Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Accueil BIRMANIE EXPRESS – ACTUALITÉS : Que retenir de l’actualité birmane du 29 avril au 5 mai ?

BIRMANIE EXPRESS – ACTUALITÉS : Que retenir de l’actualité birmane du 29 avril au 5 mai ?

Date de publication : 06/05/2024
0

Travailleurs migrants

 

Gavroche a sélectionné pour vous quelques nouvelles saillantes en Birmanie durant cette semaine écoulée. Un survol de l’actualité indispensable pour tous ceux qui s’intéressent à ce pays d’Asie du Sud-Est.

 

Politique, Diplomatie

 

L’ONU a exprimé sa préoccupation face à la propagation croissante de la désinformation, des discours de haine et des tensions dans le nord de l’État d’Arakan. Stéphane Dujarric, porte-parole du Secrétaire général, a souligné que l’organisation prenait des mesures pour soutenir les leaders communautaires, notamment les femmes et les jeunes, afin de désamorcer les tensions entre l’ethnie Rakhine et les Rohingyas. « S’attaquer aux racines profondes de la discrimination systémique et de l’impunité dans l’État de Rakhine est crucial pour ouvrir la voie à une solution durable à la crise actuelle au Myanmar. Ne pas y parvenir ne fera qu’alimenter le cycle de violence dans le pays », a ajouté Dujarric.

 

La Birmanie reste un pays extrêmement dangereux pour les journalistes selon Reporters Sans Frontières (RSF) qui l’a classé 171ème sur 180 à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse. Depuis le coup d’état de 2021, selon RSF, la junte a multiplié les exactions contre les médias : fermetures de bureaux, arrestations de journalistes et révocation de licences. Plus de 200 journalistes ont été arrêtés depuis le coup d’état et 55 d’entre eux sont toujours en prison. La junte n’hésite pas à condamner les journalistes à des peines allant jusqu’à 20 ans et au moins trois d’entre eux sont morts en détention. Un responsable du Conseil de la presse indépendant de Birmanie a souligné le courage des journalistes qui continuent d’informer la population au péril de leur vie.

 

La Fédération des agences d’emploi à l’étranger du Myanmar (MOEAF) a annoncé que le ministère du Travail du régime avait temporairement restreint la sortie du pays pour travailler à l’étranger aux hommes âgés de 18 à 35 ans, susceptibles d’être soumis à la conscription militaire, à partir du 1er mai. « Le ministère nous a informés qu’il suspendrait temporairement le traitement des nouvelles demandes de permis de travail à l’étranger pour les hommes en âge de conscription. Nous ne disposons pas d’informations sur la durée de cette mesure, mais les conséquences pourraient être considérables selon sa prolongation », a indiqué un porte-parole d’une agence d’emploi à l’étranger basée à Rangoun. « Les personnes qui envisagent de passer des tests de qualification pour travailler à l’étranger sont désorientées », a témoigné un résident de Rangoun en attente de départ pour la Corée du Sud. Par ailleurs, le régime a instauré une taxe sur les travailleurs migrants birmans à l’étranger et les contraint à transférer de l’argent à leurs proches en Birmanie via des institutions bancaires.

 

Le rapport annuel de la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale dénonce la destruction répétée de lieux de culte par la junte militaire. Depuis le coup d’État de 2021, près de 200 édifices religieux ont été détruits, dont des églises, des monastères bouddhistes et des mosquées appartenant majoritairement à des minorités religieuses. La junte a même bombardé la cathédrale Christ the King dans l’État de Kayah. Ces attaques, ciblant aussi bien les minorités que la majorité bouddhiste, visent à réprimer toute opposition au régime.

 

Alors que la Birmanie célébrait le 1er mai son 4ème “Labor Day” sous la junte militaire, les militants des droits du travail dénoncent une situation dramatique. Le général Min Aung Hlaing, chef de la junte, a appelé à une augmentation de la productivité et à la formation de travailleurs qualifiés. Toutefois, il n’a pas évoqué les droits et les salaires des travailleurs, qualifiant les organisations et les syndicats de défenseurs des droits des travailleurs de “terroristes”. Depuis le coup d’État, les militants syndicaux sont arrêtés, emprisonnés et parfois tués. La liberté d’association a été abolie dans les usines et les ateliers. Les grèves sont impossibles et les salaires stagnent. Les travailleurs n’ont pas d’heures supplémentaires payées et les congés payés sont limités.

 

La Birmanie continue de sombrer dans la violence. L’association d’assistance aux prisonniers politiques (AAPP) dénombre 121 civils tués par la junte et ses alliés au mois d’avril, portant le bilan total depuis le coup d’état de février 2021 à 4 957 morts. Les enfants et les personnes âgées sont particulièrement touchés par cette répression sanglante. La région de Sagaing, bastion de la résistance, reste la plus affectée avec 38 civils tués en avril, dont 16 enfants. Les bombardements aériens sont l’arme la plus meurtrière utilisée par la junte, ciblant y compris des hôpitaux comme celui de Wun Ma Thuu dans l’état de Chin. Face aux lourdes pertes infligées par les forces d’opposition, la junte durcit la répression en multipliant les arrestations (dont des enfants) et les lourdes peines de prison.

 

Économie

 

L’indice PMI de S&P Global a enregistré une progression notable, passant de 48,3 en mars à 49,9 en avril 2024. Cette performance représente son niveau le plus élevé depuis septembre dernier, marquant un retour à la croissance pour la production et les nouvelles commandes après sept mois de stagnation. Cependant, les fabricants ont maintenu leurs efforts de réduction des achats, confrontés à des pénuries de matériaux et à une dépendance persistante à l’égard des stocks accumulés lors des mois précédents. Parallèlement, le secteur de l’emploi continue de se contracter pour le onzième mois consécutif, avec un taux de suppression d’emplois atteignant l’un des niveaux les plus élevés depuis deux ans et demi, principalement en raison de démissions. Les pressions sur les capacités demeurent intenses, reflétant les pénuries persistantes de main-d’œuvre et de matériaux, ainsi que les perturbations dans l’approvisionnement causées par l’intensification du conflit armé. En ce qui concerne l’inflation, celle-ci a enregistré sa plus forte accélération depuis sept mois, sous l’effet de la hausse des prix des matériaux et des transports, ainsi que de la faiblesse de la monnaie locale.

 

La Birmanie ne produit actuellement que la moitié de l’électricité dont elle a besoin quotidiennement. La junte attribue cette pénurie à la faiblesse des précipitations impactant l’hydroélectricité, à la baisse du rendement du gaz naturel et aux attaques de ses opposants sur les infrastructures. Cette situation désastreuse s’ajoute aux difficultés économiques déjà provoquées par le coup d’État militaire de 2021. Les coupures de courant intempestives plongent le pays dans le noir alors qu’il traverse une vague de chaleur. La junte pointe du doigt la diminution de la production d’électricité à partir du gaz naturel et de l’hydroélectricité ainsi que les attaques de ses opposants sur les lignes électriques. Ces attaques ont endommagé des centrales et pylônes, aggravant le déficit énergétique.

 

Le 59ème Myanma Gems Emporium a lieu au Maniradana Jade Hall à Nay Pyi Taw du 3 au 12 mai. Cet évènement est organisé depuis 1964 dans le but de rapporter des devises au pays. Au total, 400 lots de perles, 160 lots de pierres précieuses et 4 550 lots de jade seront vendus à des entrepreneurs de pierres précieuses locaux et étrangers. Les prix des lots de perles, de jade et de pierres précieuses des groupes A et B sont fixés en dollars américains, tandis que les prix plancher des lots de jade du groupe C sont fixés en kyat. Les paiements anticipés pour les lots de jade du groupe C, autorisés aux entrepreneurs locaux, peuvent être effectués en MMK.

 

Répression/Conflit

 

Vendredi 3 mai, l’Armée Arakan (AA) s’est emparée d’un poste de garde frontalier dans le nord de Maungdaw, dans l’État Rakhine. Selon des habitants, leurs troupes seraient même entrées dans la ville. L’attaque a visé le 2 mai le QG de la police des gardes-frontières de Kyee Kan Pyin, défendu par la police et l’armée. La chute de cette base expose désormais Maungdaw au nord. L’AA poursuit son offensive et s’attaque actuellement au QG du Commandement des opérations militaires 15 à Buthidaung, l’un des principaux bastions restants de la junte dans le nord de l’État de Rakhine. Depuis le début de leur offensive en novembre dernier, l’AA a déjà pris le contrôle de neuf villes de l’état ainsi que le township de Paletwa dans le sud de l’État de Chin.

 

Deux groupes armés d’opposition birmans, la Fraternité Chin et le Conseil du Chinland, sont en désaccord sur le contrôle de territoires repris à la junte au sein de l’État Chin. La Fraternité Chin, alliance formée de plusieurs groupes rebelles, accuse le Conseil du Chinland, qui inclue l’Armée Nationale Chin (CNA), de chercher à profiter des combats pour s’emparer de zones libérées. La Fraternité Chin a averti le Conseil de ne pas empiéter sur ses zones et menace de riposter en cas d’attaque. Malgré les tensions, le Conseil du Chinland, soutenu par une partie des forces de Matupi, estime que tous les groupes d’opposition ont le droit d’opérer librement dans l’État Chin et rejette les accusations d’invasion. De son côté, la Fraternité Chin maintient sa présence active sur l’ensemble du territoire et appelle à la concentration des efforts sur la lutte contre la junte.

 

Selon l’Association d’Assistance aux Prisonniers Politiques (AAPP), un groupe de défense des droits humains, la junte birmane a tué 223 femmes, dont 40 mineures, lors de ses attaques perpétrées entre janvier et avril 2024. Les bombardements et les frappes aériennes sont les principales causes de décès recensés par l’AAPP. La région de Sagaing est la plus touchée avec 70 victimes, suivie de l’État de Rakhine avec 53. L’AAPP dénonce également l’emprisonnement de 75 femmes, dont une fillette de six ans, par le régime. La région de Rangoun arrive en tête des détentions féminines (20), suivie par la région de Mandalay (13). L’association craint que de nombreux autres cas de décès et de torture ne soient pas signalés. Une militante des droits humains souligne que le régime torture les femmes physiquement et psychologiquement.

 

La junte a décidé de fermer temporairement l’hôpital Aye Thandar de Mawlamyine pour une durée de trois mois, justifiant cette mesure par le recrutement de médecins affiliés au Civil Disobedience Movement (CDM). De même, le ministère de la Santé, sous le contrôle de la junte, a émis un ordre de fermeture pour l’hôpital de Dawei à partir du 1er mai, suite à la découverte de la présence de médecins affiliés au CDM fournissant des services médicaux dans cet établissement. L’hôpital Aye Thandar, qui s’étend sur quatre étages et dispose d’environ 40 chambres, est reconnu pour accueillir des médecins militaires provenant du centre d’examen voisin, qui compte 300 lits.

 

Société

 

Une vague de chaleur accablante s’abat sur Rangoun, la capitale économique de la Birmanie. Alors que les températures atteignent les 40 degrés Celsius, les coupures de courant fréquentes ne font qu’empirer la situation. En l’absence de véhicules à moteur à deux roues autorisés dans la ville, il n’a pas d’autre choix que de braver la chaleur écrasante. Malgré la difficulté et la fatigue engendrées par ces conditions extrêmes, la canicule présente aussi un avantage pour Than Toe Aung. De nombreux livreurs préférant se mettre à l’abri, il peut enchaîner les livraisons et gagner davantage. En adaptant son parcours pour privilégier les zones ombragées et en s’hydratant régulièrement, il parvient à supporter la chaleur et à nourrir sa famille.

 

Une cérémonie d’ouverture du Centre de défense juridique (LAC) du ministère des Affaires juridiques a eu lieu le 29 avril à Ottarathiri. La cérémonie a été présidée par le chef de la junte, Min Aung Hlaing. Le général a prononcé un discours lors de la cérémonie, soulignant l’importance de l’État de droit et du rôle crucial que joue le ministère des Affaires juridiques dans la promotion de la justice et de la stabilité en Birmanie. Il a également souligné l’importance de l’éducation juridique pour tous les citoyens, affirmant que “la connaissance de la loi est essentielle pour la paix et la stabilité de la nation, l’État de droit et le développement socio-économique”.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus