test
Home Accueil ASIE – DIPLOMATIE : Entre l’ASEAN et l’UE, bien plus qu’un dialogue

ASIE – DIPLOMATIE : Entre l’ASEAN et l’UE, bien plus qu’un dialogue

Journaliste : Dr Ioan Voicu Date de publication : 12/01/2023
0

Asean

 

Notre chroniqueur Ioan Voici, ancien ambassadeur de Roumanie en Thaïlande revient en ce début d’année sur les relations entre les deux organisations régionales.

 

Par Ioan Voicu

 

Les lecteurs de Gavroche ont été informés du volet diplomatique du sommet commémoratif ASEAN-UE 2022 qui s’est tenu à Bruxelles à l’occasion du 45e anniversaire des relations de dialogue ASEAN-UE. Cependant, la Déclaration conjointe des dirigeants adoptée à la suite de cet événement n’a pas été publiée par les médias.

 

Ce document diplomatique  composé d’un préambule relativement long et de 50 paragraphes de dispositif est orienté vers l’avenir et mérite d’être connu le plus largement possible dans la zone ASEAN couvrant une population de plus de 685 millions de personnes et l’Union européenne qui abrite 450 millions de personnes, sur la base de données disponibles en janvier 2023.

 

Notre analyse portera exclusivement sur les grands enjeux reflétés dans la Déclaration, tout en respectant la terminologie originale du texte officiel, y compris ses abréviations en anglais.

 

Principes de base

 

Le préambule de la Déclaration commence par le rappel adéquat d’un événement fondamental dans l’histoire des relations entre l’ASEAN et l’UE, à savoir la Décision de la 23e réunion ministérielle ASEAN-UE en 2020 d’élever les relations de dialogue ASEAN-UE à un partenariat stratégique.

 

Il convient également de mentionner l’adoption du Plan d’action pour la mise en œuvre du partenariat stratégique ASEAN-UE (2023-2027) lors de la conférence post-ministérielle de l’ASEAN (PMC) +1 avec l’UE qui s’est tenue le 4 août 2022 à Phnom Penh, Cambodge.

 

La définition des relations entre deux organisations régionales est courte et optimiste : l’ASEAN et l’UE sont des partenaires stratégiques ayant un intérêt commun dans une région pacifique, stable et prospère, où le droit international et l’ordre international fondé sur des règles sont respectés et où la paix, la sécurité et la stabilité sont maintenues, y compris à travers, entre autres, la promotion et la protection des droits de l’homme tels que l’égalité des sexes et les libertés fondamentales. Les références au droit international sont assez fréquentes dans l’ensemble du document, illustrant ainsi la volonté des deux parties de souligner leur volonté de développer des relations solidement cimentées par le jus gentium.

 

En outre, les deux organisations réaffirment spécifiquement leur respect mutuel des principes de souveraineté, d’intégrité territoriale, d’égalité, de non-ingérence et d’indépendance politique de toutes les nations, tels qu’énoncés dans la Charte des Nations Unies,  la Déclaration relative aux principes du droit international touchant les relations amicales et la coopération entre les États conformément à la Charte des Nations Unies, à la Charte de l’ASEAN, au Traité sur l’Union européenne, au Traité d’amitié et de coopération en Asie du Sud-Est (TAC), à la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) de 1982, Perspectives de l’ASEAN sur l’Indo-Pacifique (AOIP) et Stratégie de coopération de l’UE dans l’Indo-Pacifique.

 

L’énumération des principes expressis verbis est très significative, car pour des raisons politiques, l’ASEAN est critiquée dans les pays occidentaux pour sa faible action face à la situation de crise au Myanmar en invoquant le principe de non-ingérence.

 

En corollaire, les deux organisations déclarent partager un engagement fondamental envers l’ordre international fondé sur des règles. Elles rappellent également que le respect et la promotion du droit international, y compris la Charte des Nations Unies, sont essentiels pour maintenir la paix, promouvoir et protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales et faire progresser le développement durable.

 

Promouvoir la diplomatie multilatérale

 

Au cours d’une période de déclin dangereux du multilatéralisme au niveau mondial, il est gratifiant d’apprendre que « l’ASEAN et l’UE croient toutes deux en l’importance de renforcer le système multilatéral fondé sur des règles, notamment par la promotion d’un multilatéralisme efficace. Nous avons un intérêt commun à promouvoir le droit international et les normes et règles internationales, contribuant ainsi à un monde pacifique, juste et prospère. Nous réaffirmons notre attachement au régionalisme et au multilatéralisme, qui se renforcent mutuellement et qui contribuent à la paix, à la sécurité, à la stabilité et à la prospérité régionales et mondiales »

 

Les deux organisations attendent avec impatience une décision sur les sommets réguliers en 2023. Entre-temps, elles se sont félicitées de la signature de l’Accord global de transport aérien ASEAN-UE (AE CATA), le tout premier accord aérien de région à région. Elles ont également salué l’engagement de l’UE à soutenir les infrastructures durables, l’innovation numérique, la logistique transparente, la mobilité renforcée et un environnement favorable dans la région de l’ASEAN. Dans le même temps, dans le cadre de la Global Gateway, elles ont noté le lancement de l’initiative Team Europe sur la connectivité durable de l’UE, qui vise à renforcer la coopération ASEAN-UE et à être complétée par des projets concrets aux niveaux régional et national à travers Asie du sud est. L’ASEAN et l’UE se sont félicitées de la contribution attendue de l’UE   d’environ 10 milliards d’euros pour la mise en œuvre de Global Gateway dans la région de l’ASEAN et s’est également félicité du sommet des entreprises ASEAN-UE et du sommet ASEAN-UE de la jeunesse,tous deux organisés conjointement avec le sommet commémoratif ASEAN-UE.

 

Un dispositif tourné vers l’avenir

 

Le dispositif du document à l’examen commence par l’engagement de développer le partenariat stratégique ASEAN-UE fondé sur le droit international, l’intérêt mutuel et la coopération mutuellement bénéfique sur les questions d’intérêt commun et le principe d’égalité.

 

Il existe un engagement croissant entre l’ASEAN et l’UE sur un large éventail de questions traditionnelles et non traditionnelles liées à la sécurité et à la défense, telles que la criminalité transnationale, la sécurité maritime, les femmes, la paix et la sécurité (WPS), la jeunesse, la paix et la sécurité (YPS ), les opérations de maintien de la paix, la médecine militaire, la cybersécurité et la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale . L’ASEAN et l’UE sont prêtes à poursuivre une coopération économique solide, l’UE étant le troisième partenaire commercial et le deuxième investisseur de l’ASEAN. Elles favoriseront le commerce et l’investissement durables et inclusifs. Cela comprendra des domaines importants tels que le changement climatique, la sécurité de l’eau, les débris marins, l’économie verte et circulaire, les énergies renouvelables et les transitions numériques. Les deux organisations continueront de faire progresser la mise en œuvre de la Déclaration ministérielle conjointe ASEAN-UE sur la connectivité adoptée en 2020.

 

De nombreux paragraphes du dispositif renvoient à des détails techniques et ne peuvent être résumés dans l’espace limité de cet article.

 

Mais les principales questions auxquelles ils se réfèrent méritent d’être mentionnées. Elles concernent le développement d’économies numériques apaisées, sécurisées, ouvertes, interopérables, fiables, inclusives et résilientes ; échanges entre chercheurs, étudiants et jeunes; dialogue plus étroit entre le Comité de l’ASEAN sur la science, la technologie et l’innovation (COSTI) et l’UE.

 

Une attention particulière est accordée à la contribution de l’UE aux efforts déployés par l’ASEAN pour réduire les écarts de développement entre les États membres de l’ASEAN ainsi qu’entre l’ASEAN et le reste du monde, notamment par la mise en œuvre du plan de travail IV de l’Initiative pour l’intégration de l’ASEAN (IAI) (2021 -2025) afin de réaliser l’intégration communautaire et régionale de l’ASEAN, ainsi qu’en tenant compte des cadres de coopération sous-régionaux existants.

 

 Il existe un engagement commun de l’ASEAN et de l’UE envers le Programme des Nations unies à l’horizon 2030 et ses objectifs de développement durable, la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), l’Accord de Paris, le Cadre de Sendai sur la réduction des risques de catastrophe et le programme mondial post-2020, le Cadre de la biodiversité. Un premier dialogue ministériel ASEAN-UE sur l’environnement et le changement climatique aura lieu en 2023.

 

Les deux organisations se réjouissent de mener régulièrement le Dialogue ASEAN-UE sur le développement durable en tant que plate-forme pour discuter et promouvoir la coopération en matière de développement durable ; renforcer les complémentarités entre la vision 2025 de la Communauté de l’ASEAN et le Programme de développement durable des Nations Unies à l’horizon 2030, ainsi que soutenir le travail du Centre d’études et de dialogue sur le développement durable de l’ASEAN pour promouvoir la coopération en matière de développement durable au sein de l’ASEAN.

 

L’impact significatif de la pandémie de COVID-19 sur les sociétés et les économies ne pouvait pas être oublié dans la Déclaration, ainsi que la nécessité d’une reprise durable et inclusive. Des remerciements ont été exprimés pour l’enveloppe de plus de 800 millions d’euros de Team Europe dans la région de l’ASEAN, y compris le soutien financier de 20 millions d’euros pour la résilience sanitaire du programme de soutien “Réponse et préparation à la pandémie sanitaire en Asie du Sud-Est”. En outre, les contributions de l’UE à l’exportation de vaccins et aux dons à l’Asie du Sud-Est ont également été reconnues.

 

Sur la base de l’expérience passée, l’ASEAN et l’UE ont annoncé leur soutien aux efforts conjoints de relèvement de la pandémie et de sécurité sanitaire, tout en soulignant la nécessité d’une plus grande coopération aux niveaux régional et mondial pour parvenir à la Couverture sanitaire universelle (CSU) d’ici 2030 sur la base de solides systèmes de soins de santé, renforcer les objectifs de développement durable liés à la santé et renforcer la capacité des États membres de l’ASEAN à produire des technologies et des innovations sanitaires aux niveaux national et régional pour répondre efficacement aux urgences sanitaires.

 

Il est utile de rappeler que dans la Déclaration, l’ASEAN et l’UE ont reconnu les avantages d’avoir la Mer de Chine méridionale comme une mer de paix, de stabilité et de prospérité. Elles ont souligné l’importance de la mise en œuvre pleine et effective de la Déclaration de 2002 sur la conduite des parties en Mer de Chine méridionale (DOC) dans son intégralité.

 

Les deux organisations restent profondément préoccupées par la situation de crise au Myanmar. Elles se sont félicités de la coordination étroite entre l’envoyé spécial du président de l’ASEAN pour le Myanmar et l’envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies pour le Myanmar afin d’assurer une synergie dans cette importante entreprise. L’ASEAN salue et attend avec impatience le soutien continu de ses partenaires extérieurs, tels que l’UE, aux efforts de l’ASEAN pour mettre en œuvre le consensus en cinq points.

 

Sur la guerre en Ukraine, il y a eu une discussion sur la question. Les deux organisations ont réitéré leurs positions telles qu’exprimées dans d’autres forums, y compris le Conseil de sécurité des Nations Unies et l’Assemblée générale des Nations Unies, avec une référence spécifique aux résolutions pertinentes.

 

L’ASEAN et l’UE se sont déclarées gravement préoccupées par la recrudescence des essais de missiles balistiques intercontinentaux et des lancements de missiles balistiques de la RPDC et ont exhorté la RPDC à cesser ces lancements et à s’abstenir de tout essai nucléaire.

 

Dans le dernier paragraphe du dispositif de la Déclaration, l’ASEAN et l’UE se sont déclarées préoccupées par la persistance de la crise humanitaire en Afghanistan et ont appelé à un accès sans entrave à l’acheminement de l’aide humanitaire dans toutes les régions du pays. Ils ont souligné l’importance d’un gouvernement inclusif et pleinement représentatif, fondé sur l’état de droit, le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales de toutes les personnes vivant en Afghanistan, en particulier les femmes, les filles et les enfants.

 

Conclusion

 

Cette Déclaration diplomatique résumée ci-dessus n’est pas un traité, mais elle devrait être mise en œuvre par l’ASEAN et l’UE. Par conséquent, ses auteurs ont eu l’idée pratique de formuler des instructions appropriées en la matière. Ils ont écrit : “Alors que nous adoptons cette Déclaration conjointe des dirigeants, nous chargeons nos responsables concernés de mettre en œuvre les initiatives ci-dessus pour compléter les programmes et les objectifs identifiés dans le Plan d’action pour la mise en œuvre du partenariat stratégique ASEAN-UE (2023-2027), avec en vue de renforcer le partenariat stratégique ASEAN-UE ». La réussite de la mise en œuvre sera soumise à l’exigence d’agir ensemble dans un esprit de solidarité, valeur universelle officiellement partagée par les deux organisations. De nombreuses réunions de travail UE-ASEAN auront lieu entre diplomates et experts des deux organisations en 2023 ce qui permettra de nouvelles mesures utiles pour concrétiser les engagements inscrits dans la Déclaration conjointe des dirigeants.

 

Sous la présidence dynamique de l’Indonésie en 2023, l’ASEAN devrait donner l’impulsion nécessaire à un processus diplomatique responsable destiné à contribuer à un renouveau du multilatéralisme régional et interrégional.

 

Ioan Voicu

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus