Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Ankara Escort
1xbet
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
betforward
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
deneme bonusu veren bahis siteleri
deneme bonusu
casino slot siteleri/a>
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
https://treirb.net
deneme bonusu veren bahis siteleri
https://www.getbetbonus.com
Home Accueil BIRMANIE – DÉFENSE : La guerre en Birmanie est-elle en train de changer de nature

BIRMANIE – DÉFENSE : La guerre en Birmanie est-elle en train de changer de nature

Date de publication : 14/04/2024
0

Drone Birmanie

 

Remerciements au site Asia Sentinel

 

La guerre civile en Birmanie a franchi une étape critique à la fin de la semaine dernière avec une attaque coordonnée de drones contre la capitale Naypyidaw. Environ 23 drones à voilure fixe ont ciblé le quartier général militaire ainsi que la piste d’atterrissage de l’armée de l’air à l’aéroport de Naypyidaw. De plus, la résidence du chef du Conseil d’administration de l’État (SAC), le général Min Aung Hlaing, aurait également été visée.

 

Bien que l’impact militaire semble avoir été minime, l’attaque représente probablement un revers psychologique pour le régime. Après l’offensive majeure des rebelles lors de l’opération 1027 dans le nord de l’État de Shan, le régime a subi des mois de défaites sur le champ de bataille. Les insurgés ont réalisé des progrès significatifs lors de l’opération 1111 dans les États d’Arakan, de Karen et de Karenni, entraînant la perte d’environ 50 villes et de nombreuses bases de différentes tailles, ainsi que des centaines de soldats tués ou capturés. Le soutien international au régime s’est également érodé, Pékin adoptant une position neutre et Moscou restant son seul allié fidèle.

 

Le fait que la junte subisse une violation aussi spectaculaire de son sanctuaire intérieur envoie une onde de choc symbolique qui dépasse sa portée militaire. D’après un décompte, plus de 300 bases et villes ont été reprises par les forces anti-junte depuis le coup d’État de 2021, y compris des postes frontaliers stratégiques. Les habitants de Rangoun, la capitale commerciale du pays, ont confié à Asia Sentinel qu’ils craignaient de s’aventurer hors de la ville.

 

Le ministère de la Défense du gouvernement d’unité nationale d’opposition, mis en place par les rebelles après le coup d’État militaire de la junte en février 2021, a revendiqué la responsabilité de l’attaque quelques heures plus tard. Les rebelles ont déclaré dans un communiqué succinct que « des unités des forces spéciales des Forces de défense du peuple, accompagnées de l’équipe Kloud Drone de Shar Htoo Waw, ont ciblé le quartier général militaire. » De même, les forces spéciales des Forces de défense du peuple (PDF) et l’équipe de Shar Htoo Waw ont mené des attaques sur la base aérienne d’Alar. Des sources non confirmées indiquent que plusieurs officiers auraient été blessés lors de l’attaque contre le quartier général militaire.

 

Les médias d’État de la junte ont déclaré que le système de défense aérienne militaire avait “réussi à intercepter tous les drones”. Deux des drones ont explosé dans les airs avant d’atteindre leurs cibles, tandis que les autres ont été abattus. Treize drones se sont écrasés au sol après avoir été interceptés et ont été récupérés. Les photos publiées montrent plusieurs drones, certains apparemment intacts et d’autres endommagés. Aucun dégât n’a été signalé aux installations ou aux avions militaires présents à l’aéroport.

 

Cette attaque ressemblait moins à un “essaim de drones” qu’à une “vague de drones”, témoignant d’un niveau de sophistication et d’innovation croissant sur le champ de bataille ces derniers mois. La résistance a nettement renforcé sa capacité à utiliser des drones pour la surveillance et le largage de munitions de plus en plus lourdes. Dans plusieurs régions, le conflit en Birmanie s’est transformé en une guerre de drones, le SAC et la résistance utilisant des drones sophistiqués, qu’ils soient de fabrication commerciale ou artisanale, dans leurs opérations militaires.

 

Les drones semblent être fabriqués artisanalement, souvent à partir de kits ou par impression 3D, et sont utilisés par diverses forces de résistance depuis un certain temps. De nombreux groupes armés de Birmanie, tels que les PDF et les groupes ethniques armés (EAO), assemblent des drones en suivant des tutoriels sur YouTube et en recherchant des options d’achat en ligne. Des techniciens résistant passionnés de technologie modifient ensuite ces drones en ajoutant des obus de mortier pour attaquer les bases, les convois, et même les hélicoptères du SAC. Il existe des dizaines d’unités de drones rebelles opérant dans toute la Birmanie, avec des noms tels que Federal Wings et Salingyi Spaceman Drone Army, souvent soutenues par les dons de la diaspora birmane mondiale. Dans ce conflit asymétrique, l’utilisation de drones a permis à la résistance de progresser de manière significative et de changer la dynamique des batailles.

 

Min Aung Hlaing a admis l’importance de la menace posée par les drones lors d’un discours majeur devant le conseil militaire à la fin de novembre 2023, évoquant l’opération 1027. Il a déclaré : « Les incidents dans le nord-est de l’État Shan ont montré un déploiement massif de forces et de technologies, y compris l’utilisation de drones militaires pour larguer des bombes lors d’attaques. Jusqu’à présent, plus de 25 000 bombes ont été larguées. » Le terme « larguer des bombes » est devenu courant dans le jargon militaire birman.

 

Malgré le regain incontestable de moral que cette attaque est susceptible d’apporter à la résistance, la bataille pour le contrôle du centre de la Birmanie demeure une entreprise longue et ardue. Le régime s’effondre le long de ses frontières, notamment avec l’offensive récente de l’Armée pour l’indépendance Kachin (KIA) et son opération 0307, qui a repoussé la Tatmadaw de bases clés. Toutefois, en ciblant le régime dans les plaines centrales du pays, où se trouvent de grandes bases militaires, des infrastructures industrielles, des aérodromes et des réserves stratégiques souvent sous-estimées, le régime pourrait réussir à se maintenir encore un certain temps.

 

Face aux pertes sur le champ de bataille, l’armée intensifie ses frappes aériennes punitives, bombardements d’artillerie et attaques de drones de plus en plus sophistiquées, grâce notamment à l’équipement militaire fourni par son partenaire russe.

 

Cette attaque de 23 drones met en lumière la vulnérabilité de Naypyidaw et devrait susciter des inquiétudes chez le régime et ses partisans quant à la possibilité d’attaques futures sur leur centre névralgique. Le régime devra probablement réaffecter des ressources pour renforcer les défenses de Naypyidaw, ce qui pourrait ébranler la complaisance au sein de ses hauts commandements. Cependant, les généraux ont montré un manque constant de lucidité dans leur approche du conflit depuis le coup d’État il y a trois ans. Une attaque de drone sur le quartier général devrait pourtant faire réfléchir sérieusement.

 

David Scott Mathieson est un analyste indépendant travaillant sur les questions de conflit, d’aide humanitaire et de droits de l’homme en Birmanie.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus