Home Accueil THAÏLANDE – POLITIQUE : 44 députés du MFP risquent d’être bannis à vie

THAÏLANDE – POLITIQUE : 44 députés du MFP risquent d’être bannis à vie

Date de publication : 04/02/2024
0

Pita au parlement

 

44 députés du Mouvement Forward (MFP) dont leur chef de file Pita Limjaroenrat risquent d’être bannis à vie de la vie politique après que la Cour constitutionnelle a statué que leurs efforts pour modifier la loi de lèse-majesté constituaient une tentative de renverser la monarchie. Une enquête pour violation de l’éthique est en cours.

 

Enquête pour violation de l’éthique

 

L’avocat Theerayut Suwankesorn a déposé le 2 février une requête auprès de la Commission nationale anti-corruption (NACC) demandant une enquête sur les 44 députés du MFP qui ont soutenu le projet de loi visant à modifier la section 112 du code pénal, la loi de lèse-majesté.

 

L’année dernière, Theerayut a demandé à la Cour constitutionnelle de mettre un terme aux tentatives du MFP de modifier cette section.

 

Sonthiya Sawasdee, ancien conseiller de la commission des affaires juridiques de la Chambre des représentants, a déposé une requête similaire auprès de la NACC le 2 février.

 

L’article 235 de la constitution stipule que si la NACC trouve des motifs d’allégations de violation grave de l’éthique par des titulaires de fonctions politiques, elle devra transmettre l’affaire à la division pénale de la Cour suprême pour les titulaires de fonctions politiques.

 

Risque d’interdiction à vie

 

Si la Cour accepte l’affaire, les intéressés seront suspendus de leurs fonctions jusqu’à ce qu’elle rende sa décision.

 

Si la NACC et la Cour suprême concluent que les députés ont effectivement violé l’éthique, ils risquent une interdiction à vie de toute fonction politique.

 

Le MFP se battra

 

Sirikanya Tansakul, chef adjoint du MFP, a déclaré que les députés étaient prêts à se battre devant les tribunaux et a nié l’intention du parti d’abroger la loi de lèse-majesté. À la question de savoir si la carrière politique des 44 députés survivrait à l’affaire, elle a répondu : “Nous avons encore de l’espoir. Mais nous devons aussi nous préparer au pire des scénarios”.

 

Plan de secours

 

Interrogée sur leur plan de secours si la Cour suprême se prononce contre eux et révoque leurs droits politiques, Sirikanya a déclaré que la procédure judiciaire pourrait prendre un certain temps et que le parti aurait suffisamment de temps pour préparer de jeunes membres à prendre en charge la gestion des affaires du parti.

 

Dissolution du parti possible

 

Jeudi, l’activiste politique Ruangkrai Leekitwattana a déposé une pétition auprès de la Commission électorale, lui demandant d’engager une procédure de dissolution contre le principal parti d’opposition.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus