Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Accueil BIRMANIE – POLITIQUE : Deux années de junte militaire…cela ressemble à ça !

BIRMANIE – POLITIQUE : Deux années de junte militaire…cela ressemble à ça !

Date de publication : 11/02/2023
1

 

L’analyste Michael Hart a brossé, pour le site Asia Sentinel, le portrait de la Birmanie après deux ans de junte militaire. Nous l’avons traduit en Français.

 

Le 1er février a marqué les deux ans qui se sont écoulés depuis que les militaires de Birmanie ont renversé le gouvernement élu de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) et placé sa dirigeante de facto, Aung San Suu Kyi, en résidence surveillée. Elle a depuis été condamnée à trente-trois ans de prison, après avoir été reconnue coupable d’une série d’accusations fallacieuses lors de procès militaires secrets. Les verdicts de culpabilité visaient clairement à mettre un terme à la participation de la vétérane de 77 ans à la politique électorale, tandis qu’une nouvelle législation, approuvée en janvier, semble conçue pour garantir qu’aucun parti d’opposition ne puisse émerger en tant que concurrent de la junte au pouvoir.

 

Les élections nationales prévues pour le mois d’août seront probablement retardées, après que le chef de la junte, le général Min Aung Hlaing (photo ci-dessus), a annoncé la semaine dernière que l’état d’urgence, imposé au début du coup d’État, resterait en vigueur pendant au moins six mois supplémentaires. La junte fait tout ce qu’elle peut pour éviter une nouvelle confrontation avec les électeurs – quelle qu’en soit la forme – après la victoire écrasante de la NLD aux élections de novembre 2020. N’ayant aucune intention de relâcher son emprise sur le pouvoir, la junte a de plus en plus recours à la répression.

 

Le pouvoir répressif de la junte

 

Au cours des deux années qui ont suivi la prise du pouvoir par l’armée, au moins 2 900 militants anti-coup d’État ont été tués par les forces du régime, tandis que 17 000 ont été arrêtés, selon l’Association d’assistance aux prisonniers politiques (AAPP). Les raids d’arrestation ont souvent lieu la nuit et sans mandat, les soldats saccageant les maisons et frappant les occupants avant d’emmener les accusés. Une fois en détention, les personnes capturées sont exposées à la torture et aux mauvais traitements. Amnesty International s’est efforcée de recueillir des informations sur les expériences vécues par les détenus depuis le coup d’État. Elle a recueilli des témoignages poignants de fonctionnaires frappant leurs victimes avec des branches, des crosses de fusil et des fils électriques. De nombreux militants anti-coup d’État seraient morts au cours d’interrogatoires, mais ce chiffre est difficile à vérifier car beaucoup sont détenus au secret sans possibilité de recours juridique.

 

En juillet dernier, la Birmanie a procédé à ses premières exécutions depuis des décennies. Quatre hommes ont été pendus, dont un ancien législateur de la NLD et un militant démocrate très en vue. Phyo Zeya Thaw, membre du Parlement de 2016 jusqu’au coup d’État, a été condamné par un tribunal militaire à huis clos pour de vagues infractions liées aux explosifs et au financement du terrorisme, tandis que le militant vétéran Kyaw Min Yu a été reconnu coupable de prétendus messages sur les médias sociaux incitant à l’agitation. La responsabilité de ces meurtres brutaux incombe au sommet de la hiérarchie. En effet, selon la loi du Myanmar, les exécutions par l’État ne peuvent avoir lieu qu’avec l’approbation du gouvernement. Le général Min Aung Hlaing a utilisé ces simulacres d’exécution, dans lesquels les procédures ont été expédiées et les accusés n’avaient aucun droit d’appel, pour envoyer un message à ceux qui s’opposent à son régime.

 

À l’occasion du deuxième anniversaire du coup d’État, Human Rights Watch (HRW) a signalé que les atrocités commises par l’armée au Myanmar s’aggravaient et constituaient des “crimes de guerre” et des “crimes contre l’humanité”. Alors que la violence post-coup d’État s’est intensifiée, l’armée a utilisé des armes aveugles pour cibler les groupes d’insurgés, bombardant les zones de minorités ethniques dans les États de Kachin, Karen et Shan avec peu de considération pour les civils. Les activistes ont accusé l’armée d’adopter ses tactiques de “terre brûlée” – largement utilisées les années précédentes pour cibler les Rohingyas dans l’État de Rakhine – dans tout le pays, brûlant des villages entiers. Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (UNOCHA) estime qu’un million de personnes ont été déplacées, et que 70 000 réfugiés ont fui à travers les frontières internationales.

 

Pour aggraver la situation, la junte a bloqué l’aide humanitaire dans les régions touchées par le conflit, ce qui a entraîné des pénuries de nourriture et d’eau et un risque accru de maladie et de malnutrition grave. Ces souffrances se déroulent en grande partie hors de la vue des médias du monde entier, les journalistes ayant été pris pour cible lors de la répression qui a suivi le coup d’État. “Les conditions de la liberté de la presse au Myanmar se sont considérablement détériorées”, rapporte Shawn Crispin, représentant principal pour l’Asie du Sud-Est du Comité pour la protection des journalistes (CPJ), faisant référence au “harcèlement, à l’emprisonnement et à l’assassinat ciblés de journalistes” par la junte. La plupart des journalistes condamnés pour leur travail l’ont été, selon le CPJ, en vertu de lois mal définies sanctionnant l'”incitation” et les “fausses nouvelles”, tandis que d’autres ont été inculpés en vertu de la loi sur les associations illégales ou de la législation antiterroriste.

 

Des opposants politiques réduits au silence

 

Les tribunaux ont également été utilisés pour réduire au silence les dirigeants de la NLD. Après le coup d’État, Aung San Suu Kyi a été accusée d’une liste croissante de délits, allant de la corruption à la violation des règles de santé publique COVID-19 et à l’importation illégale de talkies-walkies. Elle a été condamnée à l’issue d’une série d’audiences à huis clos, dont la dernière a ajouté sept ans à sa peine totale. Sa peine d’emprisonnement dépasse maintenant trois décennies, alors que l’ancien président tandis que l’ancien président Win Myint a été condamné à 173 ans de prison en vertu des lois antiterroristes. Amnesty International a qualifié de “grotesques” les accusations portées contre de hauts responsables de la LND et a condamné les procès, les qualifiant de “motivés par des considérations politiques” et “dépourvus de toute transparence”.

 

Les membres de base de la LND sont également recherchés. Le parti affirme qu’au moins 1 232 de ses membres et responsables ont été arrêtés depuis le coup d’État et que 84 ont été tués. Vingt-cinq d’entre eux sont morts au cours d’interrogatoires ou en prison, tandis que 59 ont été assassinés en dehors de leur détention par l’armée, la police ou les milices Pyusawhti soutenues par la junte, ce qui oblige les membres de la NLD à vivre dans la crainte constante de représailles.

 

Michael Hart

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus