Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Ankara Escort
1xbet
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
betforward
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
deneme bonusu veren bahis siteleri
deneme bonusu
casino slot siteleri/a>
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
https://treirb.net
deneme bonusu veren bahis siteleri
https://www.getbetbonus.com
Home Accueil MALAISIE – POLITIQUE : Éclatement programmé de la coalition au pouvoir 

MALAISIE – POLITIQUE : Éclatement programmé de la coalition au pouvoir 

Journaliste : Rédaction Date de publication : 31/01/2022
0

Kuala Lumpur

 

Pakatan Harapan, la coalition réformatrice qui a remporté les élections nationales de 2018 en Malaisie, chassant du pouvoir la coalition nationale au pouvoir après 70 ans de règne ininterrompu pour ensuite tâtonner à la tête du pays, semble finalement s’être désagrégée – peut-être pour de bon.

 

Il s’agit d’une question apparemment mineure, à savoir la décision du Parti Keadilian Rakyat, le parti urbain modéré à majorité malaise dirigé par Anwar Ibrahim, d’abandonner le logo du Pakatan Harapan au profit de sa propre marque, ce qui a mis fin à des désaccords qui couvaient depuis longtemps au sein de la coalition. Paralysé par des divergences internes sur les questions de leadership et de stratégie, ainsi que par une suspicion mutuelle et une acrimonie personnelle, le Pakatan Harapan a du mal à se maintenir.

 

L’effondrement éventuel de la coalition revêt une importance considérable pour le pays à un moment où la coalition nationale dirigée par la très corrompue United Malays National Organization a consolidé son retour au pouvoir et, selon toute apparence, cherche un moyen d’éviter la prison à l’ancien Premier ministre Najib Razak, bien qu’il ait déjà été reconnu coupable et condamné à 12 ans de prison pour son rôle dans le scandale de 1Malaysia Development Bhd, dans lequel au moins 4,6 milliards de dollars ont été perdus à cause du vol et de la mauvaise gestion.

 

Quoi qu’Anwar puisse dire publiquement, on ne peut échapper au fait que la relation de son parti avec le DAP est en lambeaux. L’animosité contre “les Lim” – le leader du DAP Lim Kit Siang et son fils Lim Guan Eng – est particulièrement évidente. Il est évident que les dirigeants du PKR restent amers du fait que les Lims n’ont pas soutenu Anwar lorsqu’il a défié Mahathir Mohamad pour le poste suprême dans les derniers jours de l’administration. Ils prétendent – et non sans raison – que même lorsqu’il est devenu évident que Mahathir était en train de jouer ses vieux tours, le DAP a continué à soutenir Mahathir.

 

Le point de vue du DAP sur Anwar n’est pas moins peu charitable. Anwar est considéré comme quelqu’un qui a perdu sa capacité à inspirer les électeurs, qui n’a pas les compétences nécessaires pour forger une large coalition et fournir un leadership convaincant. Comme l’a dit sans ambages Ramasamy, c’est une question de “calibre du leadership…”. L’appel d’un autre pilier du DAP à “mettre de côté les agendas personnels afin que nous puissions faire avancer une stratégie plus convaincante, avec un récit politique plus large mis en place”, est une autre indication de la frustration du DAP à l’égard du leadership d’Anwar.

 

Les prochaines élections de l’État de Johor seront un baromètre important de la validité de tous les arguments actuellement en jeu. En 2018, le PKR a remporté 7 des 12 sièges qu’il disputait. Cette fois, il espère se présenter dans 20 sièges. Cependant, même les membres du parti ne sont pas optimistes quant à leurs chances. Si le PKR obtient d’aussi mauvais résultats à Johor qu’à Malacca et Sarawak, le leadership d’Anwar sera à nouveau remis en question, tandis que la marque PKR elle-même sera encore diminuée.

 

Pour le DAP aussi, Johor sera crucial. Lors des élections d’État de 2018, il a remporté les 14 sièges qu’il disputait mais, comme l’ont montré Malacca et Sarawak, il a perdu beaucoup de soutien non-malais depuis. Et cette fois-ci, le vote non-malais pourrait être encore plus divisé, surtout si aucun accord n’est trouvé avec la nouvelle association démocratique unie de la Malaisie orientée vers les jeunes, connue sous le nom de Muda, et Warisan sur la répartition des sièges.

 

Tout cela signifie qu’une opposition très fracturée sera opposée à Johor à une UMNO de plus en plus renaissante. Au sein du DAP et du PKR, la morosité règne et beaucoup pensent que non seulement Johor mais aussi le GE15, prévu en 2023, sont peut-être déjà perdus. Peut-être faudra-t-il une défaite électorale cuisante pour que les deux partis commencent à se réinventer, à intégrer une nouvelle génération de dirigeants et à reconstruire la coopération.

 

 Remerciements à Michel Prevot

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus