Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet

Fortune’s Bazaar : The Making of Hong Kong

Date de publication : 10/01/2024
0

fortunes bazaar

 

Fortune’s Bazaar, le roman vrai de l’ex colonie britannique.

 

A l’heure où la répression chinoise s’abat sans merci sur Hong Kong, le livre d’histoire de Vaudine England est passionnant. Il n’est pas encore traduit en Français. Voici des extraits de l’article que lui a consacré le New York Times.

 

Chaque ville, malheureusement, à chaque époque, a eu ses nantis et ses démunis, ses riches immondes et ses désespérément pauvres, et les divisions peuvent se poursuivre à l’infini. Les villes peuvent également être noires et blanches, masculines et féminines, vertes et bétonnées et – hypothèse silencieuse sous-jacente à tous ces binômes – bonnes et mauvaises, quelle que soit la définition que l’on donne à ces termes. Se concentrer sur les divisions bloque cependant toute réflexion constructive sur les villes, car c’est entre les deux que se fait le travail de création et de maintien de villes saines.

 

L’ouvrage de la journaliste Vaudine England, “Fortune’s Bazaar : The Making of Hong Kong” rejette explicitement l’approche du conte de deux villes, et c’est ce qui le rend si éclairant. Ce n’est pas un mince exploit de la part de l’auteur, étant donné la facilité avec laquelle l’histoire de Hong Kong se prête à cette approche : De 1841, date à laquelle, selon une légende, un marin nommé Mohammed Arab a hissé l’Union Jack à Possession Point, jusqu’à la prise de contrôle par la Chine en 1997, les dirigeants coloniaux britanniques ont vécu au sommet du pic Victoria, sur l’île de Hong Kong, tandis qu’en bas, leurs sujets chinois vivaient à l’ombre de la ville.

 

D’une manière ou d’une autre, l’histoire raconte que Hong Kong est devenu le plus grand port commercial d’Asie, même si peu d’habitants parlaient à la fois l’anglais et le cantonais.

 

Mais certains l’ont fait, généralement avec quelques autres langues, et, comme le montre de manière convaincante Vaudine England, ces personnes qui ont jeté des ponts entre les mondes sont à l’origine non seulement du succès de Hong Kong, mais aussi de son existence même en tant que ville portuaire mondiale. “Sans ses intermédiaires, écrit-elle, Hong Kong n’aurait tout simplement pas pu fonctionner et n’aurait pas fonctionné.


La colonisation britannique s’est accompagnée de l’arrivée de commerçants originaires de pays comme l’Arménie, le Portugal, l’Inde et les Philippines. Ils pratiquaient des religions telles que l’islam, le judaïsme et le zoroastrisme et ont créé des entreprises, des lieux de culte et des familles
.

 

Ces immigrants ont fusionné leurs intérêts par le biais de partenariats professionnels et de mariages interethniques, ce qui a donné naissance à une grande partie des fondations institutionnelles de la ville. Les docks, la bourse, l’université de Hong Kong, de nombreuses entreprises prospères de la ville et même le Jockey Club sont tous nés de l’alliance entre Sir Paul Chater de Calcutta, membre de l'”aristocratie arménienne indienne”, Sir Hormusjee Nowrojee Mody, homme d’affaires indien Parsi, et l’homme d’affaires chinois Li Sing. Les Britanniques ont peut-être écrit les règles, les Chinois ont peut-être constitué la majeure partie de la population, mais c’est la combinaison d’idées, d’argent et de détermination de nombreux types de familles immigrées qui a permis de construire les réseaux de capitaux de Hong Kong.

 

« Fortune’s Bazaar » peut être commandé sur internet. (Scribner Publishing)

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici

Les plus lus