Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Accueil PHILIPPINES – POLITIQUE : Le président Ferdinand Marcos Jr face à la Cour Pénale Internationale

PHILIPPINES – POLITIQUE : Le président Ferdinand Marcos Jr face à la Cour Pénale Internationale

Date de publication : 09/02/2023
0

Duterte Marcos Philippines

 

Selon l’excellent site Asie Sentinel, le président philippin Ferdinand R. Marcos Jr. est confronté à un défi critique, sans doute le plus critique qu’il ait eu à relever depuis son entrée en fonction il y a sept mois. Il s’agit de savoir comment faire face à la réactivation par la Cour pénale internationale (CPI) de ses enquêtes sur les violations des droits de l’homme et les crimes contre l’humanité qui auraient été commis sous l’autorité de son prédécesseur, Rodrigo R. Duterte.

 

Jusqu’à présent, Marcos n’a pas fait de commentaire sur cette affaire. Mais son secrétaire à la justice, Jesus Crispin Remulla, a déclaré que la CPI n’était pas la bienvenue aux Philippines. “Je ne supporterai aucune de ces pitreries qui tendent à remettre en cause notre souveraineté. Nous ne l’accepterons pas”, a-t-il déclaré. Cependant, Marcos est dans une situation difficile. Quelle que soit la décision qu’il prendra sur cette question, elle sera probablement préjudiciable à sa présidence. La crédibilité et son statut de leader sont au cœur de la question.

 

Malgré tout ce que certains peuvent trouver à redire à Duterte, il a obtenu 75 % de popularité au cours de son dernier mois de mandat, un score plus important que celui obtenu par Marcos pour lui succéder en tant que seul président élu avec une majorité claire depuis le soulèvement d’EDSA. Et aujourd’hui, bien qu’il ne soit plus en fonction, Duterte continue d’exercer une influence considérable sur les forces armées et la police.

 

Marcos peut-il se permettre d’ignorer ces facteurs sur le front intérieur et laisser la CPI et Human Rights Watch vaincre Duterte ? Pendant sa campagne électorale, Marcos avait déclaré que s’il était élu, il se concentrerait sur la prévention, l’éducation des jeunes sur les effets néfastes de la drogue et l’amélioration des services de réhabilitation, car les mesures répressives impitoyables de Duterte “ne peuvent pas aller plus loin.”

 

Cependant, la guerre de la drogue ordonnée par Duterte semble se poursuivre sous l’administration Marcos. Le Third World Studies Center de l’Université des Philippines a fait état de 90 meurtres liés à la drogue au cours des trois premiers mois de la présidence Marcos. En outre, la sénatrice Leila de Lima, que l’administration Duterte a emprisonnée en 2017, prétendument impliquée dans un trafic de drogue dans la nouvelle prison de Bilibid, reste en détention malgré le fait que des témoins clés de l’accusation se soient rétractés, admettant avoir subi des pressions pour témoigner contre l’ancien chef de la Commission des droits de l’homme qui a enquêté sur l’escadron de la mort de Davao lié aux exécutions extrajudiciaires lorsque Duterte était maire de Davao.

 

Sur le plan international, Marcos fait tout son possible pour attirer les investissements étrangers afin de soutenir son programme économique. Peut-il donc se permettre d’ignorer les obligations internationales des Philippines, en l’occurrence le Statut de Rome, dont le pays est l’un des premiers signataires ? En vertu du statut, la CPI est toujours compétente pour la période pendant laquelle un État a été membre de la CPI.

 

Dans le cadre de dialogues bilatéraux, l’Union européenne a régulièrement rappelé à Manille l’obligation de remplir ses obligations au titre des conventions internationales et a également indiqué au gouvernement que les exécutions extrajudiciaires perpétrées dans le cadre de la guerre contre la drogue seront un facteur déterminant pour que les Philippines continuent à bénéficier des privilèges du SPG+, un régime spécial d’encouragement au développement durable et à la bonne gouvernance pour les nations en développement qui réduit les droits de douane à zéro. En outre, une quarantaine de pays dirigés par l’Islande, dont l’Australie, le Canada, la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni et les États-Unis, ont critiqué la guerre contre la drogue, qui viole les droits de l’homme.

 

Pourtant, Duterte a retiré les Philippines de la CPI lorsque l’organisme international a commencé à examiner les excès de sa guerre contre la drogue. En lançant la guerre anti-drogue peu après son entrée en fonction, Duterte a déclaré : “Je serai dur.” Si toute résistance mettait la vie du policier en danger, a-t-il ajouté, “alors par tous les moyens, tirez et abattez-le.”

 

Promettant d’éradiquer les drogues illégales et la criminalité dans les six premiers mois de sa présidence, il a déclaré aux forces de police : “Faites votre devoir, et si dans le processus vous tuez un millier de personnes… je vous protégerai”. Il leur a également dit de ne pas lui “raconter de conneries”, mais que s’ils faisaient leur devoir, “je mourrai pour vous”.

 

Pour une population qui vénère le machisme, son apparition quotidienne à la télévision l’après-midi dans les premiers jours de sa présidence, publiant de nouveaux édits et nommant les présumés barons de la drogue, était un bon divertissement. Dans le même temps, les relations entre la CPI et Manille sont devenues acerbes, l’enquête de la CPI sur la guerre de la drogue se poursuivant jusqu’à ce qu’elle soit suspendue en novembre 2021 comme une question de procédure à la demande de Manille et l’assurance d’examiner minutieusement tous les cas de méfaits en interne et d’y donner suite.

 

Mais sept mois plus tard, lorsque l’administration Duterte n’a pas réussi à prouver que Manille avait pris des mesures concrètes, les juges de la cour pénale ont approuvé la requête du procureur de la CPI visant à réactiver l’enquête.

 

Si l’administration Marcos ignore tout cela pour protéger Duterte, qui affirme qu’il “ne sera jamais jugé par un tribunal international”, comment cela se passera-t-il si Manille se plaint que Pékin n’honore pas l’arrêt de la Cour internationale de justice contre la ligne en neuf traits de la Chine, qui revendique des droits territoriaux sur la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale ?

 

Duterte avait promis d’éradiquer la menace de la drogue en six mois. Mais cela s’est avéré être un rêve impossible bien que, selon les chiffres du gouvernement, la PNP et l’Agence philippine de lutte contre la drogue aient abattu 6 252 individus entre le premier mois du mandat de Duterte (juillet 2016) et la fin mai 2022, le mois précédant son départ de la présidence. Les militants des droits de l’homme et d’autres observateurs pensent que ce chiffre exclut tous les autres meurtres de type justicier que certains citoyens ont perpétrés, encouragés par Duterte. Si tous sont pris en compte, ils affirment que le nombre total de morts pourrait doubler, voire atteindre 30 000. Et selon les rapports, la drogue a continué d’affluer dans le pays. La consommation n’a pas non plus diminué de manière significative.

 

Peut-on ignorer tout cela au nom de la souveraineté nationale dont parlait Remulla ? C’est un choix difficile et la mesure de la présidence de Marcos.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus