Home Accueil CHRONIQUES DE SUKHOTHAI: Quand les chauves-souris dansent

CHRONIQUES DE SUKHOTHAI: Quand les chauves-souris dansent

Journaliste : Michel Hermann
La source : Gavroche
Date de publication : 07/06/2020
0

Avec le Covid-19, les chauve-souris, porteuses de nombreux virus, n’ont pas bonne presse. Contrairement à leurs cousines européennes (carnivores), les chiroptères asiatiques se nourrissent essentiellement de fruits, de fleurs et de pollen, et pollinisent ainsi de nombreux arbres fruitiers dont notamment le durian. On peut les admirer sans risque à très basse altitude près des Chao Ram Cave (Grottes de Chao Ram), situées dans un Parc National à 70 km de Sukhothai, entre Lan Hoi et Thung Saliam. Michel Hermann, qui s’y est rendu plusieurs fois avec famille et amies/amis, vous invite à découvrir cet endroit magique. Bonne lecture donc.

 

Les faucons affamés tournoyaient dans le ciel,
En scrutant l’arrivée de leurs futures proies.
Elles tardaient à venir. La nature aux abois
Retenait son souffle. Un silence irréel,

 

Interrompu parfois par le chant des grillons,
Semblait avoir arrêté le temps. La forêt
Tropicale, elle aussi s’était tue, figée
Dans un calme oppressant. Aucun bruit, aucun son

 

Ne venaient troubler l’air chargé d’humidité
De cette clairière, dominée par la masse
Imposante de blocs de granit, où rapaces
Et autres prédateurs trouvaient la sécurité.

 

 

Un terre-plein avait été aménagé
En son centre, avec quelques tables rustiques
Et sièges en bois de teck pour les pique-niques,
Surveillé par d’affables gardes forestiers.

 

Thaï et étrangers, scrutions le ciel, nez en l’air,
Car nous attendions, à la tombée de la nuit,
Qu’un ballet magique s’offre à nous, éblouis
Mais jamais repus de ce spectacle éphémère.

 

Les faucons chargèrent les premières sorties.
Ce fut le signal. Les grottes de Chao Ram
Déversèrent d’un coup leur flot de chairs vivantes,
Qui se regroupèrent dans le ciel obscurci

 

 

 

Pour former un nuage étiré vers l’est.
Tantôt dragons, tantôt nuées, quelques millions
De chauve-souris, venues ainsi du fin fond
De leur repaire pour une danse céleste,

 

Survolèrent nos têtes, à quelques dix mètres
Dans un léger bruissement d’ailes continue.
Quarante-cinq minutes de magie soutenue
Grâce à ces myotis, inoffensifs petit êtres

 

En quête d’insectes, sortant de mille endroits,
Comme chaque soir, pour parcourir la campagne,
Les villes et les forêts ; pays de cocagne
Assurant ainsi leur survie dans l’immédiat.

 

 

 

Tandis que les faucons se fondaient dans la masse
Pour avaler les trainards, grisons épuisés,
La multitude compacte et disciplinée
Se laissait porter par la brise, dans l’espace

 

Au loin pour former de furtifs nuages sombres.
Toutes ces chauve-souris enfin rassasiées
Rejoindront au petit matin leur nid douillet,
Pour un repos bien mérité dans la pénombre.

 

Demain, elles reprendront le vol vers leur pitance.
Comme tous les jours, certaines y laisseront
Leur vie, d’autres bien plus agiles, vieilliront,
Mais ce spectacle naturel, avec constance

 

Et bonheur pour tous, se jouera toute l’année.
La représentation est terminée ce soir.
Nous quitterons le Parc National dans le noir
Pour gagner Sukhothai, nous aussi rassasiés…

 

Michel Hermann

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus