Home Accueil ASIE – FRANCOPHONIE : Quelle langue, pour se faire comprendre aux Nations Unies ?

ASIE – FRANCOPHONIE : Quelle langue, pour se faire comprendre aux Nations Unies ?

Journaliste : Dr Ioan Voicu Date de publication : 19/09/2022
0

OIF Nations Unies

 

 

Certaines questions ne trouvent pas facilement réponse. C’est le cas de l’interrogation défendue ici par notre ami et chroniqueur Ioan Voicu, expert es diplomatique après avoir été ambassadeur de Roumanie en Thaïlande. Comment se faire comprendre aux Nations Unies ? Le multilinguisme a-t-il un avenir ? A la veille de l’Assemblée générale de l’ONU, nous ouvrons le débat.

 

Le multilinguisme et les Nations Unies

 

Par Ioan Voicu

 

Les travaux de la 77e session de l’Assemblée générale des Nations Unies sont en cours. Il s’agit du plus grand événement diplomatique de l’année, avec la participation active et constructive des 88 pays membres de la Francophonie parmi les 193 États membres de l’ONU.

 

Il est tout naturel d’attendre des États de la Francophonie qu’ils se prononcent, parmi tant d’autres, en faveur de la mise en œuvre de la résolution sur le multilinguisme adoptée par consensus par l’organisation mondiale et diffusée à travers le monde par le Secrétariat de l’ONU le 21 juin 2022.

 

La francophonie désigne des hommes et des femmes qui partagent une langue commune : le français. Il y a près d’un milliard de francophones sur les cinq continents.

 

Les lecteurs du Gavroche ont toutes les raisons de s’intéresser au contenu de cette résolution, que nous analyserons brièvement ci-dessous.

 

Mais d’abord quel est le sens institutionnel de la Francophonie ?

 

La Francophonie est une institution vouée depuis 1970 à la promotion de la langue française et à la coopération politique, éducative, économique et culturelle entre les 88 pays membres de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Les pays asiatiques membres de l’OIF sont : le Cambodge, le Laos , Vietnam.

 

La résolution sur le multilinguisme compte 13 pages dont un long préambule et 97 paragraphes opérationnels. Par conséquent, notre analyse doit se limiter aux dimensions de cet article.

 

Cadre conceptuel

 

De la partie du préambule consacrée au cadre conceptuel du multilinguisme, nous apprenons qu’il s’agit d’un catalyseur de la diplomatie multilatérale et qu’il contribue à la promotion des valeurs des Nations Unies, ainsi qu’à la foi de nos peuples dans les buts et principes consacrés par sa Charte. Il est rappelé que l’arabe, le chinois, l’anglais, le français, le russe et l’espagnol sont à la fois les langues officielles et les langues de travail de l’Assemblée générale, y compris ses commissions et sous-commissions, et du Conseil de sécurité.

 

Le dispositif de la résolution commence par souligner l’importance primordiale de l’égalité des six langues officielles de l’Organisation des Nations Unies et souligne la nécessité d’appliquer pleinement toutes les résolutions établissant des arrangements linguistiques pour les langues officielles de l’Organisation des Nations Unies et des langues du Secrétariat ;

 

L’Assemblée générale a salué les efforts du Coordonnateur des Nations Unies pour le multilinguisme pour encourager toutes les entités du Secrétariat à promouvoir la célébration d’une journée consacrée à chacune des langues officielles des Nations Unies, afin d’informer et de sensibiliser à leur histoire, leur culture et leur utilisation. , a encouragé le Secrétaire général à communiquer sur chaque journée linguistique dans les six langues officielles et à renforcer encore cette approche, si nécessaire grâce à la participation d’organisations partenaires, notamment des États Membres et des institutions telles que l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture,

 

Appel à l’action

 

Dans le même contexte, l’Assemblée générale s’est également félicitée des efforts déployés par les organisations internationales fondées sur une langue commune, comme l’OIF, pour accroître leur coopération avec les Nations Unies en matière de multilinguisme.

 

Il est important de noter le fait que l’organisation mondiale a appelé les États membres de l’ONU et le Secrétariat à promouvoir la préservation et la protection de toutes les langues utilisées par les peuples du monde, notamment en observant la Journée internationale de la langue maternelle le 21 février avec la solennité requise.

 

Il convient également de réaffirmer la nécessité d’atteindre la pleine parité entre les six langues officielles sur tous les sites Web de l’ONU, et il a été noté avec préoccupation la disparité entre l’anglais et les autres langues sur les sites Web gérés par le Secrétariat.

 

Par conséquent, il est nécessaire de prendre des mesures concrètes pour remédier à ce développement inégal.

 

Enfin, l’organisation mondiale a reconnu la contribution du multilinguisme aux trois piliers des Nations Unies : paix et sécurité, développement et droits de l’homme ; chaque fois que possible, dans les langues locales des pays bénéficiaires, y compris par le biais des sites Web locaux des Nations Unies, et a décidé d’inscrire à l’ordre du jour provisoire de sa soixante-dix-huitième session (2023) la question intitulée « Multilinguisme ».

 

Conclusion : Plaidoyer pour le multilinguisme

 

Il existe un consensus mondial sur le fait que le multilinguisme est un élément important de la diversité culturelle. Par conséquent, il convient de rappeler la nécessité de la mise en œuvre pleine et effective de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, entrée en vigueur le 18 mars 2007, et de rappeler la Recommandation concernant la promotion et l’utilisation des Multilinguisme et accès universel au cyberespace du 15 octobre 2003.

 

Concrètement, dans une crise évidente du multilatéralisme, une tâche primordiale du Secrétariat de l’ONU est de fournir au public des informations impartiales, complètes, équilibrées, opportunes, pertinentes et multilingues sur les objectifs et les responsabilités de l’ONU afin de renforcer la coopération internationale avec soutien aux activités de l’Organisation dans la plus grande transparence.

 

Les travaux de la 77e session de l’Assemblée générale des Nations Unies démontreront à quel point les engagements contenus dans la résolution sur le multilinguisme présentée dans ces pages sont réellement réalisables.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus