Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Home Accueil THAÏLANDE – TOURISME: Bang Prathun, vestige urbain du Siam et de ses canaux

THAÏLANDE – TOURISME: Bang Prathun, vestige urbain du Siam et de ses canaux

Journaliste : Redaction
La source : Gavroche
Date de publication : 27/09/2020
0

A Bangkok, le quartier de Bang Prathun est comme un monde aquatique miniature. Une toile d’araignée de canaux qui s’étend à travers un rare paysage vert de cocotiers et d’arbres fruitiers, le long de chemins qui relient une communauté durable. Cet endroit remonte à la fin de la période Ayutthaya, soit plus de 200 ans. Mais à chaque inondation, et à chaque nouvelle construction de gratte ciel à proximité, la population tremble…

 

Les habitants de Bang Prathun, l’un des quartiers les plus lacustres de Bangkok, ont vécu au bord de l’eau pendant des générations et leur fortune s’est faite au gré des marées des méandres du Chao Phraya.

 

La sagesse a été héritée des générations passées ; comment l’eau se déplace, comment elle se draine et comment elle subvient à ses besoins.

 

Aujourd’hui, alors que la modernité se rapproche tout autour de cette tache verte, une aberration dans le gris de l’étalement urbain de Bangkok, ses habitants se demandent si leurs anciennes connaissances peuvent encore les protéger.

 

Le défi de l’urbanisation sauvage

 

C’est un défi qui se pose à de nombreuses communautés parmi les plus pauvres de la capitale thaïlandaise, celles qui vivent en marge – et souvent, autour de l’eau. Ce sont les plus vulnérables. Bangkok a longtemps été confrontée à la menace d’inondations, mais le changement climatique menace d’amplifier les risques.

 

Nawin Meebunjong a grandi ici, en explorant les canaux complexes. “Je suis ici depuis que je suis petite. J’ai grandi avec l’eau, en nageant dans le canal. Je suis allée à l’école en bateau. Je vais au marché en bateau. Tout implique l’eau”, dit-elle.

 

Ce fut un moment de bouleversement dans sa vie qui l’a fait passer de quelqu’un qui tenait sa maison pour acquise à l’un de ses protecteurs les plus passionnés.

 

Le souvenir de 2011

 

Les grandes inondations de 2011 ont provoqué des perturbations et des dégâts dans toute la ville de Bangkok, et Bang Prathun, qui se trouve à proximité de la principale artère fluviale de la ville, a été durement touchée.

 

Pour Nawin, ce fut une douloureuse collision d’événements marquants. “L’inondation de 2011 a bouleversé la vie de nombreuses personnes, dont moi. Elle m’a fait m’intéresser aux canaux et aux choses qui nous entourent”, explique-t-elle.

 

“Après cela, j’ai changé ma façon de penser. Pourquoi n’ai-je jamais pris soin des choses que j’avais ? Si ces choses disparaissaient un jour, que ferais-je ?

 

Nawin est devenue la fondatrice du groupe Rak Bang Prathun, qui travaille au sein de la communauté pour éduquer la population locale et aider à préserver l’environnement.

 

Les habitants ont concentré leurs efforts sur l’entretien des maisons traditionnelles conçues pour résister aux inondations, sur le façonnage des fossés de drainage pour contrôler le mouvement de l’eau et sur la rétention de l’eau à travers la verdure et les jardins.

 

L’ingéniosité simple est intégrée au tissu de la communauté. Il s’agit d’une relation délibérée synchronisée avec l’eau, plutôt qu’en conflit avec un élément puissant.

 

Avancer avec la sagesse ancienne

 

“Nous ne créons pas une sagesse toute nouvelle. Nous ne faisons qu’avancer l’ancienne pour survivre à l’inondation. Vivre avec elle et se plier à elle”, a déclaré Nawin.

 

“Vivre avec elle, c’est être harmonisé. Ainsi, nous pouvons vivre avec la nature. C’est l’approche de la vie avec l’eau. Rien ne peut conquérir la nature. Quelle que soit notre approche, il s’agit simplement d’un acte de report, de retard ou de contrôle. Mais en fin de compte, on ne peut pas gagner”.

 

Défendre les canaux

 

Les canaux sont une infrastructure essentielle pour Bangkok. Il y en a 1 161 dans la ville, dont neuf grands canaux. Ils servent à drainer des masses d’eau extraordinaires qui s’écoulent du nord du pays vers le golfe de Thaïlande.

 

Ils font partie du système de défense contre les inondations des polders de Bangkok, qui comprend également des tunnels, des stations de pompage et des bassins de rétention, connus sous le nom de “joues de singe”. Les digues autour de la ville aident à rediriger l’eau de la ville, qui est elle-même une plaine d’inondation naturelle, vers la mer.

 

Bangkok est située sur une terre où les eaux de crue devraient naturellement couler mais qui, à l’époque moderne, a été aménagée pour accueillir plus de dix millions d’habitants et de grandes industries. Le résultat est connu: chaque année, la capitale thaïlandaise s’affaisse et les eaux du Golfe de Siam l’emprisonnent davantage.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus