Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Accueil ASIE – EUROPE : Que penser Du récent sommet Asem 13 ?

ASIE – EUROPE : Que penser Du récent sommet Asem 13 ?

Journaliste : Dr Ioan Voicu
La source : Gavroche
Date de publication : 19/12/2021
0

13e sommet de l'ASEM

 

En date du 28 novembre 2021, Gavroche a déjà informé ses lecteurs que « Dans l’indifférence, le sommet de l’ASEM s’achève en ligne sous présidence cambodgienne ». Nous avons aussi recommandé le lien vers le texte intégral de la  Déclaration du Président sur le 13e Sommet de l’ASEM « Renforcer le multilatéralisme pour une croissance partagée ». Notre analyste Ioan Voicu revient sur cet événement diplomatique et de coopération plus en détails.

 

Une coopération prometteuse

 

Cette année marque le 25e anniversaire de l’ASEM qui mérite une attention particulière du public. Pour des raisons d’espace, les pages suivantes se limiteront à mettre en évidence quelques questions subjectivement sélectionnées, mais très actuelles, reflétées dans cet important document diplomatique,la Déclaration mentionnée ci-dessus, appartenant à la sphère d’un coopération interrégionale prometteuse.

 

La Déclaration contient 51 paragraphes et sa mise en œuvre devrait être d’ores et déjà à l’ordre du jour des 53 membres de l’ASEM : 30 pays européens, 21 pays de l’espace Asie et Pacifique et deux organisations régionales prestigieuses : l’ASEAN et l’Union européenne. L’ASEM est le plus grand rassemblement international de dirigeants après l’Assemblée générale des Nations Unies.

 

Dès le début, la Déclaration informe que sous le thème « Renforcer le multilatéralisme pour une croissance partagée », les dirigeants ont réaffirmé l’importance du partenariat entre l’Asie et l’Europe pour renforcer le dialogue et favoriser une coopération orientée vers l’action, basée sur le consensus, un partenariat égal, le respect mutuel et des avantages mutuels pour faire progresser un multilatéralisme solide, inclusif et ouvert, capable de résoudre les problèmes mondiaux et régionaux, en particulier la pandémie de COVID-19.

 

Les dirigeants ont noté avec satisfaction, entre autres, les résultats de la réunion ministérielle de l’ASEM sur l’éducation (15-16 mai 2019, Bucarest) et ont spécifiquement évoqué l’importance de la collaboration et des échanges entre les partenaires de l’ASEM dans le processus d’éducation de l’ASEM, coordonné par l’ASEM Education Secrétariat.

 

Dans ce contexte, ils ont reconnu le rôle important de la Stratégie d’éducation de l’ASEM 2030 qui sera présentée aux ministres de l’Éducation de l’ASEM lors de l’ASEMME 8 qui se tiendra en Thaïlande en décembre 2021. Ils ont salué l’atelier virtuel de l’ASEM sur la mobilité des jeunes apprenants dans un Agile World organisé par la Thaïlande les 23 et 24 septembre 2021, et attend avec impatience de faire avancer la coopération ASEM dans ce domaine.

 

Des idées intéressantes ont été exprimées par les dirigeants sur les politiques clés qui sous-tendent le lien entre l’eau, l’énergie, la sécurité alimentaire et les écosystèmes. Les dirigeants sont restés convaincus que la coopération bi-régionale entre les régions du Danube et du Mékong présente un modèle qui peut transformer les défis partagés des impacts transfrontaliers de la gestion des ressources en eau en opportunités de coopération internationale vers une croissance et un développement durables et inclusifs. À cet égard, les dirigeants ont encouragé à tirer davantage parti du dialogue sur le développement durable de l’ASEM.

 

Faire face aux problèmes mondiaux

 

Les problèmes mondiaux sont bien reflétés dans la Déclaration de l’ASEM 13. Comme il est directement lié à l’objectif de promotion du multilatéralisme, il est tout à fait naturel que les dirigeants se soient félicités du rôle des Nations Unies (ONU) et de ses agences spécialisées ainsi que du G20 dans la promotion d’efforts internationaux coordonnés et collaboratifs pour relever les défis mondiaux, y compris COVID. -19 et la reprise post-pandémie, en réalisant et en promouvant une reprise durable, inclusive et résiliente en vue de la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

 

Il est important de noter que les dirigeants ont souligné le besoin urgent de maintenir l’ordre international fondé sur les règles et les principes du droit international avec les Nations Unies en son cœur afin de relever les défis mondiaux et régionaux.

 

Cependant, les lecteurs de ce document diplomatique remarqueront qu’un engagement spécifique sur l’ONU formulé dans la déclaration similaire adoptée par l’ASEM 1 à Bangkok en mars 1996 est absent des documents de l’ASEM 13, malgré le fait que l’ONU soit mentionnée quatre fois.

 

A ce propos, il convient de rappeler qu’en 1996 « l’ASEM a donné son accord à l’ouverture d’un dialogue entre les représentants des nations participantes de l’ASEM à New York pour examiner la question vitale de la réforme de l’ONU ». L’absence de cet engagement peut avoir  un impact indésirable sur les efforts collectifs des pays de l’ASEM pour promouvoir un multilatéralisme plus efficace.

 

Une autre absence dans tous les documents émis à la fin de l’ASEM 13 est liée à la valeur de solidarité qui n’est mentionnée  dans aucun des documents finaux. À cet égard, il est pertinent de rappeler qu’en 2000 tous les pays de l’ASEM  ont participé à l’adoption par consensus du document final de la CNUCED X intitulé Déclaration de Bangkok : Dialogue mondial et engagement dynamique. Cette déclaration diplomatique dit entre autres que : « La solidarité et un sens aigu de la responsabilité morale doivent être le fil conducteur de la politique nationale et internationale. Ce ne sont pas seulement des impératifs éthiques, mais aussi des conditions préalables à un monde prospère, pacifique et sûr basé sur un véritable partenariat. Un tel partenariat nécessite des arrangements institutionnels plus inclusifs, transparents et participatifs pour la prise de décision économique internationale afin de garantir que les avantages de la mondialisation soient accessibles à tous sur une base équitable ».

 

Conclusion pleinement valable

 

Cette conclusion est pleinement valable aujourd’hui, au cours d’une période caractérisée par des vulnérabilités mondiales, des perplexités et des discontinuités affectant la coopération entre les pays de l’ASEM. En effet, comment mettre en œuvre la Déclaration de Phnom Penh sur le redressement socio-économique après la pandémie de COVID-19 sans un véritable esprit de solidarité entre tous les acteurs de l’ASEM ? À cet égard, la doctrine des Nations Unies sur la solidarité doit jouer un rôle de premier plan dans tous les processus diplomatiques aux niveaux régional, interrégional et mondial.

 

Le 30 novembre, après l’ASEM 13, le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a déclaré : « Nous avons besoin d’un saut quantique (quantum leap) dans l’unité et la solidarité pour prendre des décisions collectives sur les défis mondiaux auxquels nous sommes confrontés, de la crise climatique à notre guerre suicidaire contre la nature, insoutenable, les niveaux d’inégalité et le développement incontrôlé de nouvelles technologies ».

 

Position de l’ ASEAN

 

Actuellement, la Thaïlande sert de coordinateur du groupe ASEAN au sein du processus ASEM. Le Premier ministre thaïlandais, le général Prayut Chan-o-cha (à la retraite) a assisté au 13e sommet de l’ASEM et a prononcé quatre déclarations, dont un communiqué de presse conjoint prononcé au nom du groupe de l’ASEAN.

 

Il a souligné l’importance de renforcer le multilatéralisme pour relever les défis mondiaux, rétablir l’équilibre de toutes choses, afin de relancer l’économie et de générer une croissance durable et verte. En outre, il a souligné l’importance de la coopération Asie-Europe dans la promotion des startups, de la finance verte, de l’éducation et de l’adaptation à l’ère Next Normal.

 

Une des réunions multilatérales les plus importantes

 

Pour résumer une conclusion d’un point de vue européen, nous nous joignons à Charles Michel, Président du Conseil européen depuis 2019, qui à l’issue de l’ASEM 13 a déclaré :

 

“Le sommet de cette année a été l’une des réunions multilatérales les plus importantes de 2021. Nous avons discuté de la manière de stimuler la reprise socio-économique post-pandémique, d’assurer une transformation verte et de renforcer la coopération sur les politiques étrangères et de sécurité”.

 

Le même intervenant a rappelé que l’Europe et l’Asie-Pacifique ont de nombreux défis communs, mais ont également de nombreux objectifs communs : protéger la santé de leurs citoyens, assurer leur bien-être et reconstruire leurs économies de manière durable. La région Indo-Pacifique est de plus en plus importante pour l’UE qui est déjà un investisseur de premier plan dans cette région, ainsi qu’un partenaire commercial et de coopération au développement de premier plan dans cette région. Les Européens ont décidé de renforcer leur orientation stratégique et leurs actions avec la région, et la nouvelle stratégie de l’UE pour la coopération avec l’Indo-Pacifique envoie un signal fort.

 

Espérons, enfin, que l’ASEM 14, prévue en Europe en 2023, soit un face-à-face diplomatique qui dressera un bilan positif du processus de mise en œuvre des engagements pris par l’ASEM 13 au Cambodge.

 

Le Dr Ioan Voicu a été professeur invité à l’Université de l’Assomption à Bangkok (2000-2019).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus