Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Accueil BIRMANIE EXPRESS – ACTUALITÉS : Que retenir de l’actualité birmane du 8 au 14 janvier ?

BIRMANIE EXPRESS – ACTUALITÉS : Que retenir de l’actualité birmane du 8 au 14 janvier ?

Date de publication : 15/01/2024
0

Shin Daewe Birmanie

 

Gavroche a sélectionné pour vous quelques nouvelles saillantes en Birmanie durant cette semaine écoulée. Un survol de l’actualité indispensable pour tous ceux qui s’intéressent à ce pays d’Asie du Sud-Est.

 

Politique, Diplomatie

 

Dans son message pour le Nouvel An karen, le chef de la junte birmane Min Aung Hlaing a exhorté les organisations armées ethniques (EAO) à entamer un dialogue politique au lieu de se battre pour résoudre leurs désaccords. Cependant, cet appel a été lancé alors que l’armée birmane a perdu une trentaine de villes au profit des EAO, principalement dans le nord de l’État Shan, depuis la fin du mois d’octobre. Pendant que le chef de la junte parlait, ses forces continuaient à bombarder les zones rebelles avec des frappes aériennes et d’artillerie. Cette contradiction entre les paroles et les actions de la junte a été soulignée par le président du Front de libération de l’État Palaung, le général Tar Aik Phone. À l’occasion de la journée de la révolution nationale Ta’ang, le 12 janvier, le général Tar Aik Phone a promis de poursuivre la lutte pour chasser la dictature militaire. « Nous ne nous laisserons pas tromper par les paroles de la junte », a déclaré le général Tar Aik Phone. « Nous continuerons à nous battre pour notre liberté et notre autonomie. »

 

Le président de l’Union nationale Karen (KNU), Padoh Saw Kwe Htoo Win, a exhorté le peuple Karen à résister à ce qui pourrait « détruire leurs vies, leur développement et leur existence », dans une lettre qu’il a présentée lors de la 763ème célébration du Nouvel An Karen le 11 janvier. Dans sa lettre, Saw Kwe Htoo Win a déclaré que le KNU est déterminé à établir l’autodétermination des Karens et à construire une union fédérale démocratique fondée sur l’égalité. Le KNU est un groupe armé ethnique qui lutte pour l’autonomie du peuple Karen depuis des décennies. Le groupe a intensifié ses activités depuis le coup d’État militaire de février 2021.

 

L’envoyé spécial de l’ASEAN en Birmanie, Alounkeo Kittikhoun, a rencontré le chef de la junte, Min Aung Hlaing, le mercredi 10 janvier. Il a également rencontré des représentants de la junte, des groupes armés et des partis politiques enregistrés auprès du régime. Alounkeo Kittikhoun a discuté du consensus en cinq points de l’ASEAN d’avril 2021, que le régime n’a pas encore mis en œuvre, et de l’acheminement de l’aide humanitaire à environ 2 millions de personnes déplacées. Le chef du régime a déclaré à l’ancien envoyé aux Nations unies qu’il avait été contraint de prendre le pouvoir en février 2021 en raison de fraudes électorales lors des élections générales de novembre 2020. Il a reproché aux manifestants, dont beaucoup ont été tués lors des répressions de la junte, d’avoir pris les armes contre son régime au lieu de s’engager dans un dialogue. Alounkeo Kittikhoun est le quatrième envoyé spécial de l’ASEAN en Birmanie depuis le coup d’État.

 

La junte militaire birmane a arrêté six généraux de brigade qui s’étaient rendus la semaine dernière à l’Armée de l’alliance démocratique nationale du Birmanie (MNDAA), un groupe armé ethnique qui lutte contre le régime. Cette reddition a permis à la MNDAA de s’emparer de Laukkai, la capitale de la zone autonome de Kokang, dans le nord de l’État de Shan. La détention des officiers est conforme à la procédure militaire, qui prévoit que les personnes qui se rendent sur le champ de bataille sont détenues, après avoir été libérées par l’ennemi, et interrogées afin de décider si elles doivent être punies pour d’éventuelles infractions militaires.

 

Économie

 

Selon les statistiques du ministère du Commerce, le volume des échanges commerciaux au cours des 9 premiers mois de l’année fiscale 2023-24 (avril-décembre) a diminué à 22,7 Mds USD (-11%) par rapport à la même période de l’année précédente. La balance commerciale est déficitaire de 2,7 Mds USD, conséquence de la forte diminution des exportations qui se sont élevées à 10,7 Mds USD (- 15%), notamment de biens manufacturés (-20%) et de produits agricoles (-14%). A noter que les flux des exportations par les deux voies de commerce extérieur chutent : -18% pour le commerce maritime et -9% pour le commerce frontalier. Les importations, qui atteignent 12 Mds USD, sont également en baisse tous secteurs confondus (-7%).

 

Le 9 janvier, la Birmanie et l’Inde ont signé deux protocoles d’entente (MoU) portant sur des projets à impact rapide dans la zone auto-administré de Naga, dans la région de Sagaing au nord-ouest du pays. Le gouvernement indien mobilisera 50 000 USD sur chaque projet identifié. Les projets comprennent : la construction d’une salle polyvalente dans le village de Taikyan, d’un pont Bailey entre les villes de Lahe et Nahnyun et d’une route reliant Laung Kyan Naut Kone, Taikyan et Lanhtein. Ces projets visent à améliorer les infrastructures et les services publics dans la région de Naga, qui est une région rurale et montagneuse. Le premier MoU entre l’Inde et la Birmanie a été signé le 6 novembre 2023. Il portait sur trois projets d’un montant total de 150 000 USD.

 

La Banque mondiale a déclaré en décembre que l’économie de la Birmanie restait environ 10 % inférieure à ce qu’elle était en 2019. Cela fait du pays la seule économie d’Asie de l’Est à ne pas avoir retrouvé les niveaux d’activité économique d’avant la pandémie de COVID-19. Le rapport de la Banque mondiale prévoit une croissance économique de 1 % en 2023. Cependant, les combats qui se sont étendus à l’ensemble du pays depuis octobre ont provoqué des perturbations commerciales et logistiques, une volatilité du kyat et une inflation élevée.

 

Société/Répression/Conflit

 

Des centaines de personnes, dont des moines, ont manifesté à Rangoun contre le MNDAA le 10 janvier après qu’une vidéo circulant sur les réseaux sociaux montre un soldat du MNDAA endommageant une pagode avec une masse. Le porte-parole du régime, Zaw Min Tun, a affirmé que la vidéo « se moque et insulte les bouddhistes » et « profite de la désunion entre les bouddhistes et le peuple birman ». Le MNDAA s’est excusé et a affirmé que cet acte était le résultat de la mauvaise discipline de l’un de ses soldats plutôt que de la politique officielle et s’est engagé à punir le coupable le 9 janvier. Le MNDAA a déclaré qu’il respectait toutes les confessions et n’avait pas pour politique de détruire des structures religieuses.

 

Après plusieurs semaines de combats, l’Armée de l’Arakan (AA) a pris le contrôle de la ville de Paletwa, située à la frontière entre les États d’Arakan et de Chin. Les forces de l’AA ont hissé leurs drapeaux sur les bâtiments administratifs de la ville, dont le bureau du conseil militaire du canton, le poste de police et le bureau du Parti syndical pour la solidarité et le développement (USDP). Les forces de l’AA ont également saisi des véhicules blindés et des armes de la junte. Paletwa est une ville stratégiquement importante, car elle se trouve sur le fleuve Kalatan, qui est une importante voie de communication pour la région. La prise de la ville par l’AA est un coup dur pour la junte et pourrait avoir des implications importantes pour le conflit en cours en Birmanie. L’AA est un groupe armé ethnique qui lutte pour l’autonomie de l’État d’Arakan. Le groupe a été en conflit avec le gouvernement birman depuis des années, et les combats se sont intensifiés depuis le coup d’État militaire de février 2021.

 

Shin Daewe, une documentariste birmane bien connue, a été condamnée à la prison à vie par un tribunal militaire de la municipalité de North Okkalapa le 11 janvier. Daewe a été arrêtée à la gare routière de l’autoroute Aung Mingalar à Rangoun le 15 octobre 2023. Elle a été accusée de violation de la loi antiterroriste, qui est souvent utilisée par la junte militaire pour réprimer la dissidence. Les accusations contre Daewe n’ont pas été divulguées, mais sa famille et ses amis disent qu’elles sont liées à son travail de documentariste. Daewe a documenté le coup d’État militaire de 2021 et ses conséquences, y compris les manifestations anti-junte et la répression militaire. « Shin Daewe est gentille et toujours prévoyante avec sa communauté. Elle faisait son travail. Je suis triste qu’elle ait été condamnée pour des accusations en vertu de la loi antiterroriste, même si elle n’est pas une terroriste », a déclaré un membre de sa famille. Daewe est une figure bien connue de la scène documentaire birmane. Elle a travaillé comme journaliste vidéo chez DVB de 2005 à 2010. Elle est connue pour son travail de documentation sur la révolution du safran de 2007 et a remporté des prix locaux et internationaux pour ses documentaires.

 

Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (UNOCHA) a déclaré que près de 50 civils, dont trois enfants, avaient été tués et plus de 60 blessés lors d’attaques militaires au cours de la première semaine de janvier. Plus de 40 civils ont été tués et plus de 30 blessés par des frappes aériennes dans les États de Sagaing, Bago, Shan et Arakan. Deux civils ont été blessés par des mines terrestres. Plus de 2,6 millions de personnes sont désormais des personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI) dans tout le pays et ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus