Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Home Accueil BIRMANIE EXPRESS – ACTUALITÉS : Que retenir de l’actualité birmane du 16 au 22 octobre ?

BIRMANIE EXPRESS – ACTUALITÉS : Que retenir de l’actualité birmane du 16 au 22 octobre ?

Date de publication : 23/10/2023
0

Viiste en Birmanie Dmitrievich

 

Gavroche a sélectionné pour vous quelques nouvelles saillantes en Birmanie durant cette semaine écoulée. Un survol de l’actualité indispensable pour tous ceux qui s’intéressent à ce pays d’Asie du Sud-Est.

 

Politique, Diplomatie

 

Le régime birman a alloué un espace dans la capitale commerciale, Rangoun, à la Russie, pour y construire une église orthodoxe russe, signe que la coopération croissante entre les deux nations a atteint un nouveau niveau. Son éminence Sergiy, un ecclésiastique orthodoxe russe qui porte le titre de métropolite de Singapour et de l’Asie du Sud-Est, a rencontré le maire de Rangoun Bo Htay le 21 octobre, et les deux hommes ont discuté de la construction d’une église dans le canton de North Dagon, selon les médias de la junte. L’église s’élèvera sur un terrain de 0,5 hectare et le régime fournira l’assistance nécessaire pour commencer la construction dès que possible, ont indiqué les médias de la junte, ajoutant que la municipalité de Rangoun fournira également l’eau et l’électricité pour le projet. Le projet d’église est le résultat d’une rencontre entre Sergiy et Min Aung Hlaing, il y a environ cinq mois, au cours de laquelle ils ont discuté de la construction d’une église orthodoxe russe en Birmanie. Ils ont également discuté de l’établissement en Russie d’un centre bouddhiste et d’une réplique récemment construite du temple Shwezigon en Birmanie.

 

Le président du comité des relations extérieures du gouvernement de Saint-Pétersbourg, Grigoriev Evgeny Dmitrievich, est arrivé cette semaine pour son premier voyage en Birmanie, où il a eu des entretiens les 18 et 19 octobre sur la coopération dans le domaine de l’enseignement supérieur. Il a également rencontré l’ancien général de division Aung Thaw, qui préside le conseil de la fonction publique de l’Union, ancien camarade de classe de Min Aung Hlaing à l’académie des services de défense et ancien président de l’association d’amitié entre la Russie et la Birmanie. Les deux hommes ont discuté de la formation des fonctionnaires dans le cadre d’un accord entre l’Académie présidentielle russe de l’économie nationale et de l’administration publique (RANEPA) et les deux instituts de la fonction publique birmane. Dmitrievich a visité l’Institut central de la fonction publique et a discuté de l’organisation de cours de russe et d’autres formes d’assistance dans le domaine universitaire. Il a rejoint le recteur de l’institut, l’ancien officier militaire Kyaw Soe, pour observer les bureaucrates en herbe suivre une formation militaire de base à l’institut. Il a également visité l’Académie des services de défense à Pyin Oo Lwin, à Mandalay.

 

Les bureaux des passeports birmans vont maintenant exiger des expatriés et des marins qu’ils présentent des certificats fiscaux lors du renouvellement de leur passeport, le régime cherchant à augmenter ses réserves de devises étrangères. Des messages sur les panneaux d’affichage des bureaux des passeports indiquent que les passeports de travail et de marin nécessitent un certificat de dédouanement fiscal, obtenu en payant la taxe dans les ambassades birmanes pour les demandes de renouvellement. Rien n’a encore été publié sur les sites web du régime. En septembre, Min Aung Hlaing, a déclaré que les migrants devaient payer au moins 10 % d’impôt sur le revenu sur leurs salaires étrangers pour l’année fiscale en cours, qui s’achève le 31 mars. Les régimes précédents imposaient également les migrants, mais cette mesure a été abrogée par le gouvernement de transition du président Thein Sein. En vertu de la nouvelle loi fiscale, les expatriés qui gagnent plus de 14 200 USD par an, selon le taux de change du régime, devront payer 25 % d’impôt. Cette mesure a suscité une levée de boucliers en Thaïlande, qui accueille jusqu’à 5 millions de travailleurs migrants originaires de la Birmanie. Le régime a également exigé que les expatriés transfèrent au moins 25 % de leurs revenus par l’intermédiaire des banques birmanes à partir du 1er septembre. Les transferts de fonds seront convertis au taux officiel de 2 100 kyats pour un dollar américain, alors que le taux du marché est d’environ 3 300 kyats. Le taux du baht thaïlandais fixé par la junte est de 56 kyats, contre 100 dans la rue. Les migrants risquent une interdiction de travailler à l’étranger pendant trois ans après l’expiration de leur permis s’ils ne se conforment pas à cette mesure, selon l’annonce.

 

Alors que le président chinois Xi Jinping a déroulé le tapis rouge pour les dirigeants du monde entier participant au troisième forum de l’initiative Belt and Road (BRI), qui a débuté à Pékin le 17 octobre, le chef du coup d’État birman, Min Aung Hlaing, n’a pu suivre les événements que de loin, car il n’a pas été invité. Des hauts représentants du Conseil d’administration de l’État qui la gouverne ont fait pression sur Pékin pendant des mois pour obtenir une invitation pour Min Aung Hlaing. En mal de légitimité à l’étranger et de respect à l’intérieur, le régime voyait dans ce forum une occasion majeure de relations publiques. Mais la Chine n’a manifestement pas pu être persuadée. Déjà exclu des sommets de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est depuis le coup d’État de 2021, le fait d’être exclu de la liste des invités d’un événement international de haut niveau organisé par l’un des rares alliés de son régime a sans aucun doute été un coup dur pour le chef du coup d’État. Min Aung Hlaing a fait pression pour accélérer les investissements soutenus par la Chine en Birmanie afin d’obtenir la reconnaissance totale de son régime par Pékin. Selon un analyste politique local, la Chine n’a pas invité Min Aung Hlaing au forum de la BRI parce qu’elle ne veut pas être perçue comme reconnaissant officiellement le régime birman.

 

Économie

 

Un protocole d’entente a été signé le 11 octobre entre le ministère de la Science et de technologie et Rosatom, l’entreprise d’État russe spécialisée dans l’énergie nucléaire pour une construction des petits réacteurs modulaires (SMR). Le secteur nucléaire est aujourd’hui au cœur de la coopération entre les deux pays qui ont déjà signé de nombreux accords dans ce domaine au cours des quinze derniers mois. Plusieurs universités de Birmanie et de Russie ont aussi signé des accords visant à former des techniciens birmans dans les domaines de la technologie nucléaire.

 

Min Aung Hlaing exhorte les ministères et les gouvernements régionaux et nationaux de son régime à se serrer la ceinture et à réduire le gaspillage. Lors d’une réunion du comité économique le 18 octobre, il est allé plus loin en suggérant de former un comité pour s’assurer que l’argent du budget proposé est bien dépensé. Cette initiative confirme que le trou dans le budget du régime s’agrandit de jour en jour. Le régime accuse un déficit budgétaire important en raison d’une chute catastrophique des investissements étrangers depuis que les militaires ont pris le pouvoir en 2021. Les investisseurs étrangers ont fui le pays après qu’il a été frappé par des sanctions internationales. Les exportations ont également chuté en raison des turbulences économiques et des changements fréquents de politique, et les recettes fiscales ont fortement diminué.

 

Société/Répression/Conflit

 

Le régime de la junte birmane aurait l’intention de poursuivre certains chefs d’entreprise, notamment les amis Thein Win Zaw et Mu Mu Shein, qui sont actuellement interrogés sur les activités de l’ancien général de corps d’armée Moe Myint Tun, emprisonné. L’ancien chef du commerce de la junte, Moe Myint Tun, a été condamné à la prison à vie – une peine équivalente à 20 ans derrière les barreaux – au cours de la deuxième semaine d’octobre pour corruption. De nombreux hauts fonctionnaires du régime et des centaines d’hommes d’affaires ont également été arrêtés et interrogés le mois dernier dans le cadre d’une campagne de répression de la flambée des prix des matières premières. Thein Win Zaw, qui aurait des liens étroits avec la famille du chef de la junte Min Aung Hlaing, est le propriétaire de Shwe Byain Phyu Co. (SBP), qui a des intérêts dans les stations-service, l’extraction de pierres précieuses, les télécommunications et l’exploitation forestière. Cette société est l’un des principaux contribuables du régime. Un autre détenu très en vue, Mu Mu Shein, est directeur exécutif de Moon Sun Energy Co. Les chefs d’accusation retenus contre les propriétaires d’entreprises ne sont pas clairs, mais en vertu de la loi anti-corruption, toute personne qui incite, complote ou aide et encourage une personne à enfreindre la loi est passible de poursuites et risque une peine maximale de sept ans d’emprisonnement assortie d’une amende. Les propriétaires de nombreux distributeurs de carburant, dont Denko, BOC, Yangon Petrol, Moon Sun Energy et Shwe Byain Phyu, ont été arrêtés et interrogés dans le cadre de l’affaire de corruption de Moe Myint Tun. Moe Myint Tun était président de la commission d’investissement birmane, du comité de surveillance des changes et du comité central chargé d’assurer la fluidité des échanges commerciaux et des marchandises. Yan Naung Soe était secrétaire de ce dernier, chargé de réguler les dépenses en dollars américains et de faciliter le commerce et la circulation des marchandises, y compris l’importation et la distribution de carburant et d’huile de cuisine.

 

Le 19 octobre, des milliers de bouddhistes sont montés à bord de bateaux sur le célèbre lac Inle, en Birmanie, pour célébrer le retour de l’un des plus grands festivals du pays. Le festival de la pagode Phaung Daw Oo, qui dure 17 jours, voit quatre images sacrées de Bouddha placées sur une barge dorée et ramées à travers les villages qui parsèment les rives de ce haut lieu touristique de l’est de l’État de Shan. La pandémie de coronavirus, puis le coup d’État militaire de 2021 ont annulé les trois éditions précédentes du festival, privant les habitants de la possibilité de vénérer les images et d’acquérir des mérites. Le 19 octobre au matin, la barge dorée a filé dans l’eau fraîche, tirée par des chaloupes en bois aux lignes épurées, dont l’équipage était composé d’hommes qui ramaient à la mode locale, une jambe enroulée autour de leur rame pour gagner en force. Des dizaines d’embarcations remplies de fidèles ont suivi alors que le soleil se levait, au son des tambours et des cymbales qui accompagnaient la flottille.

 

Les responsables de la cyber-fraude qui contrôlent le complexe Shwe Kokko dans la municipalité de Myawaddy auraient transféré une cinquantaine de leurs agents les plus notoires dans l’État de Shan, selon des personnes proches de leurs activités. Le projet Shwe Kokko New City, principalement basé sur ses secteurs de casino et de jeu en ligne, abrite également d’autres réseaux criminels qui attirent trompeusement les individus en leur promettant des opportunités d’emploi lucratives avant de les exploiter. Actuellement, ces réseaux criminels emploient majoritairement des femmes, les obligeant à se livrer à des activités frauduleuses, comme le signale une victime d’une telle exploitation.

 

Pour le 8e anniversaire de l’ANC le 15 octobre, l‘Union nationale Karen (KNU), le Front démocratique des étudiants birmans (ABSDF) et le Front national Chin (CNF), tous signataires de l’Accord national de cessez-le-feu (NCA), ont publié une déclaration commune le 12 octobre ont annoncé que l’ANC était invalidée depuis le coup d’État militaire de 2021. Leur déclaration commune publiée par les trois groupes de cessez-le-feu présente six positions politiques et cinq objectifs politiques, visant à parvenir à la paix et au fédéralisme, en réponse aux invitations du Conseil militaire. aux organisations ethniques armées signataires de l’ANC. Leurs objectifs incluent la fin du rôle politique de la junte, la réforme de l’armée et la rédaction d’une nouvelle constitution dans le cadre d’une transition vers une gouvernance civile. En outre, le communiqué indique clairement que si les violences contre la population se poursuivent, ils s’abstiendront de s’engager dans des négociations avec le Conseil militaire. Parmi les objectifs communs de ces trois groupes de cessez-le-feu figurent la quête de justice pour ceux qui ont souffert pendant le conflit, l’accueil favorable à la médiation internationale et la définition de positions communes qui rejettent catégoriquement toute forme de dictature ou de partage du pouvoir avec l’armée par une élite politique.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus