Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Home Accueil BIRMANIE – CORONAVIRUS: Derrière la pandémie, l’ambiguïté d’Aung San Suu Kyi resurgit

BIRMANIE – CORONAVIRUS: Derrière la pandémie, l’ambiguïté d’Aung San Suu Kyi resurgit

Journaliste : Redaction
La source : Gavroche
Date de publication : 14/09/2020
0

Alors que les cas de COVID-19 se multiplient aen Birmanie, la conseillère d’État Aung San Suu Kyi, en campagne électorale, semble s’agiter. Dans un discours sévère prononcé le 2 septembre, elle a fustigé les propriétaires de boîtes de nuit “imprudents et antipathiques”, réprimandé les habitants de Yangon pour avoir bafoué les restrictions de COVID-19, et menacé de sanctions légales les citoyens peu coopératifs. Le 24 août, une semaine après le début de la deuxième vague, elle a également mis en garde contre les tensions raciales potentielles dans l’État de Rakhine (Arakan), l’épicentre de la nouvelle flambée épidémique.

 

Problème selon le site The Diplomat: Aung San Suu Kyi a négligé, dans son discours, de mentionner la personne la plus responsable de la recrudescence des cas de COVID-19 et de la montée des tensions raciales : elle-même. La politique gouvernementale a été appliquée de manière incohérente aux différents groupes ethniques, ce qui a alimenté le racisme. Entre-temps, les menaces de poursuites judiciaires et la honte publique ont découragé les patients potentiels de chercher une aide médicale, ce qui a probablement facilité la propagation du virus.

 

Pendant des mois, la Birmanie semblait avoir échappé à une importante épidémie de COVID-19. Entre mars et août, le nombre de cas a été limité à 374, avec seulement six décès. Le dernier décès a été enregistré en avril, et aucune transmission locale n’a été signalée entre le 16 juillet et le 16 août. Mais le 16 août, tout a changé. Une deuxième vague de cas de COVID-19 a éclaté dans l’État de Rakhine et s’est rapidement propagée à Yangon, avec des groupes plus petits que l’on trouve maintenant dans tout le pays, dont près de 50 dans le township de Myingyan, dans la région de Mandalay.

 

Un bond des contaminations

 

Or depuis le 11 septembre, le nombre de cas au Myanmar a bondi à 2 422 et le nombre total de décès à 14, les cas et les décès ayant doublé au cours de la seule semaine dernière. Le ministère de la santé a également été incohérent et moins transparent dans ses annonces de nouveaux cas, ne révélant parfois que quelques jours plus tard où les cas ont été trouvés. Lorsque deux patients sont décédés le 7 septembre, le ministère a attendu plus de 24 heures pour informer le public.

 

L’Arakan n’était guère préparé à une épidémie de maladie contagieuse, ayant été secoué par des crises violentes successives.

 

Peu après que les médias d’État aient diffusé les commentaires d’Aung San Suu Kyi, les discours de haine contre les Rohingyas ont proliféré. Le média local le plus populaire, The Voice, a publié une caricature raciste représentant un homme Rohingya traversant la frontière avec COVID-19, accompagné de l’étiquette péjorative “intrus illégal”, fréquemment utilisée pour décrire les Rohingya.

 

Kyaw Win, directeur du Burma Human Rights Network, a dénoncé l’histoire selon laquelle les Rohingyas ont introduit COVID-19 en Birmanie.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus