Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Ankara Escort
1xbet
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
betforward
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
deneme bonusu veren bahis siteleri
deneme bonusu
casino slot siteleri/a>
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
https://treirb.net
deneme bonusu veren bahis siteleri
https://www.getbetbonus.com
Home Accueil ASIE – ONU : Jeunesse et sécurité, possible de concilier les deux en 2024 ?

ASIE – ONU : Jeunesse et sécurité, possible de concilier les deux en 2024 ?

Date de publication : 14/04/2024
0

ONU

 

Une chronique multilatérale de Ioan Voicu, ancien ambassadeur de Roumanie en Thaïlande

 

La jeunesse, la paix et la sécurité

 

Sous ce titre, le Secrétariat de l’ONU a publié en avril de cette année un rapport (20 pages) entièrement consacré à ce sujet d’actualité et censé inspirer d’importantes délibérations au sein du Conseil de sécurité de l’ONU, ainsi que dans d’autres organes de l’ONU et dans les organisations non gouvernementales compétentes.



Pour l’Asie, ce rapport revêt une signification particulière, car la majorité des jeunes vivent sur ce continent. Les jeunes représentent environ 19 % de la population totale de la région. Plus de 60 % de la jeunesse mondiale vit en Asie-Pacifique. Cela représente plus de 750 millions de jeunes femmes et hommes âgés de 15 à 24 ans. Malheureusement, la jeunesse asiatique n’est pas suffisamment mentionnée dans le rapport, car de nombreux gouvernements asiatiques n’ont pas répondu à l’invitation de fournir des réponses sur les questions de jeunesse, comme le demandait le Secrétariat de l’ONU.

 

Dans ces pages, nous commenterons les aspects les plus importants liés au rôle de la jeunesse dans le domaine vital de la paix et de la sécurité, tels que résumés dans le rapport à l’examen.

 

Le point de départ du rapport est réaliste. Il est clairement reconnu que des défis persistants continuent à se poser dans l’ensemble du domaine des questions de jeunesse.

 

Les défis les plus sérieux sont : la méfiance croissante entre les jeunes et les gouvernements, ainsi que les lois et pratiques discriminatoires fondées sur l’âge qui restent répandues dans de nombreux pays et entravent la participation significative des jeunes aux activités nationales.

 

De plus, malgré une dynamique politique visible en faveur du programme jeunesse et paix et sécurité, le nombre de références aux jeunes dans les résolutions et dans le nombre de jeunes informant le Conseil de sécurité et la Commission de consolidation de la paix diminue.

 

Il convient de noter que depuis 2022, le nombre de décès liés aux conflits a dépassé son plus haut niveau depuis 28 ans. Cela a eu des conséquences catastrophiques pour les personnes et les sociétés et a conduit à des niveaux de déplacement sans précédent. Il y a eu une augmentation  des changements de gouvernement anticonstitutionnels, ce qui représente un revers pour la gouvernance démocratique et un facteur menaçant la stabilité régionale, le développement économique et la protection des droits humains.

 

Piliers fondamentaux

 

Le rapport à l’examen est structuré autour des cinq piliers définis dans une résolution du Conseil de sécurité de 2015 : participation, protection, prévention, désengagement et réintégration, et partenariats.

 

En ce qui concerne la participation, on rapporte que dans 26 pays, 76 pour cent des jeunes estiment que les politiciens ne les écoutent pas. Dans une étude portant sur plus de 1 000 jeunes dans 65 pays et territoires, 82 pour cent des jeunes interrogés ont déclaré que la violence électorale entrave leur participation aux élections. Dans un autre rapport intitulé « Références aux jeunes dans les accords de paix, 1990-2022 », un  nombre de 208 accords de paix ont été identifiés qui mentionnent explicitement « la jeunesse » ou les « jeunes ». Cela représente 12 pour cent de tous les accords de paix au cours de la période en question et crée une base de référence pour suivre les progrès concernant les références aux jeunes dans les accords de paix.

 

En 2023, lors de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, la Coalition mondiale pour la jeunesse, la paix et la sécurité s’est associée pour faire avancer les discussions stratégiques sur l’intersection de la jeunesse, de la paix et de la sécurité climatique et s’est engagée dans une réunion de haut niveau de dialogue intergénérationnel lors de la séance. Cet événement a servi de catalyseur pour développer un cadre mondial pour intégrer les principes de jeunesse et de paix et de sécurité dans l’action climatique, favorisant ainsi une approche unifiée vers une paix et une sécurité sensibles au climat.

 

En Asie, l’équipe humanitaire nationale en Afghanistan a créé un groupe de travail sur les adolescents et les jeunes dans le cadre du cluster protection pour renforcer le partage d’informations et améliorer les programmes humanitaires adaptés aux jeunes dans les communautés difficiles d’accès.

 

En ce qui concerne la protection, le Bureau des Nations Unies pour la jeunesse a développé un module de formation en ligne adapté aux jeunes sur la manière de s’engager en toute sécurité au sein des Nations Unies, traitant de l’abus d’autorité, de la discrimination, du harcèlement en ligne et hors ligne, y compris le harcèlement sexuel, ainsi que de l’exploitation et des abus sexuels suite à l’engagement des jeunes auprès des Nations Unies.


En 2023, le Réseau mondial des femmes bâtisseuses de la paix a élaboré deux protocoles de protection spécifiques à chaque pays pour les jeunes bâtisseurs de la paix au Bangladesh et en Birmanie. Cependant, il convient de rappeler de manière critique qu’il n’existe actuellement aucun mécanisme de protection mondial offrant un financement d’urgence pour répondre aux besoins de protection urgents et spécifiques des jeunes du monde entier. Les mécanismes existants manquent souvent de ressources et de flexibilité pour fournir une aide d’urgence en temps opportun.



Selon le rapport à l’examen, une prévention efficace contre la violence repose sur des approches inclusives, notamment en garantissant la participation des jeunes dans toutes les dimensions politiques et socio-économiques. Le seul exemple pertinent en Asie est celui proposé par la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan, qui a renforcé les capacités d’atténuation des risques des jeunes en leur fournissant des informations sur la sécurité et la sûreté numériques.

 

Le programme jeunesse et paix et sécurité a été intégré dans les politiques et lois nationales du Sri Lanka. Cette décision fait référence au programme jeunesse et paix et sécurité dans les plans d’action nationaux sur les femmes et la paix et la sécurité. Des efforts multipartites sont en cours pour élaborer des cadres nationaux sur la jeunesse, la paix et la sécurité en Iraq, en Jordanie, au Kyrgyzstan et au Timor-Leste.

 

Il est souligné que les programmes de désengagement et de réintégration peuvent restaurer la paix et la sécurité dans les sociétés post-conflit et promouvoir la cohésion sociale et la réconciliation. La réalité montre que les jeunes sont parmi les principaux bénéficiaires de la réduction de la violence communautaire, programmes mis en œuvre par les opérations de maintien de la paix.

 

Des nouvelles positives sont rapportées par l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN). L’Institut pour la paix et la réconciliation, la République démocratique populaire Lao et les Nations Unies ont réuni des experts en matière de jeunesse et des responsables des États membres de l’ASEAN, des Nations Unies et des partenaires régionaux pour délibérer sur le rôle crucial des jeunes dans la consolidation de la paix et pour faire progresser la jeunesse et la paix et la sécurité sur l’ordre du jour. La réunion comprenait le lancement de l’élaboration d’une étude de l’Institut de l’ASEAN pour la paix et la réconciliation sur la jeunesse, la paix et la sécurité, offrant des informations précieuses aux décideurs politiques régionaux.

 

Au cours des dernières années, cinq autres entités des Nations Unies ont désigné des points focaux pour la jeunesse et la paix et la sécurité. Actuellement, le système comprend des points focaux dans 11 opérations de maintien de la paix, 17 missions politiques spéciales et 25 entités des Nations Unies.



Plus précisément, en 2022, le Bureau des Nations Unies pour la jeunesse a été créé par l’Assemblée générale en tant que bureau dédié aux affaires de jeunesse, dirigeant l’engagement et le plaidoyer pour l’avancement des questions de jeunesse à travers les Nations Unies dans les domaines de la paix et de la sécurité, du développement durable et droits humains.

 

Les statistiques sur la jeunesse sont très instructives. En 2022-2023, 34 des 104 résolutions du Conseil de sécurité contenaient des références aux jeunes. Le pourcentage de références aux jeunes dans les résolutions du Conseil a augmenté de manière constante de 2016 (13 pour cent) à 2020 (35,1 pour cent). Par la suite, elle a stagné, 2023 ayant la plus faible proportion de références à la jeunesse depuis 2018.

 

La proportion de références significatives à la jeunesse dans les résolutions a augmenté jusqu’en 2021, mais a diminué au cours de la période considérée. Les mandats de 6 des 12 opérations de maintien de la paix et de 13 des 24 missions politiques spéciales contiennent des références à la jeunesse et à la paix et à la sécurité ou à l’engagement des jeunes dans ce domaine.

 

Recommandations

 

La section la plus précieuse du rapport du Secrétaire général de l’ONU sur la jeunesse est réservée aux recommandations. Ils sont nombreux et couvrent un grand nombre d’éléments. Nous en reproduirons les plus ambitieux. Il est proposé de :

 

Organiser chaque année un débat public du Conseil de sécurité sur la jeunesse, la paix et la sécurité afin de garantir un engagement et une dynamique durables pour l’avancement du programme ;

 

Accroître la participation des jeunes aux processus décisionnels et électoraux en tant que candidats, électeurs, responsables électoraux, agents de partis, observateurs et observateurs des droits de l’homme, notamment en respectant, en promouvant et en garantissant les droits des jeunes à la liberté de réunion pacifique, d’association, d’opinion et expression et participation aux affaires publiques ;


Augmenter les investissements dans les initiatives de prévention des conflits et de consolidation de la paix axées sur et dirigées par les jeunes, en garantissant la flexibilité, la durabilité à long terme et l’accès direct aux ressources pour les organisations formelles et informelles dirigées par des jeunes ; Les États membres devraient également envisager de consacrer des allocations minimales dans leur aide publique au développement aux efforts de consolidation de la paix centrés sur les jeunes et qui leur tiennent compte.

 

Refléter les engagements, dans les pactes de haut niveau des Nations Unies, les termes de référence et les directives pour les hauts dirigeants au siège, dans les missions sur le terrain et dans les bureaux de pays, y compris les chefs d’entités, les envoyés spéciaux, les représentants spéciaux, les coordonnateurs résidents, les représentants résidents et non-résidents et les coordinateurs humanitaires, sur une participation significative des jeunes, en accordant une attention particulière à la participation des jeunes femmes et à l’agenda jeunesse et paix et sécurité.

 

En conclusion, il convient de rappeler que toutes les recommandations ci-dessus et bien d’autres contenues dans le rapport résumé ne peuvent être mises en œuvre que s’il existe une véritable volonté politique de la part des 193 États membres de l’ONU de leur donner une réelle tangibilité. Cette condition cruciale ne pourra être remplie que si l’esprit de coopération entre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité est guidé par la conviction que la paix est réellement la valeur suprême de l’humanité.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus