Home Accueil ASIE – EUROPE : L’Union européenne peut elle encore monter dans le train asiatique ?

ASIE – EUROPE : L’Union européenne peut elle encore monter dans le train asiatique ?

Journaliste : Rédaction Date de publication : 09/08/2022
2

Josep Borrell ASEAN

 

Le Haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères Josep Borrell estime indispensable la consolidation des relations entre l’UE et l’Asie du Sud-Est. Il l’a de nouveau expliqué en marge du récent sommet de Phnom Penh au Cambodge.

 

Extraits du discours de Josep Borrell, Haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité / Vice-président de la Commission européenne.

 

La semaine dernière, j’ai assisté à Phnom Penh à la conférence post-ministérielle de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) et aux réunions ministérielles annuelles du Forum régional de l’ASEAN (FRA). Un élément clé des tensions internationales actuelles m’a alors été rappelé : la région Asie-Pacifique est sans aucun doute en train de devenir le centre de gravité du monde.

 

Ma visite a eu lieu à un moment où les tensions augmentent rapidement, avec un potentiel d’escalade majeur entre les États-Unis et la Chine au sujet de Taïwan ; l’impact international croissant de la guerre de la Russie contre l’Ukraine ; et la détérioration brutale de la situation en Birmanie.

 

J’ai souligné à plusieurs reprises au cours de mon mandat que l’histoire du 21e siècle s’écrira dans une large mesure en Asie et que nous devons nous engager beaucoup plus dans cette région. Si l’UE veut être un acteur géopolitique, nous devons également être perçus comme un acteur politique et de sécurité dans la région Asie-Pacifique, et pas seulement comme un partenaire de coopération au développement, de commerce ou d’investissement.

 

La région Asie-Pacifique crée 60 % du PIB mondial et deux tiers de la croissance mondiale.

 

Pour commencer, permettez-moi de rappeler quelques chiffres de base. La région Asie-Pacifique crée 60 % du PIB mondial et deux tiers de la croissance mondiale. C’est la deuxième plus grande destination des exportations de l’UE et elle abrite quatre des dix principaux partenaires commerciaux de l’UE. Environ 40 % du commerce extérieur de l’UE passe par la mer de Chine méridionale. L’UE est également le premier investisseur et le premier fournisseur d’aide au développement dans la région Asie-Pacifique. Au-delà des facteurs économiques, les évolutions démographiques et géopolitiques font également de la région le centre de gravité du monde. La sécurité asiatique a un impact direct sur la sécurité et la prospérité européennes.

 

Approfondir les relations UE-ASEAN

 

Dans toutes les réunions, j’ai formulé l’intention de l’UE de s’engager beaucoup plus et d’approfondir les relations UE-ASEAN. Nos discussions ont montré qu’il existe une demande claire dans la région pour une présence accrue de l’UE : sur la reprise post-pandémique, sur la connectivité, sur la transition verte et sur la sécurité. Les réunions bilatérales organisées au cours de ma visite ont une nouvelle fois confirmé que nous ne pouvons plus nous permettre de prendre du retard dans notre engagement avec la région.

 

Comme je l’ai souligné lors de ma rencontre avec le secrétaire général de l’ASEAN, Dato Lim Jock Hoi, l’ASEAN et l’Union européenne partagent de fortes aspirations communes. Nous ne pouvons oublier que les deux organisations ont été fondées pour prévenir les conflits en rapprochant les économies et en assurant la stabilité.

 

Il est particulièrement important de pouvoir s’appuyer sur des partenaires qui partagent le même attachement au multilatéralisme, au commerce libre et équitable et à un ordre mondial fondé sur des règles.

 

C’est dans cet esprit que nous avons adopté, lors de ma visite, le plan d’action UE-ASEAN 2023-2027.  Nous prévoyons également de signer un accord global de transport aérien (CATA) de grande portée avec nos partenaires de l’ASEAN dans le courant de l’année. Il ne s’agit pas seulement d’expressions concrètes de notre partenariat stratégique dans un large éventail de domaines de coopération, notamment la lutte contre les pandémies, le commerce, la connectivité durable et fondée sur des règles, le changement climatique, la recherche et la sécurité. Face aux crises de sécurité et aux défis économiques actuels, il est aussi particulièrement important de pouvoir s’appuyer sur des partenaires qui partagent le même attachement au multilatéralisme, au commerce libre et équitable et à un ordre mondial fondé sur des règles.

 

Questions géopolitiques et de sécurité régionale

 

L’ordre international fondé sur des règles est actuellement en jeu comme jamais auparavant et nous voyons de multiples et graves menaces pour la paix et la stabilité dans nos régions. Lors de mon intervention au Forum régional, j’ai présenté le point de vue de l’UE sur ces menaces, en commençant par l’invasion russe de l’Ukraine. Alors que cette guerre a été condamnée par 141 membres de l’ONU, j’ai réalisé une nouvelle fois lors de nos réunions au Cambodge que les points de vue divergent sur la manière d’aller de l’avant et sur les conséquences de cette guerre. Les États-Unis, l’Union européenne et Singapour, notamment, ont eu fort à faire pour combattre l’argument russe selon lequel ce sont les sanctions de l’Union européenne et des États-Unis qui ont provoqué l’insécurité alimentaire et entraîné l’inflation et la pauvreté au détriment des pays en développement. Sans défendre les explications russes quant aux causes du conflit, la plupart des pays de l’ASEAN ont eu tendance à suivre explicitement ou à sympathiser implicitement avec le récit russe. Cette bataille est loin d’être gagnée pour l’Occident et nécessite des efforts de communication considérablement renforcés, adaptés aux langues locales et aux médias sociaux.

 

Dans son intervention au cours de notre réunion, le ministre russe des affaires étrangères, M. Lavrov, a mis l’accent sur ce récit erroné, mais là encore, il est parti juste après avoir prononcé son discours. Il n’a donc pas écouté les autres ministres qui ont expliqué, comme je l’ai fait, que l’achat, le transport, le paiement et l’importation de produits agricoles russes sont spécifiquement exemptés des sanctions. En outre, le fait que nous éliminions progressivement les importations d’énergie russe ne signifie pas que nous ne sommes pas autorisés à importer des produits agricoles russe.

 


L’ordre international fondé sur des règles est actuellement en jeu comme jamais auparavant et nous voyons des menaces multiples et graves pour la paix et la stabilité dans nos régions.

 

Une autre tension géopolitique que j’ai soulevée est la situation en mer de Chine méridionale, compte tenu de la militarisation accrue et des actions déstabilisantes, qui menacent la liberté de navigation et de survol, tout en affectant la stabilité et la sécurité. L’UE soutient activement le processus mené par l’ASEAN en vue d’un code de conduite efficace, substantiel et juridiquement contraignant pour cette zone maritime, respectueux des intérêts des tiers.

 

La crise du détroit de Taïwan étant allée crescendo pendant mon séjour à Phnom Penh, il était impossible de ne pas en parler dans mon discours. Pour l’UE, c’est clair : nous voulons préserver la paix et le statu quo dans le détroit de Taïwan. Les tirs de missiles balistiques au-dessus de Taïwan, dont plusieurs ont atterri dans la zone économique exclusive du Japon, constituent une évolution inquiétante qui pourrait conduire à une déstabilisation supplémentaire et à une escalade des risques. C’est pourquoi l’UE a appelé, avec le G7, toutes les parties à rester calmes, à faire preuve de retenue, à agir avec transparence et à maintenir des lignes de communication ouvertes afin d’éviter toute erreur de calcul qui pourrait avoir des conséquences tragiques. Cela dit, l’escalade soudaine des tensions dans le détroit de Taïwan est devenue un sujet de discorde entre les pays de l’ASEAN, confrontant ses membres à ce qu’ils souhaitent le plus éviter : avoir à faire un choix binaire entre les États-Unis et la Chine. L’ASEAN lance un appel pressant aux deux partenaires pour qu’ils se calment et désescaladent. Ce conflit a un potentiel de division et de perturbation majeur pour l’ASEAN et l’économie mondiale.

 

En outre, la détérioration de la situation en Birmanie a figuré en bonne place dans l’ordre du jour de mes deux jours à Phnom Penh. L’exécution de quatre militants pro-démocratie a été un signal choquant pour le monde entier du mépris de la junte pour la vie et les droits des citoyens de Birmanie et leur désir de liberté. Nous sommes préoccupés par l’absence de progrès dans la mise en œuvre du consensus en cinq points de l’ASEAN et sommes prêts à soutenir l’ASEAN dans ses efforts renouvelés en vue d’une solution politique pacifique et inclusive. Les priorités doivent être de mettre un terme à la violence, de reprendre un processus de règlement politique et d’améliorer la fourniture de l’aide humanitaire.

 

Vers le sommet commémoratif UE-ASEAN à Bruxelles

 

Ce voyage au Cambodge m’a convaincu que l’ASEAN est une organisation importante qui contribue à préserver la paix et la sécurité et que (2) l’UE doit être un partenaire fiable dans cette entreprise. Les derniers jours l’ont démontré, et je me réjouis maintenant de mettre en œuvre nos plans, d’approfondir encore nos liens et d’accueillir les dirigeants de l’ASEAN à Bruxelles en décembre pour commémorer les 45 ans des relations UE-ASEAN. En dépit de la date “inamicale” du mois d’août, les réunions PMC/ARF sont devenues mon rendez-vous incontournable de l’année en Asie-Pacifique, et nous nous reverrons donc l’année prochaine à Jakarta.

 

Enfin, je voudrais dire un mot du Cambodge et des éléments bilatéraux de ma visite. J’ai félicité le Cambodge pour son rôle de président de l’ASEAN dans un contexte international et régional très complexe, et lors de mes rencontres avec le Premier ministre Hun Sen et le ministre des Affaires étrangères Prak Sonhonn, j’ai fortement soutenu les efforts du Cambodge pour faire face à la crise au Myanmar et le rôle du ministre des Affaires étrangères cambodgien en tant qu’envoyé spécial de l’ASEAN pour la Birmanie. En ce qui concerne nos relations bilatérales, il est crucial d’approfondir notre coopération et de maintenir notre dialogue ouvert sur les questions d’intérêt commun, y compris les questions difficiles telles que les droits de l’homme et la protection des libertés fondamentales, qui font partie intégrante de nos relations bilatérales.

 

En dehors des affaires courantes, j’ai eu l’occasion de visiter brièvement les trésors de l’ancien empire khmer dans le parc archéologique d’Angkor Wat au Cambodge. Un monument étonnant de l’histoire et du développement de l’humanité, qui est si impressionnant et vraiment à couper le souffle. À Phnom Penh, j’ai été confronté à un souvenir tragique et sombre du passé récent du Cambodge. J’ai visité le musée du génocide de Tuol Sleng, un bâtiment de l’école secondaire transformé en prison S-21 par les Khmers rouges, où plus de 12 000 personnes ont été torturées et tuées. Pendant les quatre années du régime brutal de Pol Pot, plus de deux millions d’hommes, de femmes et d’enfants sont morts par exécution, de faim et de surmenage. Le souvenir de ces atrocités doit être préservé afin d’éviter de futurs génocides. Les jeunes générations doivent comprendre l’importance de leur contribution pour continuer à construire la paix et à protéger les droits.

2 Commentaires

  1. Pendant des années…L’Europe a boudé l’Asie….sous différents prétextes….!
    L’Europe a laissé à d’autres pays le monopole du commerce …dont la Chine.
    Et maintenant elle se réveille …..à ma avis nous avons laissé passer le train….J’espère que nos politiciens comprendront enfin que l’Asie est le continent d’avenir….

  2. Il faudrait déjà qu’elle soit capable de monter dans le train occidental, au lieu d’errer entièrement nue sur le bord de la route.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus