Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Accueil BIRMANIE – ÉCONOMIE : Un an après le coup d’État, l’économie à l’abandon

BIRMANIE – ÉCONOMIE : Un an après le coup d’État, l’économie à l’abandon

Journaliste : Rédaction Date de publication : 01/02/2022
0

Birmanie distributeur argent

 

Un rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT) montre que le coup d’État militaire a mis à mal le marché du travail birman, déjà affaibli par l’impact du Covid-19, les femmes étant les plus durement touchées.

 

Les Nations Unies estiment que quelque 1,6 million d’emplois ont été perdus en Birmanie en 2021, le coup d’État militaire ayant exacerbé l’impact de la pandémie de Covid-19.

 

Un an après le coup d’État militaire en Birmanie, le 1er février 2021, le marché du travail reste fragile en raison de la persistance des troubles politiques et des conflits.

 

Pertes d’emplois et d’heures de travail

 

Les Nations Unies estiment que le nombre total d’heures de travail en Birmanie a diminué de 18 % en 2021 par rapport aux niveaux de 2020, ce qui équivaut au temps de travail d’au moins 3,1 millions de travailleurs à temps plein. Ces pertes d’heures de travail sont dues à des pertes d’emploi ainsi qu’à une augmentation du sous-emploi, a indiqué l’Organisation internationale du travail.

 

Les pertes annuelles d’emploi en 2021 s’élèvent  à 8 %, soit 1,6 million d’emplois perdus, ce qui représente une baisse considérable par rapport aux 20,5 millions d’emplois de l’année précédente.  Les estimations couvrent l’ensemble de la population active birmane, y compris les travailleurs de l’économie formelle et informelle.

 

Des secteurs clés touchés

 

Les défis politiques, socio-économiques et pandémiques de 2021 ont fait payer un tribut considérable aux travailleurs et aux entreprises des secteurs clés qui font tourner l’économie.

L’agriculture, qui représentait la moitié de tous les emplois (environ 10 millions) à la fin de 2020, a été fortement touchée par la baisse des revenus, la réduction des exportations, la hausse des prix des intrants, l’accès limité au crédit et les inondations dues à la mousson.

 

Les agriculteurs ruraux ont également été durement touchés par les conflits armés, la violence et l’insécurité, qui ont entraîné des déplacements de population et compromis les moyens de subsistance.

 

Les secteurs de la construction, de l’habillement et du tourisme-hôtellerie ont également été parmi les plus durement touchés en 2021, avec des pertes d’emplois estimées à 31 %, 27 % et 30 %, respectivement, par rapport à 2020.

 

Les femmes ont été les plus durement touchées par les pertes d’heures de travail et d’emplois par rapport aux hommes.  Elles sont responsables de la grande majorité des pertes d’emplois dans les secteurs de l’habillement, du tourisme et de l’hôtellerie.

 

Globalement, l’emploi dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration a diminué en 2021 d’environ 30 % (environ 80 000 personnes), les femmes représentant environ trois emplois perdus sur cinq. En outre, la diminution de la demande touristique a un impact négatif sur un nombre encore plus grand d’emplois dans la chaîne de valeur touristique au sens large.

 

Les perturbations du marché du travail ont eu de graves répercussions sur d’autres secteurs de services importants tels que l’administration publique, la banque, l’éducation et les soins de santé, entre autres.

 

Le PIB se contracte

 

Le Fonds monétaire international (FMI) estime que le produit intérieur brut (PIB) a diminué de 17,9 % en 2021, après avoir enregistré une croissance de 3,2 % en 2020. De même, la Banque mondiale estime une contraction du PIB de 18 % pour l’année fiscale 2021.

 

Près d’un an après que les militaires ont évincé le gouvernement élu, la Birmanie est confrontée à une crise humanitaire multidimensionnelle. Les troubles politiques, les conflits armés, la violence, l’insécurité et les déplacements ont aggravé les immenses défis socio-économiques et de santé publique liés à la pandémie de Covid-19.

 

Augmentation de la pauvreté

 

On estime que 25 millions de personnes (près de la moitié de la population) vivaient dans la pauvreté à la fin de 2021 et que 14,4 millions de personnes ont désormais besoin d’une aide humanitaire.

 

“La prise de pouvoir par les militaires et la pandémie de Covid-19 ont placé des millions de travailleurs en Birmanie dans une situation sinistre.  Nous assistons à un retour en arrière après des années de progrès sur le marché du travail. Si cela continue, cela ne peut que conduire à une augmentation de la pauvreté et de l’insécurité dans tout le pays”, a déclaré Donglin Li, agent de liaison/représentant de l’OIT en Birmanie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus