 

Le rôle de l’internet et des réseaux sociaux

 

“Dans la société thaïlandaise, il y a des groupes de personnes intransigeantes qui sont anti-royalistes. L’internet et les médias sociaux ne cessent également de diffuser des informations trompeuses et des fausses nouvelles. Les jeunes absorbent rapidement sans filtrer” affirme un père, outré du comportement de sa fille de 21 ans, admiratrice de Panusaya, l’une des égéries de la contestation, aujourd’hui en détention.

 

Dès leur naissance, les thaïlandais apprennent à vénérer et à aimer leur roi, mais aussi à craindre les conséquences d’une dénonciation. Le pays du sourire est l’un des rares pays à disposer d’une loi sur la lèse majesté. Cela signifie que critiquer le roi, la reine ou l’héritier du trône est illégal – et quiconque le fait peut être emprisonné jusqu’à 15 ans.

 

Transparence de la monarchie

 

Les manifestants exigent des restrictions sur les pouvoirs et les finances presque illimités du roi. Ces demandes peuvent sembler anodines aux yeux des habitants d’autres régions du monde, mais en Thaïlande, personne n’a jamais publiquement contesté la monarchie dans l’histoire moderne.

 

Ce choc des générations aurait été impensable il y a encore quelques années. Mais le couronnement du nouveau monarque, le roi Maha Vajiralongkorn – Rama X pour son nom dynastique – a tout changé.

 

En revanche, le défunt roi Rama IX était considéré par beaucoup comme semi-divin.

 

“Mon père est aveuglé par son amour pour la monarchie. Lui parler, c’est comme parler à un mur. Il ne veut pas écouter. Pour l’instant, la seule chose que je veux de mon père, c’est qu’il soit ouvert d’esprit sur ce sujet, comme il l’est normalement pour toute autre question.” explique un autre étudiant. Ses parents, comme dans de nombreuses familles, pensent que les protestations en cours finiront par échouer. “Ma mère pense que la réforme de la monarchie est quelque chose d’hors de portée et que les manifestants ne peuvent pas y arriver”

 

Leurs points de vue opposés sur le roi reflète un fossé générationnel grandissant, emblématique de la société thaïlandaise.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus