Free Porn
xbporn
Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Ankara Escort
1xbet
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com

1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com

1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
betforward
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co

betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co

betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
deneme bonusu veren bahis siteleri
deneme bonusu
casino slot siteleri/a>
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Cialis
Cialis Fiyat
deneme bonusu
padişahbet
padişahbet
padişahbet
deneme bonusu 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet 1xbet untertitelporno porno 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet 1xbet سایت شرط بندی معتبر 1xbet وان ایکس بت pov leccata di figa
best porn 2025
homemade porn 2026
mi masturbo guardando una ragazza
estimare cost apartament precisă online
blonde babe fucked - bigassmonster
Home Accueil INDONÉSIE – POLITIQUE : Que reste-t-il de l’époque des réformes démocratiques dans l’archipel ?

INDONÉSIE – POLITIQUE : Que reste-t-il de l’époque des réformes démocratiques dans l’archipel ?

Date de publication : 24/05/2023
1

élection Indonésie

 

Vingt-cinq ans après le mouvement de réforme, une chose est sûre affirme le Jakarta Post : le pays ne vit pas sous un régime autoritaire. Au contraire, il va connaitre une élection présidentielle l’année prochaine, le cinquième scrutin direct au cours des 20 dernières années.

 

Et avec 17 partis politiques en lice pour les élections législatives de 2024, nous pouvons être sûrs que la démocratie (électorale) est bien vivante.

 

Le problème avec l’histoire, c’est que lorsqu’elle ne se répète pas, elle rime souvent.

 

L’homme fort du Nouvel Ordre, Soeharto, et son appareil politique ont peut-être disparu depuis longtemps, mais ces jours-ci, nous pouvons certainement sentir que certaines de ses idées, actions et outils sont recyclés, remis à neuf et réaffectés par de nombreuses personnes au pouvoir.

 

L’année dernière encore, les couloirs du pouvoir ont été agités par la proposition de prolonger le mandat présidentiel du président en exercice, qui, selon la Constitution, n’est autorisé qu’à effectuer deux mandats complets. L’argument en faveur de la prolongation du mandat était que le gouvernement sortant pourrait rattraper le temps perdu à cause de la pandémie de COVID-19.

 

Une forte pression de la société civile et des partis politiques a certainement réussi à forcer l’élite politique à mettre de côté la proposition, mais le résultat de l’élection présidentielle de 2024 sera certainement affecté par les compromis faits au cours du débat sur la limitation du nombre de mandats présidentiels.

 

Et si la limitation du nombre de mandats présidentiels, l’une des plus grandes récompenses et l’un des résultats directs du mouvement de réforme, n’est plus hors limites, d’autres avancées moins importantes réalisées au cours des 25 dernières années ont certainement été faciles à négocier.

 

Certains grands partis politiques proposent d’abandonner le système actuel de représentation proportionnelle à liste ouverte pour les élections législatives, qui permet aux électeurs d’avoir une influence sur les candidats législatifs présentés par les partis politiques.

 

Les grands partis, comme le Parti démocratique indonésien de lutte (PDI-P), cherchent en fait à rétablir la méthode privilégiée par le régime du Nouvel Ordre pour les élections législatives, le système de liste fermée dans lequel les électeurs votent uniquement pour les partis, qui à leur tour décideront quels candidats obtiendront des sièges à la Chambre des représentants.

 

Une pétition visant à modifier le système de liste ouverte est actuellement examinée par la Cour constitutionnelle et, compte tenu de la pression politique exercée sur la Cour, rien ne garantit qu’elle se prononcera en faveur du maintien de l’arrangement actuel.

 

L’éradication de la corruption est un autre domaine dans lequel les forces malignes sapent les acquis du mouvement de réforme note le Jakarta Post.

 

L’amendement en 2019 de la loi n° 30/2002, l’une des lois les plus progressistes adoptées pendant l’ère des réformes, a rendu inefficace la Commission pour l’éradication de la corruption (KPK).

 

De nombreuses dispositions de la nouvelle loi sur la KPK, allant de l’autorisation de mettre fin aux enquêtes et d’abandonner les poursuites à la promotion des enquêteurs en tant que fonctionnaires, ont transformé l’agence en un organe ordinaire d’application de la loi, qui n’est pas différent de la police nationale ou du bureau du procureur général.

 

À son apogée, le KPK était connu pour ses arrestations de ministres et de politiciens de haut rang. Aujourd’hui, les gens commencent à penser qu’il a pour objectif de faire pencher la balance politique à l’approche de l’élection présidentielle de 2024.

 

La seule façon d’aggraver la situation serait de lancer une initiative visant à modifier la loi sur l’armée indonésienne (TNI).

 

Or, c’est exactement ce qui se passe actuellement, le département juridique de la TNI rédigeant un amendement à la loi qui permettrait une plus grande participation des soldats à la vie politique.

 

Ces revers, aussi graves soient-ils, ne doivent pas inciter à l’apathie. En fait, ils devraient servir de signal d’alarme pour résister à toute tentative d’annuler les progrès réalisés par le mouvement de réforme conclut le Jakarta Post.

 

Remerciements à Paul di Rosa

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus