Free Porn
xbporn
Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Ankara Escort
1xbet
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com

1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com

1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
betforward
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co

betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co

betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
deneme bonusu veren bahis siteleri
deneme bonusu
casino slot siteleri/a>
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Cialis
Cialis Fiyat
deneme bonusu
padişahbet
padişahbet
padişahbet
deneme bonusu 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet 1xbet untertitelporno porno 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet 1xbet سایت شرط بندی معتبر 1xbet وان ایکس بت pov leccata di figa
best porn 2025
homemade porn 2026
mi masturbo guardando una ragazza
estimare cost apartament precisă online
blonde babe fucked - bigassmonster
Home Accueil ASIE – EUROPE : L’Union européenne face à la Chine, partenaire ou adversaire ?

ASIE – EUROPE : L’Union européenne face à la Chine, partenaire ou adversaire ?

Date de publication : 06/07/2024
1

Europe Chine

 

Une chronique géopolitique de Ioan Voicu, ancien ambassadeur de Roumanie en Thaïlande.

 

Observations préliminaires

 

Les relations entre la Chine et tous les continents représentent un sujet d’une importance capitale aux niveaux national, régional et mondial. Ainsi donc, le livre intitulé China and Europe Relations in the Twenty-First Century Politics, Law and Ordinary Life signé par Aifen Xing et Peter Preston mérite d’être connu d’un grand nombre de lecteurs. Cet ouvrage a été publié pour la première fois en 2024 par Routledge à New York et compte 253 pages. Ses auteurs viennent de Chine et du Royaume-Uni. Aifen Xing est professeur de droit international à l’Université normale de Pékin, tandis que Peter Preston est professeur émérite de sociologie politique à l’Université de Birmingham.

 

Sur le fond, les neuf chapitres du livre traitent des questions suivantes : Changer les perceptions de la relation entre la Chine et l’Europe ; La Chine, l’Europe et la création du monde moderne ; La Chine et l’Europe au XXIe siècle : de nouveaux liens ; Chine : La structure du gouvernement et le rôle du droit ; L’UE : politique, droit et prise de décision ; Chine et UE : montée en puissance pacifique ; L’UE et la Chine : évolution de la politique à l’égard de la Chine ; Chine : Problèmes récents ; L’UE : gérer les problèmes récents.

 

Pour des raisons d’espace, la présente chronique se concentrera uniquement sur les développements récents des relations entre la Chine et l’Union européenne (UE).

 

Dans son ensemble, l’ouvrage examiné transmet le message selon lequel bien que les relations entre la Chine et l’Europe soient tendues dans de nombreux domaines, notamment le commerce, les droits de l’homme et les opinions sur les systèmes politiques, des liens ont néanmoins été établis, en particulier lorsqu’ils sont considérés dans le contexte d’une histoire à long terme. Les liens, les trajectoires de développement et les cultures intellectuelles offrent de bonnes perspectives pour de futurs échanges collaboratifs progressifs.

 

Il convient de souligner que la Chine comptait au total 1,43 milliard d’habitants en janvier 2024, alors que la population européenne actuelle s’élève à 741 656 711 habitants au 27 juin 2024, selon les dernières estimations des Nations Unies.

 

Abordant le sujet de manière équilibrée, les deux auteurs accordent un poids égal aux perspectives des deux côtés. Ils examinent les expériences communes de la Chine et de l’Europe sur les civilisations séculaires, sur les effets désorientant des bouleversements économiques, sociaux et politiques déclenchés par la création du monde moderne à la fin du XVIIIe siècle, et de la période des empires européens du XIXe et du début du XXe siècle et pendant la guerre froide.

 

Le livre affirme que même si la Chine et l’Europe semblent superficiellement avoir suivi des chemins différents, ce qui a entraîné de nombreux problèmes dans leurs relations, elles ont en fait beaucoup de points communs concernant la façon dont elles ont fait face au long passage des civilisations anciennes au monde moderne.

 

Idées et faits convaincants

 

Le livre s’ouvre sur le paragraphe suivant : « Les premières années de la deuxième décennie du XXIe siècle ont vu les relations entre les élites entre l’Europe et la Chine se tendre et un ton pessimiste est entré dans les observations exprimées par certains commentateurs avertis, tant ceux du monde des sphères politiques et décisionnelles (agents gouvernementaux, conseillers, etc.) et ceux de la sphère publique plus large (universitaires, personnalités des médias et commentaires en ligne), avec des problèmes identifiés dans un certain nombre de domaines de politique économique et politique. »(p.viii)

 

Les auteurs rappellent que plus récemment, dans les années 2020, la Chine a été perçue comme une menace potentielle, mais la nature précise de la menace n’est pas claire : la Chine est considérée comme un concurrent économique et donc en principe susceptible de conclure des accords …. mais la Chine est également considérée comme une puissance militaire montante et donc un challenger évident de la puissance militaire américaine…. En outre, « les tensions politiques et diplomatiques entre les dirigeants de Pékin de Xi Jinping et ceux de Washington de Donald Trump et de son successeur Joe Biden ont, dans une certaine mesure, ravivé les inquiétudes liées à la guerre froide ». (p.9)

 

Dans une section spéciale intitulée La Chine/l’Union européenne aujourd’hui, l’accent est mis sur le fait que les deux régions ont suivi des itinéraires différents mais liés entre eux vers le monde moderne . Leurs cultures politiques et les mécanismes institutionnels qui les soutiennent sont différents et ont parfois connu des tensions, mais il existe également des préoccupations communes (réchauffement climatique, sécurité et développement durable). La profonde histoire des liens peut offrir des ressources pour faciliter les échanges contemporains.

 

À l’heure actuelle, les liens politiques et diplomatiques entre la Chine et l’UE sont bien établis : les liens diplomatiques ont été établis pour la première fois en 1975, l’UE a ouvert un bureau à Pékin en 1988, le premier d’une série de sommets Chine/UE s’est tenu en 1998 et les deux  parties ont publié des documents de politique formels concernant leur relations. (pp.12-13)

 

Abordant l’évolution des relations entre les deux partis, les auteurs indiquent que depuis 1992 environ, l’UE et ses États membres ont ajusté leur politique à l’égard de la Chine. Fin 1994, l’UE a officiellement annoncé l’annulation de toutes les sanctions contre la Chine, à l’exception des ventes d’armes. Et les relations Chine-UE ont repris le chemin d’un développement normal. En juillet 1995, l’UE a publié sa toute première politique à long terme concernant ses relations avec la Chine. On préconise un renforcement global de ses relations avec la Chine dans les domaines politique, économique et autres. Dans le même temps, l’UE s’est engagé à intégrer la Chine dans la société dominante en mettant en œuvre une stratégie d’engagement constructif centrée sur les droits de l’homme.

 

En novembre 1996, l’UE a présenté une nouvelle stratégie de coopération avec la Chine, mettant l’accent sur le caractère global, à long terme et indépendant de la stratégie. Cependant, il semblerait qu’en 1997, l’UE ait commencé à se diviser en différentes opinions. La France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et d’autres pays ne participent plus à la proposition contre la Chine. En 1998, la Commission européenne a adopté le document « Établir un partenariat global avec la Chine ». Depuis lors, les relations Chine-UE sont entrées dans une nouvelle étape de développement. (p. 126)

 

Il est important de noter que depuis le début du XXIe siècle, les relations économiques et commerciales entre la Chine et l’UE sont devenues de plus en plus étroites. La Chine et l’UE sont devenues des partenaires coopératifs dans le commerce des biens, des services et des investissements directs. Il est vrai qu’après la crise financière internationale de 2008, les échanges commerciaux de la Chine avec l’UE ont connu une période de déclin. Mais  la dépendance de l’UE à l’égard de la Chine pour le commerce de marchandises a  augmenté depuis 2013, atteignant 15,8 % en 2019. La pertinence de la Chine en tant que marché d’exportation de l’UE dans  le commerce des services continue de croître. L’UE reste une source importante d’investissements étrangers pour la Chine, et le stock d’investissements chinois dans l’UE a progressivement augmenté. « L’UE a également modifié son attitude à l’égard de la Chine, la considérant non seulement comme un concurrent, mais aussi en tant que partenaire ».(pp. 126-127)

 

Les auteurs rappellent que lors de la guerre d’Ukraine de 2022, Pékin est resté diplomatiquement neutre, tandis que l’OTAN et l’UE se sont immédiatement ralliées aux côtés de l’Ukraine. En même temps, les auteurs font référence à des articles de journaux selon lesquels la Chine cherchait à trouver une solution en tant que médiateur avec l’Allemagne et la France. (p. 128)

 

Résumant les événements, le livre accentue l’existence d’une issue positive. Depuis l’établissement du partenariat stratégique global Chine-UE en 2003, les relations sino-européennes se sont développées sans heurts. L’UE est avant tout une immense entité économique et un modèle de puissance normative. Les deux caractéristiques majeures de l’UE répondent aux exigences des intérêts nationaux de la Chine. Tout d’abord, la Chine est un pays en développement. Le développement économique de la Chine a besoin de toute urgence de marchés, de capitaux, de technologies, d’expérience en gestion, etc. L’UE est un consortium de pays économiquement développés, dotés d’un capital abondant, d’une technologie avancée et d’une riche expérience en matière de gestion. En termes de stades de développement, les économies sont très complémentaires. Deuxièmement, la Chine et l’UE partagent des points de vue similaires sur la gouvernance mondiale. La Chine estime que l’évolution du monde vers la multipolarité est propice à la paix mondiale. En tant que force normative, l’UE met l’accent sur le droit international et les règles internationales dans les relations internationales, attache de l’importance au rôle des Nations Unies et prône le multilatéralisme pour résoudre les problèmes mondiaux. Ceci est similaire au concept chinois d’ordre international. (pp. 128-129)

 

Les auteurs concentrent leur attention sur l’Initiative la Ceinture et la Route, proposée pour la première fois par le président Xi Jinping en septembre 2013. Les pays situés le long de la Ceinture et la Route couvrent l’Asie du Sud-Est, l’Asie du Sud, l’Asie centrale, l’Asie de l’Ouest, l’Afrique du Nord et l’Europe centrale et orientale. Ces pays couvrent plus d’un tiers de la superficie mondiale, 60 % de la population mondiale et 32 % du PIB mondial. Depuis huit ans, grâce aux efforts concertés des parties, l’Initiative la Ceinture et la Route est devenue l’une des plateformes de coopération internationale les plus vastes et les plus populaires.(p.133)

 

Du point de vue de la coopération institutionnelle, le mécanisme de coopération Chine-Pays d’Europe centrale et orientale (PECO) a été officiellement créé en avril 2012, impliquant 16 pays d’Europe centrale et orientale, dont la Pologne, la Serbie et la République tchèque. Le 26 novembre 2013, le Premier ministre chinois Li Keqiang et les dirigeants des 16 pays d’Europe centrale et orientale ont publié conjointement les Lignes directrices de Bucarest pour la coopération entre la Chine et les pays d’Europe centrale et orientale, indiquant clairement que la réunion des dirigeants entre la Chine et les pays d’Europe de l’Est aura lieu chaque année. En outre, des réunions des coordinateurs nationaux ont lieu deux fois par an. En avril 2019, la Grèce a rejoint le mécanisme de coopération Chine-PECO. Jusqu’à présent, la Chine et les PECO ont organisé neuf sommets, dont un sommet en ligne. La Chine et les PECO ont établi près de 40 plates-formes de coopération dans plus de 20 domaines, notamment l’économie, le commerce et l’investissement, l’agriculture, le tourisme et l’éducation. (p. 141)

 

Selon l’ouvrage examiné, du point de vue de la demande, les industries de la Chine et des PECO sont hautement complémentaires et disposent d’un grand potentiel de développement. L’expérience réussie de la Chine dans le développement d’une économie de marché peut servir de référence pour les PECO. En particulier, la Pologne, la République tchèque, la Hongrie, la Slovaquie, la Roumanie et d’autres pays ayant d’importants volumes d’échanges avec la Chine représentent plus de 80 % du commerce total des 17 pays avec la Chine. La coopération économique et commerciale est également devenue un lien important entre la Chine et les PECO. Pour la plupart des PECO, l’Initiative la Ceinture et la Route leur offre une nouvelle plate-forme leur permettant d’établir une identité internationale et d’envisager les affaires mondiales. (p.141)

 

De manière optimiste, les deux auteurs constatent que les liens politiques et économiques entre la Chine et l’UE sont de plus en plus profonds et plus étroits. Le développement ultérieur des relations Chine-UE doit élargir les intérêts communs des deux parties et renforcer la compréhension mutuelle des valeurs des deux parties.

 

Il convient également de rappeler qu’en relation avec la situation actuelle des relations sino-européennes, certains chercheurs chinois l’ont qualifiée de « période de frictions et de difficultés fréquentes », tandis que d’autres l’ont qualifiée d’« ajustement et de transition ». Cependant, l’opinion générale des milieux universitaires chinois sur les relations entre la Chine et l’UE est que l’ampleur et la profondeur de la coopération sont sans précédent, tout comme les contradictions et les frictions. En d’autres termes, les relations Chine-UE sont entrées dans une période particulière, différente du passé. Cela signifie qu’il existe à la fois des opportunités et des ajustements dans les relations Chine-UE.

 

En essayant de résumer, les auteurs écrivent : « La façon de gérer les relations Chine-UE est un grand test pour la sagesse des autorités. Les politiciens, les économistes et les commentateurs sociaux peuvent avoir des suggestions différentes sur les relations Chine-UE, mais il ne fait aucun doute que nous devons aborder cette relation avec une attitude pertinente, ouverte et inclusive. » (pp. 148-149)


Conclusion

 

Les conclusions finales du livre offrent une image positive pour l’avenir. Il est clair que les liens entre la Chine et l’Europe ont bien servi les deux parties et que le commerce, tant des marchandises que des services, s’est développé au cours des dernières décennies et est appelé à croître malgré des sujets de préoccupation tels que les querelles sur les déficits commerciaux, l’accès aux marchés et la concurrence, le petit changement de routine dans les affaires économiques entre unités puissantes.

 

Dans le même contexte, il est souligné que d’autres questions, apparemment aiguës, font partie intégrante des relations internationales, comme la pandémie de Covid-19 ou les combats en Ukraine. Mais ces questions mises à part, il n’y a aucune raison intrinsèque pour laquelle la Chine et l’UE ne devraient pas faire face aux difficultés actuelles dans un esprit de coopération pacifique. La récente période d’échanges bénéfiques – 2013-2022 – couplée à une profonde histoire commune de transition vers le monde moderne offre une richesse de ressources pour faciliter de nouvelles coopérations. (p. 172)

 

L’une des dernières sections du livre intitulée Afterword affirme : « La Chine et l’UE ont une longue histoire, les deux peuvent remonter à une histoire profonde et les textes culturels fondamentaux peuvent être datés d’environ 2 500 ans dans le passé ; ces histoires sont étroitement liées. Il y a eu les premiers liens commerciaux prémodernes, puis les bouleversements liés au passage au monde moderne. En Europe, la situation était chaotique (guerres, révolutions, conflits de classes), et en Chine également (tensions intérieures, commerçants étrangers, guerre civile). La Chine et l’Europe ont des trajectoires de développement liées. Alors que le système mondial se reconfigure, la Chine et l’UE sont en bonne position pour s’appuyer sur le passé et créer une relation solide et stable. » (p. 232)

 

Tous les chapitres du livre sont bien documentés et c’est le mérite des deux auteurs d’avoir produit un travail précieux capable de contribuer à une meilleure compréhension de la politique mondiale à une époque de vulnérabilités, de perplexités et de discontinuités globales.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

1 COMMENTAIRE

  1. Pourquoi s’obstiner à ne concevoir les relations internationales qu’en termes de rivalité ? D’abord, l’Europe, ça n’existe pas ; ce qui existe, c’est l’occident depuis le baptême de Clovis, 1er roi de France, jusqu’à l’OTAN, création notamment française, en passant par la découverte de l’Amérique et l’indépendance de Etats-Unis soutenue par la France.

    De plus ni la France ni l’Europe n’ont intérêt à se prêter à ce jeu, car la Chine, après avoir détruit l’industrie française de la soie, est actuellement en voie de détruire l’industrie française de l’automobile.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus