Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Accueil INDONÉSIE – POLITIQUE : Jokowi impose sa dynastie à la démocratie indonésienne

INDONÉSIE – POLITIQUE : Jokowi impose sa dynastie à la démocratie indonésienne

Date de publication : 26/10/2023
0

Gibran Jokowi Indonésie

 

Les machinations entourant les nominations dans la course présidentielle indonésienne obligent à tirer la sonnette d’alarme selon les experts du site Asia Sentinel.

 

En effet, le populaire président Joko Widodo, qui termine sa carrière présidentielle en étant sans doute le faiseur de rois le plus influent du pays, a non seulement fait en sorte que l’archétype de l’ancien système, Prabowo Subianto, ministre de la défense et ancien gendre du dictateur Suharto, devienne le principal candidat à la présidence, mais il a également fourni son propre fils, Gibran Rakabuming, qui n’est absolument pas qualifié, comme colistier à la vice-présidence. Jokowi a déjà fait accéder son fils à la mairie de la ville moyenne de Solo il y a seulement deux ans. Auparavant, Gibran dirigeait une entreprise de restauration et d’organisation d’événements qu’il avait fondée après avoir obtenu son diplôme à l’université de recherche technologique de Sidney, en Australie.

 

Il n’est pas certain que Jokowi gagne son pari sur le népotisme, malgré sa cote de popularité, qui reste supérieure à 70 %. Certains sondages indonésiens, notoirement peu fiables, indiquent que Prabowo est en tête, mais Ganjar Pranowo, gouverneur du centre de Java et candidat du puissant Parti démocratique indonésien de la lutte, que Jokowi a abandonné pour choisir Prabowo, n’a jamais été très loin derrière. Le sondage de l’Institut indonésien de sondage (LSI) réalisé du 16 au 18 octobre donne Prabowo en tête avec 35,8 % des voix, suivi de Ganjar avec 30,9 % et de l’ancien gouverneur de Jakarta, Anies Baswedan, avec 19,7 % des voix.

 

Gibran n’avait pas le droit d’être candidat à la vice-présidence jusqu’à ce qu’une décision complaisante de la Cour constitutionnelle modifie les lois sur l’âge pour lui permettre de se présenter. Les critiques qualifient cette décision de revers majeur pour la démocratie indonésienne et affirment que le président cherche à créer une dynastie politique. La semaine dernière, la Cour a décidé que les citoyens qui ont été ou sont actuellement à la tête d’une région peuvent se présenter à la présidence ou à la vice-présidence même s’ils ont moins de 40 ans, l’âge minimum requis par la loi, ouvrant ainsi la voie à la candidature de Gibran, 36 ans. La demande d’abaissement de l’âge minimum a été présentée par un étudiant qui aurait été inspiré par Gibran. La décision a été prise par le juge en chef Anwar Usman, qui est marié à la sœur du président Jokowi.

 

C’est la troisième fois que Prabowo se présente à une élection présidentielle. Jokowi l’a fait entrer au gouvernement en tant que ministre de la Défense après avoir perdu contre Jokowi aux élections de 2019, les analystes politiques affirmant que cette décision visait à neutraliser Prabowo, âgé de 72 ans et descendant d’une riche famille politique, selon la théorie séculaire qui veut que l’on garde ses amis près de soi et ses ennemis plus près. Aujourd’hui, Prabowo tente de rallier les partisans de Jokowi en recrutant Gibran comme adjoint. Les enquêtes réalisées par plusieurs institutions montrent que le niveau de satisfaction de la population à l’égard des performances du gouvernement reste élevé, ce qui convainc les partis que Jokowi a encore une grande influence sur les préférences des électeurs.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus