Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Accueil BIRMANIE – POLITIQUE : Nos héros de 2021 ? Le peuple birman !

BIRMANIE – POLITIQUE : Nos héros de 2021 ? Le peuple birman !

Journaliste : Rédaction
La source : Gavroche
Date de publication : 01/01/2022
0

protestataire en Birmanie

 

À l’aube de l’année 2021, alors que la pandémie de COVID-19 représentait un défi de taille, la Birmanie semblait avoir beaucoup de raisons de se réjouir écrit le journal en ligne The Irrawady. Le gouvernement de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) de Daw Aung San Suu Kyi se préparait à un second mandat historique. Mais ces espoirs se sont évaporés, de même que les progrès sociaux, économiques et démocratiques réalisés par le pays au cours des cinq années précédentes, lorsque les militaires birmans ont renversé le gouvernement à l’aube du 1er février et enfermé une grande partie des dirigeants élus, dont la conseillère d’État Daw Aung San Suu Kyi et le président U Win Myint, en invoquant la fraude électorale lors des élections de 2020, que la LND a remportées haut la main.

 

Brutalité de la répression

 

Le mouvement de protestation dynamique, dirigé par des jeunes, qui a surgi pour contester le coup d’État – pour beaucoup de ceux qui protestaient, le vote que Min Aung Hlaing leur avait volé était le premier qu’ils avaient jamais exprimé – a rapidement été confronté à un niveau de violence qui a choqué le monde entier. La brutalité de la répression a également déclenché un mouvement civil de résistance armée qui, bien que sérieusement désarmé, a empêché le régime militaire de prendre le contrôle total du pays, 11 mois après que le général en chef ait pris le pouvoir pour satisfaire ses ambitions politiques personnelles longtemps repoussées.

 

Chaque jour de l’année 2021 a apporté de nouvelles histoires ou images choquantes de la violence et de la répression de la junte, mais la Birmanie a également été encouragée par la montée d’un mouvement de désobéissance civile et la formation d’un gouvernement d’unité nationale fantôme. Un certain nombre d’armées ethniques se sont également engagées dans la lutte contre le régime.

 

Au moins 1382 civils tués

 

Le sacrifice d’au moins 1 382 civils, dont de nombreux enfants, tués par les forces du régime, et de plus de 11 200 personnes détenues pour s’être opposées à la prise du pouvoir, a été le plus inspirant, mais aussi le plus déchirant. Mais l’histoire la plus durable de 2021 a été celle de la lutte courageuse, inébranlable et fondée sur des principes du peuple birman pour restaurer sa démocratie durement gagnée par tous les moyens possibles, qu’il s’agisse de protester ou de faire la grève, de brandir un fusil ou de frapper des casseroles. C’est une histoire qui semble devoir se poursuivre tant que le régime militaire illégitime restera au pouvoir.

 

Les birmans chérissent la démocratie. Elle a une valeur particulière pour eux car, contrairement à l’Occident, où elle est considérée comme un droit de naissance, ils ont dû mettre leur vie en jeu et se battre pour elle contre leurs dirigeants militaires depuis 1962. Lorsqu’une démocratie naissante est arrivée en 2016, ils étaient déterminés à la faire vivre. En 2020, ils se sont rendus en masse dans les bureaux de vote malgré la recrudescence de l’épidémie de COVID-19 et la majorité d’entre eux ont voté pour la Ligue nationale pour la démocratie (LND) au pouvoir afin de maintenir la démocratie dans le pays. Lorsque leurs votes ont été annulés par le coup d’État militaire du 1er février, la Birmanie a explosé en protestations.

 

Génération Z

 

Les membres de la génération Z, qui ont atteint leur majorité pendant les années de démocratisation du Myanmar, étaient à l’avant-garde des protestations contre le régime. Pendant les manifestations, ils ont lancé un avertissement au régime : “Vous vous êtes attaqués à la mauvaise génération !” D’autres ont crié “Respectez nos votes !”, contestant l’affirmation du chef du coup d’État Min Aung Hlaing selon laquelle la LND avait commis des fraudes électorales, une affirmation qu’il a utilisée pour justifier la prise du pouvoir. Furieux de la prise de pouvoir de l’armée, des personnes de tous horizons à travers le pays ont rejoint le mouvement d’opposition par tous les moyens à leur disposition. Ils boycottent la bière et les cigarettes produites par l’armée. Les médecins ont préféré assister aux manifestations plutôt que de se rendre dans les hôpitaux. Les trains ne quittent plus les gares. Les caissiers de banque criaient avec colère “Libérez Mère Suu tout de suite !”. Les bureaux du gouvernement sont restés vides, le personnel étant resté chez lui en signe de protestation contre le coup d’État.

 

Tirer sur tous les manifestants

 

En conséquence, l’administration du régime pouvait à peine fonctionner. Plus tard, Min Aung Hlaing a admis à contrecœur qu’il n’avait pas prévu une telle résistance. Mais il n’a pas supporté d’opposition. Il a ordonné à ses troupes de tirer sur tous les manifestants pour les tuer, ce qui a aggravé la colère de la population. Le monde entier a été choqué lorsque ses soldats ont massacré plus de 100 personnes en une seule journée en mars. Le général en chef a licencié tous ceux qui refusent de travailler pour lui et lance des mandats d’arrêt à leur encontre. Les gens ont instantanément mis en place des fonds d’entraide pour ceux qui avaient été licenciés ou s’étaient cachés, tout en les encourageant en disant : “Nous n’avons que nous !” et “Nous devons gagner !”.

 

La détermination est toujours aussi forte après tous ces mois. Le régime ne contrôle toujours pas totalement le pays. Lorsque les grandes manifestations de rue dans les grandes villes se sont évanouies sous la répression brutale, les habitants de l’arrière-pays ont envahi les rues de leurs petites villes en criant des slogans anti-régime, montrant ainsi que l’opposition du peuple à la junte ne faiblit pas. Le peuple Birman est notre héros pour l’année écoulée 2021 !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus