Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Ankara Escort
1xbet
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com

1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com

1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
betforward
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co

betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co

betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
deneme bonusu veren bahis siteleri
deneme bonusu
casino slot siteleri/a>
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Cialis
Cialis Fiyat
deneme bonusu
padişahbet
padişahbet
padişahbet
deneme bonusu 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet 1xbet untertitelporno porno 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet 1xbet سایت شرط بندی معتبر 1xbet وان ایکس بت
Home Accueil HONG KONG – JUSTICE :  Début du procès fleuve des 47 activistes pro-démocratie

HONG KONG – JUSTICE :  Début du procès fleuve des 47 activistes pro-démocratie

Date de publication : 06/02/2023
0

47 activistes HK

 

Le procès-fleuve de 47 figures pro-démocratie les plus éminentes de Hong Kong commence ce lundi 6 février, dans la plus grande affaire judiciaire à ce jour en vertu de la loi de sécurité nationale qui a brisé toute dissidence.

 

Les autorités de Hong Kong accusent ces 47 militants pro-démocratie d’avoir tenté de renverser le gouvernement pro-Pékin de la ville. Les accusés affirment, eux, qu’ils ont été poursuivis pour être entrés dans une opposition politique normale. Les audiences devraient durer quatre mois au terme desquelles les 47 accusés encourent des peines allant jusqu’à la prison à vie.

 

Le New York Times revient sur la loi qui permet aujourd’hui de les poursuivre en justice. Le quotidien rappelle  que les autorités chinoises ont d’abord adopté un projet de loi à Hong Kong qui aurait permis des extraditions vers la Chine continentale . Ce dernier avait alors déclenché des mois de protestations. Pour prévenir une autre vague de dissidence, Pékin a rédigé la loi sur la sécurité en secret, en contournant le corps législatif de Hong Kong. Ses dispositions ont été révélées un jour avant le 23e anniversaire de la rétrocession de Hong Kong à la Chine. La loi a pris effet immédiatement, ce qui constitue un avertissement pour les nombreux résidents qui ont souvent marqué cet anniversaire par des manifestations en faveur de la démocratie.

 

Le principal accusé dans cette affaire est Benny Tai, professeur de droit et leader du mouvement Occupy Central en 2014, qui réclamait des élections plus libres.

 

Depuis 2019, M. Tai soutenait que le camp pro-démocratie devait organiser une élection primaire non officielle, pour savoir qui étaient ses candidats les plus éligibles. Selon sa stratégie, si les démocrates parvenaient à obtenir une majorité à l’assemblée législative, ils pourraient bloquer le budget du gouvernement, ce qui, selon la loi, aurait forcé une éviction de Carrie Lam, alors leader profondément impopulaire de la ville.

 

L’affaire a piégé des opposants de longue date au gouvernement chinois comme Joshua Wong, devenu mondialement célèbre en tant que leader étudiant adolescent lors des manifestations du “Mouvement des parapluies” de 2014 pour des élections plus libres du dirigeant de la ville.

 

Plusieurs autres accusés, comme Claudia Mo, Eddie Chu et Lam Cheuk-ting, étaient des législateurs chevronnés, à l’avant-garde du mouvement démocratique de Hong Kong depuis des années. D’autres, comme Gwyneth Ho, Owen Chow et Winnie Yu, représentaient une nouvelle génération de militants et de syndicalistes, politisés dans le sillage des manifestations de 2019.

 

Selon les analystes, l’affaire a démontré la grande portée de la loi sur la sécurité nationale, dont les autorités avaient initialement déclaré qu’elle ne concernerait qu’une petite minorité de la ville.

 

“Il est difficile de surestimer l’énormité de cette affaire, car elle est essentiellement destinée à porter un coup fatal à l’opposition politique pacifique de Hong Kong”, a déclaré Thomas Kellogg, directeur exécutif du Center for Asian Law.

 

“C’est un véritable choix du gouvernement de Hong Kong et de Pékin”, a-t-il poursuivi. “Ils auraient pu se concentrer sur les personnes qui parlaient d’indépendance, par exemple, ou sur les personnes qui avaient critiqué plus sévèrement la politique du gouvernement de Hong Kong et la politique de Pékin à l’égard de Hong Kong. Au lieu de cela, ils se sont attaqués à tous les secteurs de la vie civique.”

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus