Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Accueil THAÏLANDE – POLLUTION: Les eaux «noires» de Chonburi-Sri Racha, calvaire des résidents

THAÏLANDE – POLLUTION: Les eaux «noires» de Chonburi-Sri Racha, calvaire des résidents

Journaliste : Redaction
La source : Gavroche
Date de publication : 26/12/2020
0

De nombreux lecteurs ont réagi à notre première publication sur les «eaux noires» qui polluent les résidences dans la région de Sri racha, Chonburi. D’où viennent ces eaux brunes, qui dévastent les jardins et polluent la vie quotidienne de tant d’expatriés installés dans la région. Voici un début de réponse. La crise des déchets en Thaïlande pourrait bien être l’une des explications…

 

Un ciel couvert se profile au-dessus du district de Beung à Sri Racha, dans la province de Chonburi. Les oiseaux survolent un paysage de verdure – des parcelles de terre verdoyantes, des étangs verdoyants. Mais il y a quelque chose qui ne va pas avec la couleur. Les étangs vert foncé sont tachetés de mousse. La terre vert bleuâtre est tachetée de plastique noir et gris. Lorsque la caméra se rapproche, vous voyez le vert se transformer en une masse terrestre, une montagne.

 

C’est la “montagne des déchets” de Chonburi. Constituée de 3 millions de tonnes de déchets – le même poids que dix Empire State Buildings – la Montagne des Ordures plane sur les habitants du district de Beung.

 

La montagne verte n’est plus…

 

“Avant, elle n’était pas aussi grande. Mais maintenant, si vous ouvrez votre porte et que vous la regardez, vous pourriez la confondre avec Khao Kheow (la Montagne verte au Sri Racha). C’est très grand. C’est aussi… très malodorant”, dit un villageois voisin, en regardant la masse terrestre depuis son balcon.

 

“Nous avons choisi la montagne des déchets de Chonburi comme symbole”, dit le directeur Primrin, “parce qu’elle représente de nombreuses facettes du problème de gestion des déchets qui sévit dans toute la Thaïlande”.

 

Décharge mal gérée

 

Pour le producteur Pom, “la décharge mal gérée est la dernière étape avant que tout n’explose”. Mais il faut que beaucoup de choses se passent pour qu’elle mène à ce point, donc il s’agit de déballer et de comprendre ce qui a mené à cette montagne”.

 

La Trash Mountain, nom familier de la décharge du district de Beung, est l’une des 2 500 décharges de Thaïlande, dont seulement 20 % sont gérées correctement, selon l’estimation généreuse du département de contrôle de la pollution (PCD) de Thaïlande. Avec la récente interdiction des sacs en plastique, entrée en vigueur cette année, le gouvernement a orienté la conversation sur les déchets vers la dépendance des citoyens thaïlandais au plastique.

 

Mais l’idée que les déchets municipaux sont le principal responsable du problème des ordures en Thaïlande est une erreur.

 

Alors que la décharge du district de Beung abrite les déchets municipaux de Laem Chabang et des communautés voisines, elle est également une décharge pour les déchets industriels illégaux.

 

22 millions de tonnes de déchets industriels étaient gérés en Thaïlande en 2018.

 

Pourtant, selon les recherches de Somnuck, les données de 2014 indiquent 53,64 millions de tonnes de déchets industriels en Thaïlande.

 

“Comment est-il possible”, demande-t-il incrédule, “que de 2014 à 2018, la Thaïlande ait réduit ses déchets industriels de 30 millions de tonnes ?”

 

Il pense que les déchets industriels ne sont plus comptabilisés.

 

Les documents de la CPD de 2000 à 2014 citent constamment 60 à 75 % des déchets industriels dangereux comme étant mal gérés en dehors du système – ce qui donne de la crédibilité au chiffre de Somnuck.

 

Parmi ces déchets déversés illégalement, un certain pourcentage est hautement toxique.

 

Au moins 1,8 million de tonnes de déchets toxiques sont traités en dehors du système – soit déversés dans des décharges municipales comme dans le district de Beung, soit brûlés à l’air libre, selon de multiples sources, dont un rapport de l’Institut thaïlandais de recherche sur le développement (TDRI).

 

L’impact communautaire de la mauvaise gestion des déchets industriels est grave : contamination des principales sources d’eau, pollution de l’air, propagation de maladies infectieuses, etc. La pollution massive de l’air causée par l’incendie de la décharge de Phraeksa en 2014 – un incendie de huit jours entretenu par des produits chimiques industriels inflammables – n’est qu’un exemple sensationnel des conséquences environnementales.

 

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus