Home Accueil THAÏLANDE – POLITIQUE : L’auteur du coup d’Etat de 2014 ? Prayut, lui seul…

THAÏLANDE – POLITIQUE : L’auteur du coup d’Etat de 2014 ? Prayut, lui seul…

Journaliste : Rédaction Date de publication : 22/07/2022
2

Prayut Chan-o-cha

 

Le Premier ministre Prayut admet être le seul putschiste, alors que le député Prawit se défend lors d’un débat sur la censure. L’histoire est racontée par plusieurs médias thaïlandais.

 

Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a admis être l’individu derrière le coup d’État de mai 2014 en Thaïlande, alors qu’il levait la main, assez fièrement, lorsqu’il était évoqué par son adjoint Prawit Wongsuwan, lors de la deuxième journée de débat sur la censure mercredi.

 

Prawit, se défendait contre les allégations de l’opposition sur son rôle dans le coup d’État et les montres de luxe qui, selon lui, avaient été empruntées à son ami et n’avaient pas été déclarées comme actifs.

 

La réponse souriante du Premier ministre à la demande de Prawit a provoqué une explosion de rires à la Chambre. Après la session parlementaire, Prayut a déclaré aux journalistes : “Je dois assumer la responsabilité, car je l’ai fait”.

 

Prawit a déclaré au Parlement que Prayut Chan-o-cha était responsable du putsch, qui a renversé le gouvernement intérimaire élu du Premier ministre Yingluck Shinawatra, qui avait déjà été démis de ses fonctions en raison d’une action en justice contre sa politique controversée de mise en gage du riz.

 

« Je n’ai pas participé au coup d’État. Ni l’un ni l’autre (ministre de l’Intérieur) Anupong (Paochinda). Ici, c’est celui-ci (indiquant vers Prayut). Seul le Premier ministre l’a mis en scène. Je ne savais même pas quand c’était prévu. C’est n’importe quoi de parler de l’alliance des « 3 P », a-t-il déclaré.

 

Les « 3 P » sont Prawit, Prayut et Anupong, surnommés « Pok ».

 

Le député de Move Forward, Wiroj Lakkhanaadisorn, a déclaré dans son message sur Facebook mercredi soir que la déclaration du général Prawit sur le coup d’État pourrait être utilisée comme preuve pour poursuivre Prayut en justice à l’avenir pour insurrection.

 

Sur Facebook, le chef de la stratégie du parti libéral thaïlandais, Somchai Srisutthiyakorn, a accusé le Premier ministre d’avoir complètement omis de comprendre ce que signifie «démocratie» lorsqu’il a avoué, avec un sourire et un signe de la main, avoir organisé le coup d’État, la pire offense contre la démocratie.

 

Nattawut Saikua, directeur de la “Famille Pheu Thai”, a déclaré qu’il ne trouvait pas du tout amusant un coup d’État.

 

Au cours du débat sur la censure, Prawit a également été attaqué par le député de la liste du parti Move Forward, Thiratchai Panthumat, pour ingérence présumée dans les enquêtes de la Commission nationale anti-corruption (NACC) et du Département des douanes dans le scandale coûteux des montres-bracelets.

 

Le général Prawit a été accusé d’avoir dissimulé ses avoirs en omettant de déclarer plusieurs montres-bracelets coûteuses, qu’il avait été vu porter en public au fil des ans. Il a expliqué que les montres avaient été empruntées à un ancien camarade de classe et ami, feu Pattawat Suksriwong. Il a également déclaré à l’ANCC que toutes les montres avaient été rendues à leur propriétaire.

 

Se défendant contre l’allégation, il a affirmé que le NACC l’avait déjà innocenté de tout acte répréhensible en la matière.

 

Le discours de Thiratchai sur le scandale des montres-bracelets a parfois été interrompu par des députés de Palang Pracharath, affirmant que la question controversée n’était pas à l’ordre du jour du débat.

2 Commentaires

  1. Cette présentation est étonnante. Nous sommes en présence d’un général auquel il a plu, un beau jour de 2014, de faire un coup d’État, sans n’en rien dire au roi, chef de l’État… Il est demeuré étrangement taisant. En 2006, le roi avait été immédiatement informé.

  2. vous croyez vraiment qu’il aurait agi sans la bénédiction ou la neutralité d’un roi mourant qui s’est toujours soucié de son peuple?
    Apres 31 meurtres de snippers précédant cette période l’armée est intervenue pour pacifier le pays ; il ne faut pas non plus l’oublier

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus