Home Accueil THAÏLANDE – CHRONIQUE : « Ban Dara Junction : il était une fois dans l’Ouest… »

THAÏLANDE – CHRONIQUE : « Ban Dara Junction : il était une fois dans l’Ouest… »

Date de publication : 05/07/2021
0

Il y a en Thaïlande des lieux magiques, perdus au milieu de nulle part, souvent d’accès difficile, que l’on voit depuis la fenêtre d’un train. Ban Dara Junction, à 66 km au nord de Sukhothaï, en fait partie. Mieux vaut avoir un GPS fiable pour s’y rendre en voiture. Cette gare a été construite en 1909 pour relier Sawankhalok, à l’époque Chef-lieu de la Province de Sukhothai, depuis la ligne Bangkok – Uttaradit (1909) qui devint plus tard Bangkok – Chiang Maï (1916). Le roi Rama cinq (Chulalongkorn / 1853 – 1910) baptisa l’endroit du nom de la princesse consort Dara Rasmi (1873-1933) l’une de ses épouses, à l’occasion d’un arrêt fortuit pour recharger en bois la chaudière de la locomotive à vapeur du train royal dans lequel il avait pris place.

 

Pour mémoire, la première ligne ferroviaire fut Bangkok-Ayutthaya (1897) prolongé vers Khorat (Nakhon Ratchasima) en 1900. Je vous invite à vous arrêter avec moi dans ce lieu magique en lisant :Ban Dara Jonction : il était une fois dans l’Ouest… Bonne lecture donc.

 

 

L’unique paysanne attendait patiemment,
Sur ce long quai de gare vide et silencieux,
Que le train de Chiang Maï, omnibus tortueux
Au charme désuet, s’annonce en sifflant.

 

Avec ses paniers de légumes et de fruits frais,
Son trajet sera court : quelques stations plus loin,
Elle vendra ses produits sur un marché voisin,
Et reviendra par un train en fin de journée.

 

Les trains Chiang Maï – Bangkok, express ou omnibus,
Sont peu nombreux. Ses cinquante-quatre stations,
Aux gares en bois qui ont fait leur réputation,
Sont figées dans l’espace, vaincues par le virus.

 

A Ban Dara Junction, l’extension de la voie
Vers Sawankhalok à l’Ouest a été fermée
Pendant la pandémie, faute de passagers.
Les rêveurs ne verront plus passer les convois.

 

Drôle de gare, construite en mille neuf-cent-neuf
Au milieu de nulle part. Un petit village
S’est greffé sur la station, comme un attelage,
Sans centre réel, où l’on cherche en vain le cœur.

 

Un temple bouddhiste, quelques maisons en bois
De teck joliment fleuries, et des bâtiments
Administratifs complètent chichement
Ce décor champêtre où le Chef de gare est roi.

 

Champs de cannes à sucre, rizières à perte de vue,
Rivière Nan qu’enjambe un pont métallique
Ferroviaire, ce trou perdu idyllique
Offre sa nostalgie au voyageur ému.

 

Sur le quai déserté, où bancs et bacs de fleurs
Colorent la scène, le temps s’est arrêté.
Dans son uniforme kaki bien apprêté,
Le fier Chef-de-gare-contrôleur-aiguilleur,

 

Bien solitaire ici, s’occupe comme il peut.
Les aiguillages à manœuvre manuelle
Sont au chômage. Dans cette ambiance irréelle,
Où il n’y a plus de trains à aiguiller, un joyeux

 

Sifflement au lointain annonce l’arrivée
D’une poussive locomotive Diesel,
Tractant quelques wagons. Cette vieille gazelle
Du rail s’arrête dans la gare dépeuplée.

 

L’unique paysanne est, sans conteste,
La reine du train avec ses paniers.
Puis le convoi s’en va au loin et disparait ;
Ban Dara Junction, il était une fois dans l’Ouest….

 

Michel Hermann

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus