Home Accueil THAÏLANDE – FRANCE : Aprés la mort par balles d’un ressortissant français à Bangkok, Flying Board donne sa version des faits

THAÏLANDE – FRANCE : Aprés la mort par balles d’un ressortissant français à Bangkok, Flying Board donne sa version des faits

Journaliste : Rédaction Date de publication : 07/05/2022
3

police thaïlandaise

 

Que s’est il vraiment passé à Bangkok le 4 mai au sein de l’entreprise Flying Board basée sur Sukhumvit ? Cette question est désormais aux mains de la police thaïlandaise après la mort par balles d’un ressortissant français. Le communiqué de presse ci dessous donne une version des faits. Gavroche la rediffuse car elle est une pièce au dossier.

 

Copa Deli

3 Commentaires

  1. Suite à l’incident dramatique à l’intérieur de Flying Board Bangkok Co, à Sukhumvit 49/6 le 4 Mai, l’entreprise et son personnel sont profondément troublés par certains reportages dans les médias déclarant des informations fausses et allégations non fondées sur les événements survenus dans nos locaux. M. David Bouton, Chef et associé chez Flying Board Bangkok Co, n’a jamais possédé ou détenu une arme à feu et il n’y avait pas d’arme dans les bureaux de l’entreprise. Le pistolet a été apporté au Flying Board Bangkok Co, par l’agresseur masculin qui avait l’intention de l’utiliser pour menacer ou blesser M. David Bouton. Après que l’agresseur a tiré et blessé M. David Bouton, l’agresseur a ensuite tiré sur la femme qu’il avait emmené avec lui à Flying Board Bangkok Co. Avec l’aide d’un employé héroïque de Flying Board Bangkok Co, M. David Bouton a riposté pour défendre sa vie et la sécurité du personnel Dans la bagarre qui a suivi, l’agresseur a été abattu, dans une action de légitime défense. Flying Board Bangkok Co, espère maintenant un rétablissement complet de M. David Bouton, qui est toujours dans l’unité de soins intensifs de l’hôpital. L’entreprise et son personnel attendent le résultat de l’enquête menée par la police royale thaïlandaise, et ont pleinement confiance que ses conclusions montreront que M. David Bouton est victime de cet événement dramatique et que ses actes correspondent à ceux d’un homme qui défend sa vie et celle de ses collègues.

  2. Ce qui semble étrange, c’est de donner très rapidement une version prenant parti dans une affaire de meurtre (avec ou sans préméditation ?) caractérisé, sans l’usage préalable d’analyse de la scène de crime (ou se trouvent les balles dans les corps, comment sont les corps au sol, quels ont été les trajectoires, prélèvement de poudre sur les bras des trois personnes présentes pour savoir qui a tiré ou pas, vraiment… etc…). Pas non plus de mobile du crime… pas d’analyse de l’écriture retrouvée sur le dit “carnet”… pas d’enquête sur le contenu des mobiles phones des personnes présentes et de leurs contacts… bref: RIEN, nada, que dalle !
    De facto, donner si rapidement et avec si peu d’éléments une version des faits ne peut être que et uniquement que suspect, voir embarrassant pour la personne qui a les faveurs de la prise à parti favorable.
    Après, suis-je le seul à trouver tout ceci étrange ou est-ce que la version officielle et rapide passe sans douleur pour certains ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus