Free Porn
xbporn
Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Ankara Escort
1xbet
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com

1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com

1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
betforward
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co

betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co

betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
deneme bonusu veren bahis siteleri
deneme bonusu
casino slot siteleri/a>
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Cialis
Cialis Fiyat
deneme bonusu
padişahbet
padişahbet
padişahbet
deneme bonusu 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet 1xbet untertitelporno porno 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet 1xbet سایت شرط بندی معتبر 1xbet وان ایکس بت pov leccata di figa
best porn 2025
homemade porn 2026
mi masturbo guardando una ragazza
estimare cost apartament precisă online
blonde babe fucked - bigassmonster
Home Asie Asean ASIE DU SUD-EST – CORONAVIRUS: La diplomatie des vaccins à l’œuvre au sein de l’ASEAN

ASIE DU SUD-EST – CORONAVIRUS: La diplomatie des vaccins à l’œuvre au sein de l’ASEAN

Journaliste : Dr Ioan Voicu
La source : Gavroche
Date de publication : 08/03/2021
0

S’arrêter pour réfléchir et juger des problèmes à l’aune d’une région est souvent bénéfique. C’est ce que nous propose notre chroniqueur Ioan Voicu dans cette analyse de la diplomatie des vaccins en Asie du Sud-Est. Il est évident, aujourd’hui, que les vaccins contre la Covid-19 sont une arme de puissance. Quelle est la réalité au sein de l’ASEAN ? Voici la réponse.

 

Une chronique de Ioan Voicu, ancien Ambassadeur de Roumanie en Thaïlande, professeur invité à l’Université de l’Assomption (Bangkok)

 

Peut-on parler de l’existence d’une véritable diplomatie des vaccins contre la Covid-19 à l’échelle mondiale ? Un article récent signé par le comité de rédaction du New York Times apporte une réponse positive à cette question, avec des exemples intéressants.

 

Un contexte géopolitique complexe

 

Bien que la victoire sanitaire contre le virus Covid-19 soit la raison évidente et principale pour laquelle les États-Unis se lancent dans cette diplomatie, il y a aussi ceci : il est tout à fait dans l’intérêt national des États-Unis de ne pas céder un avantage critique de «puissance douce» à des rivaux autocratiques comme la Russie ou la Chine.

 

Les pays pauvres se souviendront de qui est venu à leur aide, et quand. Moscou et Pékin ont vu une opportunité dès le début, en envoyant des masques et des équipements de protection dans les pays durement touchés en 2020. Maintenant, alors que les pays à revenu faible et intermédiaire réclament des vaccins, des pays, de la Serbie et de l’Algérie au Brésil et à l’Égypte reçoivent des doses de vaccins de la Chine et de la Russie.

 

Partage du vaccin chinois

 

La Chine a fait du partage de ses vaccins locaux une pièce maîtresse de son «Initiative de la ceinture et de la route», une stratégie mondiale visant à investir dans plus de 70 pays et organisations internationales. La diplomatie chinoise en matière de vaccins a eu ses problèmes, notamment le manque d’informations vérifiées sur l’efficacité de ses vaccins, mais pour de nombreux pays pauvres, les vaccins chinois sont bien meilleurs que rien. Récemment, par exemple, la Chine a annoncé qu’elle ferait don de 300 000 doses à l’Égypte.

 

A ces exemples, on peut en ajouter d’autres provenant de sources publiques, avec des références concrètes à la région de l’Asie du Sud-Est.

 

Alors que la pandémie de coronavirus se poursuit, les pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) s’emploient à obtenir une assistance internationale sous la forme d’accès rapide aux vaccins. La Chine a engagé – et livré – des millions de doses de vaccin. Mais il y a aussi un fort intérêt à obtenir des vaccins fabriqués aux États-Unis et en Europe, et l’Inde fournit également une assistance par le biais de la diplomatie vaccinale aux membres de l’ASEAN.

 

La situation au sein de l’ASEAN

 

Les pays d’Asie du Sud-Est continuent de demander l’aide de partenaires internationaux pour faire face à la pandémie de coronavirus, en particulier pour garantir l’accès aux vaccins. La Chine répond à l’appel. Les États-Unis, en revanche, n’ont pas été un facteur dans la diplomatie de la vaccination dans la région. Cette absence renforce les craintes que certains gouvernements d’Asie du Sud-Est puissent trouver les vaccins chinois comme leur seule option, au moins pendant un certain temps, et que Pékin pourrait en profiter pour exiger de lourdes concessions politiques ou économiques.

 

En janvier 2021, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a visité quatre pays de la région: le Myanmar, l’Indonésie, le Brunei et les Philippines. Depuis octobre, il a visité tous les pays d’Asie du Sud-Est à l’exception du Vietnam et a associé les promesses d’accès aux vaccins chinois à d’autres priorités de politique étrangère, notamment la promotion de grands projets dans le cadre de l’Initiative chinoise de la ceinture et de la route, qui ont été bloqués pendant la pandémie.

 

Lors de sa visite aux Philippines, Wang a promis un demi-million de doses de vaccins Covid-19 ainsi que 1,3 milliard de dollars de prêts et 77 millions de dollars de subventions pour des projets d’infrastructure.

 

En Indonésie, Wang a réaffirmé l’engagement de Pékin à aider l’Indonésie à devenir un centre de fabrication de vaccins chinois. L’Indonésie a déjà reçu 3 millions de doses du vaccin Sinovac de fabrication chinoise et suffisamment de matières premières pour en produire 15 millions de plus.

 

L’Asie du Sud-Est a d’autres options de vaccins, mais celles-ci s’avèrent plus difficiles à trouver. La plupart des gouvernements de la région recherchent une offre diversifiée, à la fois pour garantir des doses suffisantes le plus rapidement possible et pour éviter les pièges politiques d’une dépendance excessive à l’égard de Pékin.

 

Les Philippines ont récemment approuvé l’utilisation d’urgence du vaccin de Pfizer (et ont conclu des accords pour 50 millions de doses de vaccins développés aux États-Unis par Novavax et Moderna, 30 millions de Covavax en Inde et 20 millions de doses du vaccin AstraZeneca basé au Royaume-Uni. L’histoire est similaire en Indonésie, en Malaisie et en Thaïlande. Le Vietnam, Singapour et la Thaïlande sont en train de développer des vaccins nationaux. Le Vietnam est le plus avancé dans ce processus. Son vaccin Nanocovax pourrait être prêt à être livré au grand public au second semestre 2021.

 

La Chine a peut-être été la première à sortir dans une grande partie de l’Asie du Sud-Est, mais les campagnes de vaccination de la région nécessiteront des années de soutien de la part des partenaires internationaux. Les États-Unis, aux côtés de l’Australie, de l’Inde, du Japon et de l’Europe, devraient jouer un rôle de premier plan.

 

Début du déploiement vaccinal

 

Mais le déploiement des vaccins dans la zone de l’ASEAN n’en est qu’à ses débuts et est une entreprise massive avec les gouvernements prévoyant de vacciner jusqu’à 70% des 648 millions de personnes de la région contre le Covid-19.

 

L’OMS dit qu’elle prévoit d’approuver les vaccins occidentaux et chinois dans les «semaines et mois à venir». Cela rendrait les vaccins chinois disponibles via COVAX, un programme mondial codirigé par l’OMS, qui prévoit de délivrer au moins deux milliards de doses de vaccin contre la Covid-19 dans le monde cette année, dont au moins 1,3 milliard vont aux pays les plus pauvres.

 

Bangkok veut que tous ses citoyens soient vaccinés contre le virus, en plus de tous les travailleurs illégaux du Cambodge, du Laos et du Myanmar, qui seront autorisés à rester et à travailler légalement pendant les deux prochaines années.

 

Quels fondements ?

 

Au niveau régional et mondial, la diplomatie vaccinale peut justifier son identité spécifique si elle est menée conformément aux fonctions essentielles de la diplomatie, à savoir: information, négociation, représentation et coopération. Ces fonctions ne peuvent être exercées dans le vide et doivent être fondées sur les principes fondamentaux du droit international consacrés dans la Charte des Nations Unies et explicités dans plusieurs documents internationaux, y compris dans la Déclaration de l’ONU du 24 octobre 1970 relative aux principes du droit international touchant les relations amicales et la coopération entre les États conformément à la Charte des Nations Unies.

 

Coopération diplomatique

 

Le principe de la coopération est défini dans cet instrument diplomatique dans les termes suivants: “Les États ont le devoir de coopérer les uns avec les autres, quelles que soient les différences existant entre leurs systèmes politiques, économiques et sociaux, dans les divers domaines des relations internationales, afin de maintenir la paix et la sécurité internationales et de favoriser le progrès et la stabilité économique internationale, ainsi que le bien-être général des nations et une coopération internationale qui soit exempte de discrimination fondée sur ces différences”.

 

Sur le plan pratique, les négociations sur la livraison de vaccins contre la Covid-19 par les États producteurs aux États qui ne produisent pas encore de tels vaccins devraient être inspirées, sinon fermement guidées, par les dispositions de la résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies adoptée par l’Assemblée générale le 20 avril 2020 intitulée Coopération internationale visant à assurer l’accès mondial aux médicaments, aux vaccins et au matériel médical pour faire face à la Covid-19.

 

Les pays d’Asie du Sud-Est ont joué un rôle clé dans les consultations qui ont précédé l’adoption de cette résolution.

 

Par cette résolution, le forum plénier des Nations Unies “Engage les États Membres et les autres parties prenantes concernées à prendre immédiatement des mesures pour empêcher, dans le respect de leurs cadres juridiques respectifs, la spéculation et le stockage excessif qui pourraient entraver l’accès à des médicaments essentiels, des vaccins, des équipements de protection individuelle et des équipements médicaux sûrs, efficaces et abordables, qui pourraient être nécessaires pour lutter efficacement contre la COVID-19”.

 

Un autre document diplomatique pertinent est la résolution adoptée par l’Assemblée générale le 2 avril 2020 : Solidarité mondiale dans la lutte contre la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19). Dans cette résolution,l’Assemblée générale “Demande que la coopération internationale soit renforcée en vue de contenir, d’atténuer et de vaincre la pandémie, y compris par l’échange d’informations, de connaissances scientifiques et de bonnes pratiques, et par la mise en œuvre des directives que recommande l’Organisation mondiale de la Santé en la matière.”

 

Il est naturel que dans les négociations bilatérales sur l’importation de vaccins anti-Covid-19, les recommandations contenues dans ces résolutions soient respectées, même si elles ne constituent pas des obligations légales.

 

Et ensuite ?

 

Au niveau politique, tout en préparant des réponses pratiques, les dirigeants asiatiques ont raison d’affirmer qu’ils ne veulent pas être forcés de choisir leur camp dans un conflit putatif entre les États-Unis et la Chine.

 

La préoccupation diplomatique primordiale, cependant, semble être que le risque géopolitique en Asie en général et dans la région de l’ASEAN en particulier n’est plus académique, et les pays seront obligés de faire des calculs froids à l’avenir. Cela entraînera un grave risque de découplage des chaînes d’approvisionnement et de réorganisation de l’ordre économique et politique de la région en deux sphères d’influence. Un tel résultat serait dévastateur.

 

Par conséquent, la diplomatie régionale doit jouer son rôle responsable en déployant des efforts durables dans le processus décisionnel pour éviter des développements dramatiques à l’avenir. Mais la diplomatie asiatique est capable d’agir avec finesse, tact et prudence.

 

Un véritable credo

 

Enfin, nous ne devons pas oublier la déclaration officielle faite au nom de tous les membres de l’ASEAN par le Brunéi Darussalam le 2 mars 2021, qui dit notamment: ” Nous sommes convenus de maintenir l’approche proactive et tournée vers l’extérieur de l’ASEAN dans la conduite des relations extérieures de l’ASEAN sur la base d’un intérêt partagé, d’engagements constructifs et d’avantages mutuels, ce qui peut contribuer aux efforts de l’ASEAN en matière de renforcement de la Communauté et de coopération au développement, ainsi que les efforts visant à assurer un relèvement régional rapide, complet et durable de la pandémie Covid-19 “.

 

Cette déclaration peut être interprétée comme un véritable credo des membres de l’ASEAN dans leurs négociations avec les partenaires extérieurs dans le délicat processus de diplomatie vaccinale au niveau régional.

 

Le Dr Ioan Voicu est professeur invité à l’Université de l’Assomption à Bangkok.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus