Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Home Accueil BIRMANIE EXPRESS – ACTUALITÉS : Que retenir de l’actualité birmane du 22 au 28 janvier ?

BIRMANIE EXPRESS – ACTUALITÉS : Que retenir de l’actualité birmane du 22 au 28 janvier ?

Date de publication : 29/01/2024
0

Capture de la ville de Hsi Hseng en Birmanie

 

Gavroche a sélectionné pour vous quelques nouvelles saillantes en Birmanie durant cette semaine écoulée. Un survol de l’actualité indispensable pour tous ceux qui s’intéressent à ce pays d’Asie du Sud-Est.

 

Politique, Diplomatie

 

La Cour suprême de Birmanie a ordonné la vente aux enchères de la maison familiale d’Aung San Suu Kyi à Rangoun. La vente aura lieu le 20 mars, et le prix plancher a été fixé à 90 millions de dollars. La décision a été rendue une semaine avant le troisième anniversaire de l’emprisonnement de la dirigeante déchue. Aung San Suu Kyi a été arrêtée le jour du coup d’État du 1er février 2021, et condamnée à 33 ans de prison pour divers chefs d’accusation. La villa de Rangoun, au bord du lac, est un symbole important de la lutte pour la démocratie en Birmanie. Aung San Suu Kyi y a été assignée à résidence pendant 15 ans par l’ancien régime militaire. La propriété a également été la source d’un conflit familial amer entre l’icône de la démocratie et son frère aîné, U Aung San Oo. U Aung San Oo a intenté une action en justice pour obtenir la propriété de la maison en 2016, mais sa demande a été rejetée par la justice. Les avocats d’Aung San Suu Kyi n’ont pas encore pu la rencontrer pour la consulter au sujet de la décision de la Cour suprême.

 

Le Conseil du Chinland, un groupe de forces de résistance formé par des membres de l’ethnie Chin, a tenu une réunion le 26 janvier pour lancer le processus de création de son propre parlement, de son gouvernement et de sa Cour suprême. Le Conseil a déclaré qu’il nommerait également plusieurs hauts responsables du gouvernement, dont un Premier ministre, un juge en chef, des membres du cabinet et du pouvoir judiciaire. Une annonce est attendue dans les prochains jours.

 

Le tribunal militaire de Nay Pyi Taw a condamné trois généraux de brigade à la peine de mort et trois autres à l’emprisonnement à perpétuité, après leur reddition à la MNDAA, dans la ville de Laukkai. Les six généraux ont conduit plus de 2 500 soldats et leurs familles à se rendre au MNDAA, mettant ainsi fin au combat pour la ville. La reddition est une humiliation majeure pour la junte et montre que le moral des troupes est en chute libre.

 

Le chef de la junte birmane, Min Aung Hlaing, a annoncé la formation d’une milice populaire composée d’habitants le 26 janvier. Cette décision a été prise en raison du manque de personnel au sein de l’armée, qui est confrontée à une résistance croissante de la part des groupes armés ethniques et des partisans de la démocratie. L’idée d’une milice populaire a été suggérée lors d’une réunion entre Min Aung Hlaing et 39 partis politiques le 6 janvier. Les partis politiques ont accepté de soutenir la formation de la milice, mais ils ont exprimé des inquiétudes quant à sa composition et à son contrôle. La junte a déclaré que la milice serait composée de volontaires âgés de 18 à 55 ans. Les membres de la milice seraient formés par l’armée et seraient équipés d’armes et d’équipements militaires.

 

Les dirigeants de la Border Guard Force (BGF) de l’État Karen ont annoncé leur intention de se retirer de l’armée birmane. Cette décision est un coup dur pour la junte, déjà affaiblie par un mouvement de résistance anti-régime à l’échelle nationale. Le chef adjoint de la junte, le général Soe Win, s’est rendu le 23 janvier dans l’État Karen pour tenter de persuader les dirigeants de la BGF de revenir sur leur décision. Cependant, la réunion s’est terminée par une impasse. Les dirigeants de la BGF ont déclaré qu’ils ne feraient plus partie de l’armée de Birmanie, qu’ils n’accepteraient plus aucun soutien de la part du régime militaire et qu’ils ne se rangeraient aux côtés d’aucune force armée. La BGF est une force paramilitaire qui est composée de membres de groupes ethniques minoritaires. Elle a été créée par la junte en 2009 dans le cadre d’un accord de paix.

 

L’ambassadeur de Chine en Birmanie, Chen Hai, a rencontré trois ministres de la junte le 25 janvier. Ces discussions ont eu lieu alors que la Birmanie est en proie à une violence croissante, notamment dans l’État de Rakhine et dans le nord de l’État de Shan. Chen a rencontré le ministre des affaires étrangères de la junte, Than Swe, le ministre de l’administration de l’État, Aung Naing Oo, et le ministre des affaires frontalières, Tun Tun Naung. Les discussions ont porté sur la stabilité des frontières et les mégaprojets investis par la Chine en Birmanie. Chen a insisté sur la poursuite de la coopération entre la Chine et la Birmanie sur la stabilité et le développement des frontières. Il a également évoqué le rapatriement des personnes déplacées, notamment dans l’État de Rakhine. La Chine est un partenaire important de la Birmanie. Elle a investi massivement dans le pays, notamment dans le cadre de projets d’infrastructures. La Chine est également un allié de la junte birmane.

 

La Force de défense nationale Karenni (KNDF) a affirmé le 24 janvier que plusieurs bataillons de l’armée birmane envisageaient de faire défection. Un responsable de la KNDF a expliqué au Kantarawaddy Times comment ils se préparaient à les aider à quitter l’armée. “Nous avons déjà planifié comment et ce que nous pouvons leur offrir. Notre groupe, qui s’occupe des défections, a également travaillé pour informer les soldats du plan de défection”, a déclaré le responsable de la KNDF. La KNDF a déclaré qu’elle était prête à fournir aux soldats défecteurs un abri, de la nourriture, des vêtements et une formation militaire. Elle a également déclaré qu’elle serait prête à leur fournir des possibilités d’emploi et d’éducation après la guerre.

 

La junte birmane met en vente la maison d’Aung San Suu Kyi, mais le gouvernement d’unité nationale prévient les acheteurs potentiels. La junte birmane a annoncé le 25 janvier qu’elle mettait aux enchères la maison d’Aung San Suu Kyi à Rangoun, pour 90 millions de dollars américains. Le porte-parole du gouvernement d’unité nationale (NUG), Kyaw Zaw, a mis en garde le public contre toute tentative d’achat de la maison. “Il est illégal de vendre la maison et quiconque le fera sera puni conformément à la loi. Personne ne deviendra propriétaire de la maison même s’il l’achète à l’armée”, a déclaré Kyaw Zaw. Le NUG a classé la maison d’Aung San Suu Kyi comme bien patrimonial en septembre 2022. Elle est considérée comme un symbole de la lutte pour la démocratie en Birmanie.

 

Économie

 

Sur les 9 premiers mois de l’exercice 2023-24 (avril-décembre), la Birmanie a exporté pour un montant total de 11 milliards de dollars. Les deux principaux secteurs d’exportation sont l’industrie textile, qui a représenté 3,3 milliards de dollars, et le gaz naturel, qui a représenté 2,5 milliards de dollars. Ces deux secteurs représentent plus de la moitié du total des exportations birmanes. Les ventes de produits agricoles ont atteint 2,2 milliards de dollars. Les autres secteurs d’exportation importants sont les produits miniers, les produits chimiques et les produits manufacturés. Les dix principaux pays d’exportation de la Birmanie sont la Thaïlande, la Chine, le Japon, l’Inde, les États-Unis, l’Allemagne, la Pologne, l’Espagne, la Corée du Sud et l’Italie.

 

Le ministère des Transports et des Communications de Birmanie a lancé un appel d’offres pour la mise en œuvre d’un système d’identification par radiofréquence (RFID) pour les véhicules. Ce système est destiné à moderniser la gestion des immatriculations des véhicules en Birmanie et à améliorer la sécurité routière. Le système RFID utilise des étiquettes électroniques pour identifier les véhicules. Ces étiquettes sont placées sur le pare-brise ou la plaque d’immatriculation du véhicule. Les étiquettes RFID peuvent être lues à distance par des scanners RFID. Le système RFID offre plusieurs avantages par rapport au système actuel de plaques d’immatriculation. Il est plus précis, plus rapide et plus sécurisé. Il permet également de suivre les véhicules en temps réel. Les investisseurs nationaux et étrangers sont invités à soumettre des demandes de préqualification pour la mise en œuvre du système RFID. Les demandes doivent être soumises avant le 5 février 2024.

 

Société/Répression/Conflit

 

Au moins 15 soldats de l’armée birmane ont été tués et quatre membres des Forces de défense du peuple (PDF) ont été tués ou blessés lors d’une attaque contre un avant-poste militaire dans le village de Kabo, dans la municipalité de Kanbalu, le 25 janvier. L’attaque a eu lieu à 2 heures du matin. Les PDF ont attaqué l’avant-poste à l’aide d’armes légères et d’explosifs. Les combats ont duré plusieurs heures. “Nous avons pris une caserne de pompiers mais avons dû nous replier lorsque quatre véhicules militaires sont arrivés en provenance de la ville de Kanbalu”, a déclaré un porte-parole des PDF. Les PDF ont affirmé avoir saisi des armes à la suite de l’attaque. Cette attaque est la dernière d’une série d’attaques menées par les PDF contre les forces de sécurité birmanes.

 

Le 28 janvier, l’Armée de libération nationale Pao (PNLA) a capturé la ville de Hsi Hseng, dans l’État Kayah, en Birmanie. La capture de Hsi Hseng est une victoire importante pour les forces de résistance birmanes, qui luttent contre la junte depuis le coup d’État du 1er février 2021. Les forces conjointes du PNLA et des PDF ont pris le poste de police le 24 janvier. Le 26 janvier, elles ont capturé le 424e bataillon de l’armée. En réponse, la junte a bombardé Hsi Hseng avec des avions et des tirs d’artillerie le 28 janvier. Les bombardements ont endommagé et détruit de nombreux bâtiments, dont le monastère du village Kaung Mu Bwa Ywa, le temple Ari Ya Mar Gwin Dharma Yone au centre de la ville de Hsi Hseng et de nombreuses maisons.

 

Le Festival gastronomique de Chiang Mai 2024 s’est tenu au Centre culturel Old Chiang Mai les 27 et 28 janvier. Il a accueilli 20 entreprises birmanes, qui ont proposé une variété de plats et de boissons traditionnels. Les participants ont pu déguster des plats comme le Mohinga, les nouilles Shan et les saucisses Kayah. Ils ont également appris à préparer des plats birmans traditionnels, comme le laphet, la salade de feuilles de thé fermentées. L’événement a été organisé par le Zay Collective, un groupe de propriétaires de petites entreprises birmanes basé à Chiang Mai. Son objectif était de promouvoir la cuisine et la culture birmanes en Thaïlande. “Nous voulons simplement accroître la sensibilisation à notre nourriture et à notre culture”, a déclaré Trish, fondatrice de Bamama Cooks, une entreprise sociale qui propose des plats birmans en Thaïlande.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus