Home Accueil THAÏLANDE – POLITIQUE : Tout comprendre sur la prochaine élection sénatoriale

THAÏLANDE – POLITIQUE : Tout comprendre sur la prochaine élection sénatoriale

Date de publication : 14/05/2024
0

Sénat Thaïlande

 

Nous reproduisons ici une analyse du think-tank International Idea.

 

Le mandat de l’actuel Sénat Thaïlandais a expiré le 11 mai 2024. Cependant, comme nous l’expliquons ci-dessous, ce processus semble être davantage une sélection qu’une élection.

 

La prochaine série de 200 sénateurs entrera en fonction en juillet 2024, ce qui marquera un changement important par rapport à la composition actuelle de l’institution. Le Sénat actuel a été formé dans le cadre d’un processus politique qui a suivi le coup d’État de 2014, au cours duquel la junte militaire connue sous le nom de Conseil national pour le maintien de la paix et de l’ordre (NCPO) a pris le pouvoir, dissolvant le Sénat qui existait à l’époque. Le NCPO a joué un rôle clé dans la rédaction de la constitution de 2017 et dans la mise en place des institutions de transition. À la suite des élections générales de mai 2019, le NCPO a directement nommé les 250 sénateurs “transitoires” actuels. En plus d’être nommé, ce Sénat transitoire diffère du nouveau Sénat en ce qu’il a le pouvoir de choisir le premier ministre.

 

Les détracteurs du Sénat de 2019 ont affirmé que sa composition et ses pouvoirs étaient conçus pour en faire une base de pouvoir pour le NCPO. Cette critique semble avoir été justifiée lorsque le Sénat nommé par la junte a empêché le Move Forward Party (MFP), vainqueur surprise des élections générales de 2023, de former un gouvernement avec sa coalition de huit partis et de nommer à nouveau son candidat, Pita Limjaroenrat, au poste de premier ministre. Cette décision a clairement contrecarré la volonté populaire.

 


Les prochaines élections sénatoriales seront un indicateur important de la trajectoire de la démocratie thaïlandaise, car elles offrent une occasion unique de remodeler la chambre haute et de la rendre représentative, en comparaison avec le Sénat sortant.

 

Comment se déroulent les élections ?

 

Si la plupart des citoyens thaïlandais peuvent se porter candidats au Sénat, seules les personnes qui se porteront candidates pourront voter lors de l’élection. La candidature est liée à la fois à la zone de résidence et à la profession. Les candidats doivent payer des frais de candidature de 2 500 bahts (68 USD), ce qui, selon Human Rights Watch, équivaut à “sept fois le salaire journalier minimum en Thaïlande”, ce qui constitue un obstacle majeur à la mise en place d’un processus électoral inclusif.

 

Qui peut se présenter ?

 

Selon la Commission électorale de Thaïlande, tout candidat potentiel au poste de sénateur doit

 

Être un citoyen thaïlandais de naissance et avoir au moins 40 ans.

 

Démontrer qu’il a au moins 10 ans de connaissances, d’expérience et d’expertise dans le domaine professionnel dans lequel il se présente (plus d’informations à ce sujet ci-dessous).

 

Ne pas occuper de fonctions politiques, c’est-à-dire que les membres de partis politiques ou les fonctionnaires ne peuvent pas se présenter. Les personnes qui ont été membres du parlement doivent attendre cinq ans avant de pouvoir se porter candidates. En outre, les enfants et les conjoints des membres du parlement ne peuvent pas se présenter.

 

Démontrer qu’ils ont des liens avec la circonscription dans laquelle ils posent leur candidature, par la naissance, la résidence ou au moins deux ans d’expérience.

 

Selon la Commission électorale de Thaïlande et iLaw, les candidats peuvent se présenter à l’une (et une seule) des 20 catégories professionnelles répertoriées.

 

Les candidats potentiels doivent passer un test de qualification lié à leur domaine professionnel avant d’entamer le processus d’auto-sélection au sein des groupes qu’ils ont choisis.


Le vote se déroulera en trois tours : district, provincial et national. Les 10 meilleurs candidats de chacun des 20 groupes seront nommés sénateurs. Pour plus de détails sur le processus de sélection, voir l’organisation non gouvernementale thaïlandaise iLaw.

 

Calendrier

 

La Commission électorale a déclaré qu’elle partagerait le calendrier proposé pour la réception des candidatures le 13 mai. Les élections devraient avoir lieu entre le 9 et le 26 juin et les résultats devraient être annoncés le 2 juillet.

 

Quels seront les pouvoirs du nouveau Sénat ?

 

Contrairement à ses pouvoirs antérieurs (controversés), le nouveau Sénat ne sera pas en mesure d’élire un premier ministre. Cependant, les nouveaux sénateurs exerceront une influence considérable sur la politique thaïlandaise au cours des cinq prochaines années. Les pouvoirs du Sénat comprennent : l’examen et l’approbation de projets de loi importants, le vote sur les propositions d’amendements constitutionnels et l’approbation des candidats aux agences indépendantes – telles que la Commission électorale de Thaïlande, la Cour constitutionnelle ou la Commission nationale de lutte contre la corruption.

 

Quelles sont les perspectives d’une large participation ?

 

Les organisations de la société civile et les activistes ont lancé une campagne “Courir pour voter”, exhortant tous les Thaïlandais remplissant les conditions requises à se présenter aux élections sénatoriales. Les défenseurs des droits de l’homme et les militants thaïlandais espèrent que la participation d’un plus grand nombre de candidats issus d’horizons divers permettra d’atténuer le risque de manipulation des votes et de montée en puissance de personnalités influentes  liées à l’establishment militaire.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus