Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Home Accueil CHINE – EUROPE: La tournée européenne embarrassante du chef de la diplomatie chinoise

CHINE – EUROPE: La tournée européenne embarrassante du chef de la diplomatie chinoise

Journaliste : Plamen Tonchev
La source : Gavroche
Date de publication : 04/09/2020
0

Gavroche est ravi d’accueillir un nouveau chroniqueur, spécialiste des questions asiatiques et de l’influence chinoise en Europe. Plamen Tonchev, basé à Athènes (Grèce) suit de prés la géopolitique d’extrême orient et ses analyses nous aideront à mieux comprendre les relations entre la Chine, l’Asie du Sud-Est et l’Europe. Sa première contribution est consacrée à la récente tournée du ministre chinois des Affaires étrangères en Europe. Un voyage dont l’escale la moins désastreuse fut…celle de Paris !

 

Une analyse de Plamen Tonchev

 

Le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi, souhaitera peut-être oublier sa récente tournée dans cinq pays, qui a couvert l’Italie, les Pays-Bas, la Norvège, la France et l’Allemagne. Son voyage, le premier à l’étranger depuis que la crise COVID-19 a éclaté au début de 2020, visait clairement à empêcher l’Europe de s’aligner sur les États-Unis en ce qui concerne la Chine, malgré les tensions accrues dans les relations sino-européennes. Wang avait pour mission de sauver l’image terne de la Chine en Europe au milieu de la pandémie COVID-19 et d’une impasse de plus en plus grave avec les États-Unis, que Pékin accuse d’exercer une pression indue sur les partenaires européens. Toutefois, le résultat de ce qui a été largement considéré comme une mission de “limitation des dégâts” est beaucoup plus proche d’une situation embarrassante pour lui et la Chine que d’une “offensive de charme” réussie de la part de Pékin.

 

Hong Kong, la blessure

 

Son homologue italien Luigi Di Maio a déclaré que Rome s’attendait à ce que les libertés de Hong Kong soient maintenues. La rencontre de Wang avec Stef Blok, le ministre des affaires étrangères du libre-échange européen, les Pays-Bas, devait être agréable et douce, mais une fois de plus, le sujet des “développements inquiétants” à Hong Kong, au Xinjiang et au Tibet est revenu sur le tapis. Lors de la conférence de presse qui a suivi sa rencontre avec le ministre norvégien des affaires étrangères, Ine Eriksen Søreide, Wang a dû répondre à une question “irritante” du public et a mis en garde contre l’attribution du prix Nobel à des militants de Hong Kong. Il s’agissait notamment de la première visite d’un haut fonctionnaire chinois en Norvège depuis 15 ans, un intervalle prolongé par l’attribution du prix Nobel de la paix au dissident chinois Liu Xiaobo en 2010.

 

La France s’est distinguée

 

Wang a dû apprécier la France, où il a eu l’honneur d’être reçu par le président Emmanuel Macron, le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et le chef du Conseil constitutionnel Laurent Fabius. Pourtant, les discussions ont tourné autour du sujet brûlant des 5G : alors que M. Macron a déclaré que la France n’interdirait pas Huawei, il a indiqué sa préférence pour un fournisseur européen, comme Ericsson ou Nokia.

 

Cependant, le ministre chinois des affaires étrangères a vécu ses moments les plus embarrassants à Berlin, avec un abîme visible entre lui et son homologue Heiko Maas lors de la conférence de presse. L’effort prévisible de Wang pour jeter le doute sur les origines du coronavirus et sa phrase selon laquelle il ne faut pas verser d’eau sale sur la Chine avant que les recherches scientifiques ne soient terminées. Mais le ministre allemand des affaires étrangères a ensuite évoqué les préoccupations européennes concernant la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong et a souligné qu’elle devrait être abrogée.

 

L’audace tchèque

 

En outre, il a appelé à une mission d’observation internationale indépendante au Xinjiang, où plus d’un million de Ouïghours musulmans croupissent dans des camps d’internement. Lors de la visite controversée à Taiwan, M. Maas a déclaré qu’il était en contact avec Vystrčil et que les menaces n’avaient pas leur place dans des relations respectueuses. Le coup de grâce du fonctionnaire allemand était une réponse à une question d’un journaliste de la 5G : M. Maas a répondu que les décisions pertinentes devaient tenir compte de la sécurité nationale et que la souveraineté européenne était essentielle dans les questions relatives aux infrastructures critiques. Sans surprise, rien de tout cela n’a été rapporté par Xinhua, l’agence de presse d’État chinoise.

 

Dernier épisode européen: A la tête d’une délégation de 90 personnes à Taïwan, le président du Sénat tchèque Miloš Vystrčil a déclaré solennellement “Je suis taïwanais” en mandarin. Pékin a juré que Vystrcil paiera un “lourd tribut” pour sa visite de l’île. Bien que le gouvernement tchèque n’ait pas soutenu sa visite, il a été bouleversé par la forte condamnation de la Chine et a convoqué l’ambassadeur chinois à Prague. Lundi 31 aout, Pékin a convoqué l’ambassadeur tchèque.

 

Dans l’ensemble, la tournée européenne de Wang n’a donc guère contribué à réparer l’image de la Chine en lambeaux…

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus